INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Grâce

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Grâce
Période d'activité :
1581 - 2018
Commune :
Loos
Département :
Nord

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Loos
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Lille (1913 - 2018)
Ancien: Tournai (1591 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Notre-Dame de Grâce (1835 - 2018)
Ancienne:
Compléments :
Entre 1790 et 1913, le sanctuaire ressortissait au diocèse de Cambrai.

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
25 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Abbaye

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Grâce (1581 - 2018)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-de-Grâce
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1835 - 2018)
Compléments :
L’église était initialement dédiée à Saint-Pierre. Nationalisée sous la Révolution puis vendue en 1799, elle fut restaurée par la comtesse Billé de La Grandville entre 1833 et 1835. À cette date, l’église fut consacrée à Notre-Dame-de-Grâce par Mgr Belmas, évêque de Cambrai.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame de Grâce
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Chœur de l’église
Datation de l'objet :
XVIe siècle

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

Selon la légende, un chasseur nommé Maurice découvrit la statue en 1138 : alors qu’il chassait dans les bois, l’homme fut menacé par une tempête ; il tenta de se mettre à l’abri sous un chêne avant d’être propulsé au loin par une force invisible. À ce moment, la foudre tomba sur le chêne et le fendit en deux, laissant apparaître une magnifique statue de la Vierge, que le chasseur ramassa et emmena chez lui, transformant ainsi son foyer en un véritable sanctuaire.

En 1146, lorsque saint Bernard fonda l’abbaye de Loos, il se rendit chez le chasseur Maurice avec la comtesse Jeanne de Flandre pour récupérer la statue et la placer dans l’abbaye. À cette occasion, Bernard rencontra Marguerite la fileuse, la mère de Maurice, qu’il guérit de sa cécité. La statue serait ensuite restée dans l’abbaye jusqu’en 1566, date à laquelle les moines la cachèrent dans un arbre pour la sauver des Gueux – des huguenots en majorité, révoltés contre le pouvoir espagnol.

La statuette fut ensuite retrouvée en 1581, en plein conflit entre catholiques et protestants. Cette découverte fut considérée comme un signe du ciel : Dieu était avec les catholiques, contre les hérétiques.

Miracles :
Les premiers miracles eurent lieu en 1581. Le premier date du 23 avril : un Lillois souffrant d’apoplexie depuis longtemps retrouva miraculeusement la santé. Entre 1591 et 1592, soixante-deux miracles furent répertoriés. Les miracles continuèrent après le vol de la statue et son remplacement par une copie.
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Répit
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Pâques
  • Pentecôte
  • Purification de la Vierge
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
En 1592, la statue fut volée par les protestants, iconoclastes et hostiles au culte marial. L’évêque Jean Vendeville la remplaça alors par une copie et encouragea la persistance de cette dévotion, rappelant que les miracles n’étaient pas dus à la statue en tant que telle. Face à l’émoi suscité par le rapt, le pèlerinage reprit de plus bel et les miracles continuèrent à avoir lieu (Lottin, p. 346-347).
Pratiques individuelles :
  • Prières
Pratiques en présence du clergé :
  • Messe
Ex voto :
    Confrérie(s) :
    • Notre-Dame de Grâce (1831-1846)
      Elle fut érigée par le pape Grégoire XVI (1831-1846).
    Indulgence(s) :
    • Plénière (1831-1846)
      Le pape Grégoire XVI octroya l’indulgence plénières aux confrères durant les fêtes suivantes (ou l’un des jours de leur octave, au choix des fidèles) : Purification, Annonciation, Visitation, Assomption, Nativité de la Vierge, Rosaire et Conception. Pour en bénéficier, les confrères devaient se réinscrire chaque année, se confesser, communier le jour même des indulgences et réciter ce jour cinq Pater et cinq Ave à l’intention du pape.
    Compléments sur le culte :

