INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-des-Ardilliers

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-des-Ardilliers
Période d'activité :
1454 - 2018
Commune :
Saumur
Département :
Maine et Loire

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saumur
Hameau/Lieu-dit :
Faubourg du Fenêt
Diocèse :
Actuel: Angers (1454 - 2018)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Saint-Pierre-de-Saumur (? - 2018)
Ancienne:

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
30 m
Compléments :
La chapelle est située sur les bords de Loire, au pied d’une falaise de tuffeau.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Faubourg
Type de proximités :
Cours d'eau
Compléments :
La chapelle est située faubourg du Fenêt.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-des-Ardilliers (1454 - 2018)
Compléments :
« Ardilliers » signifie « argile ». Le sanctuaire est également dénommé parfois « Notre-Dame des Argilliers » : les bords de Loire étant recouverts d’alluvions, il y a pu y avoir une extraction de cette terre, sans qu’on ait aucun renseignement sur ce sujet. Le sanctuaire est rapidement devenu l’un des plus importants pèlerinage de l’Ouest de la France. Favorisé par Louis XIII et sa mère Marie de Médicis, il fut au XVIIe siècle, en partie grâce à sa gestion par les Oratoriens, un instrument de résistance au protestantisme.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame des Ardilliers
Saints patrons :
  • Vierge Marie (? - 2018)
Compléments :

La première mention du patronage date de 1534. Notre Dame des Ardilliers est une Vierge « d’invention », découverte par un paysan labourant son champ en 1454. La statue réputée miraculeuse fut d’abord révérée près de le fontaine aux abords de laquelle elle fut découverte, puis dans une chapelle construite au XVIe siècle pour l’abriter.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame des Ardilliers
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Pierre
Dimensions de l'objet :
40 cm
Emplacement :
Actuellement, dans la chapelle de Richelieu, construite en 1634, dans le bras gauche du transept, du bâtiment actuel bâti au XVIIe siècle, côté Loire, dans une petite niche qui ressemble à un tabernacle, construit au-dessus de la fontaine miraculeuse qui s’écoule à l’extérieur du bâtiment.
Datation de l'objet :
XVe siècle
Compléments :
La statue, une pietà datant de 1454, était d’une pierre « fort dure », différente du tuffeau qu’on trouve dans la région. Cette première pietà a été détruite pendant la Révolution de 1793. La statue qui l’a remplacée au XIXe siècle, qui date elle aussi de la fin du Moyen Âge, est en tuffeau, mais la provenance d’aucune des deux n’est connue.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
En 1454, un paysan labourant son champ aurait découvert une pietà en pierre. Il la rapporta chez lui, mais, à deux reprises, la statue serait revenue à l’emplacement de sa découverte, près d’une fontaine réputée miraculeuse. Jusqu’à la construction d’une chapelle en 1534, la statue fut révérée dans une niche de pierre près de cette fontaine.
Miracles :
La Vierge des Ardilliers est généraliste, bien que spécialisée dans les maladies de peau (la teigne). Les trois quarts des miraculés déclarés durant les années 1594-1713 sont des femmes, handicapées et guéries au sanctuaire. Les déclarations de miracles reprennent au XIXe siècle, recensées, pour la période allant de 1809 à 1853, par l’abbé Briffault (1797-1866), qui était venu à cette date se retirer dans sa ville natale.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Voeu
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • 15 septembre
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
La fréquentation du sanctuaire est continue depuis 1454, mais le site a connu une affluence particulièrement importante au XVIIe siècle et de 1810 à 1870.
Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Offrir
  • Aspersion ou ingestion d'eau
Pratiques en présence du clergé :
  • Messe
  • Chants
  • Lire un évangile sur un fidèle
Ex voto :
  • Texte gravé
    De très nombreuses plaques des XIXe et XXe siècles se trouvent dans l’église actuelle.
  • Anatomique (1457-1789)
    Les ex-voto anatomiques, nombreux sous l’Ancien Régime, ont aujourd’hui disparu.
  • Tableau (XVIIe siècle)
    De nombreux tableaux datent de la première moitié du XVIIe siècle : Jésus et son cousin Jean-Baptiste ; ex-voto d’une ville frappée par la peste. Ces deux tableaux se trouvent toujours dans le bâtiment du XVIIe siècle.
Confrérie(s) :
  • Saint-Joseph (1624)
    La confrérie de Saint-Joseph fut la première confrérie, érigée en 1624 par Mgr Miron, évêque d’Angers, et approuvée par Urbain VIII en 1626.
  • Famille du Saint-Enfant-Jésus (1660)
    La confrérie de la famille du Saint-Enfant-Jésus est fondée par l’évêque d’Angers Henry Arnauld le 17 juillet 1660, et autorisée par le pape Alexandre VII. Elle renaît le 19 mars 1896, en pleine crise anticléricale, sous le nom d’Association de la Sainte Enfance de Jésus. Elle compte 500 membres dès l’année suivante.
  • Archiconfrérie de la « Garde d'honneur du Sacré Cœur de Jésus » (1864)
    L’archiconfrérie de la « Garde d’honneur du Sacré Cœur de Jésus » est installée en 1864 par le pape Léon XIII. Son but premier est l’adoration perpétuelle du cœur de Jésus au Saint-Sacrement.
  • Confrérie de la sainte Face (1900)
    En 1900, Mgr Rumeau, évêque d’Angers, érige la confrérie de la Sainte-Face, liée au culte de la Passion.
Indulgence(s) :
  • Partielle (1622)
    À l’époque des Oratoriens, indulgence de 300 jours, pour une durée de 7 ans accordée par le pape Grégoire XV, le 14 octobre 1622, à tous ceux qui visiteront l’église de Notre-Dame des Ardilliers.
  • Partielle (1643)
    Indulgence accordée par le pape Urbain VIII, le 22 mai 1643, pour une durée de 7 ans, à ceux qui visiteront le sanctuaire de Notre-Dame des Ardilliers, le jour de la Visitation de Notre-Dame.
  • Partielle (1660)
    Indulgence accordée par Alexandre VII, le 30 juillet 1660, pour une durée de 7 ans à ceux qui feront le pèlerinage des Ardilliers, une fois chaque année.
  • Partielle (1660)
    Indulgence accordée par le pape Alexandre VII, le 5 mai 1660, pour une durée de 7 ans, à ceux qui visiteront la chapelle dédiée à sainte Madeleine, située dans une grotte près du sanctuaire, le jour de la sainte Madeleine. Il existe en effet autour de cet édifice un parcours destiné à un public (qu’il est difficile de cerner car les sources manquent) en vue de la conversion personnelle.
Compléments sur le culte :

