INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Hostie

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Hostie
Période d'activité :
1608 - 2018
Commune :
Faverney
Département :
Haute Saône

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Faverney
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Besançon (1608 - 2018)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Unité pastorale de Faverney-Amance (? - 2018)
Ancienne: Faverney (1608 - ?)

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
220 m
Compléments :
La petite cité s'est développée au bord de la Lanterne, affluent de la Saône.
Faverney est située à 70 km environ au nord de Besançon et à 20 km environ au nord-ouest de Vesoul.

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Abbaye
Axe de circulation
Cours d'eau
Compléments :
Au XVIIe siècle, Faverney est sur l'un des itinéraires qui relie le comté de Bourgogne, alors fief des Habsbourg, aux Pays-Bas.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Hostie (1608 - 2018)
Compléments :
Faverney est depuis le début du XVIIe siècle la destination d'un pèlerinage en raison de la présence dans cette ville de l'une des deux hosties réputées miraculeusement préservées d'un incendie en 1608.
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-la-Blanche
Saints patrons :
  • Vierge Marie (? - 2018)
Compléments :
La fondation du monastère de moniales de Faverney est attribuée à une soeur de Widerardus, fondateur de l'abbaye de Flavigny, dont le testament date de 722. Si cette attribution reste incertaine, la tradition locale d'une fondation remontant au VIIIe siècle était déjà bien ancrée à Faverney au Xe siècle, comme en témoignent les "Acta Bertarii et Ataleni" qui relatent le martyre de ces deux personnages près de Faverney, mettant en scène une abbesse de Faverney, Goidila, et sa communauté. L'époque de cette fondation est plausible pour G. Moyse (G. Moyse, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècles), Extrait de la BEC, Paris, 1973, p. 106-109). Le monastère fut confié en 1132 aux bénédictins de la Chaise-Dieu par l'archevêque de Besançon Anséric. Une statue de la Vierge des XIVe et XVIIe siècles était l'objet d'une grande vénération avant le miracle eucharistique, faisant de Faverney un « sanctuaire à répit ». L'abbaye fut confiée, peu après le miracle des hosties préservées des flammes, en 1608, à la congrégation de Saint-Vanne-et-Saint-Hidulphe.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Hosties
Nature de l'objet :
Relique indirecte
Matériau de l'objet :
Autre
Dimensions de l'objet :
?
Emplacement :
Chapelle du "Saint Sacrement du miracle"
Datation de l'objet :
1608
Compléments :
Le jour du miracle, deux hosties étaient placées dans un ostensoir-reliquaire, sur un reposoir, devant la grille du choeur de l'église. En 1617, la chapelle seigneuriale Saint-Antoine de Padoue, à l'extrémité du bas-côté nord de l'église, devint la chapelle du « Saint Sacrement du miracle ». Elle a été brièvement conservée en l'église paroissiale en 1791 avant de regagner la chapelle du miracle lorsque l'abbatiale devint paroissiale. L'ostensoir-reliquaire, qui servait à montrer la relique de sainte Agathe et contenait les deux hosties du miracle, datait du XVIe siècle (l'ostensoir actuel est une copie réalisée en 1908). L'hostie miraculeuse de Faverney (la seconde avait été offerte à la ville de Dole) est toujours conservée à Faverney. Elle est montrée chaque lundi de Pentecôte.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Au jour de la Pentecôte, durant lequel affluait traditionnellement le peuple à Faverney, le saint sacrement trônait sur un reposoir. Le samedi 24 mai 1608, le prieur exposa l'ostensoir-reliquaire, renfermant deux hosties consacrées, placées au-dessus d'un tube de cristal contenant un doigt de sainte Agathe. L'ostensoir était placé sur un marbre, à l'entrée du tabernacle, lui-même placé sur une sorte d'autel, devant la grille fermant le choeur. Des corporaux et lampes à huile environnaient le tabernacle. Le lendemain, jour de Pentecôte, les solennités se déroulèrent normalement. Mais dans la nuit du dimanche au lundi, le sacristain se rendit compte qu'un incendie s'était déclaré. Lorsque des témoins pénétrèrent dans l'église, ils constatèrent que le reposoir était consumé, mais que l'ostensoir était comme « suspendu dans les airs » à la hauteur où il se trouvait la veille, contre la grille du choeur. Un bref du pape de 1604, accordant des indulgences, de même que les lettres de l'archevêque de Besançon qui en autorisaient la publication, documents qui avaient été placés sur le devant de l'autel, réchappèrent également des flammes. Religieux et habitants accoururent et tous se pressèrent pour voir le miracle : on vérifia que l'ostensoir n'était pas accroché à la grille. Un corporal et un missel furent alors placés sous l'ostensoir. Jusqu'au mardi, les processions et les messes se succédèrent. On rapporta que, vers 10h le matin du 27 mai, l'ostensoir se redressa et se déposa doucement de lui-même sur le corporal. Il serait resté suspendu dans les airs durant 33 heures.
Miracles :
Le premier miracle est celui de la préservation des hosties de l'incendie et la suspension de l'ostensoir dans les airs. De nombreuses guérisons auraient eu lieu entre 1666 et 1753, que les bénédictins ne firent pas reconnaître par l'archevêque. Sont aussi rapportées deux interruptions d'incendies dans le bourg après présentation de l'ostensoir contenant l'hostie en 1726 et 1753.
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Grâce particulière
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Pentecôte
  • 30 octobre
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
On célébrait le jour de Pentecôte le miracle saint Sacrement. Lors de la procession très solennelle du lundi de Pentecôte, l'abbé portait l'hostie miraculeuse. Il était suivi par les religieux de l'abbaye puis par les prêtres des paroisses voisines. La procession faisait une ou deux stations, dont une en l'église paroissiale Saint-Bénigne où l'hostie recevait la bénédiction, après quoi les processionnaires retournaient en l'abbatiale où était célébrée une messe solennelle du Saint Sacrement. En 1712, une fête de la "sainte Hostie conservée dans les flammes " fut instituée au 30 octobre pour les églises du diocèse de Besançon par l'archevêque François-Joseph de Grammont.
Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Voeux
  • Offrir
  • Pèlerinage
Pratiques en présence du clergé :
  • Communions
  • Confessions
  • Processions
  • Messe
  • Fondation de messes et d'offices
Ex voto :
  • Tableau (?)
    Tableau représentant le miracle de 1726 durant l'incendie du bourg, commandé par les religieux de Faverney.
Confrérie(s) :
  • Sainte-Hostie (1609)
    Confrérie de la Sainte-Hostie, érigée en 1609 à Faverney (Archives dioc. Besançon, 59 W 5). Les dernières traces de cette confrérie datent de 1941. Selon ses statuts, les confrères devaient assister à une grande messe du Saint Sacrement puis à une procession autour de l'abbatiale à laquelle prenaient part les religieux de l'abbaye.
Indulgence(s) :
    Compléments sur le culte :
    Au XVIIe siècle, plusieurs fondations pieuses furent faites à la sainte hostie. De juin à décembre, on célébrait dans la chapelle de l'hostie deux offices pour commémorer les fondateurs de l'abbaye. Le magistrat de Dole fonda le 18 décembre un anniversaire à haute voix à diacre et sous-diacre pour commémorer la cession de l'une des deux hosties à sa ville. Le 21 juillet 1618, Philippe du Hautois, dame du chapitre noble de Remiremont, constitua une rente annuelle de 36 francs comtois sur un capital de 66 francs pour une fondation de messes. En 1649, Pierre Billerey, ancien curé d'Amance, devenu novice à Faverney, donna 200 francs comtois et une rente principale de 50 francs pour le décor de la chapelle du Saint Sacrement. En 1854, durant l'épidémie de choléra, on porta processionnellement l'hostie dans les rues de Faverney.

