INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-l'Île

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-l'Île
Période d'activité :
XIIIe siècle - 1795
Commune :
Lyon
Département :
Rhône
Chapelle Notre-Dame, prise de l'ouest : galerie nord transformée en chapelle privée Notre-Dame au début du XIXe siècle

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Lyon
Hameau/Lieu-dit :
Île-Barbe
Diocèse :
Actuel:
Ancien: Lyon (XIIIe siècle - 1795)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne:

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
170 m
Compléments :
La chapelle Notre-Dame se situait à l'intérieur de l'enclos du monastère de l'Île-Barbe, bâti sur une île de la Saône, à quelques kilomètres du coeur médiéval de la ville de Lyon.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Abbaye
Cours d'eau
Frontière

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-l'Île (XIIIe siècle - 1795)
Compléments :
La chapelle est désignée sous la dénomination "Capella beate Marie" entre 1220 (1ere mention) et 1400.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Beate Marie
Saints patrons :
  • Vierge Marie (XIIIe siècle - 1795)
Compléments :
L'édifice est mentionné pour la première fois en 1220. L'attribution, par Claude le Laboureur, historien de l'abbaye au XVIIe siècle, de sa construction à l'abbé Hogier en 1070, n'est en rien assurée. L'analyse archéologique des élévations a cependant mis en évidence un premier édifice daté du milieu du XIIe siècle ; mais rien n'indique qu'il accueillait dès l'origine un pèlerinage marial.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
"Ymago"
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Inconnu
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Dans la seconde moitié du XVIe siècle, la statue aurait été déplacée dans la galerie de la chapelle Notre Dame, pour permettre certains réaménagements liturgiques dans cette chapelle. Elle retrouva sa place sur le maître-autel de la chapelle après 1630.
Datation de l'objet :
Compléments :
Une « ymago » est mentionnée dans un acte de 1322.
Une statue (en argent) est mentionnée par Claude Le Laboureur (1651) comme ayant été détruite lors du pillage par la Bande du Baron des Adrets (1562). Un mémoire de 1630 mentionne une image de la Vierge en 1565 et 1566. Un inventaire de 1624 mentionne encore cette statue. On ignore donc s'il y eut deux statues ou plus de la Vierge, ou si l'image signalée au Moyen Âge échappa finalement à la destruction.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Voeu
Recours :
  • Epidémie
  • Grâce particulière
  • Sécheresse
Jour(s) de fête :
  • Pâques
  • Pentecôte
  • Jacques
  • Trinité
  • Marc
  • Georges
  • Rogations
  • Fêtes de la Vierge
Type de fréquentation :
Saisonnier
Compléments sur les fréquentations :
Le sacristain de la chapelle Notre-Dame jouait un rôle important dans le déroulement du pèlerinage. On sait qu'au début du XVe siècle, il était chargé d'entretenir une lampe ardente jour et nuit devant l' « image» de la Vierge. Il devait également veiller aux barques qui conduisaient les pèlerins sur l'île. Ces derniers pouvaient en effet accéder à l'Île-Barbe en barque ou bac depuis la berge, ou bien en bateau depuis Lyon. En 1636, un bateau acheminant des pèlerins vers l'île fit naufrage, entraînant la mort de quarante-cinq d'entre-eux. Au XVIIe siècle, l'on sait qu'un religieux attendait les pèlerins à l'entrée de la chapelle pour consigner leurs dons.
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
Pratiques en présence du clergé :
  • Confessions
  • Offices
  • Prières
  • Processions
  • Messe
  • Fondation de messes et d'offices
Ex voto :
  • Cire (?)
    En 1408, des images et autres objets en cire sont signalés.
  • Tableau (?)
    En 1781, on signale quatorze tableaux représentant des voeux à la Vierge.
  • Vêtement (?)
    En 1630, un inventaire signale une chasuble offerte par les édiles de Montbrison.
  • Métal (1591)
    Le 29 décembre 1591, le consulat lyonnais fit don d'un calice d'argent en remerciement d'un voeu formulé lors d'une épidémie de peste en 1586.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
    • Partielle (1306)
      Indulgence de 100 jours donnée par Clément V pour ceux qui portent une offrande les jours de fête de la Vierge ; 60 jours pour ceux qui portent une offrande durant l'octave de ces jours de fêtes.
    Compléments sur le culte :
    Il y eut une forte fréquentation du sanctuaire au moins en 1435, 1454, 1486, 1491 et 1539. L'affluence était particulièrement importante pour Pâques, l'Ascension, la Pentecôte et les fêtes mariales.

