INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Kérizinen-en-Plounévez-Lochrist

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Kérizinen-en-Plounévez-Lochrist
Période d'activité :
1947 - 2018
Commune :
Plounévez-Lochrist
Département :
Finistère
Localisation de Kérizinen

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Plounévez-Lochrist
Hameau/Lieu-dit :
Kérizinen
Diocèse :
Actuel: Quimper-Léon (1947 - 2018)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Saint-Paul Aurélien du Haut-Léon (1996 - 2018)
Ancienne: Plounévez-Lochrist (1947 - 1996)
Compléments :
Le sanctuaire de Kérizinen appartenait à l’ancienne paroisse de Plounévez-Lochrist, dans le diocèse de Quimper-Léon. Depuis 1996, cette paroisse fait partie de la paroisse Saint-Paul Aurélien du Haut-Léon, qui regroupe dix-neuf paroisses originellement indépendantes et dont le chef-lieu est l’ancien évêché de Saint-Pol.

Site

Type de site :
Plateau
Altitude :
75 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Hameau
Type de proximités :
Axe de circulation
Cours d'eau
Compléments :
Le sanctuaire se trouve au nord-est du plateau du Léon, entre Lesneven et l’ancien siège épiscopal de Saint-Pol. La RN 12 qui relie Rennes à Brest passe à dix kilomètres au sud. La D788 (Roscoff-Lesneven) passe à proximité du sanctuaire. Celui-ci se trouve à deux cents mètres du hameau de Kérizinen et à 2500 m au sud du bourg de Plounévez-Lochrist (chef-lieu de commune). Le fleuve côtier du Kerrus passe à proximité du sanctuaire et le littoral le plus proche (la Manche) se trouve à cinq kilomètres au nord.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Kérizinen-en-Plounévez-Lochrist (1947 - 2018)
Compléments :
La Vierge de Kérizinen reçut le vocable de "Vierge du Très Saint Rosaire" en raison de ses encouragements répétés à la pratique du Rosaire.

Type de lieu de culte :
Oratoire
Nom du lieu de culte :
Oratoire de Kérizinen
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1956 - 2018)
Compléments :
En 1949, les habitants du hameau financèrent l’achat d’une modeste Vierge de faïence et d’une niche de verre. Le premier oratoire dédié à Notre-Dame du Très Saint Rosaire fut achevé en 1956, neuf ans après que les apparitions aient été rendues publiques. Dès son inauguration, le culte fut frappé d’interdit par l’évêque de Quimper-Léon (renouvelé en 1961, 1973, 1975 et 2012). Un oratoire beaucoup plus grand fut achevé en 1978. Bien qu’il ait les dimensions d’une église, il n’est pas consacré. La pratique de l’Eucharistie n’y est donc pas autorisée. Un accueil de jour fut construit en 1992, suivi d’une hôtellerie d’une capacité de vingt places. Encore aujourd’hui, le diocèse de Quimper-Léon et le Saint-Siège refusent de reconnaître le culte de Notre-Dame de Kérizinen. L’Association des Amis de Kérizinen gère le sanctuaire au moyen de trois administratrices qui s’occupent de l’accueil et de l’écoute des pèlerins, ainsi que de l’organisation des prières.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame du Très Saint Rosaire
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Chœur de l’oratoire
Datation de l'objet :
1956
Compléments :
La statue de Notre-Dame de Kerizinen fut inaugurée en 1956, en même temps que l’oratoire qui l’abrite. La Vierge se tient debout les mains jointes en train de méditer un chapelet. Elle est polychrome : sa tunique est bleue, son voile et sa ceinture sont blancs. La Vierge est couronnée d’un diadème doré, et sa tête cerclée de douze étoiles.