    L'ÉDIFICE

    Description :
    L'église est de plan cruciforme. Elle se compose d'une nef de trois vaisseaux précédés par un avant-porche, d'un transept saillant et d'un profond choeur de deux travées, flanqué de deux chapelles et se terminant par une abside à cinq pans. Un clocher surmonte la dernière travée du bas-côté sud, un second, dit « tour de l'horloge » est construit à la jonction entre l'abbatiale et une aile de l'abbaye. L'abbatiale fut reconstruite au XIe siècle, comme en témoignent encore les grandes arcades de la nef. Les XIVe et XVe siècles sont marqués par la construction du chevet et l'agrandissement de la partie orientale de la nef. L'achèvement du clocher et la reconstruction de certaines voûtes datent du XVIe siècle. Après la construction des portails de l'avant-porche gothique en 1625, une seconde tour est érigée. Au siècle suivant, le sol du transept et du choeur est rehaussé, les fenêtres des bas-côtés agrandies, et l'extérieur de l'église est totalement habillé d'un décor classique.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
      • Chapelle (1617)
        Dès 1613, l'hostie avait été placée dans une chapelle pour la mettre en sûreté. En 1617, la chapelle seigneuriale Saint-Antoine-de-Padoue fut transformée, avec l'autorisation du marquis de Varembon et de sa femme, en chapelle du « Saint Sacrement du miracle ». En 1975, la chapelle est profondément modifiée. Le décor néogothique est enlevé pour faire place à plus de simplicité.

