INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Paix

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Paix
Période d'activité :
1661 - 2018
Commune :
Ennetières-en-Weppes
Département :
Nord

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Ennetières-en-Weppes
Hameau/Lieu-dit :
Rue du Patronage
Diocèse :
Actuel: Lille (1913 - 2018)
Ancien: Tournai (1661 - 1790)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Martin (? - 2018)
Ancienne:
Compléments :
Entre 1790 et 1913, le sanctuaire ressortissait au diocèse de Cambrai.

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
42 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Paix (1661 - 2018)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Martin
Saints patrons :
  • Martin (? - 2018)
Compléments :
Le culte fut célébré dans l’église paroissiale d’Ennetières-en-Weppes jusqu’à la Révolution. Interrompu vers 1795, il fut restauré en 1801, dans une petite chapelle, non loin de l’emplacement de l’ancien sanctuaire, détruit en 1795. En 1856, le culte fut à nouveau transféré dans l’église paroissiale, reconstruite en 1829.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame de Paix
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
92 cm
Emplacement :
La statue était initialement exposée au-dessus de l’autel de la petite nef. Elle est aujourd’hui placée sur l’autel d’une chapelle axiale, dédiée à Notre-Dame de Paix.
Datation de l'objet :
1850
Compléments :
La statue originelle (XVIIe siècle) était une Vierge à l’Enfant, représentée en majesté, sous les traits d’une « nouvelle Ève », présentant de sa dextre une pomme dont sortait un rameau d’olivier. L’enfant Jésus montrait de sa main droite le rameau tandis qu’il tenait un globe de sa main gauche (cf. Possoz).

La statue actuelle date de 1850.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
À l’image de son fils, qui en est le Prince, la Vierge Marie est considérée comme la « Reine de la Paix ». À Paris (rue Picpus), elle est vénérée sous le vocable de Notre-Dame de Paix, depuis qu’elle aurait mis fin à la guerre de Trente Ans, en 1648. À Ennetières, on lui rend hommage sous ce même vocable, depuis qu’elle aurait fait cesser la guerre franco-espagnole en 1661.
Miracles :
Arrêt des conflits, guérison (?).
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Paix
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Annonciation
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Notre-Dame de Paix était sans doute invoquée pour la paix dans le monde, en France, dans les familles, dans les cœurs, etc. À Paris, Notre-Dame de Paix est aussi priée pour la guérison des malades et des handicapés (cf. Carlier). Peut-être était-ce aussi le cas à Ennetières.
Pratiques individuelles :
  • Prières
Pratiques en présence du clergé :
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
      • Notre-Dame de Paix (1661)
        Des fidèles virent dans la paix de 1661 une action de Notre-Dame de Paix, qu’ils étaient venus prier à Ennetières : ils fondèrent alors une confrérie avec l’accord du pape Alexandre VII. Celle-ci fut confirmée le 22 avril 1749 par Benoît XIV. Le rôle des confrères était de prier pour l’union entre les princes chrétiens et d’assurer leur salut. Dissoute à la Révolution, la confrérie fut restaurée le 6 juin 1856 par le pape Pie IX, à la demande de l’abbé Mullet, curé d’Ennetières, et avec le soutien de l’archevêque de Cambrai, Mgr Régnier.
      Indulgence(s) :
      • Plénière (1856)
        Lors de la restauration de la confrérie, le pape Pie IX octroya l’indulgence plénière, le 6 juin 1856, à tous les confrères qui visitaient l’église le jour de l’Annonciation depuis les premières vêpres jusqu’à la fin de la journée : ils devaient pour cela prier pour « l’exaltation de l’église, l’extirpation des hérésies et l’union des princes chrétiens ». Le pape ajouta sept ans et sept quarantaines d’indulgence pour les confrères qui visitaient l’église quatre autres jours choisis par l’évêque et soixante autres jours d’indulgence à chaque messe et à chaque œuvre pieuse.
      Compléments sur le culte :

      L'ÉDIFICE

      Description :

      Le sanctuaire d’origine fut détruit en 1795, par les partisans de la Révolution. Il fut reconstruit en 1829, sur les restes de l’ancienne église. De style néo-roman, il fut érigé sur les plans de l'architecte Benjamin-Joseph Dewarlez. La première pierre fut posée le 19 mai 1829 par le légitimiste Ferdinand Potteau, seigneur d'Hancardrie. La nouvelle église fut ensuite consacrée le 19 octobre 1830 et achevée en 1832.

      Elle fut à nouveau détruite en août 1918, par des dynamites allemandes.
      L'église actuelle fut reconstruite en 1924, de manière quasi-identique à la précédente. Elle est de style néo-roman. Une grande statue de Notre-Dame de Paix se trouve par ailleurs sur un culot en saillie, au-dessus du porche d'entrée de l’église, devant une fenêtre circulaire.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : XVIIe siècle
          Initiative de la fondation :
          • Groupe de fidèles
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Phases d'évolution :

