INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Faustine

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Faustine
Période d'activité :
2016 - 2018
Commune :
Waziers
Département :
Nord

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Waziers
Hameau/Lieu-dit :
La Clochette
Diocèse :
Actuel: Cambrai (2016 - 2018)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Jean XXIII en Douaisis (2016 - 2018)
Ancienne:

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
25 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Compléments :
Le sanctuaire est situé à proximité de mines de charbon.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Faustine (2016 - 2018)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-des-Mineurs
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1927 - 2018)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Sainte-Faustine
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
env. 5 mm
Emplacement :
Dans un reliquaire en forme d’ostensoir, sur l’autel d’une chapelle axiale, sous un vitrail du Christ Miséricordieux.
Datation de l'objet :
1938
Compléments :
La relique fut offerte par le Saint-Siège quelques années avant 2016 (peut-être en 2014, en même temps que la relique de saint Jean-Paul II ?), sans même que la paroisse ou l’évêché en ait fait la demande (Zwerenz, p. 70).

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Née en 1905, Helena Kowalska ressentit l’appel de Dieu dès l’âge de 7 ans. À 19 ans, lors d’une soirée dansante, le Christ crucifié lui apparut une première fois pour lui faire part de sa déception. Le 1er août 1925, elle entra dans la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Varsovie, où elle prit le nom de Sœur Marie Faustine. Durant sa vie, elle fut témoin de plusieurs apparitions du Christ, qui lui demanda entre autres de propager le culte envers la Divine Miséricorde, via l’image du Christ miséricordieux, le chapelet de la Miséricorde divine et l’Heure de la Miséricorde (prière quotidienne à l’heure de la mort du Christ en croix). Elle mourut en 1938, près de Cracovie. Sous son influence, le pape Jean-Paul II institua en 2000 la fête de la Divine Miséricorde, célébrée le dimanche suivant la fête de Pâques.
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
    Jour(s) de fête :
    • Faustine
    Type de fréquentation :
    Continu
    Compléments sur les fréquentations :
    Le 5 de chaque mois (en référence à la Sainte-Faustine, célébrée le 5 octobre), sainte Faustine est vénérée à la fin de la messe du jour. Elle est aussi vénérée chaque jour à l’issue de la messe, dans la chapelle de la Miséricorde, où est exposée sa relique. Elle est également associée au culte de Notre-Dame de Czestochowa lors du pèlerinage du 26 août.
    Pratiques individuelles :
    • Prières
    Pratiques en présence du clergé :
    • Messe
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
        • Plénière (2016)
          Pendant le Jubilé de la Miséricorde en 2016, conformément aux indications du pape François, Mgr  Garnier, archevêque de Cambrai, ouvrit une Porte Sainte dans sa cathédrale. Dans le même temps, il installa chaque mois – pour une durée de quelques jours – une Porte Sainte temporaire en un lieu symbolique de son diocèse. Le premier de ces lieux fut l’église Notre-Dame des mineurs : une Porte Sainte y fut ouverte les 2 et 3 janvier 2016. Pour bénéficier de l’indulgence, les fidèles devaient franchir la Porte Sainte, prier aux intentions du pape et recevoir le sacrement du pardon et la communion dans les jours précédant ou suivant la démarche.
        Compléments sur le culte :
        Le culte à sainte Faustine est associé à celui de la Vierge noire de Pologne (Czestochowa), vénérée à Waziers depuis l’an 1952, et à celui du pape polonais saint Jean-Paul II.

        L'ÉDIFICE

        Description :
        L’édifice fut construit entre 1924 et 1927, à l’initiative de la Compagnie des mines d’Aniche, sur les plans des architectes Louis-Marie et Louis Stanislas Cordonnier. N’appartenant à aucun style connu, l’église se compose d’un immense vaisseau unique porté par de grands arcs en béton. Elle mesure 51 mètres de haut, 60 mètres de long et 20 mètres de large. D’apparence très sobre, elle est en briques, sans colonnade, avec des boiseries au plafond, rappelant l’étayage des galeries minières. Le clocher est tronqué, crénelé, avec une petite flèche effilée et une partie inférieure plus traditionnelle. Fortement dégradée durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut vendue à l’évêché de Cambrai pour un euro symbolique en 2000. À la demande du père François Wojtyla, aumônier de la mission polonaise, l'archidiocèse céda en 2001 sa gestion à l'« Association de sauvegarde de l'église Notre-Dame des Mineurs de Waziers », qui se chargea de la rénover.  Elle fut classée aux monuments historiques le 8 mars 2010 puis classée au patrimoine mondial de l’UNESCO le 30 juin 2012.
        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

            HISTOIRE DU SANCTUAIRE

            Origines :
            Date de première mention : 2016
            Initiative de la fondation :
            • Saint Siège
            Environnement institutionnel, politique et religieux :

            La cité  minière de Waziers fut détruite durant la Première Guerre mondiale. Pour répondre aux besoins de la reconstruction, de nombreux Polonais s’y installèrent dans les années 1922-1923, au sein des cités Notre-Dame, La Clochette et Berce Gayant. Ces quartiers ne bénéficiaient d’aucun lieu de culte ; l’église Sainte-Rictrude était assez éloignée et les différences culturelles entre les habitants de souche et les Polonais amenèrent quelques tensions. Pour ces raisons, ces derniers érigèrent une église de fortune, qui ne mit pas longtemps à s’écrouler. Ainsi, pour répondre aux besoins des nouveaux arrivés et tenter de réconcilier les deux communautés, le Conseil d’administration des mines d’Aniches fit construire une église pour tous les mineurs. La mission catholique polonaise – un organisme créé pour la pastorale des Polonais – possède un aumônier, distinct du curé de la paroisse.

            Phases d'évolution :
            Offerte à l’église par le Saint-Siège, la relique fut installée dans l’église le 30 avril 2016. La cérémonie fut présidée par Mgr Garnier, en présence de nombreux prêtres français et polonais. La chapelle axiale dans laquelle elle est exposée fut pour l’occasion nommée « chapelle de la Miséricorde ». Depuis cette date, la sainte y est vénérée chaque jour et le 5 de chaque mois dans le chœur de l’église, à l’issue de la messe du jour. Associée aux cultes de Notre-Dame de Czestochowa et de saint Jean-Paul II, la piété autour de sainte Faustine s’accroit chaque année durant le pèlerinage marial du 26 août (fête de Notre-Dame de Czestochowa). Liés au culte marial, à la divine Miséricorde et à la Pologne, les cultes rendus à ces quatre figures sont clairement associés, notamment lors du grand pèlerinage annuel (voir les fiches correspondantes).
            Evénements marquants :
            • Arrivée de l'objet de dévotion (2016)
              La relique fut offerte par le Saint-Siège le 30 avril 2016, sans même que l’église en ait fait la demande. Elle fut installée dans l’église le jour même, seize ans précisément après sa canonisation par saint Jean-Paul II, qui instaura pour l’occasion la fête du dimanche de la Divine Miséricorde.
            Rayonnement(s) :
            • Local (2016 -> 2018)
              La relique semble attirer surtout les fidèles de la paroisse et des paroisses voisines.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            Bibliographie :
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • VANOOTEGHEM Florent
            Rédacteur :
            • VANOOTEGHEM Florent
            Date de l'enquête :
            2018
            Date de rédaction de la fiche :
            2018
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheVANOOTEGHEM Florent, « Sainte-Faustine », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/750/sainte-faustine, version du 30/04/2018, consulté le 11/12/2018