INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Ephrem-de-Jâlons

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Ephrem-de-Jâlons
Période d'activité :
XVIIe siècle - 2018
Commune :
Jâlons
Département :
Marne
Crypte de l'�glise Saint-Ephrem de J�lons

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Jâlons
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Châlons-en-Champagne (XVIIe siècle - 2018)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Saint-Ephrem (1997 - 2018)
Ancienne: Jâlons-les-Vignes (XVIIe siècle - 1997)
Compléments :
Le sanctuaire a brièvement dépendu du diocèse de Meaux, entre 1801 et 1821, puis de celui de Reims, entre 1821 et 1825.

Site

Type de site :
Vallée
Altitude :
79 m
Compléments :
Le sanctuaire est situé dans la vallée de la Marne. Le village de Jâlons se trouve sur la route de Châlons-en-Champagne à Épernay, peu au sud du confluent entre la Somme-Soude et la Marne. Un autre cours d’eau, les Tarnauds, passe près du village à proximité de plusieurs étangs.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Axe de circulation
Cours d'eau

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Ephrem-de-Jâlons (XVIIe siècle - 2018)
Compléments :

Depuis le XIXe siècle au moins, on reconnaît dans le saint vénéré à Jâlons le 9 juillet (Bréviaire de 1840), le diacre d’Édesse du IVe siècle. Cependant, il se pourrait que l’on ait d’abord vénéré un saint local dans lequel on reconnaissait un frère de saint Gibrien : saint Abranus, dont le dérivé serait Evrain, qui aurait pu donner Ephrem par corruption (comme le propose J.-P. Ravaux, 2008).


Bien que le pèlerinage soit attesté au XVIIe s., il est surtout vivant au XIXe s.


Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Ephrem
Saints patrons :
  • Ephrem (XIe siècle - 2018)
Compléments :
Jâlons est une possession ancienne de l’Église de Châlons qui provient d’un legs de saint Remi, spécifiant, dans son testament qu’il tenait la villa Gelonis du roi Clovis. La confirmation des biens du chapitre Saint-Étienne par Pascal II, en 1107, nous apprend qu’ils détiennent alors la moitié de la villa et que l’évêque Roger III, à la fin du XIe siècle, leur avait donné l’autel de Jâlons.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Ephrem
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
Compléments :
La relique de saint Ephrem est arrivée à Jâlons le 4 avril 1863 suite aux démarches de l’abbé Chapusot auprès de plusieurs ecclésiastiques romains. Mme Lemaire (dont le mari avait précédemment offert la châsse de saint Sébastien) offre alors le reliquaire au nom de son petit-fils Henry Bertrand.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Un légendaire concerne le culte de saint Sébastien (reliques ne pouvant être déplacées) mais non saint Ephrem (voir fiche Saint-Sébastien de Jâlons).
Miracles :
Guérison des croûtes de lait (« cuirée ») évoquée au XIXe siècle.
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • 9 juillet (dimanche dans l'octave de saint Ephrem)
Type de fréquentation :
Irrégulier
Compléments sur les fréquentations :
Si le culte depuis le XVe siècle concerne principalement saint Sébastien, l’octroi des indulgences en 1664 mentionne également la fête de saint Ephrem parmi les jours où les confrères doivent visiter le sanctuaire. Au XIXe siècle, la dévotion à saint Ephrem est liée à la demande de guérison des croûtes de lait des enfants (« cuirée »), tandis que l’on prie saint Sébastien pour être protégé de la grêle et des incendies.
Pratiques individuelles :
    Pratiques en présence du clergé :
      Ex voto :
      • Texte gravé (XIXe siècle)
        Disparus, les ex-voto sont mentionnés par l’abbé Chapusot. Ils portaient les dates de 1863, 1864, 1865 et 1866.
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
        • Plénière (1664)
          Indulgence plénière accordée en 1664 aux membres de la confrérie de Saint-Sébastien, le jour de leur entrée dans cette confrérie, à l’article de la mort et le jour de la fête du saint, « pourvu qu’ils se soient confessés, qu’ils aient reçu la sainte communion et qu’ils soient allés prier dans l’église du lieu, aux intentions ordinaires. Sous les mêmes conditions, les membres […] peuvent gagner sept ans et sept quarantaines d’indulgences, savoir : le lendemain de Pâques, le dimanche dans l’octave de saint Ephrem, premier patron de l’église de Jâlons, le jour de la Nativité de la Sainte Vierge et le dimanche pendant l’octave de saint Sébastien ».
        • Partielle 40 j. (1867)
          L’évêque de Châlons accorde en 1867 40 jours d’indulgence, notamment à toute personne qui visitera la crypte de Jâlons et à tous ceux qui feront une neuvaine à saint Ephrem.
        Compléments sur le culte :