Les pratiques au sanctuaire :

Absorption de l’eau de la fontaine miraculeuse (construite sous la chapelle, à laquelle on accède par l’extérieur), offrande de cierges et d’ex-voto, prières devant la Pietà . Les prières sont connues depuis sa fondation en 1454. L’eau de la fontaine était absorbée dès 1454 ; mais aujourd’hui elle ne coule plus, aussi à cause de la réforme liturgique des années 1960.

Depuis la réouverture de la chapelle dans les années 1950, les Sœurs de Jeanne Delanoue (ordre fondé à Saumur au XVIIIe siècle) y déposent un cahier où les fidèles inscrivent leurs intentions de prière.

Messes, Saluts à la Vierge (Salve regina), lecture des Évangiles sur la tête du pèlerin par un prêtre, depuis le XVIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

Vœux de certaines villes lors d’épidémies ou de pestes : Saumur en 1615 (renouvelé par les évêques d’Angers en 1855 et en 1870), Poitiers, Selles-sur-Cher, Bourges, Riom-en-Auvergne…

Jour de fête :

Notre Dame des douleurs est vénérée le 15 septembre, avec rang de mémoire obligatoire sur le calendrier liturgique. Pour l'Église catholique, "c'est pour avoir communié intimement à la passion du Christ que Marie a été associée d'une manière unique à la gloire de sa Résurrection".

