INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-des-Sept-Fontaines

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-des-Sept-Fontaines
Période d'activité :
? - 2017
Commune :
Montmin
Département :
Haute Savoie
Fontaine centrale de l'oratoire des Sept-Fontaines

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Montmin
Hameau/Lieu-dit :
Plan-Montmin
Diocèse :
Actuel: Annecy (1822 - 2017)
Ancien: Genève (? - 1792)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Joseph en Pays de Faverges (2004 - 2017)
Ancienne: Montmin (? - 2004)

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
1040 m
Compléments :

Le sanctuaire se trouve à flanc de colline, le long de la route qui relie les hameaux de La Perrière et de Plan-Montmin.


Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Source
Compléments :

Entre 1792 et 1801, la chapelle dépendait du diocèse du Mont-Blanc, puis de celui de Chambéry entre 1801 et 1822.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-des-Sept-Fontaines (? - 2017)
Compléments :
Montmin se trouve à l'est de l'extrémité sud du lac d'Annecy. Le sanctuaire est situé en dehors du village, sur la route qui mène au hameau de Plan-Montmin. Il comprend un ensemble ouvragé de sept fontaines, communément appelé l'oratoire des sept fontaines, et une chapelle construite à quelques dizaines de mètres des fontaines.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-des-Sept-Fontaines
Saints patrons :
  • Vierge Marie (? - 2017)
Compléments :
Pierre Velland, curé de Montmin, mentionne en 1845 le sanctuaire des Sept-Saintes-Fontaines, en l'honneur de Notre-Dame des Sept Douleurs.
Concernant le sanctuaire des Sept-Fontaines, certains ouvrages évoquent une récupération chrétienne d'un culte de source et soulignent que la source alimentait le ruisseau du Nant qui descend à Vesonne, village dont le nom peut être rapproché de Vesunna, déesse celte de l'eau. Sans autre élément à ce sujet concernant le sanctuaire de Montmin, on ne peut conclure sur un éventuel culte païen précédent celui de la Vierge aux Sept-Fontaines.
La construction de l'oratoire ne peut être datée ; une hypothèse émise par P. Dufournet en attribue l'élévation aux Bénédictins de Talloires, qui commencent à desservir la paroisse vers le XIIe siècle.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Vierge noire des Sept Fontaines
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
?
Emplacement :
Datation de l'objet :
?
Compléments :
La statue d'une Vierge noire était placée dans l'oratoire des Sept-Fontaines, dans la fontaine du milieu. En 1978, lors de la réédition de la brochure du père Brachet sur le sanctuaire, la chapelle abrite la Vierge noire. La statue est aujourd'hui gardée chez un particulier, elle est cependant utilisée chaque année lors du pèlerinage annuel du 15 août.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
D'après François Coutin, les registres paroissiaux ont consigné plusieurs guérisons extraordinaires. Le curé de Montmin mentionne en 1845 que « La tradition porte que la Ste Vierge y a opéré plusieurs guérisons miraculeuses ». Le livret sur le sanctuaire publié en 1891 mentionne quelques guérisons (gros rhume, jambe infirme).
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Assomption
Type de fréquentation :
Régulier
Compléments sur les fréquentations :
Les pèlerins venaient demander à la Vierge et aux eaux des Sept-Fontaines la guérison de maladies diverses, en particulier la gale et les maladies de peau, les maladies des yeux, les épidémies, ainsi que la protection du bétail.
Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Boire
Pratiques en présence du clergé :
  • Prières
  • Messe
  • Fondation de messes et d'offices
Ex voto :
  • Texte gravé (?)
    Plusieurs textes gravés de remerciement sont accrochés dans la fontaine centrale de l'oratoire.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      Deux visites pastorales du XVIIIe siècle (1706, 1767) mentionnent la chapelle en mauvais état, aucune précision ne figure cependant concernant la fréquentation du sanctuaire par des fidèles. Le curé de Montmin mentionne en 1845 les fontaines ainsi que la chapelle « en mauvais état », « érigées en l'honneur de Notre Dame des sept douleurs », il précise que la dévotion est « bien accréditée », « les étrangers y viennent en dévotion surtout pour obtenir la délivrance des maux d'yeux et de la galle ». Le lieu est désigné comme « Les sept saintes fontaines ». Après la reconstruction de la chapelle en 1876, le culte se poursuit : érection du chemin de croix en 1882, processions les 15 août 1890 et 1891 et bénédiction du petit clocher. Des donateurs financent l'aménagement de la chapelle, l'autel, les statues etc . En 1891, l'imprimerie-librairie J. Ackermann située à Bulle (Suisse) édite un livret dédié à Notre-Dame-des-Sept-Fontaines de Montmin, rédigé par le père Brachet de Montmin, qui présente un historique du sanctuaire, des prières et un cantique. De nos jours, le pèlerinage qui se tient le 15 août rassemble 150 à 200 personnes, habitants de Montmin et de communes limitrophes. Après une messe, une prière est adressée à la Vierge, aux Sept-Fontaines.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      Une première chapelle est construite vers 1676. Elle est signalée comme tombant en ruine lors de la visite effectuée le 31 août 1706 par Mgr de Rossillon qui préconise de la rétablir. En mauvais état en 1767, lors de la visite de Mgr Biord qui enjoint également de la réparer, elle est de nouveau signalée en mauvais état au milieu du XIXe siècle lors de l'enquête de Mgr Rendu. La chapelle actuelle a été construite entre 1876 et 1878. Les murs intérieurs de la chapelle ont été peints en 1943, une fresque orne l'intérieur de la chapelle, elle représente une Vierge de Pitié penchée sur le Christ descendu de la Croix. La chapelle est toujours aménagée et utilisée comme lieu de culte.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Fontaines (?)
