INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Martin-de-Tours (n°3)

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Martin-de-Tours
Période d'activité :
XIXe siècle - 2017
Commune :
Tours
Département :
Indre et Loire

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Tours
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Tours (XIXe siècle - 2017)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne:

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
52 m
Compléments :

La basilique Saint-Martin s’élève au cœur de la ville, bâtie entre Loire et Cher, qui se rejoignent au sud-ouest de Tours.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Cathédrale
Cours d'eau
Compléments :

La basilique actuelle s’élève à proximité de la Loire et du Cher, non loin de la cathédrale Saint-Gatien.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Martin-de-Tours (XIXe siècle - 2017)
Compléments :

La basilique Saint-Martin actuelle s’élève à l’emplacement approximatif d’au moins deux basiliques antérieures : celle des origines (voir fiche Saint-Martin-de-Tours n°1) et celle qui fut reconstruite au XIe s. (voir fiche Saint-Martin-de-Tour n°2). Après une période de déclin, le pèlerinage à saint Martin a été relancé par la découverte, en 1860, des reliques de Martin, événement à l’origine de la construction de la vaste basilique de pèlerinage actuelle.


Type de lieu de culte :
Basilique
Nom du lieu de culte :
Saint-Martin
Saints patrons :
  • Martin (XIXe siècle - 2017)
Compléments :

Les basiliques successives construites à cet emplacement ont toutes été placées sous le patronage de saint Martin. À la différence des précédentes, la nouvelle basilique est reconstruite selon un axe Nord-Sud, mais recoupe l’espace où se trouvaient les reliques de saint Martin dans les basiliques antérieures.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Martin
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Une relique de saint Martin, qui se trouvait avec celles de Brice, Grégoire et Perpetuus dans le bras de la statue monumentale érigée sur le dôme de la basilique, a été replacée dans ce même bras après la restauration de la statue en 2016.
Datation de l'objet :
IVe siècle

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

On connaît la vie de saint Martin de Tours essentiellement grâce au récit de Sulpice Sévère datant de la fin du IVe siècle. Martin est né vers 316-317 en Pannonie (Hongrie) mais a été élevé en Italie du Nord. Fils d’un officier de l’armée romaine, il devint lui-même soldat de la cavalerie impériale. Par une froide journée d’hiver, alors qu’il se trouvait en garnison à Amiens, il partagea son manteau avec un mendiant qui demandait secours. La nuit suivante, il vit en songe le Christ revêtu de la moitié du manteau partagé avec le mendiant. Après cet événement, Martin fut baptisé et quitta l’armée. Il tenta une expérience de vie érémitique à Milan puis sur une île de la côte Ligure, et fonda vers 360 le monastère de Ligugé près de Poitiers. Là, sa réputation de thaumaturge se répandit et Martin fut alors sollicité par les tourangeaux pour devenir leur évêque. Occupant le siège épiscopal de Tours, il fonda le monastère de Marmoutier sur la rive nord de la Loire. Martin voyagea alors dans la Gaule et lutta contre le paganisme. Il mourut à Candes vers 397 et son corps fut ramené à Tours pour y être inhumé.

Miracles :

Un miracle, la guérison de Mathilde Bonneau de Tours, 19 ans, atteinte de coxalgie, lors de son pèlerinage à Tours le 6 septembre 1907, est relaté dans Le pèlerinage national de 1908.

Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
    Jour(s) de fête :
    • 4 juillet (translatio)
    • 11 novembre (depositio)
    • Translation du chef de saint Martin (1er décembre)
    • Réversion de saint Martin (13 décembre)
    • Subvention (élévation de la châsse face au danger) de saint Martin (12 mai)
    Type de fréquentation :
    Continu
    Pratiques individuelles :
    • Cire
    • Prières
    Pratiques en présence du clergé :
    • Prières
    • Chants
    • Neuvaines
    Ex voto :
    • Texte gravé

      Les murs et voûtes de la crypte sont couverts de plaques ex-voto.

