INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Bellefontaine

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Bellefontaine
Période d'activité :
1629 - ?
Commune :
Emagny
Département :
Doubs
Gravure représentant la statuette de la Vierge du prieuré de Bellefontaine, tirée de l'ouvrage de Philippe Chifflet, 1631, p. 11.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Emagny
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Besançon (1629 - ?)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne:

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
212 m
Compléments :

L’abbaye de Bellefontaine était située au bord de la Lanterne, affluent de la Saône.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Cours d'eau

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Bellefontaine (1629 - ?)
Compléments :

Le pèlerinage à Bellefontaine a débuté avec l’arrivée d’une statuette taillée dans le chêne de Montaigu, apportée par le prieur Philippe Chifflet (1597-1657), futur abbé de Balerne (abbaye cistercienne aujourd’hui disparue, actuel département du Jura) et membre de la dynastie des érudits franc-comtois.


Type de lieu de culte :
Prieuré
Nom du lieu de culte :
Sainte-Marie
Saints patrons :
  • Vierge Marie (XIIe siècle - ?)
Compléments :

Un chanoine de Saint-Paul de Besançon, Raimbaud, créa à Bellefontaine, dans la plaine de l’Ognon, avant 1138, une communauté canoniale, d’abord autonome, puis rattachée à la collégiale Saint-Paul de Besançon. Sa chapelle aurait été dédiée à la Vierge Marie.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Vierge Marie
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
XVIIe siècle
Compléments :

Lorsque Philippe Chifflet déposa la statuette au prieuré de Bellefontaine, il en fit la description suivante : « L’image de la glorieuse Mere de Dieu taillée du chesne miraculeux de Montaigu, de la hauteur de six doigts, ayant une corone du mesme bois, & un sceptre a la gauche, lad. image reposant sur une petite base tornée, et estant enchassee de son long dans un verre de Venise, au milieu d’un tabernacle de bois noyer noircy en façon d’ebesne, ayant quatre colonne, et un dome soustenu de petits piliers tornez, avec une croix au dessus d’iceluy » (Chifflet, p. 31). La statuette se trouve actuellement en l’église Saint-Martin de Pin, commune voisine d'Emagny, au centre d’un autel-retable. Si l’on en croit la description de Chifflet, elle mesure environ 12 cm.


LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

Le chêne de Montaigu, en Brabant (Belgique actuelle), était depuis la fin du XVIe siècle le lieu d’un grand pèlerinage qui avait conduit à la construction d'un vaste oratoire, à partir de 1609, à Montaigu-Scherpenheuvel. Une statuette de la Vierge, suspendue à cet arbre, aurait dispensé de nombreux bienfaits. Lorsque l’on dut abattre le chêne, son bois servit à fabriquer de nombreuses statuettes, aux vertus réputées miraculeuses, elles aussi, et distribuées dans toute l’Europe. L’archiduc et l’archiduchesse des Flandres, Albert et Isabelle, avaient une dévotion toute particulière pour la Vierge de Montaigu et favorisèrent le développement de ce culte en Franche-Comté, dont ils étaient les gouverneurs.

Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Voeu
  • Thérapie
  • Epidémie
Compléments :

Philippe Chifflet rapporte qu’en 1630, les habitants de Pin l’Emagny se placèrent sous la protection de la Vierge de Bellefontaine pour être préservés de l’épidémie de peste qui sévissait alors. Le vœu fut publié le jour de la Sainte-Anne en l’église de Bellefontaine par le curé des communautés du Pin et d’Emagny. Les paroissiens s’engageaient par ce vœu à se rendre chaque année en procession à l’église de Bellefontaine le jour de la Sainte-Anne et le jour de l’Assomption, et d’entretenir à perpétuité un cierge de cire blanche devant la statuette de la Vierge. Chifflet, dans l’adresse de son ouvrage, attribue également à la Vierge de Bellefontaine la protection du prieuré d’un incendie qui s’y était déclaré accidentellement, ainsi que celle des occupants du prieuré, alors que le plancher de l’une des chambres s’était effondré.


Jour(s) de fête :
  • Assomption
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Pratiques individuelles :
  • Prières
Pratiques en présence du clergé :
  • Processions
Ex voto :
    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
        Compléments sur le culte :

        L'ÉDIFICE

        Description :

        Lors de la fondation du prieuré d’Augustins par Raimbaud, celui-ci aurait dédié la chapelle à la Vierge Marie. Les bâtiments du prieuré ont été vendus à la Révolution et sont aujourd’hui occupés par une exploitation agricole.

        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        • Fontaines (?)

          Parmi les sources qui jaillissent en cet endroit et qui ont donné son nom à l’établissement de Bellefontaine, l’une d’entre elles, la fontaine des fièvres, passait pour avoir des vertus curatives pour soulager les fièvres et les malades et aurait été fréquentée par les pèlerins (Chifflet, p. 17).

        • Croix (1629)

          Chifflet fit ériger une grande croix de chêne le long du chemin conduisant à Besançon « pour enseigne de la saincteté du lieu ». Elle fut installée et bénite le 7 novembre 1629.