LE CULTE

Statut du culte :
Combattu
Légendaire :
Entre 1938 et 1965, la Vierge serait apparue à soixante et onze reprises à une jeune agricultrice du hameau de Kérizinen, Jeanne-Louise Ramonet (1910-1995). Semi-handicapée et de santé fragile, celle-ci avait effectué un voyage à Lourdes en 1936. Lors des trois apparitions qui eurent lieu le jour de l’Assomption, Marie aurait été accompagnée d’anges. À partir de 1955, Jésus apparut systématiquement à ses côtés. Marie annonça de grands bouleversements pour l’Église, la France et le monde (thèmes similaires aux apparitions de l’Ile-Bouchard en 1947), mais aussi que seraient sauvés ceux qui pratiqueraient régulièrement l’Eucharistie, la confession et la méditation du Rosaire. Elle aurait demandé la construction d’une église comme condition indispensable de salut. La Vierge et Jésus auraient encouragé la dévotion à leurs deux « Cœurs unis dans le Saint-Esprit », figurés par deux cœurs reliés par un glaive. Jeanne-Louise Ramonet confessa ses apparitions dès 1939 ; le recteur de Plounévez-Lochrist la força au silence mais lui conseilla néanmoins de mettre ces révélations par écrit. Ces apparitions furent annoncées au grand public en octobre 1947, à l’insu de la voyante elle-même. Une source aux vertus miraculeuses annoncée dès 1949 par la Vierge aurait jailli en 1952 en contrebas du champ des apparitions. Dès la construction du premier oratoire en 1956, le sanctuaire fut frappé d’interdit par l’évêque de Quimper. En 1975, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi refusa de reconnaître la véracité de ces apparitions. Selon Rome, le témoignage de la voyante confère à Marie un rôle trop important dans le salut des âmes (celui de « corrédemptrice »), non conforme aux Évangiles ; elle est censée conduire à son fils Jésus, et non sauver avec lui. De plus, la construction du sanctuaire comme moyen indispensable au salut serait, selon l’évêque de Quimper, non conforme au caractère universel du message de Jésus (Quimper et Léon, Bulletin Diocésain, 26.05.1975, p. 313-319).
Miracles :
La première guérison liée au culte de Notre-Dame du Très Saint Rosaire eut lieu en 1949, deux ans après l’annonce des apparitions au grand public. Même si on ne sait s’il s’agit de miracles au sens surnaturel, les nombreux ex-voto, notamment les cannes et béquilles, témoignent d’un fort recours thérapeutique et de guérisons obtenues. Une source aux propriétés miraculeuses jaillit en 1952. La Vierge l’aurait annoncée dès 1949. Plusieurs phénomènes merveilleux se seraient également déroulés à Kérizinen au cours de l’année 1954 : dédoublement du soleil et pluie de pétales de roses.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Compléments :
Les nombreuses cannes et béquilles offertes en ex-voto témoignent d’un fort recours thérapeutique.
Jour(s) de fête :
  • Assomption
Type de fréquentation :
Continu
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
  • Dons
  • Actions de grâce
  • Voeux
Pratiques en présence du clergé :
  • Bénédictions
  • Chants
  • Pèlerinage
Ex voto :
  • Béquille
    De nombreuses béquilles sont exposées dans le chœur de l’oratoire. Elles datent du XXe et début du XXIe siècle.
  • Texte gravé
    De nombreuses plaques de marbre gravées sont accrochées dans le chœur de l’oratoire. Elles datent du XXe et début du XXIe siècle.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      Le Rosaire est médité tous les jours à l’oratoire à quinze heures. Jusqu’à sa mort en 1995, Jeanne-Louise Ramonet y assistait quotidiennement. À partir de 1973, une médaille représentant les deux cœurs de la Vierge et du Christ fut frappée et vendue aux pèlerins.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      L’oratoire originel consiste en un simple bâtiment carré à toit aux longs pans de six mètres sur huit, construit en 1956. Il constitue maintenant le sanctuaire d’un oratoire plus tardif (1976-1978) venu le recouvrir (cf. http://kerizinen.com/oratoire-de-kerizinen.html). Capable d’accueillir mille deux cents personnes, ce second oratoire consiste en une nef unique à plan trapézoïdal qui se réduit au fur et à mesure que l’on progresse vers le chœur. Celui-ci prolonge la nef par une avancée à plan carré. L’édifice mesure au total soixante mètres de long sur trente-cinq de large (au niveau du portail) et est orienté nord sud (le chœur au nord). Le portail consiste en un grand vitrail triangulaire (le pignon de la nef) montrant les deux figures de Jésus et de la Vierge avec leurs cœurs reliés par un glaive. Le gros œuvre est en bois et la toiture est faite de tôles de zinc.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Fontaines (1952)
        Une source miraculeuse coule en contrebas du champ des apparitions depuis 1952. La Vierge l’aurait annoncée dès 1949. Cette source fut aménagée en 1973 et une statue de la Vierge y fut placée en 1994. Son eau aurait provoqué de nombreuses guérisons.