    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
      • Partielle (XIXe siècle)

        Il existait une indulgence de 100 jours délivrée par un archevêque pour l’invocation : « Saint Martin, priez pour nous » en regardant la statue de Martin sur le dôme de la basilique (Le Manuel du pèlerin…p. 26).

      • Partielle (XIXe siècle)

        Une indulgence d’un archevêque fut accordée pour cent jours à ceux qui assisteraient aux prières dites chaque jour au tombeau, à la messe de 9h.

      • Partielle (XIXe siècle)

        Une indulgence de 7 ans et 7 quarantaines fut accordée à tout visiteur du tombeau « y priant aux intentions ordinaires » (Le Manuel du pèlerin).

      • Plénière (XIXe siècle)

        Une indulgence plénière était accordée le 11 novembre ou l’un des jours suivants jusqu’au dimanche, après le dimanche de la solennité pour tous les fidèles confessés et communiés qui visiteraient la basilique et prieraient aux intentions du souverain pontife. D’autres indulgences plénières furent accordées aux 14 décembre, 28 mars, 12 mai et 4 juillet aux mêmes conditions (Le Manuel du pèlerin).

      Compléments sur le culte :

      Saint Martin est célébré en plusieurs occasions de l’année : le 12 mai commémore la délivrance de la ville de Tours des Normands au IXe s. (subvention ou élévation de la châsse de saint Martin au dessus des remparts de la ville pour repousser les Normands) ; le 4 juillet célèbre l’ordination de saint Martin et la translation de son corps dans la basilique construite par l’évêque Perpetuus, puis dans l’église reconstruite par Hervé au XIe s. ; le 11 novembre rappelle le jour de l’inhumation du saint ; le 1er décembre commémore la translation du chef de saint Martin dans une châsse ; enfin, le 13 ou 14 décembre célèbre le retour à Tours des reliques de Martin après leur transfert à Auxerre lors de la seconde invasion des Normands au IXe siècle.

      D’après le Manuel du Pèlerin édité en 1897, alors que la basilique n’était pas encore achevée, les pèlerins étaient invités à intégrer une archiconfrérie, à assister à la messe de 9h, à emporter des médailles, déposer des ex-voto, déposer des cierges, des lampes, des intentions de messe.

      L'ÉDIFICE

      Description :

      La basilique a été édifiée entre 1887 et 1902 sur les plans de l’architecte Victor Laloux. L’édifice est de style romano-byzantin. La nef à trois vaisseaux est charpentée. Une coupole surmonte la croisée du transept. Le chœur est surélevé. Sous ce chœur s’étend la crypte, au centre de laquelle se trouve le tombeau de saint Martin reconstitué.

      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Maisons de pèlerins (?)

        La maison saint Ambroise, attenante à la basilique, accueille les pèlerins, des conférences et autres activités liées au culte de Martin.

      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
      • Crypte (XIXe siècle)

        La crypte de la basilique a été inaugurée le 11 novembre 1890. Il s’agit d’une crypte à trois vaisseaux, entièrement construite au XIXe siècle. Elle communique avec l’une des absidioles de l’ancien chevet du XIe siècle. Le tombeau de saint Martin est présenté sous le grand autel de la basilique. Les murs et voûtes de la crypte de la basilique sont couverts de plaques ex-voto.

      HISTOIRE DU SANCTUAIRE

      Origines :
      Date de première mention : 1860
      Initiative de la fondation :
      • Groupe de fidèles
      Environnement institutionnel, politique et religieux :

      On doit à Léon Papin Dupont la création du Vestiaire de saint Martin, œuvre caritative chargée de distribuer des vêtements aux personnes démunies. Grand dévot de saint Martin, il est à l’origine des fouilles qui permirent de redécouvrir le tombeau du saint en 1860. Lui et son œuvre sont également à l’origine de la reprise du pèlerinage et de la reconstruction de la basilique à partir de 1887.

