INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Faverney

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Faverney
Période d'activité :
? - ?
Commune :
Faverney
Département :
Haute Saône

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Faverney
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Besançon (? - ?)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne:

Site

Type de site :
Vallée
Altitude :
220 m
Compléments :
La petite cité s'est développée au bord de la Lanterne, affluent de la Saône. Le bourg est construit au pied d'une petite colline. Il est situé à 70 km environ au nord de Besançon et à 20 km environ de Vesoul.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Axe de circulation
Cours d'eau
Compléments :
Le bourg de Faverney, construit au bord de la Lanterne, est situé à égale distance ou presque de deux voies antiques : l'une, au Nord, menant de Langres à Luxeuil et l'autre, au Sud, allant de Langres à Port-sur-Saône.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Faverney (? - ?)
Compléments :
Le pèlerinage à la Vierge de Faverney est documenté pour le XVIe siècle, mais il est très probablement antérieur. En effet, la statue vénérée datait a priori du XIVe siècle. De plus, si le sanctuaire est réputé pour ses « répits » au XVIe siècle, il est probable, comme l'a souligné Jacques Gélis, que ce sanctuaire ait été déjà auparavant fréquenté pour d'autres types de miracles (de fécondité notamment, voir plus bas), le répit n'étant généralement pas spécifique d'un sanctuaire.
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame
Saints patrons :
  • Vierge Marie (? - 2017)
Compléments :
Le monastère de moniales de Faverney est attribué à une soeur de Widerardus, fondateur de l'abbaye de Flavigny, mort au plus tard en 722. Si cette attribution reste incertaine, la tradition locale d'une fondation remontant au VIIIe siècle était déjà bien ancrée à Faverney au Xe siècle, comme en témoignent les "Acta Bertarii et Ataleni", relatant le martyre de deux personnages près de Faverney et mettant en scène une abbesse de Faverney, Goidila, et sa communauté. L'époque de cette fondation est plausible pour G. Moyse (G. Moyse, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècles), Extrait de la BEC, Paris, 1973, p. 106-109). Le monastère fut confié en 1132 aux bénédictins de La Chaise-Dieu par l'archevêque de Besançon Anséric. Il est probable que l'abbatiale, comme le monastère, fut dédiée dès l'origine à la Vierge. Ce patronage est en tout cas attesté au IXe siècle (d'après un traité de précaire signé en 882).

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame-la-Blanche
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
H : 100
Emplacement :
Actuellement dans la chapelle sud de la basilique, ancienne abbatiale. Auparavant, au-dessus du maître-autel.
Datation de l'objet :
XVIIe siècle
Compléments :
Il ne reste de la Vierge médiévale que la tête. Elle a été complétée au XVIIe siècle par un vêtement de bois sculpté doré. Elle a été rapprochée de la statue de Notre-Dame de Mont-Roland (datée du XIe ou XIIe siècle). Odilon Bebin, moine de Faverney et historien de son abbaye au XVIIe siècle, l'a comparée à celle-ci en des termes presque semblables à ceux utilisés par Dom S. Gody pour décrire Notre-Dame de Mont-Roland (voir cette fiche).
Il s'agissait d'une Vierge à l'Enfant bénissant, assise sur un siège en forme de trône. Selon Louis Eberlé, qui eut l'occasion de l'examiner en 1912, elle était en bois de tilleul.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
Un « roole des enffans mornez qui ont reçu miraculeusement le saint baptesme par l'intercession de la glorieuse Vierge en l'église des pères bénédictins de l'abbaye de Faverney », recense 501 cas de « répit » survenus à Faverney entre 1569 et 1593, autrement dit d'enfants revenus temporairement à la vie le temps de recevoir le sacrement du baptême. O. Bebin évoque des miracles de fécondité. Dom Grappin et Odilon Bebin, historiens de l'abbaye, écrivirent également qu'en 1595, un soldat huguenot, qui avait brisé l'un des bras de la statue, fut frappé d'une maladie mortelle et mourut sur le champ.
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Répit
  • Fécondité
Jour(s) de fête :
  • Nativité Vierge Marie
  • Assomption
  • Annonciation
  • Purification de la Vierge
  • Conception de la Vierge
Type de fréquentation :
Régulier
Compléments sur les fréquentations :
Selon O. Bebin, la fréquentation du sanctuaire était particulièrement importante aux principales fêtes de la Vierge, mais c'est le jour de l'Assomption que les pèlerins étaient les plus nombreux. En 1541, un traité aurait été passé avec le seigneur d'Amance pour la garde du bourg au jour de l'Assomption, où avait lieu également dans les jours suivants une foire.
Pratiques individuelles :
  • Déposer sur l'autel
Pratiques en présence du clergé :
    Ex voto :
    • Anatomique (XVIe siècle)
      Selon Odilon Bebin, moine de Faverney, historien de son abbaye au XVIIe siècle, « Desle de Meligny, chevalier et seigneur de Dampierre en notre pays et comté de Bourgogne, et dame Péronne de Vaudrey sa femme ont offert un fils et une fille d'argent en accomplissement de leur voeu, ayant eu depuis plusieurs enfants ».
    Confrérie(s) :
    • Immaculée Conception (XIVe siècle)
      Cette confrérie aurait été fondée, bien avant que la fête de l'Immaculée Conception ne soit largement répandue dans le diocèse, par l'abbé Étienne de Perrexi (v. 1396-1417). Un registre de 1396 en témoignerait et contiendrait les noms de dizaines de nobles de la région (Dom Grappin).
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      Lorsque des parents amenaient au sanctuaire leur enfant mort-né, ils déposaient le petit corps sur le maître-autel, au-dessus duquel la statue de Notre-Dame-la-Blanche était exposée. Selon Odilon Bebin, il existait également, dans l'abbatiale, une autre précieuse relique qui attirait les pèlerins. Il s'agissait d'une ceinture de la Vierge, conservée dans la chapelle Notre-Dame la Blanche, dite aussi Notre-Dame de Miséricorde, fondée en 1396 par un écuyer originaire de Faverney et d'un clerc de Mersuay. Elle était exposée sur le maitre-autel aux fêtes solennelles de la Vierge et était confiée par le sacristain du monastère aux familles en mal d'enfants (ADHS, H 450 et 451 d'après L. Eberlé). L. Eberlé cite un acte donné à Dijon par Charles VIII le 3 mars 1491 dans lequel celui-ci déclarait que « dans cette église du monastère, élevée sous la protection et en l'honneur et louange de la Mère de Dieu immaculée et toujours vierge, Marie n'a pas cessé, par tous les siècles passés comme encor par à présent, de se faire connaître et renommer journellement par plusieurs beaux, louables et apparens miracles ». Au XVIe siècle aurait été encore acquittée, selon Dom Grappin, une fondation de 52 sous payés chaque Noël par la commanderie de la Romagne, au diocèse de Langres, en souvenir d'un voeu formulé 400 ans auparavant par un commandant de l'ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui s'en remit à la Vierge de Faverney lors d'une croisade.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      L'église, ancienne abbatiale, est de plan cruciforme. Elle se compose de trois vaisseaux précédés par un avant-porche, d'un transept saillant et d'un profond choeur de deux travées flanqué de deux chapelles et se terminant par une abside à cinq pans. Un clocher surmonte la dernière travée du bas-côté sud, un second, dit « tour de l'horloge » est construit à la jonction entre l'abbatiale et une aile de l'abbaye. L'abbatiale fut reconstruite au XIe siècle, comme en témoignent encore les grandes arcades de la nef. Les XIVe et XVe siècles sont marqués par la construction du chevet et l'agrandissement de la partie orientale de la nef. L'achèvement du clocher et la reconstruction de certaines voûtes datent du XVIe siècle. Après la construction des portails de l'avant-porche gothique en 1625, une seconde tour est érigée. Au siècle suivant, le sol du transept et du choeur est rehaussé, les fenêtres des bas-côtés agrandies, et l'extérieur de l'église est totalement habillé d'un décor classique.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
        • Chapelle (?)
          Une chapelle du bas côté sud aurait conservé une ceinture de la Vierge et était placée sous le vocable de Notre-Dame-la-Blanche ou Notre-Dame-de-Compassion.