        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1629
          Initiative de la fondation :
          • Religieux
          Environnement institutionnel, politique et religieux :

          D’après Philippe Chifflet, le prieuré était déjà la destination d’un pèlerinage à la Vierge depuis sa fondation. Une très ancienne statue de la Vierge en bois se voyait encore selon lui en l’église du prieuré et « avait favorisé tout le voisinage d’un nombre de graces si abondant, qu’elles ont esté espandues tout au large de la contrée, où les vieux habitans se plaisent à les raconter de peres à fils, pour en perpetuer la memoire. Et de faict, la saincteté du lieu s’acquit en peu de temps une réputation si grande, que plusieurs personnes devotes s’efforcèrent à qui mieux, d’y laisser quelques marques de leur piété » (Chifflet, p. 19). Lorsque Philippe Chifflet, frère de Jean-Jacques et Pierre François, fut pourvu de la charge de prieuré de Bellefontaine, en 1629, par l’archiduchesse Isabelle Claire Eugénie, dont il avait été le chapelain, il s’attacha à rétablir la dévotion mariale dans ce prieuré, qui avait été laissé, selon lui, à l’abandon. Dans ce but, il fit venir au prieuré une statuette taillée dans le chêne miraculeux de Montaigu, qu’il avait obtenue d’Henry du Puict, chapelain et historiographe de l’archiduchesse Isabelle. Déposée dans un premier temps dans l’église de Pin l’Émagny, elle fut portée processionnellement au prieuré le 19 août 1629. Les archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs de la Franche-Comté, avaient une dévotion toute particulière pour la Vierge de Montaigu, dont ils favorisèrent largement la diffusion du culte. Philippe Chifflet lui-même fut l’un des acteurs du renouveau catholique dans le diocèse de Besançon, par ses fonctions religieuses mais également par l’édition qu’il donna des décrets du Concile de Trente.

          Phases d'évolution :

          Nous ignorons quelles furent l’évolution et la pérennité de ce pèlerinage après la période d’administration du prieuré par Philippe Chifflet. Après la vente des bâtiments du prieuré à la Révolution, la statuette fut préservée. Elle aurait été exposée lors de l’épidémie de choléra de 1854. Elle fut déposée en l’église de Pin en 1925. Une procession à Bellefontaine aurait persisté jusqu’en 1957 (http://emagny.fr/decouvrir/histoire-et-patrimoine/).

          Evénements marquants :
          • Arrivée de l'objet de dévotion (1629)

            Le 19 août 1629, la statuette est portée en procession de l’église de Pin l’Emagny jusqu’au prieuré de Bellefontaine, où elle est ensuite conservée.

          • Épidémie (1630)

            Un an après l’arrivée de la statuette à Bellefontaine, celle-ci est supposée avoir protégé les habitants de l’épidémie de peste.

          Rayonnement(s) :
          • Local (1629 -> ?)

            Le pèlerinage semble avoir été essentiellement local.

          Compléments :

          Cette statuette taillée dans le chêne de Montaigu est l’une des nombreuses à être parvenue en Franche-Comté au XVIIe s., avec notamment celles d’Arbois, Montciel, Mièges, ou encore Gray et Ornans, ces dernières étant sans doute celles qui donnèrent lieu aux plus importants pèlerinages (voir les fiches correspondants à ces lieux).




          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Site internet

            Fiche descriptive de l’autel-retable de Pin dans la base Palissy : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/im70000655/index.htm

          • Archives

            Archives : arch. dép. du Doubs, 71 H 1-71 H 4, fonds du prieuré de Bellefontaine, 1147-1746 ; G 1115/1, plan de l’église du prieuré de Bellefontaine, signé de l’architecte Colombot, 15 janvier 1749 ; G 1117/1, coupe en travers, coupe en longueur de la chapelle, 1750 ; G 1117/2, plan de la chapelle projetée pour le prieuré, 1750 ; G 1117/3, plan des dépendances du prieuré, s. d.

          Bibliographie :
          • GAULARD, Bénédicte, «La source des délices du monde : Philippe Chifflet et la diffusion du culte marial en Franche-Comté », in DELOBETTE, Laurence, DELSALLE, Paul, (dir.), Autour des Chifflet : aux origines de l'érudition en Franche-Comté, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 57-61.
          • FERRY, M. abbé, Vierges comtoises. Le culte et les images de la Vierge en Franche-Comté en particulier dans le diocèse de Besançon, Besançon, André Cart, 1946, p. 37.
          • SUCHET, chanoine, Notre Dame de Besançon et du département du Doubs. Chroniques et légendes, Besançon, P. Jacquin, 1892, p. 58.
          • CHIFFLET, Philippe, Histoire du prieuré Nostre Dame de Bellefontaine au comté de Bourgogne, Anvers, Imprimerie plantinienne de Balthasar Moretus, 1631.
          • CHIFFLET, Jules, CHIFFLET, Jean, Eryci Puteani diva Virgo bellifontana in Sequanis loci ac pietatis descriptio, originem, incrementa, seriemque hierotoparcharum complectens, Antwerpiae, ex officina plantiniana B. Moreti, 1631.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          • Gravure représentant la statuette de la Vierge du prieuré de Bellefontaine, tirée de l'ouvrage de Philippe Chifflet, 1631, p. 11. - Aurélia Bully - 2017
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • BULLY Aurelia
          Rédacteur :
          • BULLY Aurelia
          Date de l'enquête :
          2017
          Date de rédaction de la fiche :
          2017
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Notre-Dame-de-Bellefontaine », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/704/notre-dame-de-bellefontaine, version du 09/05/2017, consulté le 12/12/2017