INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Arnoult

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Arnoult
Période d'activité :
1021 - 2017
Commune :
Saint-Arnoult-en-Yvelines
Département :
Yvelines
crypte de Saint-Arnoult-en-Yvelines

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saint-Arnoult-en-Yvelines
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Chartres (1822 - 2017)
Ancien: Chartres (Xe siècle - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Nicolas (XIIIe siècle - 2017)
Ancienne: Saint-Rémi (Xe siècle - XIe siècle)

Site

Type de site :
Altitude :
160 m
Compléments :
Type de site : urbain

Paysage

Type de couvert végétal :
Forêt
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Compléments :
l'église prieurale aurait changé de titulature lors de son érection en paroisse.

La ville est traversée d'est en ouest par la rivière de la Rémarde.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Arnoult (1021 - 2017)
Compléments :
Nom du pèlerinage/sanctuaire : Hybernia puis Saint-Arnoult.

Date de début du nom : : av. 1021 (Hybernia avant la fin du Xe siècle, puis Saint-Arnoult avant 1021).
Type de lieu de culte :
Prieuré
Nom du lieu de culte :
Saints patrons :
  • Rémi (Xe siècle - ?)
Compléments :
L'église Saint-Remi et le locus de Saint-Arnoult sont cédés en 1021 par un laïc à l'abbaye Saint-Pierre-des-Fossés (aujourd'hui Saint-Maur-des-Fossés), sur le conseil de l'évêque de Chartres Fulbert (Archives nationales, LL 49, fol. 120 : copie du cartulaire perdu du XIe siècle). L'église passe sous la titulature de saint Nicolas à une date inconnue.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Arnoult
Nature de l'objet :
Corps saint (= en entier)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Le tombeau de saint Arnoult se trouvait dans la crypte de l'église ; de même sans doute que le reliquaire qui contenait en particulier la boîte crânienne portant la marque du coup de poignard de la légende (PV de reconnaissance de 1634).
Datation de l'objet :
?
Compléments :
Nota : on écrit Arnoult à Saint-Arnoult-en-Yvelines et Arnoul à Crépy-en-Valois : il s'agit du même personnage.

Corps saint puis reliques partielles.

Datation: VIIIe-IXe siècle.

Le corps saint a dû être apporté à Saint-Arnoult-en-Yvelines dans la première moitié du Xe siècle par les moines de Saint-Remi de Reims (la Vie du saint aurait travesti une translation de reliques en un transfert du corps du martyr en vue de son inhumation, version plus honorable : Le Maho, 2004).¬ Tout ou partie du corps saint est volé vers la fin du Xe siècle par un prêtre qui les apporte en Valois, où le comte de Crépy les installe auprès de son château dans une collégiale qui deviendra l'abbaye Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois (BHL 711). Cependant des reliques sont toujours signalées à Saint-Arnoult-en-Yvelines par la suite. L'église de Saint-Arnoult-en-Yvelines conserve plusieurs reliquaires de saint Arnoult et de sainte Scariberge, tous du XIXe siècle.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Selon sa "Vita prima" écrite à Reims vers le IXe siècle (BHL 707), Arnoul serait né à Reims au VIe siècle. Clovis lui donne pour épouse sa nièce Scariberge mais le mariage n'est pas consommé, sous l'influence de saint Remi, père spirituel d'Arnoul. Arnoul voyage pendant dix-sept ans, ressuscite un mort, exorcise des possédés, visite les tombeaux des saints, se fait élire évêque à Tours où il ne reste que dix-sept jours, pérégrine à nouveau pendant onze ans pour finir en Espagne où il apprivoise un serpent à cinq têtes. De retour à Reims, des serviteurs de son épouse l'agressent violemment. Mourant, le ‘martyr' condamne son épouse à la chasteté perpétuelle et demande que son corps soit porté à Tours. Le récit de la translation (BHL 710) qui suit la "Vita" indique qu'en traversant la forêt d'Yveline le cercueil d'Arnoul stoppe les chiens qui poursuivaient un cerf. Le lendemain, la charrette est bloquée, signe classique par lequel le saint indique qu'il veut être inhumé à cet endroit. L'étude critique des textes montre que saint Arnoul martyr est un personnage fictif inventé de toutes pièces, probablement à Saint-Remi de Reims vers 750-850, pour concurrencer saint Arnoul de Metz : il s'agit d'un dédoublement caractéristique de saint. L'exode du corps saint vers la forêt d'Yveline serait lié aux invasions hongroises (Gillon, à paraître).
Miracles :
Les miracles sont attestés dès l'arrivée des reliques dans l'église de Saint-Arnoult-en-Yvelines dans la première moitié du Xe siècle, lors de leur installation dans la crypte qui subsiste encore aujourd'hui. Diverses guérisons ont encore lieu aux XVIe et XVIIe siècles, en particulier vers 1578, lorsqu'un enfant muet est guéri après être passé sous la châsse du saint.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
    Jour(s) de fête :
    • Pâques
    • Arnoult
    Type de fréquentation :
    Continu
    Pratiques individuelles :
    • Circumambulation
    • Embrasser
    • Pénitence
    • Prières
    • Toucher
    • Incubation
    • Dons
    Pratiques en présence du clergé :
    • Processions
    • Lecture publique
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
        • Partielle 40 j. (1149-1155)
          Datation : entre 1149 et 1155 (Goslin de Lèves, évêque de Chartres) : Arch. nat., LL 49, fol. 86v. Durée : de 352 (un an) à 40 jours. Un an de rémission pour sept ans de pénitence ; trois fois quarante jours pour trois ans : quarante jours pour un an.
        Compléments sur le culte :
        Recours : adultère (saint Arnoult passant pour avoir été assassiné par des sbires aux ordres de son épouse, il était invoqué par les femmes trompées qui cherchaient à se venger de leur mari. Il devient ainsi le « seigneur des cocus », appellation attestée dès le XIIIe siècle dans le "Roman de la Rose"). Pratiques en présence du clergé : lecture publique de la Passion du martyr le mardi de Pâques lors de la foire annuelle de Saint-Arnoult (mention vers 1150 : Arch. nat., LL 49, fol. 86v), procession solennelle (attestée du XIIe au XVIIe siècle). Au culte de saint Arnoult est associé celui des reliques de sa femme Scariberge, attesté au XIIIe siècle.

