INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Germain-de-Talloires (n°1)

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Germain-de-Talloires
Période d'activité :
? - 2017
Commune :
Talloires
Département :
Haute Savoie
Eglise Saint-Germain

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Talloires
Hameau/Lieu-dit :
Saint-Germain-sur-Talloires
Diocèse :
Actuel: Annecy (1822 - 2017)
Ancien: Genève (? - 1792)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Germain-du-Lac (2008 - 2017)
Ancienne: Talloires (? - 1836)

Site

Type de site :
Plateau
Altitude :
700 m
Compléments :

L'église se situe sur un replat, au-dessus de la commune de Talloires, sur la rive est du lac d'Annecy. À quelques dizaines de mètres de l'ermitage, un chemin à flan de falaise mène à la grotte, où saint Germain aurait vécu. (cf photos).


Paysage

Type de couvert végétal :
Forêt
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Abbaye
Compléments :

Le prieuré de Talloires a été érigé en abbaye. Il est édifié sur la rive est du lac d'Annecy. L'ermitage appartient au diocèse du Mont Blanc entre 1792 et 1801, puis à celui de Chambéry entre 1801 et 1822.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Germain-de-Talloires (? - 2017)
Compléments :
Un pèlerinage s'est développé sur le tombeau de saint Germain, ermite du XIe siècle qui a acquis une réputation de saint guérisseur. Germain aurait été le fondateur du prieuré de Talloires, dépendant de l'abbaye bénédictine de Savigny (Rhône). Le lieu, qui offre un beau panorama sur le lac d'Annecy, est appelé Ermitage-de-Saint-Germain.
Vincent Brasier cite un acte de 1492 mentionnant « la réparation de l'église de Saint Germain » (Brasier, p.144), il est cependant vraisemblable que le pèlerinage ait été vivant auparavant.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Saint-Germain
Saints patrons :
  • Germain (XIe siècle - 2017)
Compléments :
Les pèlerins montent la pente abrupte depuis Talloires pour accéder à la chapelle et à la grotte située juste en dessous, dans la falaise. Le lieu est désigné par l'appellation Ermitage-de-Saint-Germain. Au XIXe siècle, une église est construite sur l'emplacement de la chapelle et érigée en église paroissiale suite aux démarches des paysans du plateau. Les reliques de saint Germain y sont toujours présentes.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Saint Germain
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
?
Emplacement :
Église Saint-Germain.
Datation de l'objet :
XIe siècle
Compléments :
Le tombeau de saint Germain se trouvait dans la nef de la chapelle. En 1621, François de Sales fait retirer les ossements du saint et, après une cérémonie et une exposition des reliques, les fait placer dans une châsse sur l'autel de la chapelle. Il prend les chapelets qu'on lui tend et leur fait toucher la châsse de saint Germain.
Les reliques sont cachées pendant la période révolutionnaire, jusqu'en 1826 d'après le chanoine Brasier. Elles sont ensuite entreposées dans la sacristie de l'église paroissiale de Talloires. Mgr de Thiollaz, évêque d'Annecy, les fait placer en 1831 dans une chapelle de l'église de Talloires (cf fiche Saint-Germain-de-Talloires n°2). Un tableau de Prosper Dunant, représentant le saint en prière, orne cette chapelle.
En 1835, une église est construite à Saint-Germain-sur-Talloires sur l'emplacement de la chapelle, les reliques y sont replacées en 1838.
Aujourd'hui, on peut voir dans le bras nord du transept une châsse contenant un mannequin représentant saint Germain vêtu d'une robe de moine bénédictin (cf photo). Un coffret placé dans la châsse renferme les reliques.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Saint Germain, moine à l'abbaye bénédictine de Savigny (Rhône), aurait été envoyé en compagnie de son frère Ruph à Talloires, sur la rive est du lac d'Annecy, pour fonder un prieuré au début du XIe siècle. Germain occupe la fonction de prieur. Il effectue ultérieurement un pèlerinage en Terre sainte. Après son retour, il choisit de vivre en ermite dans un creux de la falaise qui surplombe Talloires, d'où il descend quotidiennement au monastère, selon la légende. Sur le plateau au-dessus de cette grotte, un oratoire est construit, le saint y est enseveli. François de Sales considère les reliques comme authentiques après avoir reçu une vision.