        Sur le flan d'un talus, sept niches de pierre voûtées abritaient l'eau d'une source. Une croix se dresse sur une pyramide de pierre au-dessus du talus. La niche centrale contenait une Vierge noire datant approximativement du XVIIe siècle d'après P. Dufournet. Ces sept emplacements de fontaines sont toujours visibles aujourd'hui, mais l'eau n'y coule plus. La statue a été retirée. Plusieurs statuettes de la Vierge figurent dans la fontaine du centre.
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1845
        Initiative de la fondation :
        • Laïc isolé
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        D'après des documents du XIIe et du XVe siècle, la paroisse de Montmin dépendait du prieuré des Bénédictins de Talloires. Différents auteurs, tels P. Dufournet, attribuent la construction de l'oratoire des Sept-Fontaines, comme celle de l'église, aux Bénédictins de Talloires. D'après le chanoine François Coutin, l'oratoire pourrait être antérieur à l'église de Montmin, dont il date la construction vers la fin du XIe siècle et qui est mentionnée dans des documents de la première moitié du XIIe siècle. À proximité des Sept-Fontaines, la chapelle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est fondée par le testament de Jeanne Ruland, femme de Maurice Valet dit Bon, du Villard, paroisse de Montmin, le 12 avril 1676, et placée sous le vocable de Notre-Dame de Grâces ou de Compassion. La testatrice donne 220 florins pour la construction et pour dire six messes annuelles pour elle et ses parents. Mgr Jean d'Arenthon d'Alex, évêque de Genève, autorise la fondation de la chapelle de Notre-Dame de Grâces ou de Compassion aux Sept-Saintes-Fontaines le 12 juin 1676. La chapelle des Fontaines est mentionnée comme nouvellement bâtie dans la visite pastorale du 19 septembre 1685 par Mgr d'Arenthon à Montmin. En 1845, une lettre du curé de Montmin indique que "les étrangers y viennent en dévotion".
        Phases d'évolution :
        D'après le chanoine Coutin, la visite effectuée le 31 août 1706 par Mgr de Rossillon mentionne qu'il faut rétablir la chapelle qui tombe en ruine, « le revenu est de 6 florins, dus par différents particuliers, et une pièce [de terre] au Fernex avec charge de 8 messes ; en plus, 50 florins de la fondation François Cottin pour 2 messes ». La chapelle et les champs qui en dépendent figurent sur la mappe Sarde (cadastre réalisé par l'administration du royaume de Piémont-Sardaigne) de 1732 . Lors de la visite du 11 octobre 1767 par Mgr Biord, la chapelle, en mauvais état, est unie au maître-autel de la paroisse.
        Evénements marquants :
        • Restauration (1632)
          La date de 1632 gravée sur les pierres des arcades des fontaines peut faire référence à une restauration ou une reconstruction de l'oratoire des fontaines.
        • Construction (1676)
          La chapelle fondée par le testament de Jeanne Ruland en 1676 est construite à proximité des fontaines.
        • Restauration (1682)
          La date 1682 gravée sur les fontaines indique peut-être une autre restauration.
        • Préservation de l'objet de dévotion (XVIIIe siècle)
          Durant la Révolution, la chapelle est fermée, la Vierge noire est cachée dans le champ qui domine l'oratoire. Elle est retrouvée au début du XIXe siècle : on raconte que l'attelage du propriétaire du champ se serait arrêté net devant l'endroit où elle était enterrée, refusant de poursuivre le sillon. La statue est replacée dans les fontaines.
        • Reconstruction (XIXe siècle)
          La chapelle est remise en état au début du XIXe siècle, dotée d'un campanile et d'une cloche ; des messes, des processions et des fêtes y sont célébrées. En 1820, quelques réparations à la chapelle sont votées dans le budget municipal. Mais au milieu du siècle, elle est à nouveau dans un état d'abandon, la visite pastorale du 1er juin 1869 mentionne qu'elle tombe en ruines.
        • Reconstruction (1876-1878)
          La chapelle est reconstruite entre 1876 et 1878 sur l'initiative des habitants. La bénédiction liturgique de la première pierre est fêtée le 6 août 1876, « la paroisse au grand complet et bon nombre d'étrangers s'y étaient rendus en procession » d'après le livret de 1891. Une souscription d'initiative privée permet de financer les objets nécessaires au culte. La chapelle achevée est bénie en 1878, des pèlerins de villages voisins (Saint-Ferréol, Viuz-Faverges) viennent assister à la cérémonie.
        • Construction (1891)
          Un petit clocheton en fer est élevé sur la chapelle en 1891, pour recevoir une cloche achetée par souscription. La même année, le père Brachet de Montmin publie une brochure dédiée au sanctuaire.
        Rayonnement(s) :
        • Local (1876 -> 2017)
          Des pèlerins des villages voisins assistent aux fêtes liées à la reconstruction de la chapelle.
        • Régional (? -> XIXe siècle)
          D'après F. Coutin, les registres paroissiaux mentionnent que de nombreux pèlerins viennent des environs d'Annecy, de la Tarentaise, de la Maurienne et du Piémont.