    L'ÉDIFICE

    Description :
    L’église était originellement dédiée à saint Pierre. Elle était entourée d’un cimetière datant semble-il du VIIe siècle. Reconstruite en 1350, puis nationalisée à la Révolution, elle fut totalement remaniée dans les années 1830, à l’instigation de la comtesse Billé de La Grandville. C’est à cette époque qu’elle prit le nom de Notre-Dame-de-Grâce. De style néo-gothique, l’église est faite de briques rouge et blanche. Elle mesure 100 mètres de circonférence pour 18 m de haut. Son toit est en ardoise.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1625
        Initiative de la fondation :
        • Religieux
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        L’abbaye Notre-Dame de Loos se trouvait dans une zone de frontière entre terres catholique et protestante. Durant la Réforme catholique, le conflit entre catholiques et protestants y fut particulièrement violent.
        Phases d'évolution :
        La statue de Notre-Dame de Grâce fut trouvée en 1581 dans un arbre près de l’abbaye de Loos. À la suite de plusieurs miracles, dont le premier eut lieu dès 1581, on transféra la statue dans l’église paroissiale en 1591. L’année suivante, la statue fut dérobée par des protestants, iconoclastes et hostiles au culte marial. L’évêque Jean Vendeville la fit alors remplacer par une copie et encouragea la persistance de la dévotion
        Le pèlerinage acquit rapidement un grand prestige. Il commença toutefois à décliner après 1635. À cette date, en raison des hostilités et des incursions des Français aux Pays-Bas, la statue fut transférée dans la chapelle de la Trinité de Lille, puis dans le refuge de l’abbaye en 1649. Elle retrouva définitivement l’église de Loos en 1660. Mais le pèlerinage souffrit de la concurrence et de n’être pas encadré par une confrérie ou un ordre religieux (Lottin, p. 348). Il resta toutefois fort fréquenté jusqu’à la nationalisation de l’église sous la Révolution, puis sa vente en février 1799. Le sanctuaire fut alors racheté dès le 2 juillet par un groupe de 193 fidèles, puis restauré aux frais de la comtesse Bidé de la Grandville, soutenue par son beau-père et quelques amis. La statue, sauvée par le paroissien Félix Jacquart, put enfin reprendre sa place dans le chœur du sanctuaire. La dévotion connut un nouvel essor durant l’épidémie de choléra de mars-novembre 1832 (Notice, 1870). Aujourd’hui, la statue fait toujours l’objet du pèlerinage de « Pâques à lô », qui, comme son nom l’indique, se déroule à Pâques (et non durant les fêtes de la Vierge, comme l’indiquait l’indulgence du pape Grégoire XVI).
        Evénements marquants :
        • Invention de l'objet de dévotion (1581)
          La statue de Notre-Dame de Grâce fut trouvée en 1581 dans un arbre près de l’abbaye de Loos. Elle y avait probablement était oubliée après avoir été placée dans une niche, au sein de cet arbre, par les pères cisterciens. L’arbre l’aurait ensuite recouverte de son écorce.
        Rayonnement(s) :
        • National (XVIe siècle -> XVIIIe siècle)
          Le pèlerinage est connu dans tous les Pays-Bas. Les pèlerins auraient atteint le nombre de 10 000 à 20 000 lors des grandes fêtes. En 1600, les archiducs Albert et Isabelle vinrent même se recueillir devant la statue après leur Joyeuse Entrée à Lille.
        • Local (XIXe siècle -> 2018)
          Au XIXe siècle, le pèlerinage devient beaucoup plus modeste : principalement suivi par des Lillois, Notre-Dame de Grâce est essentiellement célébrée à Pâques.

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
        Bibliographie :
        • LOTTIN, A., Lille, citadelle de la Contre Réforme ? 1598-1667, Dunkerque, éd. des Beffrois, 1984.
        • PLATELLE, H., Les chrétiens face aux miracles : Lille au XVIIe siècle, Paris, Cerf, 1968.
        • Notice sur le pèlerinage a? Notre-Dame de Gra?ce a? Loos, Lille, Six-Horemans, 1870.
        Etude(s) universitaire(s) :

        PHOTOGRAPHIES LIÉES

        Objet de dévotion :
        Edifice :
        Autre :

        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

        Enquêteur :
        • VANOOTEGHEM Florent
        Rédacteur :
        • VANOOTEGHEM Florent
        Date de l'enquête :
        2018
        Date de rédaction de la fiche :
        2018
        Etat de l'enquête :
        En cours
        Pour citer cette ficheVANOOTEGHEM Florent, « Notre-Dame-de-Grâce », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/742/notre-dame-de-grace, version du 26/04/2018, consulté le 23/07/2018