      Phases d'évolution :
      Evénements marquants :
      • Découverte d'un corps saint (1860)

        Le corps de Martin est redécouvert le 14 décembre 1860 grâce à Léon Papin Dupont. Ce promoteur de la restauration du culte de saint Martin est à l’origine du projet de construction d’une nouvelle basilique, édifiée sur les plans de l’architecte tourangeau Victor Laloux de 1887 à 1902.

      • Acte exceptionnel de dévotion (1960)

        On célèbre en 1960 l’année Martinienne, cent ans après la redécouverte du tombeau de saint Martin et quelques mois avant l’anniversaire des 1600 ans de la fondation de Ligugé. Expositions, conférences, cérémonies, représentations de mystères ponctuent cette année martinienne.

      • Visite exceptionnelle (1996)

        Le pape Jean Paul II se rend en pèlerinage à Saint-Martin de Tours.

      • Acte exceptionnel de dévotion (2016)

        À l’occasion des 1700 ans de la naissance de Martin, une nouvelle année martinienne se déroule à Tours, avec colloque, expositions, cérémonies, pèlerinages, etc.

      • Restauration (2016)

        La statue de saint Martin, coiffant le dôme de la basilique, a été restaurée en 2016, de même que le dôme. L’archevêque de Tours, Mgr Aubertin, a présidé la cérémonie de bénédiction durant laquelle la statue du saint fut replacée sur le dôme. Des reliques de Martin, Brictius, Grégoire et Pepetuus avaient été préalablement placées dans un avant-bras de la statue.

      Rayonnement(s) :
      • International (2001 -> 2017)

        On peut penser que la création d'un centre culturel européen saint Martin de Tours, dans les années 2000, qui a notamment pour vocation de développer l'itinéraire culturel européen de saint Martin, permet de drainer vers Tours une population pèlerine et de touristes européens vers la basilique Saint-Martin (http://www.saintmartindetours.eu/).

      RÉFÉRENCES

      Source(s) :
      • Livret de pèlerinage (1897)

        Manuel du pèlerin au tombeau de saint Martin à Tours : contenant la vie du saint avec illustrations, notices sur le tombeau de saint Martin, la prière des pèlerins…., Tours, 1897.

      • Archives

        Arch. dép. d’Indre et Loire, G 364-G 601, archives de la collégiale de Saint-Martin-de-Tours.

      Bibliographie :
      • COLLECTIF, Martin de Tours, le rayonnement de la cité, catalogue d'exposition, Milan, Silvana editoriale, 2016.
      • SAPIN, Ch., Les cryptes en France, Paris, Picard, 2014, p. 252-253.
      • LELONG, Ch., «Le tombeau de saint Martin », in Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 42, 1988, p. 91-138.
      • VIEILLARD-TROIEKOUROFF, M., «Le tombeau de saint Martin retrouvé en 1860 », in RHEF, vol. 47, n°144, 1961.
      • BESSE (J.-M.), Le tombeau de saint Martin de Tours, notes et documents sur la découverte du tombeau, le rétablissement du culte de saint Martin et la reconstruction de la basilique, 1854-1893, Paris, 1922.
      • GUERIN, L., Le pèlerinage national de 1908 : récits et souvenirs, Paris, 1909.
      • SADOUX, J., «L'année martinienne à Tours », in RHEF, vol. 47, n°144, p. 9-11.
      Etude(s) universitaire(s) :

      PHOTOGRAPHIES LIÉES

      Objet de dévotion :
      Edifice :
      Autre :

      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

      Enquêteur :
      • BULLY Aurelia
      Rédacteur :
      • BULLY Aurelia
      Date de l'enquête :
      2017
      Date de rédaction de la fiche :
      2017
      Etat de l'enquête :
      En cours
      Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Saint-Martin-de-Tours (n°3) », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/698/saint-martin-de-tours, version du 28/03/2017, consulté le 22/10/2017