INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-des-Fièvres

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-des-Fièvres
Période d'activité :
1301 - 2019
Commune :
Coutiches
Département :
Nord

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Coutiches
Hameau/Lieu-dit :
Le Bru
Diocèse :
Actuel: Cambrai (1801 - 2019)
Ancien: Arras (1301 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Sainte-Marie-en-Pévèle (? - 2019)
Ancienne: Notre-Dame (1301 - ?)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
32 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Cours d'eau
Compléments :

La petite chapelle se trouve de nos jours au milieu des champs. Elle était originellement placée à côté d’une source, aujourd’hui asséchée.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-des-Fièvres (1301 - 2019)
Compléments :
La date de 1301 correspond à la première mention dans la documentation. Le sanctuaire était initialement connu sous le nom de Notre-Dame-de-la-Fontaine.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-des-Fièvres
Saints patrons :
  • Notre Dame (1301 - 2019)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame-des-Fièvres
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Porcelaine
Dimensions de l'objet :
H : 30 cm
Emplacement :
Datation de l'objet :
Compléments :
La statue est une Vierge à l’Enfant en porcelaine blanche, d’environ 30 cm ; Marie y est représentée debout, berçant l'enfant Jésus, qui semble endormi sous le regard attendri de sa mère.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
Sont attestés des miracles de guérison (Voir Histoire, Évolution).
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
  • Biens de la terre
Jour(s) de fête :
  • ?
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Anciennement couverte par les marais, la Pévèle est une région humide, ce qui explique la présence, dans ses traditions religieuses, de plusieurs cultes liés à la guérison des fièvres.



Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Aspersion ou ingestion d'eau
Pratiques en présence du clergé :
  • Bénédictions
  • Processions
Ex voto :
  • Texte gravé (XXe siècle)
    On conserve encore de nos jours quelques dizaines d’ex-voto, exposés auprès de la statue et sur les deux pignons intérieurs du petit sanctuaire.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :

      Les pratiques d'aspersion ou d'ingestion d'eau sont attestées avant 1792.

      Depuis l’année 1993, chaque troisième dimanche de septembre, la statue est emmenée en procession de l’église paroissiale Notre-Dame-de-Foy jusqu’à la petite chapelle Notre-Dame-des-Fièvres, où elle repose d’ordinaire. La procession débute par une méditation du chapelet et une bénédiction des enfants, puis se termine par une messe en plein air, devant la chapelle. Durant la procession, les pèlerins passent par un immense calvaire et trois oratoires de chemin honorant la Vierge, devant lesquels ils s’arrêtent pour prier. En 2017, une quarantaine de personnes y participèrent (Église de Cambrai, p. 9).

      L'ÉDIFICE

      Description :

      D’après une peinture issue des Albums de Croÿ, la chapelle originelle était un édifice de taille relativement importante. C’était une rotonde précédée d’un portique supportant un clocheton. Le chœur était adossé à la rotonde, au centre de laquelle se trouvait la fontaine miraculeuse. Elle fut vendue puis détruite à la Révolution (Duvilliers, p. 74). Devant la chapelle, se trouvait un terrain boisé connu sous le nom de « plantis de Notre-Dame de la Fontaine ».

      De nos jours, la chapelle Notre-Dame-des-Fièvres est un oratoire très modeste, d’environ 4 mètres sur 3. Construite en briques, elle est située en plein champ et accessible par un étroit chemin boueux.

      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1301
          Initiative de la fondation :
          • Groupe de fidèles
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Phases d'évolution :

          Le sanctuaire fut construit autour d’un petit point d’eau jaillissant d’un terrain sableux et vénéré en tant que source miraculeuse.
          D’après une tradition locale récente, cette source aurait été vénérée dès l’Antiquité païenne, puis christianisée au Moyen-Âge (Les chapelles de Coutiches, p. 3). Cette thèse demeure peu probable. En effet, des missionnaires ont parfois christianisé des cultes païens qu’ils ne pouvaient espérer faire disparaître, par exemple, en sanctifiant des eaux auxquelles les villageois attribuaient diverses vertus, en les bénissant ou en les consacrant à un saint (Van Gennep, p. 471). Néanmoins, contrairement aux idées reçues, c’est un phénomène assez rare et marginal ; quelques cas seulement nous sont connus (Ibidem, p. 472).
          De plus, on sait qu’au Moyen Âge, et même au-delà, des sources furent sacralisées ex nihilo (Ibidem, p. 463). La fontaine de Coutiches fut donc vraisemblablement sacralisée tardivement par des populations déjà christianisées, indépendamment d’une quelconque survivance païenne. C’est d’autant plus probable que les premiers textes mentionnant la fontaine datent du début du XIVe siècle (Duvilliers, p. 73). Le clergé, plutôt que de combattre vainement le culte, choisit sans doute de l’encadrer afin d’éviter des pratiques trop hétérodoxes.
          On ignore toutefois à quelle époque fut érigée la chapelle. On sait seulement qu’elle existait déjà en 1301, date à laquelle on la dota d’une rente annuelle de 300 livres parisis. Selon Buzelin, elle était « très fréquentée par les malades, qui venaient demander la santé à la Vierge toute puissante » (Duvilliers, p. 73).  
          Au début des années 1790, le sanctuaire fut vendu, puis détruit, et la source condamnée par les révolutionnaires, malgré les vives protestations des habitants.

          Au XIXe siècle, on reconstruisit un petit oratoire, où l’on restaura le culte de Notre-Dame-des-Fièvres autour d’une statue de la Vierge à l’Enfant, qui serait issue de l’ancienne chapelle. De nos jours, bien que le sanctuaire soit extrêmement modeste, la statue est toujours quotidiennement honorée par quelques fidèles. De plus, chaque année, à la fin du mois de septembre, l’image est emmenée en procession à travers tout le village (Voir Le culte, Complément sur le culte).
          Evénements marquants :
            Rayonnement(s) :
            • Local (1301 -> 2019)

              Le culte était sans doute essentiellement le fait des fidèles de la paroisse et des paroisses voisines.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            Bibliographie :
            • Les chapelles de Coutiches, Lille, Parc naturel régional Scarpe-Escaut, 2011.
            • COUSSÉE, B., «Notes sur quelques saints lieurs et délieurs  », in Plein-Nord, n° 82, 1982, p. 26-29.
            • VAN GENNEP, A., Folklore de Flandre et du Hainaut français, Paris, Brionne-Monfort, 1935.
            • DUVILLIERS, P., Monographie de Coutiches et Faumont, Lille, Société d'Études de la Province de Cambrai, 1913.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • VANOOTEGHEM Florent
            Rédacteur :
            • VANOOTEGHEM Florent
            Date de l'enquête :
            2018
            Date de rédaction de la fiche :
            2018
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheVANOOTEGHEM Florent, « Notre-Dame-des-Fièvres », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/, version du 11/04/2019, consulté le 18/06/2019