L'ÉDIFICE

Description :
En 1534, début la construction d’une chapelle de style gothique flamboyant, sous l’impulsion de l’évêque d’Angers Jean Olivier. Il en subsiste encore actuellement une partie visible dans la sacristie. En 1553, la chapelle fut dédicacée sous le titre de Notre-Dame de Pitié. On lui ajouta au XVIIe siècle des parties construites dans le style classique : la chapelle de Richelieu, côté Loire (Nord), la chapelle du surintendant Servien (1593-1659), coté coteau (Sud). Cette dernière fut achevée en 1655 et consacrée à la Purification de Notre-Dame, qui est aussi la Présentation de Jésus au Temple. À cette occasion, Philippe de Champaigne offrit un tableau représentant la prophétie de Siméon annonçant à la Vierge « qu’une épée transpercera son cœur », (récit à l’origine de la représentation, apparue au XVe siècle et que se répand au XVIIe siècle, de la représentation de Notre-Dame des douleurs).

 

Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
  • Fontaines (1640-1650)
    Dans les années 1640 et 1650 est édifiée l’École de théologie des Oratoriens, deuxième séminaire de cette compagnie de prêtres après celle de Paris.
Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
  • Autel (?)
    Maître-autel offert par la reine Marie-Thérèse.
  • Chapelle (1634)
    Chapelle de Richelieu : le Cardinal de Richelieu, tombé malade en 1632, fit le vœu de faire élever une chapelle à Notre-Dame-des-Ardilliers en cas de guérison.
  • Chapelle (1635)
    Chapelle de Servien.

HISTOIRE DU SANCTUAIRE

Origines :
Date de première mention : 1454
Initiative de la fondation :
  • ?
Environnement institutionnel, politique et religieux :
Le curé primitif de la chapelle était un moine de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur ; en 1534, quand une chapelle est construite, les administrateurs lui versent un bail et il renonce à ses droits ; en 1619, les Oratoriens prennent en charge la chapelle jusqu’à la Révolution ; en 1796, les Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue (ordre fondé à Saumur au XVIIIe siècle) reprennent la chapelle, et des aumôniers l’administrent ; en 1867, les Pères de Chavagnes se voient confier sa gestion ; en 1940, les Allemands bombardent l’église et les Pères de Chavagnes quittent les lieux ; le sanctuaire rouvre, après les travaux de reconstruction, en 1952. La chapelle d’aujourd’hui a retrouvé son aspect du XVIIe siècle, tout comme l’ancienne École de théologie des Oratoriens (maison de retraite pour les prêtres du diocèse, puis lycée professionnel confié aux Sœurs de Jeanne Delanoue).
Phases d'évolution :

Entre 1454 et 1534, la statue est déposée sur « l’arceau », c’est-à-dire l’arche, de la fontaine miraculeuse. La dévotion se développant sans cesse, une chapelle est ensuite construite en 1534 ; elle est dédiée en 1553 à « Notre-Dame de Pitié ». Des parties de facture classique sont ensuite ajoutées à l’édifice : la chapelle de Richelieu (1634) côté Loire (Nord) et la chapelle du surintendant Servien (1593-1659) côté coteau (Sud). Depuis 1619 et jusqu’à la Révolution, le sanctuaire est géré par les Oratoriens.

La deuxième raison de l’essor des Ardilliers est qu’à partir de 1594, le sanctuaire devient une frontière de catholicité : d’un côté les protestants (la place forte dirigée par Philippe Duplessis-Mornay, le collège et l’Académie) et de l’autre, au bas de la falaise, le sanctuaire marial, connu pour sa série de miracles rédigés à partir de cette date, et au XVIIe siècle géré par les Oratoriens, qui ensuite y fondent leur deuxième école de théologie de France.

Au XVIIIe siècle le sanctuaire fait l’objet de la visite à plusieurs reprises de saint Louis-Marie Grignon de Montfort, fondateur des Missionnaires de Marie, répandus dans l’Ouest.

En 1789, les Oratoriens doivent quitter la chapelle. Elle accueille ensuite un hôpital soignant les blessés des guerres de Vendée, puis une fabrique de salpêtre. En 1796, l’administration des Hospices y transfère les « Servantes des Pauvres de la Providence », institution fondée en 1704 par sainte Jeanne Delanoue, précisément dans le faubourg de Fenêt, qui gèrent la chapelle des Ardilliers de 1796 à 1866, et en deviennent ensuite propriétaires.