    L'ÉDIFICE

    Description :
    La chapelle était constituée d'une nef unique et d'un choeur formé d'une travée sous clocher et d'une abside semi-circulaire. Une galerie latérale, qui bordait l'édifice au nord et à l'ouest, fut édifiée en plusieurs temps. Il ne subsiste aujourd'hui de la chapelle que son clocher, l'abside, et la galerie, transformée en chapelle dédiée à Notre-Dame des Grâces, après 1809. La nef a été détruite au XIXe siècle. Au XVIe siècle existait également un autel Sainte-Catherine dans la galerie nord, et au XVIIIe siècle, deux autels consacrés à Notre-Dame des sept douleurs et Saint-Jean-Baptiste, dans la nef.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
    • Autre (?)
      Des bancs pour la vente de cierges (sept) sont signalés en 1355 et 1407. Il en existait également à l'extérieur du monastère, sur les routes d'accès au sanctuaire.
    • Autre (?)
      Dès le XVIe siècle, on a connaissance de l'existence d'une maison pour le sacristain de la chapelle Notre-Dame, connu quant à lui dès 1332 et qui serait distinct de celui de l'abbaye. Ce logement jouxtait la chapelle.
    Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
    • Chapelle (?)
      La galerie qui bordait l'édifice au nord et à l'ouest servait d'aire d'accueil des pèlerins. Dès le XIVe siècle, il existait des bancs pour la vente de cierges à l'intérieur (ou à l'extérieur ?) de cette galerie, mais également une chapelle Sainte-Catherine, au XVIe siècle. On ne sait pas cependant si cet espace fut construit à cet effet ou si c'est l'affluence des pèlerins qui lui conféra les fonctions économiques, cultuelles et funéraires (présence d'un enfeu) qui furent les siennes.

    HISTOIRE DU SANCTUAIRE

    Origines :
    Date de première mention : 1220
    Initiative de la fondation :
    • Abbé
    Environnement institutionnel, politique et religieux :
    La fondation du monastère de l'Île-Barbe remonte au moins au début du Ve siècle, ce qui en fait l'un des plus anciens monastères de Gaule et, a fortiori, de la région lyonnaise. L'église abbatiale Saint-Martin pourrait dater du XIe siècle d'après l'étude stylistique des sculptures conservées dans le bras sud du transept. Une tradition légendaire attribue la construction de la chapelle Notre-Dame à cette même époque. Toutefois, l'étude archéologique et stylistique de cet édifice le place au milieu du XIIe siècle. La chapelle était située hors de la clôture monastique, mais à l'intérieur des défenses de l'île. Elle était néanmoins sous la responsabilité des moines, qui y célébraient les offices de la Vierge.
    Phases d'évolution :
    Le pèlerinage semble avoir connu son apogée aux XVe et XVIe siècle. Au début du XVe siècle, le rôle du sacristain dans les activités liées au pèlerinage est défini. En 1486, l'on sait que soixante-huit personnes sont nécessaires au maintien de l'ordre à l'occasion de l'Ascension, jour de forte affluence de pèlerins. En 1491, ce sont encore soixante-dix-neuf personnes qui sont requises pour veiller à la bonne marche de la journée. Durant la reconstruction de l'ancienne abbatiale, devenue collégiale, au XVIe siècle, les chanoines se réunissent alors dans la chapelle Notre-Dame, qui bénéficie d'aménagements en 1565. Pour permettre la célébration des offices par les moines, l' « image » de la Vierge est alors déplacée dans l'ancienne chapelle Sainte-Catherine. Des réjouissances profanes sont attestées en marge des dévotions à la Vierge dans un récit de 1539 (poème en vers de Bonaventure des Périers, valet de chambre de Marguerite de Valois, décrivant les fêtes sur l'Île-Barbe à l'Ascension 1539, intitulé « Du voyage de Lyon a Nostre Dame de l'Isle », publié chez Jean de Tournes en 1544). En 1583, le consulat lyonnais interdit à la population de se rendre sur l'île pour ces manifestations en raison de risques de propagation d'une épidémie de peste. À partir des années 1630, le pèlerinage à Notre-Dame de l'Île est en concurrence avec celui de Fourvière, qui le supplantera peu à peu dans le coeur des lyonnais. À la fin du XVIIe siècle, les assemblées en marge du pèlerinage (on se réunissait dans un pré à l'aval de l'île pour des manifestations profanes), sont condamnées en raison de débordements. Le sanctuaire reste néanmoins fréquenté jusqu'à la veille de la Révolution.
    Evénements marquants :
    • Sécularisation (1551)
      Sécularisation du monastère.
    • Pillage (1562)
      Destruction et pillage des reliques par la bande du baron des Adrets.
    • Visite exceptionnelle (1630)
      Venue de Marie de Médicis et Anne d'Autriche pour remercier la Vierge de la guérison de Louis XIII, tombé malade lors d'un séjour à Lyon.
    • Acte exceptionnel de dévotion (1635)
      L'île est préservée lors d'une épidémie de peste. Le chapitre décide alors d'instituer une procession quotidienne après les vêpres, depuis l'église canoniale jusqu'à la chapelle.
    • Désaffectation (1745)
      La chapelle et des bâtiments du chapitre sont affectés au séminaire Saint-Pothin.
    • Destruction (1806)
      Le destruction de la chapelle serait intervenue en 1806.
    Rayonnement(s) :
    • Régional (? -> XVIIIe siècle)
      Le pèlerinage drainait essentiellement des fidèles du Lyonnais.

