INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Reine d'Alise

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Reine d'Alise
Période d'activité :
1498 - ?
Commune :
Alise-Sainte-Reine
Département :
Côte d'Or
Source dite de

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Alise-Sainte-Reine
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Dijon (1822 - 2018)
Ancien: Autun (1498 - 1790)
Paroisse :
Actuelle: Vénarey-les-Laumes (1985 - 2018)
Ancienne: Alise (1498 - 1984)

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
280 m
Compléments :
La chapelle est bâtie sur le flanc sud-ouest d'une colline, sur la rue qui descend du coeur du village à l'hôpital.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Source
Compléments :
Lors de sa fondation en 1498, la chapelle est dite "dans les vignes".
Il existe à Alise à partir du XVIIe s. un couvent des Cordeliers et un hôpital Sainte-Reine.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Reine d'Alise (1498 - ?)
Compléments :
L'initiative de la création d'une chapelle sur le territoire d'Alise revient à un enfant du pays, Julien Clerget, archidiacre d'Autun. Il obtint de son évêque une vigne, à l'emplacement de laquelle il reçut pour mission de construire une chapelle, indépendante de la paroisse.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Sainte-Reine
Saints patrons :
  • Reine (1498 - ?)
Compléments :
La chapelle est indépendante de la paroisse d'Alise, dès sa fondation. Elle passe sous contrôle des Cordeliers en 1644.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Relique de Reine et source
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
La source miraculeuse était située au bord de la rue descendant du bourg vers l'hôpital. La relique était conservée dans la chapelle des Cordeliers.
Datation de l'objet :
Compléments :
La source aurait surgi à l'emplacement du martyre de Reine, à l'endroit où chût sa tête. Elle est incluse dans le périmètre de la chapelle lors de la fondation de celle-ci en 1498 (dès 1448, un autel fondé « ab antiquo » en l'honneur de Dieu, de la Vierge et de sainte Reine est signalé à cet endroit). La relique est installée depuis 1648 dans l'église construite pour les Cordeliers toute proche de la source à la place de l'ancienne chapelle fondée en 1498. Le couvent des Pères Cordeliers est installé en 1644.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Vers 250, Reine, jeune bergère convertie, refuse de se marier avec le « gouverneur romain » Olibrius, qui la fait martyriser. Inhumé hors la ville antique (Alesia), le corps saint, redécouvert plus tard (IVe s ?) est transféré en ville où l'on bâtit un mausolée (qui deviendra la basilique du haut Moyen Âge ). La chapelle est située à quelques mètres de la source réputée miraculeuse qui surgit à l'emplacement supposé où sa tête chût sur le sol lors de son martyre.
Miracles :
Thérapies.
Type(s) de motivation :
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Reine
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
La sainte était particulièrement invoquée dans les cas de dermatoses, dartres, syphilis. On avait également recours à sainte Reine pour demander la paix.
Des bains, installés à proximité de la chapelle au début du XVIIe siècle, permettaient aux malades de se plonger dans les eaux réputées miraculeuses de la fontaine.
Les pèlerins affluaient plus particulièrement autour du 7 septembre, jour de fête de la sainte.
Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Se baigner
Pratiques en présence du clergé :
  • Prières
  • Processions
  • Messe
Ex voto :
    Confrérie(s) :
    • Sainte-Reine
      La confrérie Sainte-Reine a été fondée peu avant 1614, date à laquelle elle reçut une bulle d'indulgences du pape Paul V.
    Indulgence(s) :
    • Partielle (1659)
      L'évêque d'Autun, Mgr Doni d'Attichy, accorda quarante jours d'indulgence à ceux qui se rendraient à Alise et Flavigny le 7 septembre, jour de la fête de la sainte.
    Compléments sur le culte :
    Mention dès la fin du XVIe de boutiques vendant des bouteilles d'eau de la source Sainte-Reine, des chandelles, des livrets de pèlerinage, chants et prières en 1611 (en 1611, texte faisant référence à la situation des lieux en 1597). En 1686, on compte dans le village quinze tourneurs de chapelets, trois en 1696, dix en 1704.

    L'ÉDIFICE

    Description :
    La chapelle fut agrandie en 1590 puis 1630.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
    • Autre (XVIe siècle)
      Des boutiques vendant des articles de piété sont mentionnés à la fin du XVIe siècle.
    • Bains (XVIIe siècle)
      Des bains ont été construits en 1630. La source fut couverte d'un édicule fermant à clef.
    Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