La chapelle est confiée par le Concordat de 1801 au clergé diocésain, ce qui ne fait pas revenir les grands personnages dans ce sanctuaire, contrairement à ce qui se produit à Notre-Dame de Liesse. En 1840, un projet prévoit de détruire la chapelle de Richelieu, mais elle est finalement reconstruite.

De nombreux embellissements du sanctuaire interviennent au XIXe siècle (construction d’une grotte de sainte Madeleine dans la chapelle, ressemblant aux grottes de Lourdes qu’on rencontre ailleurs).

De 1867 à 1940 le sanctuaire est desservi par les Fils de Marie Immaculée, plus connus sous le nom de Pères de Chavagnes, ordre fondé en 1802 par le vénérable Louis-Marie Baudoin. En 1940, une bombe allemande détruit la chapelle de l’ancienne École de théologie des Oratoriens.

En 1952 s’achèvent les travaux de restauration de l’ensemble du sanctuaire.

Evénements marquants :
  • Construction (1534)
    Construction de la première chapelle.
  • Construction (XVIIe siècle)
    La chapelle gothique primitive est remplacée au XVIIe siècle, à la suite d’adjonctions successives, par un édifice de type classique. Deux importantes chapelles sont ajoutées et le chœur est profondément modifié. Ses travaux sont financés principalement par la reine Marie-Thérèse. À l’extrême fin du XVIIe siècle, la construction d’une rotonde est entreprise. Elle est surmontée d’un imposant dôme.
  • Installation des religieux (1619)
    Les Oratoriens, qui sont une compagnie de prêtres, s’installent dès 1619.
  • Installation des religieux (1796)
    De 1796 à 1866, les Servantes des Pauvres de la Providence, ordre fondé en 1704 par Jeanne Delanoue, gèrent la chapelle des Ardilliers. Elles en deviennent ensuite les propriétaires en 1866.
  • Transfert (1801)
    La chapelle est confiée par le Concordat de 1801 au clergé diocésain.
  • Rénovation du sanctuaire (1952)
    Les travaux de rénovation du sanctuaire, endommagé durant la seconde Guerre mondiale, s’achèvent en 1952. À cette occasion ont lieu des célébrations présidées par Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII.
Rayonnement(s) :
  • Local (1454 -> 1594)
    Le sanctuaire avait un rayonnement local jusqu’en 1594.
  • National (1594 -> 1789)
    Le sanctuaire avait un rayonnement national de la fin du XVe s.  jusqu’à la Révolution.
  • Régional (1789 -> 1940)
    Le sanctuaire avait un rayonnement régional jusqu’en 1940, quand il est incendié par les allemands (les séries miraculeuses du XIXe siècle l’attestent).
  • Local (1950 -> 2018)
    Le sanctuaire n'a plus qu'un rayonnement local depuis sa réouverture dans les années 1950.