      HISTOIRE DU SANCTUAIRE

      Origines :
      Date de première mention : 1608
      Initiative de la fondation :
      • Evêque
      Environnement institutionnel, politique et religieux :
      Lorsque survient le miracle de Faverney, l'église abbatiale est déjà la destination d'un pèlerinage, au moins depuis le milieu du XVIe siècle. La Vierge, à laquelle l'église est dédiée, est l'objet de dévotions à travers une statue de Vierge à l'enfant 'Notre-Dame la Blanche", qui fait de Faverney un important sanctuaire à répit. Les archives départementales de la Haute-Saône conservent un registre sur lequel sont consignés les enfants mort-nés « revenus à la vie » le temps de recevoir le sacrement du baptême. Des indulgences ont été accordées pour la visite de l'église à la Pentecôte. En 1603 ou 1604, Clément VIII renouvelle une indulgence accordée 10 ans plus tôt pour le jour de la Pentecôte et les deux jours qui suivent. Le miracle de Faverney est intervenu en un territoire que gagnait le protestantisme, ce qui a donné lieu à diverses interprétations de ce miracle, dont celle d'un renforcement du dogme de la transsubstantiation, du culte des saints et des reliques (une relique de sainte Agathe était contenue dans l'ostensoir-reliquaire) et d'une expression du réveil catholique dans la Comté. La reconnaissance du miracle par l'archevêque de Besançon est à l'origine du développement du pèlerinage. La prise en main de l'abbaye de Faverney par l'ordre de Saint-Vanne, moins de dix ans après sa création et trois ans seulement après la manifestation miraculeuse, témoigne du rôle de ce miracle dans la reconquête post-tridentine dans le diocèse de Besançon.
      Phases d'évolution :
      Le miracle des hosties et l'afflux de pèlerins qu'il suscite favorisent l'adoption de la stricte observance des bénédictins de Faverney. Les Vannistes contribuent largement à la promotion des hosties du miracle. Durant la période révolutionnaire, l'hostie connaît des vicissitudes qui entraînent la désaffection du pèlerinage. Les bénédictins quittent l'abbaye en 1790. L'hostie est alors remise aux mains des édiles municipaux. Elle est sauvée de peu de la destruction en 1794 et regagne l'ancienne abbatiale, devenue paroissiale, l'année suivante. Sous l'épiscopat de Mgr Mathieu, à partir de 1834, la dévotion connaît une nouvelle vigueur. Dans la période qui suit Vatican II et particulièrement après 1968, le pèlerinage à Faverney connait une déshérence, progressive mais profonde, liée à la fois à une diminution sensible de la pratique religieuse en général mais aussi au caractère propre du pèlerinage orienté vers la sainte eucharistie. En 1974, après la cérémonie de Pentecôte à laquelle assiste l'archevêque de Besançon, celui-ci déplore l'indifférence des habitants à l'égard de la procession du Saint Sacrement et l'amoindrissement du respect pour celui-ci. À partir de la fin des années 1990 toutefois, une approche différente du miracle par les autorités ecclésiastiques du diocèse de Besançon permet de remettre au premier plan l'Eucharistie, communion des chrétiens, l'oecuménisme prenant alors le pas sur le miracle. Les célébrations du 400e anniversaire du miracle en 2008 ont, de fait, connu un beau succès.
      Evénements marquants :
      • Installation des religieux (1613)
        L'abbaye de Faverney se rallie à la congrégation de Saint-Vanne.
      • Création d'un office (1712)
        Un office particulier est créé dans le bréviaire de 1712. Une messe propre est dédiée à cette fête en 1742.
      • Changement de lieu (1795)
        Le 25 juin 1795, l'hostie regagne l'ancienne abbatiale, après avoir été cachée quelque temps alors qu'elle avait été sauvée de peu de la destruction par le magistrat municipal.
      • Pèlerinage (1878)
        Un grand pèlerinage eucharistique rassemble vingt-cinq mille pèlerins à Faverney.
      • Congrès eucharistique (1908)
        Un congrès eucharistique est réuni à Faverney à l'occasion du 3e centenaire du miracle, à l'initiative de l'archevêque de Besançon.
      • Anniversaire du miracle (1958)
        350e anniversaire du miracle. Vingt mille personnes sont présentes (selon le journal "La Croix", du 26 mai 2008).
      • Suppression d'un office (1990)
        Le jour consacré à la mémoire de la sainte hostie de Faverney dans le calendrier liturgique du propre du diocèse de Besançon est supprimé. Il n'existe désormais plus qu'à Faverney.
      • Anniversaire du miracle (2008)
        Commémoration des 400 ans du miracle de Faverney. De nombreuses manifestations ont émaillé cette année anniversaire (célébrations, exposition, colloque universitaire, édition d'un Cd-rom, etc). Le jour de Pentecôte, des milliers de pèlerins étaient présents (six mille selon le journal La Croix du 26 mai 2008) de même que le nonce apostolique Fortunato Baldelli, Mgr André Vingt-Trois, cardinal de Paris, Mgr Lacrampe, archevêque de Besançon et de nombreuses autres personnalités « officielles ».
      Rayonnement(s) :
      • Diocésain (? -> ?)
        Faverney a été longtemps un important pèlerinage diocésain.
      • Local (? -> ?)
        Avec la suppression de la fête de la sainte hostie du calendrier liturgique du diocèse dans les années 1990, on est passé d'un rayonnement diocésain à un rayonnement local.
      • National (1608 -> ?)
        Le pèlerinage a tout d'abord connu une audience régionale et extra-régionale.

