INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Reine d'Alise

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Reine d'Alise
Période d'activité :
719 - 2018
Commune :
Alise-Sainte-Reine
Département :
Côte d'Or

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Alise-Sainte-Reine
Hameau/Lieu-dit :
Lieu-dit "Cimetière Saint-Père".
Diocèse :
Actuel:
Ancien: Autun (719 - Xe siècle)
Paroisse :
Actuelle:
Ancienne: Alise (719 - Xe siècle)

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
405 m
Compléments :
La basilique était bâtie sur un oppidum antique.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Abbaye
Compléments :
La basilique fut construite sur le plateau où était localisée l'agglomération gallo-romaine d'Alésia.
Le village d'Alise était construit sur le flanc sud de la colline. D'origine tardo-antique (Ve siècle), il succéda à l'agglomération antique du plateau. L'abbaye de Flavigny n'était située qu'à 5 km.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Reine d'Alise (719 - 2018)
Type de lieu de culte :
Basilique
Nom du lieu de culte :
Sainte-Reine
Saints patrons :
  • Reine (VIIIe siècle - Xe siècle)
Compléments :
Attestation du «monasterium…sancte Regine » en
719 (à l'occasion de la fondation de l'abbaye de Flavigny) et de la « basilica domne Regine » en 721 (Testament de l'abbé Wiré de Flavigny) ; disparition de la basilique au cours du Xe (se reporter à la fiche Sainte-Reine d'Alise à Flavigny).

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Sainte Reine
Nature de l'objet :
Corps saint (= en entier)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Inconnu ; probablement inhumé dans un sarcophage déposé dans le choeur de la basilique (hypothèse archéologique).
Datation de l'objet :
IIIe siècle
Compléments :
Le corps de la sainte, inhumé hors de la cité, fut probablement translaté en ce lieu au IVe siècle, puis de là à l'abbaye de Flavigny en 866.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Vers 250, Reine, jeune bergère convertie, refuse de se marier avec le « gouverneur romain » Olibrius, qui la fait martyriser. Inhumé hors la ville, le corps saint, redécouvert plus tard (IVe s ?) a été transféré en ville où l'on bâtit un mausolée (qui deviendra la basilique du haut Moyen Âge ), le long de la voie publique.
Miracles :
Des miracles sont attestés au IXe (rédaction de la « translatio » et des « miracula s. Regine », v. 870, à l'initiative des bénédictins de Flavigny).
Type(s) de motivation :
    Recours :
      Jour(s) de fête :
      • Reine
      Type de fréquentation :
      Compléments sur les fréquentations :
      Inhumations « ad sanctos » (vaste nécropole des époques mérovingienne et carolingienne dans et tout autour de la basilique).
      Pratiques individuelles :
      • Toucher
      Pratiques en présence du clergé :
        Ex voto :
        • Métal (IXe siècle)
          De nombreux fragments de chaînes ont été déposés dans les sépultures de la nécropole, des Ve-VIe siècles au IXe siècle.
        Confrérie(s) :
          Indulgence(s) :
            Compléments sur le culte :
            Les contacts avec le sarcophage sont attestés au IXe, dans la " Translatio" et les "miracula s. Regine " (v. 870). La chaîne est l'attribut de Reine. Réputée comme celle de son martyre, elle était conservée et vénérée en l'abbaye de Flavigny, gardienne du corps saint à partir de 866 ; elle est de nos jours conservée en l'église paroissiale de Flavigny et exposée à la vénération chaque année au 7 septembre (fête de sainte Reine).

            L'ÉDIFICE

            Description :
            Édifice de 23, 90 m de long, orienté N-O / S-E, à nef et choeur ; ce dernier est flanqué de deux « augmenta » (ou « annexes ») ; ajout au VIe s. d'un « couloir funéraire » accolé aux murs nord ouest de l'édifice. Présence au sud d'un ensemble de pièces identifiées comme le « monasterium » des sources, autour d'une sorte de « cour » assimilée à l'« atrium » dans ces mêmes sources.
            Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
            • Autre
              Nombreuses inhumations, en particulier en sarcophages, placées dans un « couloir funéraire » accolé, au VIe s., aux côtés nord et ouest de l'édifice primitif.
            Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
            • Mobilier
              De nombreux fragments d'un décor de qualité du haut Moyen Âge (placages de marbre et enduits peints) ont été découverts dans le choeur et l'annexe qui le flanque au nord (peut-être en raison de la présence ou de la proximité du corps saint ?).

            HISTOIRE DU SANCTUAIRE

            Origines :
            Date de première mention :
            Initiative de la fondation :
              Environnement institutionnel, politique et religieux :
              Mention de clercs ayant transféré le corps de Reine "intra muros", peut-être au IVe siècle. Présence à Alésia d'un clergé dès le Ve siècle. Le sanctuaire Sainte-Reine est mentionné en 719 et 721 dans le cartulaire de l'abbaye voisine de Flavigny. Le corps saint est transféré dans cette abbaye en 866.
              Phases d'évolution :
              Dès l'époque carolingienne, et avant même la translation à Flavigny, le culte de sainte Reine s'est diffusé aux régions germanophones du royaume franc (inscription du nom de la sainte sur un autel de Saint-Sauveur de Fulda au IXe s., fête de la sainte inscrite aux calendriers de Cologne et Mayence, puis ceux de Trèves et Freising, mention de Reine dans le Passionnaire de Fulda...).
              Evénements marquants :
              • Visite exceptionnelle
                Mention de la venue de Pépin d'Aquitaine, fils de Louis le Pieux (début IXe s.), qui demanda à loger près de l'« église Sainte-Reine ».
              • Changement de lieu (866)
                Après la translation du corps saint à Flavigny, la basilique, isolée sur le plateau et devenue simple chapelle, semble péricliter. Réduite (abandon du couloir funéraire et des annexes du choeur), elle paraît définitivement abandonnée à la fin du Xe siècle, ou au début du XIe s.
              Rayonnement(s) :

                RÉFÉRENCES

                Source(s) :
                • Livre liturgique (VIIIe siècle)
                  Wolfenbüttel Bibliothek, ms Wissemburgis 23 : Codex de Wissembourg, martyrologe, Reine est inscrite au 7 septembre .
                • Livre liturgique (VIIIe siècle)
                  Metz, Bibliothèque de la Bourgeoisie, ms. 289 : codex de Berne, martyrologe, Reine est inscrite au 7 septembre.
                • Site internet
                  Description architecturale et archéologique de l'édifice : http://care.tge-adonis.fr/care/index.php?title=ALISE-SAINTE-REINE,_basilique_Sainte-Reine
                Bibliographie :
                • BOUTRY, P., JULIA, D. (sous la dir. de), Reine au Mont-Auxois, Dijon, Le Cerf, 1997.
                • LE GALL, J., DE SAINT-DENIS, A., WEIL, R., Alesia, textes antiques, textes médiévaux, Dijon, Belles-Lettres, Paris, 1973.
                Etude(s) universitaire(s) :

                PHOTOGRAPHIES LIÉES

                Objet de dévotion :
                Edifice :
                Autre :

                À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                Enquêteur :
                • Wahlen Patrice
                Rédacteur :
                • Wahlen Patrice
                Date de l'enquête :
                1997
                Date de rédaction de la fiche :
                2013
                Etat de l'enquête :
                Complète
                Pour citer cette ficheWahlen Patrice, « Sainte-Reine d'Alise », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/473/sainte-reine-dalise, version du 27/01/2014, consulté le 11/12/2018