RÉFÉRENCES

Source(s) :
  • Livret de pèlerinage (1715)
    Histoire de l'origine et de la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers de Saumur en Anjou, et des plus signalés miracles que Dieu y a opérez par l'intercession de la sainte Vierge, Saumur, De Gouy, 1715 ; Bibl. mun. Angers H 3333.
  • Livret de pèlerinage (1681)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers lès Saumur en Anjou, et des plus signalez miracles que Dieu y a opérez par l'intercession de la sainte Vierge, Saumur, P. Ernou, 1681, 111 p. ; BNF Lk7-9217 A ; Arsenal 8° H 22079.
  • Livret de pèlerinage (1676)
    Récit de la guérison miraculeuse d'une fille paralytique et boiteuse, arrivée dans l'église de Nostre-Dame des Ardilliers de Saumur, servie par les prestres de l'Oratoire, le 22. juin, feste du Saint Sacrement, mil six cens soixante seize, Saumur, chez François Ernou, 1676, 8 p. ; Arch. hosp. Saumur, III A 3.
  • Livret de pèlerinage (1656)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers lès Saumur en Anjou, des plus signalez miracles que Dieu y a opérez en sa faveur, avec un recueil des nouveaux miracles arrivez depuis l'an 1636 jusques à présent, Saumur, 1656, 119 p. ; BM Toulouse F 157.
  • Livret de pèlerinage (1651)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers lès Saumur en Anjou, des plus signalez miracles que Dieu y a opérez en sa faveur, avec un recueil des nouveaux miracles arrivez depuis l'an 1636 jusques à présent, Saumur, 1651, 112 p.
  • Livret de pèlerinage (1645)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers lès Saumur en Anjou, des plus signalez miracles que Dieu y a opérez en sa faveur, avec un recueil des nouveaux miracles arrivez depuis l'an 1636 jusques à présent, Saumur, 1645, 136 p. ; BNF Lk7-9217.
  • Livret de pèlerinage (1636)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers et des plus signalez miracles que Dieu y a opérez en sa faveur, Saumur, 1636, 110 p. ; Bibl. mun. Poitiers RP in 12-5 / 1 ; Arsenal 8° H 22077.
  • Livret de pèlerinage (1635)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers et des plus signalez miracles que Dieu y a opérez en sa faveur, Saumur, 1635, 110 p. ; Bibl. Mazarine 52161 ; Arsenal 8° H 22076.
  • Livret de pèlerinage (1634)
    Histoire de l'origine de l'image et de la chapelle de Nostre-Dame de la fontaine des Ardilliers de Saumur en Anjou, Saumur, 1634, 64 p. ; BNF Lk7-9217.
  • Livret de pèlerinage (1622)
    RENNES (Guillaume de, sieur de Lille), Les merveilles et miracles tant naturels que surnaturels de la terre, arbres, plantes, pierres, minéraux, animaux raisonnables et irraisonnables, de la mer, des eaux et fontaines, du feu des cieux et des astres, recherchés par G. de Rennes, sieur de l'Isle, angevin, en confirmation de ceux qui se continuent journellement en la chapelle de Notre-Dame des Ardilliers lez Saumur, Saumur, Hernault, 1622, 123 p. ; Goisnard, II-8
  • Livret de pèlerinage (1620)
    Procez verbal du miracle très-véritable arrivé à Saumur le neufiesme jour de septembre mil six cens vingt, en la personne d'une femme paralytique de la ville d'Orléans qui a receu parfaite guérison après s'estre confessée et avoir receu la S. communion en la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers, suivant le veu qu'elle en avoit fait, Paris, D. Langlois, 1620, 15 p. ; BNF Lk7-9215 ; Mazarine 35272.
  • Recueil de miracles (1619)
    Les miracles arrivez à la présence de la Royne mère du Roy en la chappelle de Nostre-Dame des Ardilliers le 5 octobre dernier, avec le procès-verbal de Monsieur le séneschal de Saumur, des attestations de plusieurs personnes qui ont esté présents auxdits miracles, Paris, 1619, 16 p., BNF Lk7-9214 ; Bordeaux, 1620, 16 p., Arch. dép. Maine-et-Loire, bibl. du Plessis-Villoutreys 12 / 3 ; Saumur, R. Hernault, 1620, 15 p., BNF Mss, n.a.f. 7798.
  • Livret de pèlerinage (1619)
    RENNES (Guillaume de, sieur de Lille), Stences sur l'antiquité de la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers et en quel temps l'image de la Vierge fut trouvée, Saumur, René Hernault, 1619, 11 p. ; Arch. dép. Maine-et-Loire 96 H 8.
  • Livret de pèlerinage (1619)
    L'antiquité de la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers et en quel temps l'image de la Vierge fut trouvée, Saumur, 1619, 11 p.
  • Livret de pèlerinage (1619)
    Histoire d'un miracle advenu à Nostre-Dame des Ardilliers, par l'intercession de la TSV Mère de Dieu, à l'arrivée de la Royne mère du Roy à Saumur, avec le rapport ou discours de Monsieur Citois docteur en médecine à Poictiers, sur le sujet dudit miracle, Paris, 1619, 29 p. ; Bibl. Mazarine 32126.
  • Livret de pèlerinage (1618)
    BOURNEAU, Le déluge de Saumur en 1615, Saumur, 1618, 150 p.
  • Livret de pèlerinage (1613)
    Procez verbal du miracle très-véritable arrivé à Saumur le neufiesme jour de septembre mil six cens vingt, en la personne d'une femme paralytique de la ville d'Orléans qui a receu parfaite guérison après s'estre confessée et avoir receu la S. communion en la chapelle de Nostre-Dame des Ardilliers, suivant le veu qu'elle en avoit fait, Paris, D. Langlois, 1620, 15 p. ; BNF Lk7-9215 ; Mazarine 35272.
  • Livret de pèlerinage (1595)
    Copie d’une lettre envoiée à monsieur l’evesque d’Angers touchant les miracles de Nostre-Dame des Ardilliers lès Saulmur en novembre 1594, s.l.n.d., 1595, 55 p. ; BNF Lk7-9210.
  • Recueil de miracles
    RENNES (Guillaume de, sieur de Lille), Les merveilles et miracles tant naturels que surnaturels de la terre, arbres, plantes, pierres, minéraux, animaux raisonnables et irraisonnables, de la mer, des eaux et fontaines, du feu des cieux et des astres, recherchés par G. de Rennes, sieur de l'Isle, angevin, en confirmation de ceux qui se continuent journellement en la chapelle de Notre-Dame des Ardilliers lez Saumur, Saumur, Hernault, 1622, 123 p. ; Goisnard, II-8.
  • Recueil de miracles
    Recueil des miracles advenus en la chappelle de Nostre-Dame des Ardilliers lez Saumur, par la grâce de Dieu et les prières et intercessions de la glorieuse sacrée Vierge Marie, reveu et augmentée de plusieurs miracles qui se sont faicts en la dicte chapelle, Saumur, s. d., 12 p. ; Arch. dép. Maine-et-Loire, bibl. du Plessis-Villoutreys AD 3301.
  • Archives

