INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Grâce

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Grâce
Période d'activité :
1458 - 1793
Commune :
Bruguières
Département :
Haute Garonne

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Bruguières
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Toulouse (1801 - 2017)
Ancien: Toulouse (1444 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Bruguières (1444 - 1789)
Ancienne: Bruguières (1789 - 2017)

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
170 m
Compléments :
Une chapelle s'élevait au sommet de la colline, probablement au niveau de l'actuelle impasse du prieuré à Bruguières (aujourd'hui quartier Notre-Dame). La chapelle était donc visible de loin et, de là, on pouvait observer jusqu'à Toulouse, d'après une description des Dominicains. À proximité de la chapelle, il y avait des jardins en escalier.

Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Prieuré
Compléments :
Un prieuré, dont la gestion a été confiée aux Dominicains en 1605, a été bâti en 1643.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Grâce (1458 - 1793)
Compléments :
La statue miraculeuse de la Vierge a été trouvée par un laboureur au milieu du XVe siècle. L'acte le plus ancien connu remonte à 1458, le pèlerinage a pris fin en 1793 mais s'est poursuivi vers un autel en plein air jusqu'en 1976.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame de Grâce
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1458 - 1793)
Compléments :
La première mention d'un oratoire remonte au XIIIe siècle et la statue existe très certainement depuis le XIVe siècle. Elle fut abritée dans une chapelle construite en 1601 et gérée par des Dominicains puis détruite en 1793.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame-de-Grâce
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Chapelle.
Datation de l'objet :
XIVe siècle
Compléments :
La statue était placée dans la chapelle Notre-Dame de Grâce, elle est actuellement conservée dans le petit musée de l'église paroissiale de Bruguières. La statue est aujourd'hui de bois polychrome, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Sous l'Ancien Régime, elle était ornée de vêtements et n'était probablement pas peinte.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Un bouvier labourant la terre, non loin de l'oratoire, trouva au milieu du XVe siècle une statue de Notre-Dame en bois. Il la fit porter dans l'église paroissiale, mais la statue regagna mystérieusement le lieu où elle avait été trouvée. Il fut donc décidé de bâtir une chapelle à l'endroit de sa découverte. Étienne Molinier évoque ce miracle et situe les débuts du pèlerinage vers 1450.
Miracles :
En 1557, trois personnes d'une même famille dérobèrent le manteau de la statue de la Vierge. La cloche se mit à sonner toute seule, alertant les voisins qui découvrent le vol. Les voleurs furent retrouvés à Grenade et après avoir été ramenés à Bruguières, furent jugés et pendus. La statue fut, à l'époque des guerres de Religion et des incursions protestantes, placée dans une grange à laquelle les protestants mirent le feu. Mais elle ne se consuma pas dans l'incendie. Quarante miracles – la plupart des guérisons – sont recensés par Étienne Molinier, dans l' « Histoire de Notre-Dame de Bruguières » pour la seule première moitié du XVIIe siècle.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Délivrance
  • Grâce particulière
  • Thérapie
  • Voeu
Jour(s) de fête :
  • Nativité Vierge Marie
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Compléments sur les fréquentations :
Les pèlerinages avaient lieu toute l'année, mais la grande fête de la Nativité de la Vierge regroupait davantage de monde, le 8 septembre. Le pèlerinage avait lieu en même temps qu'une foire, ce qui lui assurait un succès important, car certains témoins décrivent une chapelle envahie de pèlerins avec au moins trois cents personnes assistant à la messe. Les Jésuites venaient aussi régulièrement en pèlerinage à Bruguières, notamment les membres des congrégations mariales. Des paroisses s'y rendaient aussi en procession, comme par exemple celle de Vacquiers, en mai 1680. Ce pèlerinage s'est poursuivi par une procession tous les 8 septembre qui a eu lieu jusqu'en 1976.
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
  • Dons
Pratiques en présence du clergé :
  • Bénédictions
  • Communions
  • Fondation de messes et d'offices
Ex voto :
    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
        Compléments sur le culte :

        L'ÉDIFICE

        Description :
        La chapelle a aujourd'hui disparu, elle est connue par les baux à besogne et devait mesurer 25 mètres de long et 10 de large, était bâtie de brique, alors que la précédente était seulement bâtie de terre. Son clocher était visible de loin. L'édifice était décoré de nombreuses fresques de grande dimension.
        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        • Autre (1643)
          Un prieuré de Dominicains fut édifié en 1643 après que six d'entre eux aient été chargés d'administrer la chapelle Notre-Dame de Grâce en 1605. Ils ont eu, durant tout le XVIIe siècle, du mal à vivre, car les dons des fidèles étaient trop modestes. Ils bénéficient cependant d'une fondation, en 1685, d'un montant de trente mille livres tournois, par Jean de Rudèle, grand chantre du chapitre cathédral. Leur nombre passe alors à douze et ils sont chargés de célébrer des messes pour leur fondateur, qui en échange, leur lègue plusieurs métairies dans la région. Les Dominicains sont restés à Bruguières jusqu'à la vente de leur prieuré en 1793 (mais ils ne sont plus que trois à cette date). Le bâtiment subsisterait toujours (ferme).
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
        • Autel (XVIIe siècle)
          Au début du XVIIe siècle, on érigea un maître-autel de Notre-Dame, au-dessus duquel était placée la statue de Notre-Dame de Grâce.