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1569
        Initiative de la fondation :
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Depuis le XIIe siècle, le monastère de Faverney était tenu par des bénédictins de La Chaise-Dieu.
          Phases d'évolution :
          Il est difficile de retracer l'histoire de ce pèlerinage car le registre des Archives départementales de Haute-Saône, dans lequel les répits sont consignés, semble être le document principal attestant son activité. Il demeure que l'abbatiale a été, au Moyen Âge, un lieu de recours privilégié pour les femmes et les enfants, spécificité qui a peut-être « préparé le terrain » à la pratique du répit qui y est attestée dans la seconde moitié du XVIe siècle, ce qui est relativement précoce, celle-ci ayant été largement répandue plutôt au siècle suivant. Mais la plus importante évolution du sanctuaire – ou en tout cas la mieux documentée – concerne les événements du mois de mai 1608 connus sous le nom de « miracle des hosties », survenus dans le même édifice (voir fiche Faverney n°1). L'hostie miraculeuse supplanta, après cette date, le pèlerinage à Notre-Dame la Blanche. On ne peut affirmer pour autant que ce pèlerinage cessa totalement après cet événement.
          Evénements marquants :
            Rayonnement(s) :
            • Local (1569 -> 1593)
              L'étude des lieux d'origine des enfants présentés au sanctuaire montre qu'ils étaient généralement originaires de paroisses situées dans un rayon d'une quinzaine de km.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Livres manuscrits (XVIIe siècle)
              Bibl. mun. de Vesoul, Ms 192, copie XVIIe s. à la Bibl. mun. de Besançon, Ms 771, Histoire de l'abbaye de Faverney par Odilon Bebin (moine de cette abbaye de 1635 à 1676).
            • Archives (XVIe siècle)
              Arch. dép. de Haute-Saône, H 456, registre des cas de répit enregistrés à Faverney entre le 24 mai 1569 et le 20 août 1593.
            Bibliographie :
            • GÉLIS, J., «Les « répits » d'enfants morts-nés, ou les miracles avant le miracle », in Le miracle de Faverney (1608). L'eucharistie : environnement et temps de l'histoire. Actes du colloque de Faverney (9 et 10 mai 2008), Besançon, PUFC, 2010, p. 205-218.
            • EBERLÉ, abbé L., Faverney, son abbaye et le Miracle des Saintes Hosties, Luxeuil, Valot, 1915.
            • MOREY, J., Notice historique sur Faverney et son double pèlerinage, Besançon, 1878.
            • MOREY, J., abbé, Discours prononcé à Faverney le 17 mai 1869, 160e anniversaire de la sainte hostie conservée dans les flammes, Besançon, 1869.
            • MANTELET, E, Histoire politique et religieuse de Faverney depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, son abbaye, sa sainte hostie, Paris, 1864.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • BULLY Aurelia
            Rédacteur :
            • BULLY Aurelia
            Date de l'enquête :
            2015
            Date de rédaction de la fiche :
            2015
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Notre-Dame-de-Faverney », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/623/notre-dame-de-faverney, version du 11/01/2016, consulté le 11/12/2017