INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Buglose

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Buglose
Période d'activité :
1620 - 2017
Commune :
Saint-Vincent-de-Paul
Département :
Landes
Intérieur de la basilique Notre-Dame de Buglose

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saint-Vincent-de-Paul
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Aire-Dax (1823 - 2016)
Ancien: Dax (1620 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Vincent-de-Paul (1828 - 2016)
Ancienne: Pouy (1620 - 1828)

Site

Type de site :
Altitude :
Compléments :

Entre 1801 et 1823, Saint-Vincent-de-Paul appartenait au diocèse de Bayonne. La localité se situe à une altitude comprise entre 2 et 70 mètres.


Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Compléments :

On trouve des marais à proximité du sanctuaire.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Buglose (1620 - 2017)
Compléments :
Les affirmations qui font de Buglose un lieu de pèlerinage dès la fin du Moyen Âge étant invérifiables, la date de début correspond à l'émergence du sanctuaire, attestée par des documents contemporains.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame de Buglose
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1620 - 2016)
Compléments :
Le sanctuaire de Buglose a fait l'objet d'un dédoublement au milieu du XIXe siècle, conséquence de la renaissance du pèlerinage : à la chapelle primitive, construite au XVIIe siècle sur le lieu de la découverte de la statue et connue aujourd'hui sous le nom de « chapelle des miracles », vint s'adjoindre une grande église, Notre-Dame de Buglose, édifiée entre 1850 et 1865 et qui reçut le titre de basilique en 1966.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame de Buglose
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Pierre
Dimensions de l'objet :
H : 108 cm
Emplacement :
La statue se trouve dans une niche, au-dessus de la stalle épiscopale du choeur.
Datation de l'objet :
Compléments :
La statue, une Vierge à l'Enfant, date de la fin du XVe siècle, début du XVIe siècle.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Le premier témoin du légendaire est un récit du chanoine bordelais Gilbert Grymaud, publié en 1630 (Traicté de la devotion et miracles…, p. 294-300). Un bouvier de Pouy remarqua que l'un de ses boeufs s'écartait systématiquement du troupeau pour entrer dans un marais voisin où il s'arrêtait et poussait de violents mugissements. Intrigué, le pâtre finit par aller voir et trouva le boeuf en train de lécher une statue de la Vierge. Averti, le curé de Pouy fit prévenir l'évêque, lequel ordonna de transporter la statue dans l'église paroissiale. Elle fut donc placée sur un chariot attelé à des boeufs mais ceux-ci, au bout de quelques centaines de pas, s'arrêtèrent, refusant d'aller plus loin. Force fut de construire une chapelle à cet endroit. Grymaud ne précise pas la date de l'événement, indiquant simplement qu'il l'a appris des « anciens » et que le sanctuaire existait déjà à l'époque du passage dans la région du prédicateur franciscain Thomas Illyricus (1518-1522). Il signale de plus que le pèlerinage, un temps oublié, reprit vie l'année qui a vu le rattachement du Béarn à la France, soit en 1620. De son côté, François Poiré, qui écrivait en 1633, indique que la statue avait été miraculeusement découverte une dizaine d'années auparavant (La Triple Couronne…, t. I, p. 270). Un siècle plus tard, Raymond Mauriol, supérieur du sanctuaire et auteur d'une histoire de Buglose publiée en 1726 (Histoire de la sainte chapelle…, p. 18-25), reprend le récit de Grymaud mais place la découverte de la statue en 1620.
Miracles :
On possède une série de 69 récits de miracles publiés par Mauriol (Histoire de la sainte chapelle…, p. 67-111) d'après les attestations alors conservées à la chapelle. Les faits prennent place entre 1622 et 1736 et montrent que Buglose, tout en étant un sanctuaire polythérapeutique, était spécialisé dans la guérison des affections motrices : paralysie, perclusion, rhumatismes, etc. Cette spécialisation est à mettre en relation avec la présence d'une fontaine dont l'eau jouait fréquemment un rôle dans la guérison des malades qui s'y baignaient ou y lavaient leurs membres. Notre-Dame de Buglose était également invoquée par les marins en péril, donnant ainsi lieu à des miracles à distance, consécutifs à un voeu.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Délivrance
  • Thérapie
  • Folie
Jour(s) de fête :
  • Nativité Vierge Marie
  • Assomption
  • Lundi de Pentecôte
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
La documentation ne permet pas de préciser les modalités de la fréquentation du sanctuaire, mais on peut supposer que les fêtes mariales, notamment l'Assomption et la Nativité, voyaient une affluence accrue des pèlerins, à l'image de ce qui est généralement observé dans le cas des sanctuaires dédiés à la Vierge. Au XIXe siècle, s'ajoute à ces deux dates le lundi de Pentecôte (A. Labarrère, Histoire de N.-D. de Buglose…, p. 264). À l'époque actuelle, les pèlerinages officiels prennent place entre le dimanche précédant le 8 septembre et le dimanche suivant.
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
  • Vêtements
  • Dons
  • Baigner et laver des membres
Pratiques en présence du clergé :
  • Communions
  • Confessions
  • Messe
Ex voto :
  • Anatomique (?)
    La description de la chapelle fait état d'ex voto anatomiques en argent disposés autour de la statue (Histoire de la sainte chapelle…, p. 11, 73, 75, 76). Des ex voto des XIXe et XXe siècles ont été apposés dans la chapelle des miracles et autour de la fontaine.
  • Béquille (?)
    Les attestations de miracles signalent à plusieurs reprises l'offrande d'ex voto, notamment de béquilles.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
    • Plénière (1725)
      Indulgences plénières concédées en 1725 par le pape Benoît XIII à tous ceux qui viendront prier à Notre-Dame de Buglose.
    • Plénière (1845)
      Indulgences plénières concédées en 1845 par le pape Grégoire XVI à tous ceux qui viendront prier à Notre-Dame de Buglose pour l'une des cinq fêtes mariales.
    • Plénière (1855)
      Indulgences plénières concédées en 1855 par le pape Pie IX à tous ceux qui viendront prier à Notre-Dame de Buglose le jour anniversaire de la consécration du sanctuaire.
    Compléments sur le culte :