    ARCHIVES HOSPITALIÈRES DE SAUMUR

    Les archives hospitalières de Saumur comprennent trois fonds : les archives des oratoriens, celles de l'académie protestante, et celles de l'hôtel-Dieu. Ce premier fonds provient des soeurs de la Providence de Saumur (Servantes des pauvres de Jeanne Delanoue) qui occupent les Ardilliers depuis le départ des oratorien (MIOT, Francine, "Répertoire numérique des archives hospitalières de Saumur", rédigé en 1961, dactylographié en 1995, 36 p. dactylographiées).

    Oratoriens de Saumur

    Fonds de l'Oratoire de Saumur (II A)

    II A 1 : Installation des oratoriens. Historique de la chapelle (1611-1673)

    II A 2 : Lettres du cardinal de Bérulle et des pères généraux Bourgoing, de Condren, de Sainte-Marthe et de La Tour au supérieur de l'Oratoire de Saumur (1620-1715)

    II A 3 : Privilège accordé aux prêtres de l'Oratoire de faire porter au Suisse des Ardilliers la casaque des livrées du roi (1720)

    II A 4 : Armoiries des oratoriens de Saumur, par d'Hozier (1698)

    II A 5 : Rentes (1776)

    Titres de l'Oratoire (II B)

    II B 1  : Baux à ferme des Ardilliers au Prieur de Nantilly (1614-1619)

    II B 2 : Construction des quais le long des Ardilliers (1619-1764)

    II B 3 : Titres de propriété des quais. Permission aux marchands de chapelets, médailles et chandelles, de vendre les jours de fête (1619-1723)

    II B 5 : Procédures au sujet de la propriété des quais (1651-1655)

    II B 6 : Baux et titres de rentes pour terrains et maisons sis sur les quais (1619-1782)

    II B 7 : Achats et baux concernant les abords des Ardilliers (1619-1730)

    II B 8 : Pièces concernant le logis de la Fontaine (1635-1777)

    II B 9 : Pièces concernant la maison du Dauphin (1711-1765)

    II B 10 : Titres de propriété de biens des Ardilliers (1652-1702)

    II B 12 : Procédures contre les curés de Saumur (1606-1759)

    II B 13 : Taxes, biens des Ardilliers (1640-1747)

    II B 14 : Rentes dues par les Ardilliers (1606-1780)

    II B 15 : id. (1672-1756)

    II B 16 : id. (1670)

    II B 17 : Exemptions d'impôts (1652-1693)

    II B 18 : Titres de propriété (1438-1573)