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
          Bibliographie :
          • ROUX, Jean-Louis, Le sacré dans les Alpes, Grenoble, Glénat, 2011.
          • HERMETZ-DE POULPIQUET DE BRESCANVEL, Anne, Sanctuaires et lieux de pèlerinage dans le diocèse de Genève, XIVe-XVIIe siècles, Permanences et évolutions, Mémoire de 1e année de Master, sous la direction de Catherine Vincent, Université Paris X - Nanterre, Paris, 2007.
          • COUTIN, François (chanoine), Histoire de Montmin, mandement de Talloires-en-Genevois. La paroisse, la commune, les familles (1e édition : Mémoires et documents publiés par l'académie salésienne, Annecy, 1933), Annecy, Académie salésienne, 1993.
          • BRACHET, père, Montmin, Haute-Savoie. Notre-Dame des sept fontaines. Chapelles et oratoires (réédition du livret édité chez Ackermann en 1891), Saint-Jorioz, Editions Guebey, 1978.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          • Fontaine centrale de l'oratoire des Sept-Fontaines - CLAIRE PIBAROT - 2015
          • Oratoire de Notre-Dame-des-Sept-Fontaines - CLAIRE PIBAROT - 2015
          • Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Fontaines - CLAIRE PIBAROT - 2015
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • PIBAROT Claire
          Rédacteur :
          • PIBAROT Claire
          Date de l'enquête :
          2015
          Date de rédaction de la fiche :
          2015
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette fichePIBAROT Claire, « Notre-Dame-des-Sept-Fontaines », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/617/notre-dame-des-sept-fontaines, version du 09/10/2015, consulté le 17/08/2017