INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Suaire

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Suaire
Période d'activité :
XIVe siècle - XXe siècle
Commune :
Carcassonne
Département :
Aude
Le suaire de Carcassonne

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Carcassonne
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Carcassonne-Narbonne (1801 - XXe siècle)
Ancien: Carcassonne (XIVe siècle - 1789)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne: Saint-Vincent de Carcassonne (XIVe siècle - 1790)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
110 m
Compléments :
Carcassonne est une ville double comprenant la cité, épiscopale et fortifiée, et le bourg (ou ville basse), plus commerçant.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Remparts

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Suaire (XIVe siècle - XXe siècle)
Compléments :
Le pèlerinage est supposé débuter avec l'arrivée légendaire de la relique à la fin du XIIIe siècle, le père Thomas Bouges donnant la date arbitraire de 1298 ; pèlerinage, miracles et confrérie ne sont attestés que fin XIVe-début XVe s ; le culte s'éteint progressivement dans la 1ère moitié du XXe s.
Type de lieu de culte :
Couvent
Nom du lieu de culte :
Augustins
Saints patrons :
  • Notre Dame et saint Augustin (XIIIe siècle - 1791)
Compléments :
La nouvelle église des Augustins, installés dans le Bourg de Carcassonne, est achevée à la fin du XIIIe s., ce qui coïnciderait avec l'arrivée légendaire de la relique.
Après la suppression du couvent, le culte s'est poursuivi dans une chapelle de l'hôpital puis dans l'église Saint-Michel, devenue cathédrale (voir ci-dessous « Événements marquants »).

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Suaire du Christ
Nature de l'objet :
Autre
Matériau de l'objet :
Autre
Dimensions de l'objet :
L : 80 cm ; l : 40 cm
Emplacement :
« Oratoire ».
Datation de l'objet :
XIVe siècle
Compléments :
Le tissu de soie considéré comme le suaire du Christ a été expertisé en 1991 ; la datation large au C14 donne une fourchette allant de la fin du XIIIe s au début du XVe s., mais l'échantillon de contrôle suggère la fin du XIVe s. « peu avant la date du plus ancien registre de la confrérie » (D. Cardon), lequel débute en 1397.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Le suaire aurait été rapporté d'Orient par deux religieux augustins en 1298. Ceux-ci voulaient le conduire à Toulouse mais ne purent mystérieusement trouver le chemin et le déposèrent sur place. Il n'y avait cependant aucune mention de la relique dans le cartulaire des Augustins dont les actes vont jusqu'en 1307 (Batiffol).
Miracles :
Plusieurs dizaines de miracles sont enregistrées par l'official en 1403 (ils auraient été quotidiens selon les actes du procès).
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
    Type de fréquentation :
    Annuel (= juste pour une fête)
    Compléments sur les fréquentations :
    Onze miracles datant du début de 1403 sont mentionnés dans un cahier disparu. Ils concernent pour quatre d'entre eux la parole et surtout la vue. Un deuxième cahier aurait contenu quarante-sept miracles de la fin 1403. Ce n'est qu'une sélection opérée par l'official du diocèse dans le cadre du procès.
    Pratiques individuelles :
      Pratiques en présence du clergé :
      • Offices
      • Processions
      • Tournée de quêtes
      • Ostension
      Ex voto :
        Confrérie(s) :
        • Saint-Suaire (XIVe siècle)
          La confrérie est fondée peu avant 1397. Elle recrute à la fin du Moyen Âge en Languedoc, Catalogne, Aragon, royaume de Navarre, royaume de Valence.
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :
          Le premier registre (disparu) de la confrérie daterait de 1397. Il aurait compris 1636 noms de confrères. La confrérie est rétablie en 1544. Le second registre aurait compris 1443 noms ; les statuts du XVIe siècle permettent une procession dans la ville le 1er dimanche du mois ; 40 jours d'indulgence lui sont attachés ; on construit alors un petit mausolée appelé « Le Crucifix » sur l'une des places pour commémorer le miracle du feu. Au XVIIe s, il y a 4 ostensions (saint Mathias, le 25 février, Pâques, Pentecôte et saints Simon et Jude, le 28 octobre). Les ostensions ont lieu sur l'autel majeur de la chapelle du couvent. La relique est habituellement conservée dans un coffre de fer suspendu à la voûte du choeur. Les rapports entre les Augustins et les bayles laïcs de la confrérie, dont les statuts ont été renouvelés en 1544 puis en 1641, sont tendus pendant toute la période moderne. Le 3ème registre de la confrérie qui débute en 1635 comprend 3075 noms. Quelques miracles se produisent.
          À la fin du Moyen Âge, les ostensions auraient attiré plus de 10 000 personnes.
          Au XVIIe siècle circulent des images pieuses sur tissu.

