INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Pantaléon-du-Mesnil-lès-Hurlus

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Pantaléon-du-Mesnil-lès-Hurlus
Période d'activité :
XIIIe siècle - 1914
Commune :
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus
Département :
Marne
Photo de la statue de saint Pantaléon dans l'église du Mesnil-lès-Hurlus, publiée par l'abbé Louis Lallement en 1921

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Châlons-en-Champagne (1825 - 1914)
Ancien: Reims (XIIIe siècle - 1825)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne: Le Mesnil-lès-Hurlus (XIIIe siècle - 1914)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
166 m
Compléments :

L’ancien village du Mesnil-lès-Hurlus a été détruit en 1914-1918 et jamais reconstruit car classé dans la « zone rouge ». La commune a été rattachée en 1950 à celle de Minaucourt. Avec quatre autres anciennes communes, son territoire a été utilisé pour former le camp militaire de Suippes.


Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Axe de circulation
Compléments :

Au sud du village à environ 2,5 kilomètres passe la voie romaine Reims-Verdun.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Pantaléon-du-Mesnil-lès-Hurlus (XIIIe siècle - 1914)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Pantaléon
Saints patrons :
  • Pantaléon (? - 1914)
Compléments :

L’église ne figure ni dans le pouillé antérieur à 1312, ni dans le compte de 1362, édités par Auguste Longnon. Elle est dédiée à saint Pantaléon, médecin de l’empereur Maximien, puis martyr en 303. Elle n'était qu'une église succursale.



Entre 1791 et 1801, diocèse de la Marne, puis de 1801 à 1821 diocèse de Meaux, à nouveau diocèse de Reims de 1821 à 1825, puis diocèse de Châlons-en-Champagne.


L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Saint Pantaléon
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Pierre
Dimensions de l'objet :
H : 120 cm
Emplacement :
Autrefois, la statue se trouvait dans l’église du Mesnil ; d’après la photo publiée par l’abbé Lallement elle devait se trouver contre un des piliers du XVIe siècle, sans doute contre le dernier pilier de droite de la nef avant la croisée du transept. Elle a été transférée à l’église de Minaucourt, près de l’entrée à gauche.
Datation de l'objet :
XVIe siècle
Compléments :

La statue est taillée dans un calcaire. Le saint porte un pot à onguent de la main gauche et un autre objet de la main droite. La datation est celle proposée par l’Inventaire. La statue ayant perdu sa tête, l’abbé Louis Colombar en fit sculpter une nouvelle, fit ajouter un livre fermé à la main droite et recouvrir l’ensemble d’un badigeon blanc (cette intervention semble postérieure à la rédaction de la fiche de l’inventaire en 1987).


LE CULTE

Statut du culte :
Ignoré
Légendaire :

D’après Guillemot, la suppression de la fête de la roue de saint Pantaléon aurait fait bruire, la nuit de la fête, tous les objets métalliques du village.

Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Piété
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Brandons
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Compléments sur les fréquentations :

Le jour des Brandons (premier dimanche de Carême), le pèlerinage de saint Pantaléon voyait affluer la jeunesse des villages voisins. Après la messe, un concours avait lieu, visant à détruire une roue rappelant celle qui avait servi au martyre du saint. Les jeunes gens devaient tour à tour précipiter la roue depuis le sommet d’une colline jusqu’à ce qu’elle se démembre tout-à-fait. La roue était fournie par le dernier marié de l’année. Il s’en suivait un bal et des réjouissances. Cette coutume disparut après 1876 selon A. Guillemot. En revanche, le recours au saint et à la statue, pour obtenir la guérison des maux de ventre des enfants, devait avoir lieu toute l’année.


Pratiques individuelles :
  • Gratter la pierre de la statue
Pratiques en présence du clergé :
  • Communions
Ex voto :
    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
        Compléments sur le culte :

        Voici ce qu'écrivait le curé répondant en 1774 à l’enquête diocésaine : « Il y a, dit-il, un pèlerinage à saint Pantaléon dont l’objet est d’obtenir la guérison des maux de ventre pour les enfants, il ne laisse pas d’être fréquenté ; il n’est pas autorisé, il est sans privilèges. Le saint est une statue de pierre de grandeur d’homme. Les bonnes femmes grattent la pierre qui compose le saint et mettent la poudre dans la bouillie de leurs enfants. Ce qui faisoit dire à un ancien curé qu’un miracle visible étoit que cette poudre ne faisoit pas mourir les enfants ».

        « Un abus à réformer, ajoutait P. F. Malmy, c’est que le premier dimanche de Carême, le dernier marié est obligé de donner une roue de charrette ; les garçons et les filles la transportent au haut d’une côte assez escarpée et la font rouler tant qu’elle est brisée ; après quoy chacun en prend un morceau, puis on va se réjouir, danser, se battre, etc. La jeunesse des environs s’y transporte en foule. Tout ceci se fait exactement et on croiroit manquer au saint si on n’observoit pas cette cérémonie bizare et libertine. Ceci se fait en mémoire, dit-on, de ce que saint Pantaléon a été attaché à une roue, lorsqu’il fut martyrisé  ».

        L'ÉDIFICE

        Description :

        L’église se composait au XIXe siècle d’une nef et d’un bas côté unique de trois travées, construits ou remaniés au XVIe siècle, d’un bras unique de transept et d’un chœur peut-être du XIIIe siècle (description due à Édouard de Barthélemy dont les datations doivent être prises avec beaucoup de précaution).

