INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Lucie

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Lucie
Période d'activité :
XIe siècle - 1862
Commune :
Mallièvre
Département :
Vendée

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Mallièvre
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel:
Ancien: Luçon (1821 - 1862)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne: Mallièvre (XIe siècle - 1862)
Compléments :

Le sanctuaire a appartenu avant 1821, date de re création du diocèse de Luçon, au diocèse de Poitiers, puis  à celui de Luçon, puis à celui de la Rochelle.


Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
146 m
Compléments :

Site sur un promontoire au dessus de deux rivières. Mallièvre viendrait du mot celte mallum, qui veut dire confluence de deux rivières (Sèvre nantaise et Boulaie) et de acum, suffixe latin de propriété ou bien de mala lupus, mauvaise lièvre, comme le suggèrent les premières mentions du XIe s. (mala lupus, mala lepora, Mallièvre). Mallièvre est la plus petite commune de Vendée.


Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Château
Cours d'eau
Compléments :

Face à la motte féodale du Xes. qui dominait le passage fluvial de cette ancienne voie gallo-romaine, dernière étape pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, avant de pouvoir franchir la Sèvre. Ce passage suscita en outre la construction au XIIe siècle d’un gite et d’une chapelle.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Lucie (XIe siècle - 1862)
Compléments :

Aucune trace de la chapelle Sainte-Lucie lors de l’enquête car le culte fut transféré début XVIIes. dans l’église paroissiale.


Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Sainte-Lucie
Saints patrons :
  • Lucie (XIe siècle - XVIIe siècle)
Compléments :

Le culte de la chapelle Sainte Luce ou Lucie fut transféré sur un autel qui lui fut dédié dans l’église paroissiale Saint-Gilles au début du XVIIes. Le remplacement de la statue de la sainte en 1689 amorça le déclin du pèlerinage, si bien qu’à la reconstruction de l’église Saint-Gilles en 1862, la statue fut reléguée sur un cul de lampe.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Sainte Lucie
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
La statue fut d'abord placée dans la chapelle, puis dans l'église paroissiale, sur un autel puis sur un cul de lampe.
Datation de l'objet :
?
Compléments :

En 1654, la statue est qualifiée de « si mal faite et si vieille » qu’elle « oterait plutôt la dévotion que d’en donner ». La nouvelle statue de 1689 amorce le déclin du culte et pèlerinage à sainte Lucie, invoquée pour les maux des yeux selon les visites du doyen de Saint Laurent au XVIIe s.


LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

On ne sait rien de la vie de sainte Lucie martyrisée, selon la légende, à Syracuse au IVe siècle. Elle fut honorée dans le canon de la messe dès l’époque de Grégoire le Grand en compagnie d’autres vierges et martyres comme Agnès, Agathe ou Cécile. Son culte se développa dans tout l’occident dès le VIIIe siècle. Sa dévotion fut si générale qu’on trouve mention de ses reliques de Venise à Naples, de Rome à Metz... Comme son nom dérive de Lux, lumière, elle devint tout naturellement à la fin du Moyen Âge la sainte de la lumière, celle qui guérissait de la cécité.

Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Compléments :

Sainte Lucie était surtout invoquée pour recouvrer la vue.


Jour(s) de fête :
  • Sainte Lucie (13 décembre)
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Pratiques individuelles :
    Pratiques en présence du clergé :
      Ex voto :
        Confrérie(s) :
          Indulgence(s) :
            Compléments sur le culte :

            Le remplacement et changement de la statue en 1686 amorcèrent le déclin de la dévotion à sainte Lucie. En 1862, quand l’église fut reconstruite avec les dons offerts par les riches tisserands de Mallièvre, le culte avait disparu, si bien que la statue fut reléguée sur un cul de lampe, preuve de la désaffection des paroissiens envers sainte Lucie.

            L'ÉDIFICE

            Description :

            On ne connaît pas l’emplacement de la chapelle primitive. On ignore si la chapelle Sainte Lucie fut antérieure à l’église paroissiale, dont la première mention date de 1080. Sa construction est contemporaine à celle de la motte féodale transformée en la plus puissante forteresse de Vendée. Elle dépendait du prieuré Saint-Gilles dont le curé-prieur était un chanoine de l’abbaye de Mauléon, de la Congrégation des Chanoines de Saint-Augustin. Mais on sait que la chapelle était délabrée au XVIIe s. lors de la visite du doyen de Saint-Laurent en 1654 avant le transfert du culte de sainte Lucie dans l’église paroissiale.

            Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
              Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

                HISTOIRE DU SANCTUAIRE

                Origines :
                Date de première mention : XIe siècle
                Initiative de la fondation :
                  Environnement institutionnel, politique et religieux :

                  Après la défaite de Poitiers en 1356, Mallièvre connut les ravages et destructions des armées anglaises qui occupèrent le site jusqu’à la reprise de son château fortifié en 1373 par les guerriers du roi de France Charles V. La désolation du village fut telle que l’ancienne église paroissiale Saint-Gilles disparaît des textes alors que des indulgences sont accordées en 1363 à ceux qui visiteront la nouvelle église de Mallièvre, qualifiée de paroisse en 1515. Elle fut détruite à son tour dans la tourmente des guerres de religion alors que la chapelle Sainte-Lucie résistait jusqu’en 1654. Le transfert de la statue dans l’église paroissiale et son remplacement en 1689 accompagnent les graves dissensions qui existèrent entre le  prieur-curé de Mallièvre et les évêques de la Rochelle d’une part, le transfert des chanoines de Saint-Augustin à la Congrégation de Sainte-Geneviève en 1666 d’autre part. Mallièvre connaît aux XVIIe et XVIIIe siècles des difficultés que révèlent un nombre anormalement élevé de visites pastorales, selon les relevés l’abbé Delhommeau.

                  Phases d'évolution :

                  Le village connût la prospérité grâce à l’industrie textile. On y vit non seulement la construction de belles maisons bourgeoises, mais aussi en 1862, celle d’une nouvelle et riche église paroissiale à la titulature retrouvée de Saint-Gilles.

                  Evénements marquants :
                    Rayonnement(s) :

                      RÉFÉRENCES

                      Source(s) :
                      • Archives

                        Archives du diocèse de Luçon, Chroniques paroissiales, éd. abbé Paul Boutin, tome 14, 1892, n°3 à 54.

                      • Archives

                        Abbé Louis Delhommeau, archiviste diocésain, Fichier historique du diocèse de Luçon, 1999, (Cederom de 33.000 fiches) déposé aux Archives départementales de la Vendée, en ligne depuis 2011.

                      Bibliographie :
                      Etude(s) universitaire(s) :

                      PHOTOGRAPHIES LIÉES

                      Objet de dévotion :
                      Edifice :
                      Autre :

                      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                      Enquêteur :
                      • NONY-VUISCHARD Claude-Josèphe
                      Rédacteur :
                      • VINCENT-CASSY Mireille
                      Date de l'enquête :
                      2008
                      Date de rédaction de la fiche :
                      2014
                      Etat de l'enquête :
                      En cours
                      Pour citer cette ficheVINCENT-CASSY Mireille, « Sainte-Lucie », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/659/sainte-lucie, version du 05/12/2016, consulté le 20/11/2018