          L'ÉDIFICE

          Description :
          L'oratoire du Saint-Suaire se trouvait dans le couvent des Augustins au moment du procès de 1402-1403.
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          • Oratoire (XIVe siècle)
            À la fin du XIVe siècle, les Augustins de Carcassonne auraient fait édifier un nouvel oratoire dans leur couvent pour leur saint suaire, qui concurrence ainsi celui de Cadouin, déposé alors à Toulouse. Au XVIIe siècle, le coffre est suspendu à la voûte du choeur ; puis, en 1640, une chapelle latérale lui est consacrée et une translation solennelle a lieu. L'autel est en marbre ; il y a un retable.
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

            HISTOIRE DU SANCTUAIRE

            Origines :
            Date de première mention :
            Initiative de la fondation :
              Environnement institutionnel, politique et religieux :
              En 1403, un procès a lieu entre les Augustins de Carcassonne et les cisterciens de Cadouin installés à Toulouse dont les droits sont défendus par l'abbé de Saint-Sernin, à propos de leurs saints suaires respectifs. Ce procès, qui se déroule dans le cadre du Grand Schisme et des soustractions et restitutions d'obédience et a été partiellement copié dans Doat, constitue la seule source historique subsistante pour la période médiévale, les archives des Augustins ayant disparu. Les Caduniens et les Toulousains accusent le suaire carcassonnais d'être un fragment du suaire exposé à Toulouse.
              Phases d'évolution :
              Développement probable du pèlerinage à la fin du XIVe siècle avec la fondation d'une confrérie. Le secteur d'attraction concurrence celui du suaire de Cadouin déposé à Toulouse, d'où le procès. Le culte du suaire carcassonnais, autorisé par Benoît XIII, se poursuit vraisemblablement ensuite puis, entré dans une phase de sommeil, est relancé au XVIe siècle par l'ordalie du feu dans le contexte de la lutte contre les protestants. Les évêques du XVIIe siècle soutiennent le culte et en 1640 a lieu une translation solennelle.
              Evénements marquants :
              • Reprise du culte (1544)
                Le culte reprend après l'ordalie miraculeuse ; de même, en 1640 après la translation et l'érection d'un « bassin » du Saint-Suaire dans toutes les paroisses du diocèse.
              • Translation (1640)
                Le suaire est translaté dans une chapelle latérale avec retable.
              • Changement de lieu (1791)
                Après une période de déclin aux XVIIe et XVIIIe siècles, le suaire est solennellement transporté à l'hôpital en 1791. Les ostensions, très rémunératrices, se poursuivent pendant tout le XIXe siècle. Confié à un notaire de la ville en 1795, le suaire est restitué à l'évêque en 1802 et réintègre la chapelle de l'hôpital en 1803. Au début du XXe siècle, il est transféré dans une chapelle de l'église Saint-Michel devenue cathédrale. Le culte s'interrompt de manière progressive et sans ordonnance épiscopale.
              Rayonnement(s) :
              • Régional
                À la fin du Moyen Âge, le rayonnement de la confrérie est essentiellement régional, mais déborde aussi au-delà des Pyrénées.

              RÉFÉRENCES

              Source(s) :
              • Livres manuscrits (XVIIe siècle)
                Doat 64, f° 369-383v.
              Bibliographie :
              • ROBION, Cl-M., «Une relique dans la ville. Le suaire du couvent des Augustins de Carcassonne (XVIe-XVIIIe siècles ») », in Bulletin de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, t. 110, 2011, p. 77-87.
              • FOURNIÉ, M., «Le Saint-Suaire de Carcassonne », in Bulletin de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, t. 110, 2011, p. 67-76.
              • CARDON, D., «Un Saint Suaire en soie : le Saint Cabouin de Carcassonne », in CIETA, n° 70, 1992, p. 101-110.
              • BATIFFOL, Mgr, «Le saint suaire à Toulouse et à Carcassonne », in Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, nouv. Série n° 29, 1902, p. 168-172.
              • CARLES, A, Histoire du saint suaire de notre Seigneur Jésus-Christ, conservé dans l'église abbatiale de Cadouin en Périgord, et de tous les autres linges funèbres du sauveur, Paris, 1875.
              • MAHUL, A., «Cartulaire et Archives des communes de l'Ancien diocèse et de l'Arrondissement Administratif de Carcassonne, vol. VI, 1ère partie », in Le saint Suaire des Augustins de Carcassonne, Paris, 1871, p. 394-412.
              • BOUGES, Thomas, Histoire du Saint Suaire de Notre Seigneur Jésus-Christ gardé en l'église des Pères Augustins de la ville de Carcassonne, avec une pratique dévote pour l'honorer, par un religieux augustin, Toulouse, G. Robert, 1722, p. 18-20.
              Etude(s) universitaire(s) :

              PHOTOGRAPHIES LIÉES

              Objet de dévotion :
              • Le suaire de Carcassonne
              • Image pieuse sur tissu représentant le suaire du couvent des Augustins - 1701-1800
              • Image pieuse sur tissu représentant le suaire du couvent des Augustins - 1701-1800
              Edifice :
              Autre :

              À PROPOS DE L'ENQUÊTE

              Enquêteur :
              • ROBION Claude-Marie
              Rédacteur :
              • FOURNIÉ Michelle
              Date de l'enquête :
              2013
              Date de rédaction de la fiche :
              2014
              Etat de l'enquête :
              En cours
              Pour citer cette ficheFOURNIÉ Michelle, « Saint-Suaire », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
              url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/577/saint-suaire, version du 02/06/2014, consulté le 23/10/2017