Miracles :
Des guérisons sont signalées.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Germain
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Sous l'Ancien Régime, le pèlerinage se pratique n'importe quel jour de l'année, mais la foule se rassemble surtout les lundis de Pâques et de Pentecôte et le jour de la Toussaint. L'affluence de pèlerins à la chapelle et l'obtention de grâces sont mentionnées dans différents écrits du XVIIe et du XVIIIe siècle.
Saint Germain est particulièrement invoqué contre les maladies infantiles, en particulier le rachitisme, les paralysies et les troubles nerveux, et contre les maux de tête. Le chanoine Brasier précise que les pèlerins peuvent bénéficier de nourriture au monastère de Talloires.
Vers 1635, le procureur fiscal de Genevois, Maurice Barfelly, témoigne : « On y reçoit des continuelles graces principalement pour les maladies des petitz enfantz foiblesse de nerfz quand ilz ne peuvent marcher quoy que grandeletz pour les gouttes des grandz et maulx de teste l'on y accour en devotion de tous les environs ».
D'après l'étude sur saint Germain du chanoine Vincent Brasier, sous l'Ancien Régime, même après la translation des reliques du tombeau sur l'autel en 1621, les pèlerins font le tour du tombeau à genoux (circumambulation, au moins jusqu'au XVIIe siècle). Les jours de pèlerinage, on bénit du vin, des draps et des linges destinés aux malades, selon les formules du Rituel de Genève. Le prêtre bénit les malades et réserve une bénédiction spéciale aux enfants, il les touche avec les saintes reliques en priant la Sainte Trinité de les guérir, de les garder, de les sanctifier.
Après la Révolution, le pèlerinage reprend sur le lieu de l'ermitage : on parle de la guérison de jeunes paralytiques en 1841 et 1843. Des ex-voto présents dans la grotte mentionnent une guérison en 1805 et des remerciements adressés à saint Germain (1898, 1961). Le pèlerinage s'effectue le lundi de Pentecôte et le 23 septembre. Un des principaux lieux de pèlerinages du diocèse, il attire les pèlerins principalement des provinces du Genevois et de Haute-Savoie. Les fidèles prient auprès de la châsse du saint, pour toutes sortes de maladies.
Le pèlerinage existe encore de nos jours, le lundi de Pentecôte.
Pratiques individuelles :
  • Circumambulation
  • Prières
  • Toucher
  • Vêtements
Pratiques en présence du clergé :
  • Bénédictions
  • Imposition de relique
  • Messe
Ex voto :
  • Autre (?)
    Statuettes, fleurs, photo et chapelets sont déposés dans la grotte.
  • Béquille (?)
    Claude Gay écrit vers 1905 : « les boiteux qui souvent ont laissé leur béquille après leurs prières ; on peut s'en rendre compte en allant dans l'église, on y verra encore les béquilles ». Aujourd'hui, trois béquilles sont encore entreposées à côté de la châsse dans l'église.
  • Texte gravé (?)
    Des plaques gravées sont déposées dans la grotte.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      Une indulgence aurait été accordée par le pape Eugène III, pape de 1145 à 1153, aux pèlerins venus prier saint Germain . La grotte est aménagée en oratoire, comprenant une statue de saint Germain, des ex-voto, des bancs. Après la Révolution, le pèlerinage a lieu pendant quelques années à l'église de Talloires (au bord du lac, cf. fiche Saint-Germain-de-Talloires n°2), jusqu'à ce que les reliques soient replacées dans la nouvelle église construite en 1835 à Saint-Germain, devenue église paroissiale. Les offices liturgiques y sont célébrés depuis.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      L'église de l'Ermitage remplace une chapelle plus ancienne.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Autre (?)
        Un oratoire a été aménagé dans la grotte située en contrebas de la chapelle, dans laquelle, selon la légende, saint germain se serait retiré. Une inscription supposée du XVIIe siècle dans la grotte mentionne que saint Germain est prieur de Talloires en 989, date aujourd'hui considérée comme erronée.
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
      • Autel (?)
        La châsse est placée sur un autel dans le bras nord du transept de l'église. Le tableau de Prosper Dunant représentant saint Germain lui fait face (cf photo).

