INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Pitié

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Pitié
Période d'activité :
XVIe siècle - XVIIe siècle
Commune :
Dannemarie
Département :
Haut Rhin

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Dannemarie
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel:
Ancien: Bâle (? - 1687)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne: Dannemarie (? - 1687)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
300 m
Compléments :

L'église, au centre du bourg, est visible de loin, car, sans être sur une hauteur marquée, elle est sur un des points les plus élevés du plateau entre la Larg et son affluent le Barrenwoggraben.


Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Prieuré
Compléments :

Le village n'était pas fortifié, mais le cimetière l'était. Sur la limite des bans de Dannemarie et Manspach, à 1,3 km au sud-ouest du bourg, il y avait une motte, sur laquelle on ne sait rien. A 4 km au sud de Dannemarie, le prieuré de chanoines réguliers de Saint-Ulrich est mentionné pour la première fois dans les sources en 1208 (TROUILLAT J. (éd.), Monuments de l'histoire de l'ancien évêché de Bâle, I, Bâle, 1852, p. 446 n° 292). Il est peut-être beaucoup plus ancien, mais nous avons très peu de renseignements à son sujet. Le bourg de Dannemarie est situé dans la plaine d'Alsace, au bord d'un Herrenweg (ancienne voie romaine ?).


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Pitié (XVIe siècle - XVIIe siècle)
Compléments :
Le pèlerinage Unsere Liebe Frau im Elend zu Dammerkirch/ Notre Dame de Pitié à Dannemarie existe probablement avant 1510 et disparait avant 1687.
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame
Saints patrons :
  • Vierge Marie (XIe siècle - XVIIe siècle)
Compléments :
Le patronage à la Vierge apparaît avant 1016. L'église est dédiée à saint Léonard avant 1687.
L'église de Dannemarie était certainement dédiée à la Vierge dès l'origine, à cause du nom du village. Ce vocable apparaît en 1289 dans une lettre d'indulgences. Progressivement, la Vierge va céder la place à saint Léonard. Alors que ce dernier n'était pas encore cité dans l'indulgence de 1289, en 1446 l'autel principal de l'église est dédié à saint Léonard, à la Vierge et aux 10 000 martyrs, en 1612 aux saints Wendelin, Léonard et Catherine. Depuis 1687, saint Léonard est le seul patron de l'église (BARTH, HEK c. 252-254). Barth explique la disparition progressive du patronat de la Vierge au profit de saint Léonard par le développement du pèlerinage à Notre-Dame de Pitié (Unsere Liebe Frau im Elend), ce qui est difficile à croire. On s'attendrait plutôt à une consolidation du patronat.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre Dame de Pitié à Dannemarie/Unsere Liebe Frau im Elend zu Dammerkirch
Nature de l'objet :
Indéterminée
Matériau de l'objet :
Inconnu
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Le procès-verbal de la visite canonique de 1603 mentionne une statue de la Vierge placée au-dessus du portique de l'ossuaire du cimetière (BEHRA A., Histoire de Dannemarie, Mulhouse, 1931, p. 149).
Datation de l'objet :
?
Compléments :
L'objet vénéré pourrait être une statue. D'après le curé Behra, une statue existait encore en 1931 (BEHRA, Histoire de Dannemarie, p. 148-149), mais elle a disparu depuis.
Mais il pourrait s'agir également d'une Pietà, qui fut consacrée en 1510 (CHEVRE F., "Les suffragants de l'ancien évêché de Bâle au 16e siècle", Revue d'Alsace, 55, 1904, p. 590). Le règlement de l'église de 1612 indique en effet que la Pietà se trouvait au cimetière. Pour la Toussaint, il fallait mettre un baquet d'eau bénite près de Notre Dame de Pitié et un autre à l'extérieur de l'ossuaire (HANS E., "Kirchen Ordnung zuo Dammerkirch wegen des Klocken Leütens dasselbst (1612)", Ecclesiasticum Argentinense 11, 1889, Archivalische Beilage, p. 155).

