INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Juvin

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Juvin
Période d'activité :
XVIe siècle - XXe siècle
Commune :
Saint-Juvin-en-Argonne
Département :
Ardennes
Église fortifiée de Saint-Juvin

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saint-Juvin-en-Argonne
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Reims (1822 - XXe siècle)
Ancien: Reims (XVIe siècle - 1802)
Paroisse :
Actuelle: Les Marches d'Argonne (? - 2019)
Ancienne: Saint-Juvin (XVIe siècle - XXe siècle)
Compléments :
Durant la période révolutionnaire, le sanctuaire a appartenu au diocèse constitutionnel de Sedan, entre 1790-1802, puis au diocèse de Metz jusqu'en 1822.

Site

Type de site :
Vallée
Altitude :
151 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Source

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Juvin (XVIe siècle - XXe siècle)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Juvin
Saints patrons :
  • Juvin (Xe siècle - 2019)
Compléments :
L'église paroissiale, édifiée au XVIIe s., a remplacé un oratoire Saint-Juvin.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Saint Juvin
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
Compléments :
La châsse actuelle contenant la relique de saint Juvin date de 1923.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Voeu
Recours :
  • Epizootie
Jour(s) de fête :
  • Lundi de Pentecôte
  • Lundi de Pâques
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Compléments sur les fréquentations :
À partir de 1648, le jour de fête fut le lundi de Pentecôte, puis à partir de 1744, le lundi de Pâques. Le santuaire était fréquenté essentiellement le jour de la fête.
Pratiques individuelles :
  • Passer sous la relique
  • Procession
Pratiques en présence du clergé :
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :
          Procession des reliques à la chapelle Saint-Juvin, à quelque distance du village ; lors de la procession, les pélerins passaient sous la châsse et la touchaient.

          L'ÉDIFICE

          Description :
          L'église paroissiale Saint-Juvin, construite de 1614 à 1624, présente l'allure d'une église fortifiée. De plan rectangulaire, elle est cantonnée d'échaugettes sur contreforts à chacun de ses angles. Elle s'élève à 350 m de l'ancien édifice.
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          • Fontaines (?)
            La source, appelée la fontaine aux cochons, était peut-être à l'emplacement de la chapelle initiale. Le saint y était invoqué par ceux qui avaient un porc malade ; ils trempaient dans l'eau de la source du pain qu'ils donnaient ensuite à manger à leur porc.
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Mobilier (1510-1520)
            Statue du saint en pied avec trois cochons.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention :
          Initiative de la fondation :
            Environnement institutionnel, politique et religieux :
            Selon la tradition, le saint serait mort le 27 septembre 961 à l'âge de 64 ans. La comtesse Julie aurait fait enterrer le saint, un ancien porcher, dans l'oratoire où il avait vécu en ermite, sur une hauteur dominant la vallée de l'Aire ;  de nombreux miracles se produisirent sur le tombeau de Juvin ; l'oratoire devint église paroissiale par la suite.
            Phases d'évolution :
            En 1052, l'archevêque de Reims, Guy de Châtillon, aurait fait ouvrir le tombeau et le corps, retrouvé entier, aurait été divisé en deux parties, placées dans deux châsses ; l'une portée à Saint-Timothée de Reims et l'autre restée sur place. Les reliques de saint Juvin furent transférées dans une nouvelle châsse en 1648.
            Evénements marquants :
            • Translation (1648)
              Les reliques sont transférées dans une nouvelle châsse.
            Rayonnement(s) :
            • Local (XVIe siècle -> XXe siècle)
              Après la Première Guerre mondiale et la reconstruction du village et de l'église, le pélerinage reprend, mais pas la procession.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Chronique (1636)
              Les Centuries, publiées par Paul Laurent, Paris, Picard, 1894.
            Bibliographie :
            • MÉCHIN, Colette, «Les saints gardiens de pourceaux. Saint Julien d 'Ardenne », in Revue des Sciences sociales de la France de l'Est, n° 9, 1980, p. 286-292.
            • CERF, Charles, Vie des saints du diocèse de Reims, tome II, Reims, 1898, p. 527.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • RÉGERAT Philippe
            Rédacteur :
            • RÉGERAT Philippe
            Date de l'enquête :
            2016
            Date de rédaction de la fiche :
            2018
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheRÉGERAT Philippe, « Saint-Juvin », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : https://sanctuaires.aibl.fr/fiche/767/saint-juvin, version du 03/02/2019, consulté le 20/07/2019