        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Mobilier (?)

            L’église du Mesnil conservait, avant la Grande Guerre, un retable du XVIe siècle, représentant cinq scènes de la Passion (actuellement au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne). Il est difficile de savoir si la commande de ce retable pouvait avoir quelque rapport avec le pèlerinage.

          • Autel (XVe siècle)

            L’autel du transept était surmonté de trois dais du XVe siècle. Le dispositif d’installation de statues était peut-être lié au culte de saint Pantaléon, mais il est tout-à-fait impossible de l’assurer.

             

             

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1774
          Initiative de la fondation :
          • Groupe de fidèles
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Phases d'évolution :

          Fort fréquenté par la jeunesse des environs, le pèlerinage de saint Pantaléon a subsisté au XIXe siècle, sans que le clergé semble l’avoir encouragé. La principale motivation en était de guérir les maux de ventre des enfants. Peu après 1870, la pratique de la destruction de la roue fut abandonnée, un jeune marié ayant refusé de payer la roue après l’avoir fait huit années consécutives, les années 1869 à 1876 n’ayant vu aucun mariage dans la paroisse. En revanche, la pratique de gratter la statue du saint semble s’être poursuivie jusqu’à l’évacuation du village en 1914 selon un témoignage oral glané par l’abbé Lallement.

          Evénements marquants :
          • Abandon d'une pratique (1876)

            Abandon de la pratique de la destruction de la roue de saint Pantaléon.

          • Destruction (1914)

            Le village est détruit en 1914 et la vénération de la statue est abandonnée.

          Rayonnement(s) :
          • Local (XVIIIe siècle -> 1914)

            La destruction du village supprima la dévotion à saint Pantaléon, bien que la statue ait été conservée et transférée à Minaucourt. Une grande partie des habitants du Mesnil ne revint pas habiter dans les environs après la Grande Guerre.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Enquête diocésaine (1774)

            Archives départementales de la Marne, dépôt de Reims : 2 G 274-275 (enquête de 1774, demandée par le cardinal-archevêque de la Roche-Aymon : sur cette enquête voir MAES Bruno, « La fête et le saint… »). Le curé du Mesnil qui répondit était alors l’abbé Pierre-François de Paule Malmy (1744-1840), par la suite devenu le R. P. Dom Étienne, restaurateur de la Trappe d’Aiguebelle (A. F., Le R. P. Dom Étienne, restaurateur de la Trappe d’Aiguebelle », dans Église de Reims, vie diocésaine, n° 43 [samedi 26 octobre 1907], p. 517-520).

          Bibliographie :
          • MAES B., «La fête et le saint. Pèlerinages et identité villageoise en Champagne septentrionale et dans les Ardennes à l'époque moderne », in Charles Vuilliez, Vivre au village en Champagne à travers les siècles, Reims, Éditeur ÉPURE - Éditions et Presses universitaires de Reims, 2000, p. 205-215.
          • COLLECTIF, «Le carnaval et les feux de carême en Champagne », in Bulletin du comité du Folk-lore champenois, n° 14, décembre 1933, 1933, p. 189-198.
          • COLLECTIF, «Le carnaval et les feux de carême en Champagne », in Bulletin du comité du Folk-lore champenois, n° 13, septembre 1933, 1933, p. 169-187.
          • COLLECTIF, «Le carnaval et les feux de carême en Champagne », in Bulletin du comité du Folk-lore champenois, n° 12, juin 1933, 1933, p. 153-167.
          • POULIN A. (ABBé), Les pèlerinages du diocèse de Reims, Charleville, P. Anciaux, 1927.
          • GUILLEMOT, A., Contes, légendes, vieilles coutumes de la Marne, Châlons-sur-Marne, imprimerie-librairie de L'Union Républicaine, 1908, p. 143 sq.
          • BARTHELEMY, E. de, Notice historique et archéologique sur les communes du canton de Ville-sur-Tourbe, Paris, A. Aubry, 1865, p. 33-34.
          • BARTHELEMY, E. de, Statistique monumentale de l'arrondissement de Sainte-Menehould (Marne), Première partie, canton de Ville-sur-Tourbe, [extrait du Bulletin Monumental], Paris , Derache, 1852, p. 19-20.
          • LALLEMENT L. (ABBé), «Pèlerinages et fontaines sacrées de l'arrondissement de Sainte-Menehould », in Almanach-annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, publié par Matot Braine, 63e année, 1818-1921, p. 314-315.
          • COLLECTIF, «Le carnaval et les feux de carême en Champagne », in Bulletin du comité du Folk-lore champenois, n° 17-18, septembre-décembre 1934, p. 245-262.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          • Photo de la statue de saint Pantaléon dans l'église du Mesnil-lès-Hurlus, publiée par l'abbé Louis Lallement en 1921
          • Photo de la statue de saint Pantaléon, restaurée et transférée à l'église de Minaucourt - JEAN-BAPTISTE RENAULT - 2012
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • RENAULT Jean-Baptiste
          Rédacteur :
          • RENAULT Jean-Baptiste
          Date de l'enquête :
          2016
          Date de rédaction de la fiche :
          2016
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheRENAULT Jean-Baptiste, « Saint-Pantaléon-du-Mesnil-lès-Hurlus », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/651/saint-pantaleon-du-mesnil-les-hurlus, version du 06/02/2017, consulté le 19/08/2017