      • Maisons de pèlerins (1992)
        Un accueil de jour fut d’abord construit en 1992. Peu après, l’Abri Notre-Dame fut construit dans le but d’héberger des pèlerins. Vingt personnes au maximum peuvent y dormir.
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1947
        Initiative de la fondation :
        • Laïc isolé
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        Phases d'évolution :
        Aucune synthèse historique n’a pour l’instant été produite sur le dossier délicat de Kérizinen. Les archives du sanctuaire et celles du diocèse de Quimper-Léon sur ce cas étant inaccessibles, le travail de l’historien demeure difficile. Malgré les différents interdits promulgués par l’évêché de Quimper et le Saint-Siège, le sanctuaire attira des pèlerins à partir de la fin des années 1940 (les apparitions étant rendues publiques en 1947). En 1949, les habitants du hameau financèrent l’achat d’une modeste Vierge de faïence et d’une niche de verre. Puis le culte de Notre-Dame du Très Saint Rosaire eut suffisamment d’audience pour qu’un modeste oratoire fût construit en 1956 (avec un financement dont nous ignorons l'origine). Dans les années 1970, son renom avait augmenté. En témoignent la multiplication des interdits (1971, 1975) et le développement du sanctuaire : création de l’Association des Amis de Kérizinen (1972), aménagement de la source (1973) et construction du grand oratoire (1976-1978). Les données chiffrées sont rares, mais on sait que l’inauguration du premier oratoire (1956) attira environ cinq mille fidèles, et celle du second environ douze mille. Selon les Amis de Kérizinen, le sanctuaire accueillait environ cent mille personnes par an dans les années 1980, et en accueille vingt mille aujourd’hui. La moyenne d’âge actuelle des pèlerins serait plus jeune que pour les autres sites, le sanctuaire attirant de nombreux jeunes et familles. Selon Yves Chiron, le cas de Kérizinen s’inscrit dans une vague de sanctuaires contemporains dont les apparitions sont encore controversées, comme Tilly (Calvados), Garabandal (Espagne), Medjugorge (Bosnie) ou San-Damiano (Italie). Entre 1900 et 1954, le Vatican avait eu à trancher sur plus de trois cent cinquante cas d’apparitions privées, n’autorisant un culte que pour quatorze d’entre eux.
        Evénements marquants :
        • Apparition (1938-1965)
          De 1938 à 1965, la Vierge serait apparue à soixante et onze reprises à Jeanne-Louise Ramonet. Cette dernière aurait noté le contenu de ses messages dans des cahiers d’écolier.
        • Autre (1947)
          En octobre 1947, une petite fille ayant surpris la confession de Jeanne-Louise Ramonet fut à l’origine de la diffusion de la nouvelle des apparitions au grand public.
        • Enquête canonique (1949)
          Le premier miracle lié au culte de Notre-Dame de Kérizinen eut lieu en 1949. Peu après, la miraculée fut convoquée par l’évêque de Quimper dans le cadre de l'enquête sur la véracité du miracle.
        • Inauguration (1956)
          Le premier oratoire de Kérizinen fut inauguré en 1956, en présence de cinq mille personnes. Peu après, il fut frappé d’un interdit par l’évêque de Quimper.
        • Autre (1972)
          L’Association des Amis de Kérizinen fut fondée en 1972 pour aider Jeanne-Louise Ramonet à gérer le sanctuaire. Elle comptait entre quatre cents et quatre cent cinquante membres en 2013.
        • Interdiction (1975)
          Après trois interdits promulgués par les évêques de Quimper entre 1956 et 1971, le Saint-Siège approuva l’attitude de ces derniers et l’interdit fut maintenu. La Congrégation pour la Doctrine de la Foi avait étudié les dossiers présentés par chacune des deux parties (le diocèse de Quimper et les Amis de Kérizinen).
        • Construction (1978)
          Un nouvel oratoire fut construit entre 1976 et 1978, venant englober le premier. Son inauguration attira douze mille personnes.
        • Autre (1995)
          Jeanne-Louise Ramonet mourut le 19 février 1995, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.
        Rayonnement(s) :
        • Local (1947 -> 1970)
          Le sanctuaire attira des pèlerins à partir de la fin des années 1940 (les apparitions étant rendues publiques en 1947). Le culte de Notre-Dame du Très Saint Rosaire eut suffisamment d’audience pour qu’un modeste oratoire fût construit en 1956.
        • Diocésain (1970 -> 2018)
          Dans les années 1970, l’audience du culte de Notre-Dame de Kérizinen semble avoir pris une nouvelle ampleur. En témoignent le renouvellement des interdits épiscopaux (1971 et 1975) et le développement du sanctuaire : création de l’Association des Amis de Kérizinen (1972), aménagement de la source (1973) et construction du grand oratoire (1976-1978). Selon les Amis de Kérizinen, le sanctuaire accueillait environ cent mille personnes par an dans les années 1980, et vingt mille aujourd’hui.