      HISTOIRE DU SANCTUAIRE

      Origines :
      Date de première mention : 1498
      Initiative de la fondation :
      • Prêtre
      Environnement institutionnel, politique et religieux :
      Un couvent de Cordeliers est fondé en 1644 pour la prise en charge des pèlerins (la chapelle fondée en 1498 devient l'église conventuelle) ; en 1659, sous l'influence de la Compagnie du Saint Sacrement, un hôpital est fondé de l'autre côté de la rue, pour l'accueil des pèlerins (avec sa chapelle propre, consacrée en 1663).
      Phases d'évolution :
      Le culte de sainte Reine à Alise semble avoir connu une belle vigueur de la fin du Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle. On signale 60 000 pèlerins en 1575. Les miracles thérapeutiques attribués à la fontaine sise près de la chapelle construite à la fin du XVe siècle, semblent avoir contribué au regain dont bénéficia le culte de sainte Reine à cette période. L'installation de cordeliers en 1644 correspond à la fois à la nécessité d'accueillir les pèlerins, mais également à celle d'encadrer le pèlerinage. Pour l'année 1659, 12 000 pèlerins seraient venus à Alise selon l'évêque d'Autun. Un document de 1663 fait état de la venue de 20 000 personnes pour cette année-là et un mandement de 1670 donne le chiffre de 60 000 pèlerins. À la fréquentation des pèlerins s'ajoute à cette période celle d'une population attirée par les vertus curatives de l'eau de la fontaine d'Alise et dont la pratique se rapproche plus du thermalisme. Cette "concurrence" donna lieu à une polémique sur la nature miraculeuse de l'eau. Après l'interruption du pèlerinage durant la période révolutionnaire, le pèlerinage connut une reprise dès les premières décennies du XIXe siècle. Le "mystère de sainte Reine", représentation théâtrale de la tragédie de sainte Reine, et des processions, maintiennent le culte de Reine vivace dans la paroisse. Ce XIXe siècle est une période de profond renouveau du culte rendu à sainte Reine. Après la défaite de 1870, et parallèlement à la construction de l'image de Vercingétorix comme symbole de la lutte contre l'envahisseur, Reine est assimilée elle-aussi à une résistante. Des érudits, ecclésiastiques, s'emparent de la vie de sainte Reine pour l'exalter. Les festivités d'Alise conservent jusqu'à la grande Guerre une symbolique patriotique forte. Après les interruptions liées aux deux guerres mondiales, le pèlerinage reprend, localement. Le "mystère" se perpétue jusqu'à nos jours. Il est désormais interprété au mois d'août.
      Evénements marquants :
      • Construction (1498)
        Julien Clerget, archidiacre d'Autun obtient de l'évêque un terrain planté de vigne afin d'y construire une chapelle, à laquelle est associée une source aux eaux réputées miraculeuses.
      • Agrandissement (1590)
        Agrandissement de la chapelle.
      • Agrandissement (1613)
        La chapelle est à nouveau agrandie.
      • Installation des religieux (1644)
        Des religieux cordeliers s'installent à Alise pour offrir assistance aux pèlerins.
      • Arrivée de la relique (1648)
        Les religieux cordeliers font l'acquisition d'une relique de sainte Reine, rapportée d'Osnabrück par un bienfaiteur des cordeliers.
      • Acte exceptionnel de dévotion (1659)
        L'évêque d'Autun proclame sainte Reine patronne de l'Auxois. Le 7 septembre est déclaré jour chômé et l'évêque accorde quarante jours d'indulgence à ceux qui se rendront à Alise et Flavigny ce jour là.
      • Procession (1688)
        Les cordeliers instaurent en 1688 une grande procession annuelle au jour de la fête de sainte Reine le 7 septembre, probablement dans le but de redonner une impulsion au pèlerinage.
      • Vente (1792)
        Le couvent et la chapelle des Cordeliers sont vendus comme biens nationaux.
      • Reprise du culte après la révolution (1795)
        Le culte reprend. La statue de sainte Reine retrouve sa place dans l'ancienne église des Cordeliers.
      • Reprise du culte (1853)
        Un curé d'Alise-Sainte-Reine, l'abbé Parisot, et un missionnaire, l'abbé Tridon, relancent le pèlerinage et les fêtes paroissiales.
      Rayonnement(s) :
      • National (1601 -> 1700)
        En 1665, Anne d'Autriche fait venir à la cour de l'eau de Sainte-Reine pour sa guérison (1665). Jean Racine, Mme de Sévigné et Mme de Scudéry en consomment également, indice du rayonnement du culte de sainte Reine.
      • Régional (1800 -> 2018)
        La source et la chapelle « des Cordeliers » sont encore visitées de nos jours par les pèlerins, surtout le 7 septembre. Mais la plupart d'entre-eux appartiennent à la confession dite « Petite Église » ou « Église des Blancs », et viennent de Saône-et-Loire. L'affluence est grande chaque année à Alise, au 7 septembre (ou au dimanche le plus proche) pour la messe et surtout pour le « mystère de sainte Reine » joué au « Théâtre des Roches », situé dans le haut du village, par les habitants du village depuis des siècles (mais le caractère religieux de cette manifestation s'estompe sensiblement).

      RÉFÉRENCES

      Source(s) :
      • Livret de pèlerinage (1854)
        Abbé Tridon, Manuel du pèlerin de sainte Reine, 1854 (d'après un livret de dévotion du XVIe siècle).
      • Archives (1659)
        Arch. dép. de Saône-et-Loire, G 747, fol. 25, institution de la fête de sainte Reine par l'évêque d'Autun.
      • Archives (1644)
        Arch. dép. de Côte d'Or, 50 H 921, lettres patentes pour l'établissement des cordeliers à Alise, 1644.
      • Archives (1614)
        Arch. dép. de Côte d'Or, 50 H 923, bulle du pape Paul V du 4 juin 1614 érigeant la confrérie de sainte reine et règlement de cette confrérie.
      Bibliographie :
      • BOUTRY, P., JULIA, D. (sous la dir. de), Reine au Mont-Auxois, Dijon, Le Cerf, 1997.
      Etude(s) universitaire(s) :

      PHOTOGRAPHIES LIÉES

      Objet de dévotion :
      Edifice :
      • Source dite de "sainte Reine" - Aurélia Bully - 2015
      • Autel Sainte-Reine dans la chapelle - Aurélia Bully - 2015
      Autre :

      À PROPOS DE L'ENQUÊTE

      Enquêteur :
      • Vincent Catherine
      Rédacteur :
      • Wahlen Patrice
      Date de l'enquête :
      1997
      Date de rédaction de la fiche :
      2013
      Etat de l'enquête :
      Complète
      Pour citer cette ficheWahlen Patrice, « Sainte-Reine d'Alise », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
      url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/472/sainte-reine-dalise, version du 23/09/2015, consulté le 20/11/2018