    Matières ecclésiastiques relatives à l'Oratoire

    II C 1 : Pouvoirs accordés aux oratoriens par les évêques d'Angers. Ritus absolvendi ab heresi (1622-1707)

    II C 2 : Pièces diverses, dont une consultation de docteurs en Sorbonne au sujet de la confession des pèlerins (1623-1765)

    II C 3 : Procédures contre les chapelains de Nantilly. Procès-verbal des scandales (1631-1714)

    II C 4 : Pièces liées aux assemblées générales de l'Oratoire. Contestation de leur validité après 1723 par les Pères jansénistes

    II C 5 : Avis pour le spirituel tirés des actes de visite et des lettres des Pères Généraux (1632-1698)

    II C 6 : id. (1632-1711)

    II C 7 : Opposition des Pères jansénistes au déroulement des assemblées générales après 1723 (1716-1729)

    II C 8 : Protestations des maisons de Saumur, Angers, Vendôme, contre la bulle Unigenitus (1718-1752)

    II C 9 : Abjurations de protestants (1665, 1680, 1682, 1711). Récit d'un miracle (1676)

    II C 10 : Règlement de l'évêque d'Angers Henry Arnauld pour la chapelle des Ardilliers (1658)

    II C 12 : Titres de fondations aux Ardilliers (1608-1703)

    II C 13 : id. (1621-1631)

    II C 14 : Actes de consécration de communautés (villes de Bourges et de Saumur) et de particuliers (Prince de Condé en 1616, Madame de Brézé en 1615...) à Notre-Dame des Ardilliers

    II C 15 : Érection de confréries aux Ardilliers (Saint-Joseph en 1626, Saint-Enfant Jésus en 1660). Indulgences. Approbation de reliques (1619-1711)

    Inventaires (II D)

    II D 1 : Modèle d'inventaire. Inventaire des titres des Ardilliers qui sont dans les archives de l'Oratoire de Paris (XVIIe s.-1714)

    Administration (II E)

    II E 1 : Recette et dépense de la maison des Ardilliers (1638-1646)

    II E 3 : Compte-rendu de René Hardre de la gestion de la chapelle des Ardilliers (1619)

    II E 4 : Inventaire des ornements et meubles de la chapelle des Ardilliers (1619)

    II E 5 : Inventaire des meubles des chambres des Ardilliers (1714)

    II E 6 : Projets et devis pour la construction des bâtiments de l'église de Notre-Dame des Ardilliers (1622-1677)

    II E 7 : Pièces liées à la construction des diverses parties des Ardilliers (1556-1692)

    II E 8 : Construction des bâtiments de l'Oratoire et de l'église (1627-1693)

    II E 9 : id. (1655-1691)

    II E 10 : Correspondance liée à la construction des bâtiments. Lettres de Servien, Bourgoing, Sainte-Marthe (1653-1692)

    II E 11 : Procédures à l'occasion de la construction des bâtiments (1657-1672)

    Personnel de l'Oratoire (II F)

    II F 1 : Déclarations de plusieurs frères à leur réception dans la congrégation (1736-1751)

    Fonds de l'Hôtel-Dieu (III)

    III A 2 : Divers pièces. Pèlerins vagabonds (1594-1616)

    III A 3 : Papiers relatifs aux miracles (1604-1638)

Bibliographie :
  • MAES, Bruno, Le roi, la Vierge et la nation. Pèlerinages et identité nationale en France entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, 2002.
  • VIGUERIE, Jean de, Notre-Dame des Ardilliers. Le pèlerinage de Loire, Paris, OEIL, 1986.
Etude(s) universitaire(s) :

PHOTOGRAPHIES LIÉES

Objet de dévotion :
Edifice :
Autre :

À PROPOS DE L'ENQUÊTE

Enquêteur :
  • Maes Bruno
Rédacteur :
  • Maes Bruno
Date de l'enquête :
1995/2015
Date de rédaction de la fiche :
2015
Etat de l'enquête :
En cours
Pour citer cette ficheMaes Bruno, « Notre-Dame-des-Ardilliers », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/778/notre-dame-des-ardilliers, version du 29/11/2018, consulté le 11/12/2018