    RÉFÉRENCES

    Source(s) :
    • Site internet (2006)
      Brochure descriptive de la chapelle Notre-Dame de l'Île-Barbe : FAURE-JAROSSON, Benoît, La chapelle Notre-Dame de l'Ile-Barbe, 2006 (http://ilebarbe.fr/brochure.pdf?lg=).
    • Images (XVIIIe siècle)
      BnF, cabinet des estampes et photographies, EST RESERVE VE-26 (s), « Vue d'une église de l'Île-Barbe sur la Saône près de Lyon », dessin de Nicolas Perrignon (1726-1782).
    • Images (1609)
      BnF, RESERVE UB-9-BOITE FT 4 » "Veüe de Notre-Dame de Lyle, le 6 octobre 1609", dessin d'E. Martellange.
    • Images (XVIIe siècle)
      Musée Gadagne, Lyon, N 3831.2, « abbaye de l'Île-Barbe », dessin d'I. Sylvestre, XVIIe s.
    • Images (XVIIe siècle)
      BnF, cabinet des estampes et photographies, EST RESERVE VE-26 (s), « Lyon, vue d'une église à l'Île-Barbe, dessin, XVIIe s.
    • Archives (1401-1799)
      Arch. dép. du Rhône, 10 G 3389, pièces relatives à la chapelle Notre-Dame de l'Île-Barbe, XVe-début XVIIIe s.
    Bibliographie :
    • GAILLARD, Charlotte, «L'ancienne abbaye de l'Île-Barbe (Rhône) à la lumière des nouvelles recherches archéologiques », in Architecture, décor, organisation de l'espace. Les enjeux de l'archéologie médiévale, ss. dir. N. Reveyron, O. Puel, Ch. Gaillard, DARA, n°38, Lyon, 2013, p. 143-153.
    • COTTINET-BOUQUET, Marie-Madeleine, «La chapelle Notre-Dame, l'ancienne et la nouvelle », in Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, Tome XXVII, 1997, p. 237-247.
    • COTTINET-BOUQUET, Marie-Madeleine, «Les pèlerinages de Notre-Dame de l'Île-Barbe », in Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, 1993, p. 119-133.
    • COTTINET-BOUQUET, Marie-Madeleine, «Attaque de la procession de l'Île-Barbe le jour de l'Ascension 1454 par les Savoyards de Miribel », in Actes des journées d'études de 1984 de l'Union des Sociétés historiques du Rhône, 1984.
    • LE LABOUREUR, Claude, Les Mazures de l'abbaye royale de l'Isle Barbe, Lyon, Claude Galbit, 1665.
    Etude(s) universitaire(s) :

    PHOTOGRAPHIES LIÉES

    Objet de dévotion :
    Edifice :
    • Chapelle Notre-Dame, prise de l'ouest : galerie nord transformée en chapelle privée Notre-Dame au début du XIXe siècle - Charlotte Gaillard - 2014
    • Chapelle Notre-Dame, vue de Caluire: Choeur (abside et clocher) et nef transformée en terrasse, bordée d'une galerie au nord et à l'ouest - Charlotte Gaillard - 2014
    Autre :

    À PROPOS DE L'ENQUÊTE

    Enquêteur :
    • Gaillard Charlotte
    Rédacteur :
    • Gaillard Charlotte
    Date de l'enquête :
    2013
    Date de rédaction de la fiche :
    2013
    Etat de l'enquête :
    En cours
    Pour citer cette ficheGaillard Charlotte, « Notre-Dame-de-l'Île », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
    url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/539/notre-dame-de-lile, version du 13/05/2014, consulté le 20/10/2017