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
Dix-huit miracles ont été notés entre 1510 et 1517.
Type(s) de motivation :
    Recours :
      Jour(s) de fête :
        Type de fréquentation :
        Pratiques individuelles :
          Pratiques en présence du clergé :
            Ex voto :
              Confrérie(s) :
              • Confrérie de saint Wendelin (1429)
                La date de 1429 est donnée par BARTH, HEK, c. 255.
              Indulgence(s) :
              • Partielle (1289)
                Une indulgence a été accordée en 1289.
              • Partielle (1446)
                Une indulgence a été accordée en 1446.
              • Partielle (1509)
                L'indulgence de 1509 est accordée pour les les fêtes de la Vierge et des saints Léonard, Wendelin, Nicolas, Anne, Jean-Baptiste, Agnès, Antoine, Wolfgang.
              • Partielle (1510)
                L'indulgence de 1510 est accordée pour les les fêtes de la Vierge et des saints Léonard, Wendelin, Nicolas, Anne, Jean-Baptiste, Agnès, Antoine, Wolfgang.
              • Partielle (1514)
                L'indulgence de 1514 est accordée pour les les fêtes de la Vierge et des saints Léonard, Wendelin, Nicolas, Anne, Jean-Baptiste, Agnès, Antoine, Wolfgang.
              Compléments sur le culte :
              Les dix-huit Miracul und Wunderwerkhen, qui ont eu lieu entre 1510 et 1517, ont été consignés par le curé de l'époque Johann Zenner. En 1617, le curé Borsinger les note dans l'obituaire (HANS, Kirchen Ordnung, p. 155). Cet obituaire existait encore du temps du curé Hans (fin XIXe). En 1931, BEHRA, Histoire de Dannemarie, p. 100, n. 1, signale sa disparition. Il est probable qu'il ait disparu lors de la 1ère Guerre Mondiale. Comme ces miracles n'ont jamais été publiés, on connaît uniquement leur existence, mais rien sur leur teneur.

              L'ÉDIFICE

              Description :
              Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
                Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