    L'ÉDIFICE

    Description :
    Il ne reste aujourd'hui aucune trace de la chapelle primitive édifiée en 1620-1622 sur le lieu de découverte de la statue. Le renouveau du pèlerinage au XIXe siècle a eu pour effet de dédoubler le sanctuaire avec, d'un côté, la « chapelle des miracles », reconstruite dans les années 1850 et enchâssée dans une nouvelle construction en 1960, et, de l'autre, la basilique de Notre-Dame de Buglose (1850-1865), édifiée trois cents mètres plus loin. Bâtie dans un style néo-roman, la basilique abrite depuis 1855 la statue miraculeuse.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
    • Fontaines (?)
      À côté de la chapelle de Buglose, dite aussi « chapelle des miracles », se trouve la fontaine. Elle est flanquée d'une reproduction de la statue.
    Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
    • Mobilier (?)
      Dans l'abside de la basilique, une niche a été aménagée au-dessus de la stalle épiscopale pour accueillir la statue miraculeuse. L'histoire de sa découverte est représentée à la fois sur les six chapiteaux du choeur et sur les vitraux du bas-côté.

    HISTOIRE DU SANCTUAIRE

    Origines :
    Date de première mention : 1630
    Initiative de la fondation :
    • Groupe de fidèles
    Environnement institutionnel, politique et religieux :
    Les affirmations des historiens des XVIIe et XVIIIe siècles, qui veulent que Buglose ait été un lieu de pèlerinage dès le début du XVIe, sont crédibles mais invérifiables (voir A. Degert, « Un ancien pèlerinage… », p. 129-142). Il faut donc placer les débuts du sanctuaire en 1620, date à laquelle il est visité par l'évêque de Dax qui procéda à la réconciliation de la chapelle (B. Compaigne, Chronique de la ville et dioceze…, p. 24). La première mention du pèlerinage figure dans l'ouvrage de Grymaud (Traicté de la devotion et miracles…), publié en 1630, mais Mauriol rapporte dans son histoire du sanctuaire des attestations de miracles dont la plus ancienne est en date de 1622 (Histoire de la sainte chapelle…, p. 89). Bien que l'émergence du sanctuaire en 1620 soit mal connue, celle-ci a pour cadre la communauté paroissiale de Pouy, rapidement relayée par les autorités, curé d'abord et évêque ensuite. Immédiatement reconnu par les autorités ecclésiastiques en la personne de l'évêque de Dax, le pèlerinage de Buglose resta sous l'autorité du curé de Pouy jusqu'à l'installation des Lazaristes (1706). Qu'il s'agisse de son émergence au début du XVIIe siècle ou de sa renaissance au milieu du XIXe, Buglose épouse fidèlement les grandes tendances de l'histoire des pèlerinages mariaux dans l'espace français.
    Phases d'évolution :
    À en juger par les attestations de miracles, Buglose acquiert très rapidement un rayonnement régional : dès 1623, soit trois ans après la découverte de la statue, il voit arriver des pèlerins issus des diocèses d'Aire et de Bayonne. Cette renommée se conserve tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles : si la majorité des miraculés vient du diocèse de Dax, le sanctuaire attire également des pèlerins issus des évêchés limitrophes (Bayonne, Aire, Lescar, Bordeaux). Au XIXe siècle, plusieurs documents évoquent des foules considérables qui s'y rendent en pèlerinage (A. Degert, « Un ancien pèlerinage… », p. 215) ; mais, à en juger par les quelques attestations de miracles publiées par A. Labarrère (Histoire de N.-D. de Buglose…), l'aire de rayonnement du sanctuaire semble avoir été limitée au diocèse d'Aire et Dax.
    Evénements marquants :
    • Construction (1620-1622)