          D’après la tradition, le culte daterait de la fin du XIIIe siècle. Un mémorial historique de l’abbaye de Loos (XVIIe-XVIIIe siècles) appuie cette allégation : en 1297, lorsque Philippe le Bel engagea la bataille contre le comte de Flandre, des moines se seraient rendus à Ennetières pour se mettre sous la protection de Notre-Dame de Paix, ce qu’ils auraient fait de nouveau en 1479 (face à la menace de Louis XI), en 1566 (après la dévastation de l’église d’Armentières par les Gueux), en 1641 (durant la guerre franco-espagnole), en 1667 (pendant les guerres de Dévolution) et en 1669 (pendant l’épidémie de Peste) (AdN 27 H 66). Malgré les dires du document, il est frappant qu’aucun grand chroniqueur flamand du début du XVIIe siècle ne parle de cette dévotion : ni Vincart, ni L’Hermite, ni Buzelin n’en eurent semble-t-il connaissance… Il est probable que le pèlerinage naquit après la guerre franco-espagnole : les fidèles qui supplièrent la Vierge de mettre fin au conflit furent exaucés en 1661. En remerciement, ils installèrent une statue de Notre-Dame-de-Paix dans leur église, où ils vinrent prier pour la paix entre les royaumes chrétiens, et ce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Nationalisée, l’église fut pillée, puis détruite par les révolutionnaires en 1795. La statue fut cachée par un paroissien jusqu’au Concordat (1801). L’église n’existant plus, on érigea une petite chapelle sur le bord d’une route pour y installer la statue. Restaurée à plusieurs reprises par de mauvais artisans, l’image devint méconnaissable et le culte tomba dans un oubli relatif. En 1850, la statue fut ainsi vendue à un antiquaire et remplacée par une nouvelle statue à l’initiative du propriétaire de la chapelle et avec l’accord de l’abbé Mullet, curé de la paroisse. Regrettant rapidement cet acte, le prêtre voulut la récupérer : malheureusement, le marchand l’avait déjà revendue et le nouvel acquéreur refusait de s’en séparer. Finalement, en 1856, après nombre de prières et neuvaines, le nouveau propriétaire en fit don à la paroisse. Ce don fut considéré comme une grâce divine ; la ferveur reprit et la statue fut installée dans un trône richement paré, dans  la nouvelle église paroissiale, construite en 1829 (cf. Possoz). Par la suite, la statue historique fut retirée et le culte se concentra autour de la statue de 1850.

          Durant la Première Guerre mondiale, du 20 octobre 1914 jusqu’au début du mois d’octobre 1918, Ennetières fut occupé par les Allemands : l’église fut gravement endommagée durant la bataille d’Ennetières en octobre 1914 ; la statue ne fut retirée des décombres qu’en 1917, avec l’accord des autorités militaires allemandes, le village étant situé dans la zone des combats. En août 1918, l’église, déjà en ruines, fut dynamitée par les Allemands, qui virent là un moyen de se venger de leur défaite dans la région. L’image miraculeuse fut, dès 1917, mise en sûreté, d'abord au presbytère de Lomme, puis à l'évêché de Lille, par l'abbé Vromant, vicaire de Lomme, qui la rendit à l'église d'Ennetières en 1927 (cf. Brouckaert).
          Evénements marquants :
          • Création de pèlerinage (1661)
            D’après la tradition, le culte serait né au XIIIe siècle, avant d’acquérir toute son importance après la guerre franco-espagnole, vers 1661. Il est plus probable que le culte se développa plus simplement à partir de cette date. Les fidèles qui avaient demandé à la Vierge de faire cesser les hostilités furent exaucés en 1661 ; en reconnaissance, ils installèrent une statue de « Notre-Dame de Paix » dans leur église, où l’on vint dès lors prier pour la paix en général, et plus particulièrement entre les royaumes chrétiens.
          • Abandon du pèlerinage (1795)
            Durant la Révolution, l’église fut nationalisée et pillée, puis détruite par les révolutionnaires. La statue fut toutefois sauvée par un paroissien, qui la mit à l’abri chez lui, jusqu’au Concordat.
          • Reprise du culte (1801)
            L’église n’existant plus, on érigea une petite chapelle sur le bord d’une route. Restaurée à plusieurs reprises par de mauvais artisans, l’image devint méconnaissable et son culte tomba dans un oubli relatif.
          Rayonnement(s) :
          • Local (1661 -> 2018)
            Le culte fut sans doute essentiellement suivi par les fidèle de la paroisse et des paroisses voisines.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          Bibliographie :
          • ANSAR, P., JEANSON, M., SANDEVOIR, T., À la découverte des chapelles du pays de Weppes, Lille, ARARCO, 2001.
          • Ennetières-en-Weppes hier et aujourd'hui, Lille, CUDL, 1986.
          • BROUCKAERT, abbé, Notre-Dame de Paix en la seigneurie et paroisse d'Ennetières en Weppes, Lille, 1945.
          • POSSOZ, A., Le saint pe?lerinage de Notre-Dame-de-Paix a? Ennetie?res-en-Weppes : suivi de prie?res et de pratiques en son honneur, Tournai, chez Malo et Levasseur, 1859.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • VANOOTEGHEM Florent
          Rédacteur :
          • VANOOTEGHEM Florent
          Date de l'enquête :
          2018
          Date de rédaction de la fiche :
          2018
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheVANOOTEGHEM Florent, « Notre-Dame-de-Paix », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/739/notre-dame-de-paix, version du 25/04/2018, consulté le 27/05/2018