      RÉFÉRENCES

      Source(s) :
      • Source publiée (1734)
        MONTEPIN (J. F. Marie de, SJ), Histoire de l'hostie miraculeuse de Paris, de Dijon et de Faverney, 1734, s. l.
      • Images (1617)
        Dessin d'E. Martellange "Fauverney, ou est arrivé le miracle du St-Sacrement, 1617", BnF, Réserve UB-0-Boite FT4.
      • Archives (1614)
        Arch. dép. du Doubs, bullaire du parlement : relation du miracle au pape Paul V par Mgr Guillaume Simonin, archevêque de Corinthe, abbé de Saint-Vincent de Besançon, 2 août 1614 (copie). Idem dans Bibl. mun. de Vesoul, ms. 34 (ancien ms. 94).
      • Archives (1609)
        Arch. dép. de haute-Saône, H 437 : approbation des statuts et règlements de la confrérie du Saint Sacrement par l'archevêque Ferdinand de Rye (31 juillet 1609).
      • Source publiée (1608)
        De Longwy dit de Rye (Mgr Ferdinand), Déclaration authentique d'un insigne miracle du Très-Saint et Très-Auguste Sacrement advenu le 25 may de la présente année 1608 en l'église abbatiale de Notre-Dame de Faverney, au comté de Bourgogne, faite par Monseigneur l'Illustrissime et Révérendissime Archevesque de Besançon, Prince de l'Empire, Paris, Claude Chappelet, 1608.
      • Archives (1608)
        Arch. mun. de Dole, 1337 : Mandement de l'archevêque Ferdinand de Rye proclamant le miracle, du 10 juillet 1608.
      • Livres manuscrits (XVIIe siècle)
        Bibl. de l'Arsenal, Paris, ms. 3707 : Procès-verbal et information du miracle des saintes hosties de Dole et de Faverney collationné sur l'original. Copie de la fin XVIIe siècle.
      • Source publiée
        Rome, archives romaines de la Compagnie de Jésus, ASJ, Lugd., t. 28, n° 34, fol. 297-300 v. : Bref narré du miracle du S. Sacrement de l'autel advenu en l'Église de notre Dame et Abbaye de Fauverney (édité par le père B. de Vregille, « Les Jésuites et le miracle de Faverney : un récit inédit et autres sources », in Le miracle de Faverney (1608). L'eucharistie : environnement et temps de l'histoire, réf. ci-dessous).
      • Images
        Gravure du Dolois Anatoile Chastel, 1609. Gravure à cinq compartiments composant comme une sorte de retable. Représentation insistant sur le caractère eucharistique du miracle et sur la procession de Faverney à Dole (Collection de la Bibl. mun. de Dole).
      • Images
        Gravure du Dijonnais Nicolas Spirinx. Composition tripartite représentant le miracle de Faverney et la procession de Faverney à Dole, 1609, BnF, estampes, Va 39 (H127849).
      • Archives
        Arch. dioc. de Besançon, 59 W 5, confréries, associations; 59 W 6, confréries, oeuvres, associations; 59 W 10/10 (b), miracle; 59 W 10, miracle, commémoration, pèlerinage; 59 W 11/11(b), iconographie; 59 W 12, miracle.
      Bibliographie :
      • Marchal, C. et Tramaux, M., ss dir., Le miracle de Faverney (1608). L'eucharistie : environnement et temps de l'histoire. Actes du colloque de Faverney (9 et 10 mai 2008), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010.
      • TOURNIER, R., «Faverney », in Congrès archéologique de France, CXVIIIe session, Franche-Comté, Paris, 1960, p. 117-124.
      • MOREY, J., Notice historique sur Faverney et son double pèlerinage, Besançon, 1878.
      Etude(s) universitaire(s) :

      PHOTOGRAPHIES LIÉES

      Objet de dévotion :
      Edifice :
      Autre :

      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

      Enquêteur :
      • BULLY Aurelia
      Rédacteur :
      • BULLY Aurelia
      Date de l'enquête :
      2013
      Date de rédaction de la fiche :
      2013
      Etat de l'enquête :
      En cours
      Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Sainte-Hostie », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/545/sainte-hostie, version du 02/10/2015, consulté le 11/12/2018