        L'ÉDIFICE

        Description :
        l'église du XIIe siècle conserve des parties du XIe ; elle est ensuite agrandie au XVIe siècle. Sous le choeur se trouve une petite crypte qui parait dater en partie du Xe siècle (Langlois et Gillon, à paraître).
        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Crypte (Xe siècle)
            petite crypte avec accès latéral coudé, banquette, "fenestella", couloir avec "parois en opus spicatum". Accès modifié au bas moyen âge.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1021
          Initiative de la fondation :
          • Religieux
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Date de la première mention : 1021 (l'évêque de Chartres fait attribuer le locus de saint Arnoul ainsi que l'église Saint-Remi et Saint-Arnoul, tombés en des mains laïques, à l'abbaye (Saint-Maur)-des-Fossés ; la charte précise que l'église est construite "ante reliquias jam dicti martiris"). Initiative de la première fondation : moines de Saint Remi de Reims dans la première moitié du Xe siècle ?
          Phases d'évolution :
          Evénements marquants :
          • Miracle (1578)
            miracle d'un enfant muet guéri après être passé sous la châsse du saint (Houssinot, p. 168-169)
          Rayonnement(s) :
          • Local
            Rayonnement local.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Archives
            BHL 706-711 (saint Arnoul).
          • Archives
            BHL 7512-7513 (Scariberge).
          • Archives
            analyse critique des sources dans Gillon, à paraître.
          Bibliographie :
          • HOUSSINOT, J.-C. et M.-J., Saint Arnoul, son histoire, son culte, ses légendes, ses homonymes et ses mystères, Saint-Arnoult-en-Yvelines, 2002.
          • GILLON, P., «D'Yvelines en Valois : le dossier hagiographique de saint Arnoul », in Millénaire de l'abbaye Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois (1008-2008),à paraître dans Histoire médiévale et archéologie, vol. 29,, Amiens.
          • LANGLOIS MARC ET GILLON PIERRE, «La crypte de l'église Saint-Nicolas à Saint-Arnoult-en-Yvelines », in Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          • crypte de Saint-Arnoult-en-Yvelines - MAUDUIT - 2005
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • GILLON Pierre
          Rédacteur :
          • GILLON Pierre
          Date de l'enquête :
          2003-2012
          Date de rédaction de la fiche :
          2012
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheGILLON Pierre, « Saint-Arnoult », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/541/saint-arnoult, version du 02/06/2014, consulté le 20/08/2017