                  HISTOIRE DU SANCTUAIRE

                  Origines :
                  Date de première mention : 1510
                  Initiative de la fondation :
                    Environnement institutionnel, politique et religieux :
                    Dannemarie apparaît sous le nom de Domna Maria dans un diplôme de Louis le Pieux pour Masevaux daté de 823, mais rédigé au XIIe s. en utilisant une charte authentique. La première mention incontestable est de 1016, lorsque l'empereur Henri II émet un diplôme à Danamarachiricha (MGH DD III 457 n° 354 éd. une traduction du XVe s.); on reconnaît dans ce nom une déformation de Domna Maria avec le suffixe chiricha (= Kirche, église). Le nom allemand de Dammerkirch en dérive. Le nom de Domna (au lieu de Sancta) Maria est typique de l'époque mérovingienne, ce qui s'accorde bien avec la trouvaille d'un sarcophage à côté du clocher et avec le fait qu'il s'agit d'une église-mère, dont dépendaient encore au XVIIIe s. les villages voisins de Gommersdorf, Wolfersdorf, Elbach et Retzwiller (BARTH, HEK, 255). Elle appartenait à l'abbaye de Masevaux, qui possédait aussi une cour domaniale dans le village. Les avoués de cette cour étaient les comtes de Ferrette, qui font oblation de la villa Domarkilke à l'évêque de Bâle en 1271 (TROUILLAT, Monuments, II, 1854, p. 205, n° 156) ; mais la justice sur les hommes libres du lieu appartient aux Habsburg (TROUILLAT, Monuments, III, 1858, p. 60), de sorte que jusqu'en 1324 – date à laquelle les Habsburg héritent des Ferrette par mariage – les deux plus puissantes familles du Sundgau se partagent le pouvoir dans le bourg. Dannemarie a été le siège d'un bailli tout au plus peu de temps autour de 1300, mais avait, en plus de son église-mère, un second élément de centralité : une foire de quelque importance, attestée depuis 1354 (THOMMEN R., éd., Urkunden zur Schweizer Geschichte aus österreichischen Archiven [765-1470], 1, 1899, p. 324 n° 522). En 1671, elle avait lieu à la saint Georges (WEYMANN Ch., La seigneurie de Thann : mélanges historiques, Thann, 1926, p. 46), mais on s'attendrait à ce qu'à l'origine, elle eût été liée à une fête de la Vierge. Or, selon une lettre du Magistrat de Haguenau à celui de Francfort datée du 30 mars 1439 (AM Haguenau EE 52/32 éd. par WÜLCKER E., Urkunden und Schreiben betreffend den Zug der Armagnacken (1439-44), Frankfurt, 1873, p. 27), les Armagnacs, arrivés en Basse-Alsace le 25 février, ont marché vers le Sud et surpris et pillé Dannemarie pendant la foire : celle-ci pourrait donc avoir eu lieu à l'Annonciation le 25 mars (WÜLCKER, Urkunden, p. 24 et 27).
                    Phases d'évolution :
                    Evénements marquants :
                    • Destruction (1427)
                      D'après les comptes du bailliage de Thann de 1427/1428 (ADHR 1C 8607), Dannemarie et son cimetière fortifié, dans lequel de nombreuses personnes s'étaient réfugiées, ont été incendiés.
                    • Destruction (1439)
                      En 1439, les Armagnacs attaquent le village pendant la foire (Do lit ein dorff, heisset Ammelkirche, do was ein jor mercket, dar in haben sü ungewarnet gevallen und grossen schaden an luten und güte geton und der armen lute by den dryen hunderten gefangen (WÜLCKER, Urkunden, p. 27). Les Armagnacs y hivernent à nouveau en 1444, y font sans doute des dégâts, car l'église est reconsacrée en 1446.
                    • Destruction (1474)
                      En août 1474, Stephan von Hagenbach ravage le Sundgau en représailles de l'exécution, en avril de cette même année, de son frère Peter von Hagenbach, Grand-Bailli en Alsace pour le duc de Bourgogne. À Dannemarie, ils incendièrent le clocher, dans lequel il y avait trois cloches, tuèrent beaucoup de gens qui y avaient trouvé refuge, démolirent le retable de l'autel principal, jetèrent tous les tableaux et les statues devant l'église, et les brisèrent (VISCHER W. (éd.), Basler Chroniken, III, Leipzig, 1887, p. 400 : Beilage VII zu Knebel).
                    • Destruction (XVIIe siècle)
                      L'église de Dannemarie est à nouveau incendiée lors de la Guerre de Trente ans (PERRIN Jean, "Le Sundgau à la fin de la Guerre de Trente ans", Archives de l'Église d'Alsace, 23, 1979, p. 125).
                    Rayonnement(s) :

                      RÉFÉRENCES

                      Source(s) :
                      • Archives (1427-1428)
                        Arch. dép. du Haut-Rhin, 1C 8607, comptes du bailliage de Thann.
                      Bibliographie :
                      • PERRIN, Jean, «Le Sundgau à la fin de la Guerre de Trente ans », in Archives de l'Eglise d'Alsace 23, 1979, p. 117-186.
                      • BARTH, Medard, Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter, Strasbourg, 1960-1963, p. c. 252-255.
                      • BEHRA, A., Histoire de Dannemarie, Mulhouse, Alsatia, 1931, p. 100, 148-152.
                      • LEVY, Joseph, Die Wallfahrten der Mutter Gottes im Elsaß, Colmar, Alsatia, 1929, p. 57-58.
                      • SCHICKELE, Modeste, «Le doyenné de Masevaux », in Revue catholique d'Alsace NS 19, 1900, p. 125-134.
                      • HANS, Eugen, «Kirchen Ordnung zuo Dammerkirch wegen des Klocken Leütens dasselbst (1612) », in Ecclesiasticum Argentinense 11, 1889.
                      Etude(s) universitaire(s) :

                      PHOTOGRAPHIES LIÉES

                      Objet de dévotion :
                      Edifice :
                      Autre :

                      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                      Enquêteur :
                      • CLEMENTZ Elisabeth
                      Rédacteur :
                      • CLEMENTZ Elisabeth
                      Date de l'enquête :
                      2014
                      Date de rédaction de la fiche :
                      2014
                      Etat de l'enquête :
                      Complète
                      Pour citer cette ficheCLEMENTZ Elisabeth, « Notre-Dame-de-Pitié », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/554/notre-dame-de-pitie, version du 20/05/2014, consulté le 19/08/2017