        L'ÉDIFICE

        Description :
        L’église comporte un chevet plat roman édifié sur une crypte de plan rectangulaire, une tour de croisée romane, un porche-galerie. L’église a été fortement reprise à l’époque flamboyante.
        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Crypte (XIIe siècle)
            La présence de cette crypte-halle, dont certains éléments suggèrent qu’il a existé une crypte antérieure, pourrait être mise en relation avec un éventuel culte de reliques. Toutefois aucune source ne permet de valider cette lecture. La crypte a été restaurée et dotée d’un nouvel autel en 1862.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1664
          Initiative de la fondation :
          • ?
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Jâlons est une ancienne propriété du chapitre cathédral de Châlons.
          Phases d'évolution :
          La construction d’une crypte, comme le soin apporté à la construction romane (porche-galerie, clocher…) permet d’envisager que cette église abritait dès le XIIe siècle des reliques particulièrement vénérées. L’abbé Chapusot a cru pouvoir supposer que des reliques de saint Ephrem, diacre d’Édesse, qu’un seigneur de Jâlons aurait rapportées de croisade, seraient à l’origine du culte. Cette supposition vient d’une donation faite par le seigneur Isambert à l’hôtel-Dieu de Châlons, à l’occasion de son départ pour la croisade (supposé vers 1147). La charte était en 1844 entre les mains du propriétaire de la « Ferme de l’Hôpital » qui avait hérité des titres avec la propriété. L’abbé Chapusot attribue l’origine du pèlerinage à une supposée guérison miraculeuse du seigneur Isambert qui aurait été victime de la lèpre dans les environs d’Édesse et aurait invoqué Ephrem. Cette explication est une construction brodée sur de faibles indices. Tout au plus, la rareté du culte de saint Ephrem en Occident n’interdirait pas de penser que l’on ait commencé à voir dans le saint patron de Jâlons le diacre d’Édesse, à l’époque des Croisades. Au XVe siècle, le pèlerinage renaîtrait ou plutôt naîtrait de la vénération d’une relique de saint Sébastien, dont la présence est attestée à Jâlons à plusieurs reprises, un nouveau reliquaire, sans doute en forme de buste étant réalisé en 1468. Le pèlerinage à saint Sébastien subsiste ensuite (mention d’une confrérie en 1664, sauvetage des reliques en 1793, remise à l’honneur au milieu du XIXe siècle : voir la fiche Saint-Sébastien de Jâlons). En 1664, l’octroi des indulgences à la confrérie Saint-Sébastien mentionne la fête de saint Ephrem parmi les jours où les confrères doivent visiter le sanctuaire. Si l’on en croit les témoignages rassemblés par l’abbé Chapusot, des pèlerins des villages environnant venaient vénérer saint Ephrem à la veille de la Révolution. Dans les années 1860, des efforts pour restaurer la crypte et l’église et des recherches historiques menées par l’abbé Chapusot, conduisent à restaurer d’abord le pèlerinage à saint Sébastien dont la relique est réhabilitée. C’est ensuite que le même curé restaure un pèlerinage à saint Ephrem qui était traditionnellement vénéré à Jâlons et invoqué pour la guérison des croûtes de lait des enfants, la crypte étant désormais nommée « crypte Saint-Ephrem ». En 1863, ses démarches aboutissent à l’obtention d’une parcelle de relique de saint Ephrem.
          Evénements marquants :
          • Confrérie (1664)
            Le 15 octobre 1664, une confrérie de saint Sébastien est fondée par une bulle d’Alexandre VII. Elle mentionne la fête de Saint-Ephrem parmi les dates où les confrères doivent fréquenter l’église.
          • Inauguration (1862)
            Le 7 avril 1862 est inaugurée la crypte Saint-Ephrem, restaurée et dotée d’un nouvel autel.
          Rayonnement(s) :