      HISTOIRE DU SANCTUAIRE

      Origines :
      Date de première mention : XVIIe siècle
      Initiative de la fondation :
      • Religieux
      Environnement institutionnel, politique et religieux :
      L'initiative de la fondation d'un prieuré à Taloires reviendrait à la reine Ermengarde, épouse du roi de Bourgogne Rodolphe III, dans la première moitié du XIe siècle, au nom de son groupe de parenté, c'est à dire la famille du comte Humbert, fondateur de la principauté savoyarde. Laurent Ripart souligne que ces familles aristocratiques « se paraient souvent pour agir d'une autorité supérieure, par le biais de laquelle ils établissaient leurs fondations », ainsi le prieuré de Talloires a l'apparence d'une fondation royale, alors que la reine n'intervient qu'au nom de son groupe de parenté. La première chapelle de l'ermitage aurait été construite par les moines de Talloires, sur le tombeau de saint Germain. La translation des reliques de Germain par saint François de Sales en 1621 est peut-être la première attestation de ce pèlerinage. Néanmoins, la mention de l'octroi d'une indulgence au milieu du XIIe siècle par le pape Eugène III (V. Brasier..., p. 8) laisse supposer un pèlerinage beaucoup plus ancien.
      Phases d'évolution :
      La chapelle a été reconstruite à différentes reprises. Le chanoine Vincent Brasier mentionne des documents attestant du culte aux XVe et XVIe siècles.
      Evénements marquants :
      • Reconstruction (1609)
        Lors d'une première visite, François de Sales aurait fait réparer l'édifice en 1609.
      • Visite exceptionnelle (1621)
        François de Sales se rend à l'Ermitage-de-Saint-Germain le 28 octobre 1621, accompagné de son frère et coadjuteur Jean-François de Sales. Cette visite donne un nouvel élan au pèlerinage. Il fait retirer les reliques du tombeau, les porte en procession et les fait placer sur l'autel de la chapelle. Il projette de se retirer dans l'ermitage, mais il meurt l'année suivante. Une inscription gravée sur une pierre exposée sur la façade de l'église de Saint-Germain rappelle cette visite.
      • Reconstruction (1663)
        Une pierre dans la façade de l'église actuelle mentionne une reconstruction en 1663.
      • Reconstruction (1829)
        Un prêtre, l'abbé Perrey, fait reconstruire en 1829 la chapelle tombée en ruine durant la Révolution. Le pèlerinage reprend à l'ermitage, bien que les reliques n'y soient pas présentes.
      • Reconnaissance de reliques (1831)
        Mgr de Thiollaz, évêque d'Annecy, procède à la reconnaissance des reliques le 23 octobre 1831, avant la procession qui les mène à l'église paroissiale de Talloires.
      • Reconstruction (1835)
        Les paysans du plateau acquièrent collectivement la propriété du terrain en 1835, ils reconstruisent une église à l'emplacement de l'ancienne chapelle. Cette église devient leur paroisse l'année suivante. Ils hypothèquent des terres pour garantir l'entretien du curé.
      • Translation (1838)
        Les reliques de saint Germain sont solennellement replacées par Mgr Rey, évêque d'Annecy, dans l'église de l'ermitage, le 28 octobre 1838 ; d'après Vincent Brasier une foule de pèlerins assiste à la cérémonie.
      • Translation (1857)
        Au cours d'une cérémonie qui a lieu le 25 octobre 1857, les reliques de saint Germain sont placées dans une nouvelle châsse ornée d'un mannequin représentant le saint, par Mgr Rendu, évêque d'Annecy.
      • Reconstruction (1868)
        L'église de saint Germain est agrandie et prend la forme qu'on lui connait aujourd'hui. L'autel et la châsse de saint Germain sont placés dans la nouvelle chapelle latérale.
      Rayonnement(s) :
      • Diocésain (? -> 2017)
        Le pèlerinage est largement fréquenté au milieu du XIXe siècle par les paroisses du Genevois, il est mentionné par 17 attestations de paroisses lors de l'enquête de l'évêque Mgr Rendu.

      RÉFÉRENCES

      Source(s) :
      • Sources orales (2015)
        Entretien avec Jeanine de Conigliano, présidente de l'Association Mémoire et avenir du site de Saint-Germain, et descendante d'un des fondateurs de l'église construite en 1835.
      • Archives (1889)
        Arch. dép. de Haute-Savoie, 2 V 9, pèlerinages à Saint-Germain-sur-Talloires.
      Bibliographie :
      • HERMETZ-DE POULPIQUET DE BRESCANVEL, Anne, Sanctuaires et lieux de pèlerinage dans le diocèse de Genève, XIVe-XVIIe siècles, Permanences et évolutions, Mémoire de 1e année de Master, sous la direction de Catherine Vincent, Université Paris X - Nanterre, Paris, 2007, p. 37, 39, 46, 51, 68, 85, 86, 97.
      • RIPART, Laurent, «Moines ou seigneurs : qui sont les fondateurs ? », in Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, n° 3, t. 113, Prieurés et société au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.
      • DEVOS, Roger, JOISTEN, Charles, Moeurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : l'enquête de Mgr Rendu, Annecy-Grenoble, Annecy, Académie salésienne ; Grenoble, Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, 1978, p. 56, 64, 65, 193.
      • BRASIER, Vincent (chanoine), Étude sur saint Germain, moine bénédictin d'abord prieur de Talloires ensuite solitaire, Annecy, Imprimerie de François Abry, 1879.
      Etude(s) universitaire(s) :

      PHOTOGRAPHIES LIÉES

      Objet de dévotion :
      • Châsse de saint Germain - Claire Pibarot - 2015
      Edifice :
      • Eglise Saint-Germain - Claire Pibarot - 2015
      • Intérieur de l'église Saint-Germain - Claire Pibarot - 2015
      • Chemin et entrée de la grotte - Claire Pibarot - 2015
      • Intérieur de la grotte de l'ermitage - Claire Pibarot - 2015
      Autre :

      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

      Enquêteur :
      • PIBAROT Claire
      Rédacteur :
      • PIBAROT Claire
      Date de l'enquête :
      2015
      Date de rédaction de la fiche :
      2015
      Etat de l'enquête :
      En cours
      Pour citer cette fichePIBAROT Claire, « Saint-Germain-de-Talloires (n°1) », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/618/saint-germain-de-talloires, version du 09/10/2015, consulté le 20/10/2017