INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-des-Jacobins-(n°2)

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-des-Jacobins-
Période d'activité :
1790 - XIXe siècle
Commune :
Besançon
Département :
Doubs
Chapelle Boitouset

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Besançon
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Besançon (1790 - XIXe siècle)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne:

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
263 m
Compléments :

La cathédrale de Besançon s’élève au pied du mont Saint-Étienne, qui ferme la boucle formée par le Doubs.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Axe de circulation
Cours d'eau

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-des-Jacobins- (1790 - XIXe siècle)
Compléments :

Ce pèlerinage tient son nom d’un tableau de la Vierge à l’Enfant, réputé miraculeux, conservé au couvent des Jacobins de Besançon depuis 1633 jusqu’à sa dissolution en 1790, puis déplacé en la cathédrale, où il se trouve encore (voir fiche n°1).


Type de lieu de culte :
Cathédrale
Nom du lieu de culte :
Saint-Jean-l’Évangéliste
Saints patrons :
  • Jean (IXe siècle - 2017)
Compléments :

La cathédrale actuelle, très probablement bâtie à l'emplacement de l'ancien groupe épiscopal, remonte aux XIIe-XIIIe s. pour l’essentiel.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre Dame des Jacobins
Nature de l'objet :
Peinture sur toile
Matériau de l'objet :
Dimensions de l'objet :
H : 75 cm ; l : 62 cm
Emplacement :
Le tableau est placé en hauteur dans l’une des chapelles de la cathédrale.
Datation de l'objet :
XVIIe siècle
Compléments :

Ce tableau, peint vers 1630, est l’œuvre du peintre florentin Cresti Domenico, dit le Passignano. Il porta également le nom de Notre Dame des Ondes, en raison de son histoire (voir contexte Culte ci-dessous). Il s’apparente par son style à la Vierge au Rosaire de Murillo.


LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

Ce tableau aurait été apporté à Besançon par un prêtre comtois originaire de Haute-Saône, Claude Ménetrier, qui avait obtenu le tableau du peintre lui-même. Claude Ménetrier, proche du cardinal Barberini, neveu du pape, avait passé plusieurs années à Rome. Après avoir acheté le tableau, il fut fait chanoine de la Métropolitaine de Besançon par le pape Urbain VIII. Il quitta donc Rome avec son tableau et embarqua sur un bateau à destination de Marseille. Alors qu’il venait de prendre place sur une barque pour gagner la rive, le bateau qui l’avait transporté coula, pris dans une tempête. Les biens précieux qu’il avait ramenés de Rome avec lui, livres, tableaux, médailles, furent perdus, à l’exception du tableau de la Vierge à l’Enfant, sorti sans dommages de l’eau après 3 jours. Ménétrier fait alors le vœu d’offrir le tableau au couvent des Jacobins de Besançon dont il connaissait la dévotion au Rosaire. Le vœu fut accompli grâce à Jean-Antoine Alviset, curé de l’église Saint-Pierre de cette ville, le 2 janvier 1633. Dès lors, elle fut exposée à la vénération publique et ne cessa d’attirer les pèlerins en quête de grâces.

Miracles :

Une mère originaire de Savoie aurait amenée sa fille, possédée par le démon, auprès de Notre Dame des Jacobins, en 1853. La fille en aurait été guérie (L’année des pèlerinages…p. 130).

Un enfant de deux ans, à l’agonie, aurait été guéri après que sa famille l’eut recommandé à Notre Dame des Jacobins et fait célébrer une messe à l’autel de la chapelle de la cathédrale où se trouvait placée l’image (Histoire de l’image miraculeuse, p. 71 et suiv.).

Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Victoire
  • Thérapie
Compléments :

Un ex-voto conservé dans la chapelle – un cœur d’or gravé de la date de 1855 – rappelait le souvenir de la préservation d’un soldat qui s’était voué à Notre Dame des Jacobins pendant la bataille de Sébastopol (Histoire de l’image miraculeuse, p. 89). Le même ouvrage rapporte que de nombreux ex-voto témoignaient de la protection de soldats durant les guerres de cette période.


Jour(s) de fête :
    Type de fréquentation :
    Annuel (= juste pour une fête)
    Pratiques individuelles :
    • Cire
    • Prières
    Pratiques en présence du clergé :
    • Messe
    Ex voto :
    • Métal (XIXe siècle)

      Les opuscules du XIXe s. témoignent de la présence, avant la restauration de la chapelle où avait été placé le tableau en 1830, de nombreuses épées ou armes déposées comme ex-voto auprès de l’image de la Vierge.