      Débutée immédiatement après l'émergence du pèlerinage, la construction de la chapelle est achevée deux ans plus tard et celle-ci est consacrée le 15 mai 1622.
    • Installation des religieux (1706)
      L'évêque de Dax confie Buglose aux Lazaristes auxquels le curé de Pouy cède tous ses droits sur le sanctuaire.
    • Visite exceptionnelle (1709)
      Guérie à la suite d'un voeu fait à Notre-Dame de Buglose, Marie-Anne de Neubourg, reine douairière d'Espagne, vient en pèlerinage au sanctuaire.
    • Fermeture (1794)
      En 1794, le sanctuaire, d'où les Lazaristes avaient été expulsés en 1791, est fermé.
    • Reprise du culte après la révolution (1803)
      Désormais confié au curé de Pouy, le sanctuaire rouvre ses portes.
    • Installation des religieux (1844)
      Suite au rachat de l'ancienne maison des Lazaristes, des missionnaires diocésains envoyés par l'évêque de Bayonne viennent s'installer à Buglose.
    • Construction (1850-1865)
      Construction de la nouvelle église, à quelques centaines de mètres de la chapelle primitive.
    • Transfert (1855)
      La statue miraculeuse est installée dans la nouvelle église, encore inachevée.
    • Couronnement de la statue (1866)
      La statue est couronnée en 1866.
    • Construction (1960)
      Édification d'une nouvelle chapelle à l'endroit de la découverte de la statue.
    • Erection du sanctuaire en basilique mineure (1966)
      L'église Notre-Dame de Buglose est érigée en basilique mineure.
    Rayonnement(s) :
    • Régional (1620 -> 2016)
      Le rayonnement de ce pèlerinage est resté essentiellement régional.

    RÉFÉRENCES

    Source(s) :
    • Source publiée (1779)
      Histoire de la sainte chapelle et des miracles de Notre-Dame de Buglose, Pau, P. Vignancour, 1779, 112 p. (1re éd. en 1726).
    • Source publiée (1657)
      Bertrand Compaigne, Chronique de la ville et dioceze d'Acqz, Orthez, Jacques Rouyer, 1657, p. 24.
    • Source publiée (1633)
      François Poiré, La Triple Couronne de la bien-heureuse Vierge Mere de Dieu, 2 t., Paris, Sébastien Cramoisy, 1633, t. I, p. 270.
    • Source publiée (1630)
      Gilbert Grymaud, Traicté de la devotion et miracles de Nostre Dame en l'eglise S. André de Bordeaux, Bordeaux, Pierre de La Court, 1630, p. 294-300.
    Bibliographie :
    • DEGERT, A., «Un ancien pèlerinage : Buglose », in Revue de Gascogne, vol. XVIII, 1923, p. 23-37; 117-128; 208-220.
    • DEGERT, A., «Un ancien pèlerinage : Buglose », in Revue de Gascogne, vol. XVII, 1922, p. 23-33; 128-142; 174-181.
    • DELUX, P. R., Manuel du pèlerin de Buglose, Bordeaux, T. Gouin, 1884.
    • LABARRÈRE, A., Histoire de Notre-Dame de Buglose, Paris, H. Vrayet, 1857.
    Etude(s) universitaire(s) :

    PHOTOGRAPHIES LIÉES

    Objet de dévotion :
    • Statue de Notre-Dame de Buglose - Nicolas Balzamo - 2015
    • Fontaine de Buglose - Nicolas Balzamo - 2015
    Edifice :
    • Intérieur de la basilique Notre-Dame de Buglose - Nicolas Balzamo - 2015
    • Chapelle Notre-Dame de Buglose - Nicolas Balzamo - 2015
    • Basilique Notre-Dame de Buglose, vitrail du bas-côté représentant la découverte de la statue - Nicolas Balzamo - 2015
    Autre :

    À PROPOS DE L'ENQUÊTE

    Enquêteur :
    • Balzamo Nicolas
    Rédacteur :
    • Balzamo Nicolas
    Date de l'enquête :
    2015-2016
    Date de rédaction de la fiche :
    2016
    Etat de l'enquête :
    En cours
    Pour citer cette ficheBalzamo Nicolas, « Notre-Dame-de-Buglose », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
    url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/626/notre-dame-de-buglose, version du 11/02/2016, consulté le 13/12/2017