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : XIVe siècle
        Initiative de la fondation :
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          La cure de Bruguières est à la collation de l'abbé de Saint-Sernin, mais il n'y a pas de lien entre cette abbaye et le pèlerinage. Le curé, censé desservir la chapelle, ne résidait plus depuis les guerres de Religion et un prêtre était rémunéré par les habitants pour s'occuper des pèlerinages, jusqu'en 1605. Il y avait aussi probablement une confrérie qui gérait les aumônes des fidèles.
          Phases d'évolution :
          Le succès du pèlerinage de Bruguières ne s'est jamais démenti depuis les guerres de Religion. Nous connaissons mieux les événements du XVIIe et du XVIIIe siècle. Le pèlerinage a été réactivé au début du XIXe siècle, vers un petit autel extérieur situé à proximité de l'ancienne chapelle et des bâtiments du couvent. Les paroissiens ont continué à y venir en procession chaque 8 septembre de 1803 à 1976.
          Evénements marquants :
          • Préservation de l'objet de dévotion (1562)
            Lors du sac de la ville par les troupes protestantes en 1562, l'église paroissiale de Bruguières est détruite, mais la chapelle est restée intacte. Une femme avait caché la statue dans la paille d'une grange où le feu fut allumé.
          • Procès (1605-1613)
            Jusqu'en 1605, des marguilliers, et peut-être même une confrérie, administraient la chapelle et ses aumônes. Le curé étant non résident, un prêtre était chargé par contrat d'administrer chaque année la chapelle. Un procès de longue haleine oppose la communauté au recteur et afin d'avoir plus de poids face au clergé, le sanctuaire est confié aux Dominicains. S'ensuit une rixe entre le recteur déchu, ses acolytes et les Dominicains. Le curé et ses acolytes font en effet irruption dans la nuit du 7 au 8 septembre 1606 dans la chapelle, afin de chasser les Dominicains par la force. Si l'incident n'interrompt pas le pèlerinage, l'épilogue de cette affaire juridique n'a lieu qu'en 1613 lorsque le recteur reçoit mille huit cents livres tournois de compensation pour ses frais de procès.
          • Transfert (1620)
            La nouvelle chapelle fut construite autour de la vieille chapelle de terre. Le transfert de la statue eut lieu vers 1620 en présence des pèlerins.
          • Destruction (1793)
            Les bâtiments de l'ancien prieuré sont toujours visibles mais la chapelle a été détruite, sans que l'on sache pourquoi, et ses matériaux récupérés pour d'autres constructions.
          Rayonnement(s) :
          • Diocésain (XVIe siècle -> ?)
            Les pèlerinages sont surtout diocésains, comme l'attestent les miracles. La renommée de ces pèlerinages est aussi liée à la diffusion d'ouvrages saints, à la venue des Jésuites mais aussi de personnalités nobles qui ont permis le rayonnement de ce sanctuaire.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Archives
            Archives départementales de la Haute-Garonne, fonds des Dominicains (112 H 136, 137, 138, 139), fonds des actes notariés, 3 E 7900, fonds des visites pastorales : 2 MI 815. Bibliothèque nationale de France, Languedoc, N 21, Bénédictins, fol. 70.
          • Livrets de dévotion (1641)
            Aubery J.-H., Virgo Burguericana sive diva gratiae conciliatrix, Toulouse.
          • Livrets de dévotion (1644)
            Molinier Étienne, Histoire de Nostre-Dame de Grace de Bruguie?res au dioce?se de Tolose, en Languedoc, ou? il est traicte? de l'antiquite?, origines et miracles de cette chapelle votive, Toulouse, A. Colomiez, 1644.
          Bibliographie :
          • BASSAS, Henri, Les pèlerinages à Notre-Dame diocèse de Toulouse, Tournefeuille, Librairie Jouannaud, 1996.
          • LESTRADE, Jean, «Bruguières et le pèlerinage de Notre-Dame de Grâce », in Revue historique de Toulouse, tome IX, 1922, p. 21 et suiv.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • PISTRE Jean-Marie
          • Martinazzo Estelle
          Rédacteur :
          • Martinazzo Estelle
          Date de l'enquête :
          2012
          Date de rédaction de la fiche :
          2015
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheMartinazzo Estelle, « Notre-Dame-de-Grâce », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/625/notre-dame-de-grace, version du 15/01/2016, consulté le 20/08/2017