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
        Bibliographie :
        • DE LAUBIER, P., «Regard sur le cas de Kérizinen », in France Catholique, 2014.
        • TRANVOUEZ, Y., Catholiques en Bretagne au XXe siècle, Rennes, PUR, 2006, p. 46-47.
        • TRANVOUEZ, Y., «Jeanne-Louise Ramonet », in M. LAGR ÉE, dir., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 3, La Bretagne, Paris-Rennes, Beauchesne/Institut culturel de Bretagne, 1990, p. 356-357.
        • MGR BARBU, F., «La Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi approuve les conclusions de l'évêque de Quimper sur les événements de Kérizinen », in Quimper et Léon, Bulletin Diocésain, Nouvelle Série, 14, 1975, p. 313-319.
        • AUCLAIR, R., Kérizinen. Apparitions en Bretagne, Paris, Nouvelles Editions Latines, 1968.
        • «Kérizinen. Messages du Sacré-C?ur et de la Sainte Vierge », in Les Amis de Kérizinen, Brest.
        Etude(s) universitaire(s) :

        PHOTOGRAPHIES LIÉES

        Objet de dévotion :
        Edifice :
        Autre :
        • Localisation de Kérizinen - Maxime Bolard - 2018

        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

        Enquêteur :
        • BOLARD / PROVOST Maxime / Georges
        Rédacteur :
        • BOLARD Maxime
        Date de l'enquête :
        1995/2018
        Date de rédaction de la fiche :
        2018
        Etat de l'enquête :
        Complète
        Pour citer cette ficheBOLARD Maxime, « Notre-Dame-de-Kérizinen-en-Plounévez-Lochrist », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/730/notre-dame-de-kerizinen-en-plounevez-lochrist, version du 12/03/2018, consulté le 21/11/2018