          • Local (XVIIe siècle -> 2018)
            À la veille de la Révolution (selon les témoignages de vieillards recueillis par l’abbé Chapusot), les pèlerins venaient d’assez loin (Oger notamment, à un peu plus d’une quinzaine de km). Parmi les dévots ayant eu recours à saint Ephrem, l’abbé Chapusot mentionne principalement des personnes des villages et bourgs de la rive gauche de la Marne.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Source publiée
            Privilège de Pascal II : Acte n°4860 dans Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France , Cédric GIRAUD, Jean-Baptiste RENAULT et Benoît-Michel TOCK, éds., Nancy : Centre de Médiévistique Jean Schneider; éds électronique : Orléans : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2010. (Telma). En abrégé, citer : « Charte Artem/CMJS n°4860»[En ligne] http://www.cn-telma.fr/originaux/charte4860/.
          • Site internet
            Notice de l’église sur le site du diocèse de Châlons [en ligne] : http://chalons.catholique.fr/eglises/jalons-eglise-saint-ephrem/ (consulté le 08/02/18).
          Bibliographie :
          • SAPIN, Ch., Les cryptes en France, Paris, Picard, 2014, p. 259.
          • VILLES, Alain, «De Saint-Etienne de Châlons à Saint-Martin de Vertus en passant par Saint-Ephrem de Jâlons-les-Vignes : trois cryptes, trois témoins remarquables de l'art roman en Champagne châlonnaise », in Bulletin des Amis de la cathédrale de Châlons-en-Champagne, n° 2 , 2010, p. 1-9.
          • RAVAUX, Jean-Pierre, «Manuscrits liturgiques médiévaux et sculptures provenant de Notre-Dame de l'Épine conservés par le musée de Châlons-en-Champagne », in Jean-Baptiste RENAULT (éd.), Notre-Dame de L'Epine, 1406-2006, actes du colloque international, 2e partie, Études marnaises, t. CXXIII, 2008, p. 111-138.
          • VERGNOLLE, Éliane, «L'église de Jâlons », in Congrès Archéologique de France, 135e session, 1977, Champagne, Paris, Société française d'archéologie, 1980, p. 436-455.
          • RAVAUX, Jean-Pierre, Églises de la Marne, Paris, 1976.
          • RAVAUX, Jean-Pierre, «Jalons-les-Vignes (Marne) », in Dictionnaire des églises de France, t. V B, Paris, Robert Laffont, 1969, p. 66-67.
          • POINSIGNON, Maurice, Histoire générale de la Champagne et de la Brie, 3 vol. t. I, Châlons-sur-Marne, Martin frères, 1898, p. 412-413.
          • GRIGNON, Louis, Documents inédits pour servir à l'histoire de Châlons 1422-1430, Châlons-sur-Marne, T. Martin, 1880, p. 22 sq.
          • CHAPUSOT, Pierre-Joseph abbé, Saint Ephrem, sa vie, son pèlerinage, neuvaine en son honneur, description de sa chapelle souterraine, Châlons-sur-Marne, J.-L. Le Roy, 1867.
          • CHAPUSOT, Pierre-Joseph abbé, «Crypte Saint-Ephrem de Jâlons », in Revue de l'art chrétien, t. 11, 1867, p. 141-148.
          • CHAPUSOT, Pierre-Joseph abbé, Notice sur la vie de saint Sébastien et sur la relique insigne de ce saint martyr conservée dans l'église de Jalons suivie d'un appendice sur la restauration de la crypte Saint-Ephrem, Châlons-sur-Marne, H. Laurent, 1863.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          • Crypte de l'�glise Saint-Ephrem de J�lons - "Amis de la cathédrale de Châlons"  - 2010
          • Saint-Ephrem de Jâlons, plan de la crypte (d'après É. Vergnolle, 1980)
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • RENAULT Jean-Baptiste
          Rédacteur :
          • RENAULT Jean-Baptiste
          Date de l'enquête :
          2017
          Date de rédaction de la fiche :
          2017
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheRENAULT Jean-Baptiste, « Saint-Ephrem-de-Jâlons », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/728/saint-ephrem-de-jalons, version du 23/02/2018, consulté le 21/11/2018