    • Béquille (XIXe siècle)

      Les mêmes ouvrages rapportent également la présence, pour la même période, de béquilles.

    • Métal (XIXe siècle)

      Après la rénovation de la chapelle, on aurait enlevé les ex-voto suspendus dans la chapelle, qui furent progressivement remplacés par des cœurs d’argent, d’or ou de vermeil.

    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
        Compléments sur le culte :

        L'ÉDIFICE

        Description :

        La cathédrale Saint-Jean-Évangéliste est dans son état actuel une construction des XIIe-XIIIe s. Sans transept, elle est dotée de deux absides, l’abside occidentale est dédiée à Saint-Jean, l’abside orientale à la Vierge Marie. Cette dernière a été reconstruite au XVIIIe s. après l’éboulement de l’un des clochers. De nombreuses chapelles ont été ajoutées contre son flanc, dont la chapelle Boitouset, qui abrite aujourd’hui le tableau de Notre Dame des Jacobins.

        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Chapelle (1300)

            Cette chapelle a été fondée vers 1300 sous le vocable de saint Martin. Elle fut entièrement restaurée entre 1628 et 1637 par un conseiller au parlement de Dole et chanoine, Claude III Boitouset, et par son neveu Jean-Baptiste ; elle fut dédiée à saint Claude. Elle porte encore le nom de "chapelle Boitouset". Elle communique avec la nef de la cathédrale par un arc de triomphe encadré de colonnes corinthiennes. La chapelle est voûtée en berceau, divisée en caissons de bois sculpté. C’est dans cette chapelle qu’est conservée Notre Dame des Jacobins, suspendue au-dessus de l’autel.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1790
          Initiative de la fondation :
            Environnement institutionnel, politique et religieux :

            À la Révolution, le couvent des Jacobins fut supprimé. Alors que l’on fit disparaître, en 1793-1794, de nombreuses reliques et leurs reliquaires, on préserva le tableau de Notre Dame des Jacobins, qui avait été transféré en la cathédrale, devenu temple de la Raison.

            Phases d'évolution :

            La dévotion à Notre Dame des Jacobins semble avoir repris après la période révolutionnaire et avoir été assez vivante durant tout le XIXe s.

            Evénements marquants :
            • Translation (1790)

              En 1790, lorsque les biens du couvent furent confisqués, le tableau fut transporté en la cathédrale. Lors du grand bucher du 8 mai 1794 élevé à Chamars, qui vit disparaître une large partie des archives du chapitre métropolitain, des reliques et autres objets précieux du patrimoine ecclésiastique de Besançon, le tableau fut épargné.

            Rayonnement(s) :
            • Diocésain (1801 -> 1900)

              Si l’on en croit les opuscules publiés au XIXe s. au sujet de Notre Dame des Jacobins, les pèlerins venaient en nombre, notamment de Haute-Saône et du Haut-Doubs.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Archives

              Arch. dioc., archives de la cathédrale Saint-Jean, boites n° 2 et n°3, notes sur la dévotion à Notre Dame des Jacobins, la chapelle, le tableau.

            Bibliographie :
            • FERRY, M. abbé, Vierges comtoises. Le culte et les images de la Vierge en Franche-Comté en particulier dans le diocèse de Besançon, Besançon, André Cart, 1946, p. 23.
            • QUINNEZ, Joseph, Une Vierge dominicaine, Notre Dame des Jacobins dans la cathédrale de Besançon, Besançon, Imprimerie Jacques et Demontrant, 1924.
            • SUCHET, chanoine, Notre Dame de Besançon et du département du Doubs. Chroniques et légendes, Besançon, P. Jacquin, 1892, p. 8-16.
            • BESSON, Louis, L'année des pèlerinages 1872-1873, sermons prêchés par M. l'abbé Besson, Besançon, impr. Tubergue, 1874, p. 105-132.
            • HAMMON, A. J. M., Notre Dame de France ou Histoire du culte de la sainte Vierge en France, 6e vol., Paris, 1866, p. 262-264.
            • Notice historique sur Notre-Dame des Jacobins ou des Dominicains de Besançon, Besançon, Chez Tubergue, 1852.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            • Tableau de Notre-Dame des Jacobins - AURÉLIA BULLY - 2016
            Edifice :
            • Chapelle Boitouset - AURÉLIA BULLY - 2016
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • BULLY Aurelia
            Rédacteur :
            • BULLY Aurelia
            Date de l'enquête :
            2016
            Date de rédaction de la fiche :
            2017
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Notre-Dame-des-Jacobins-(n°2) », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/703/notre-dame-des-jacobins-, version du 04/05/2017, consulté le 17/08/2017