INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Jacques-d'Échirolles

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Jacques-d'Échirolles
Période d'activité :
? - XVIIIe siècle
Commune :
Échirolles
Département :
Isère

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Échirolles
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Grenoble-Vienne (1790 - 2017)
Ancien: Grenoble (? - XVIIIe siècle)
Paroisse :
Actuelle: Charles de Foulcaud (? - 2017)
Ancienne: Saint-Sulpice de Bresson (? - XVIIIe siècle)

Site

Type de site :
Coteau
Rive de cours d'eau
Altitude :
300 m
Compléments :
Échirolles est limitrophe de la ville de Grenoble. L'ancienne chapelle Saint-Jacques était située sur une falaise dominant le Drac. Les habitations étaient elles aussi bâties à flanc de coteau, la plaine d'Échirolles étant fréquemment inondée par le cours d'eau.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Château
Cours d'eau
Compléments :
La chapelle Saint-Jacques est établie sur le Temple d'Échirolles et est extérieure à l'église paroissiale de Saint-Sulpice de Bresson, placée sous le patronage du chapitre cathédral de Grenoble ; dans cette paroisse se trouve la préceptorie d'Échirolles de Saint-Jean de Jérusalem.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Jacques-d'Échirolles (? - XVIIIe siècle)
Compléments :
La chapelle Saint-Jacques d'Échirolles était établie dans une ancienne commanderie du Temple. Une procession annuelle y est attestée dès le XIVe siècle. Les pèlerins honoraient des reliques qui passaient pour être celles de saint Jacques.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Saint-Jacques
Saints patrons :
  • Jacques (? - ?)
Compléments :
L'église actuelle d'Échirolles, construite en 1846, dans la plaine, contrairement à l'ancienne chapelle Saint-Jacques bâtie sur la falaise dominant le Drac, a conservé le patronage de saint Jacques.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Saint Jacques
Nature de l'objet :
Corps saint (= en entier)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Le prétendu corps de saint Jacques était inhumé devant la porte principale de la chapelle placée sous son patronage.
Datation de l'objet :
?
Compléments :
Lors d'une visite de l'évêque Laurent Ier Allemand en juillet 1488, le corps fut décrit comme « d'une grandeur peu commune, étendu sur la terre et un pot de terre entre ses cuisses ». Une statue de saint Jacques, fabriquée en 1500, prit en partie le relais de la vénération portée au corps inhumé devant la chapelle.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Les habitants d'Échirolles prétendaient détenir le corps de saint Jacques, dont la tête aurait été emportée en Galice en 1107 par le comte Guigues III.
Miracles :
Les miracles opérés par le corps supposé de saint Jacques d'Échirolles sont évoqués dans la visite de l'évêque Laurent Allemand de 1488, sans plus de détails.
Type(s) de motivation :
    Recours :
      Jour(s) de fête :
      • Jacques
      Type de fréquentation :
      Compléments sur les fréquentations :
      Le culte autour du prétendu corps de saint Jacques fut remis en cause par l'évêque Laurent Allemand Ier à partir du 4 juillet 1488. La vénération se poursuivit néanmoins. Une procession des édiles de Grenoble est attestée jusqu'en 1721.
      Pratiques individuelles :
        Pratiques en présence du clergé :
        • Processions
        • Messe
        Ex voto :
        • Cire (1488)
          Au mois de décembre 1488, soit moins de six mois après les réserves émises par l'évêque concernant le culte publique du prétendu corps de saint Jacques, les consuls de Grenoble rappelaient que chaque année, ils portaient à Échirolles quatre torches de quatre livres chacune.
        Confrérie(s) :
          Indulgence(s) :
            Compléments sur le culte :
            Au XIVe siècle, les édiles grenoblois se rendaient chaque 25 juillet en procession jusqu'à la chapelle où ils déposaient une offrande de noix afin de se prémunir contre les dommages que le Drac pourrait occasionner à leur ville. Saint Jacques était en effet invoqué pour se protéger des démons qui hantaient ses eaux. Les consuls, accueillis par les habitants d'Échirolles, qui portaient une statue de saint Jacques, se déchaussaient alors et montaient à la chapelle pieds nus. Après une messe solennelle et une collation, ils parcouraient les bords du Drac, accompagnés de maçons et de charpentiers, pour évaluer les travaux nécessaires afin de contenir le cours d'eau. La procession est attestée jusqu'en 1721.

            L'ÉDIFICE

            Description :
            La chapelle occupait une ancienne commanderie du Temple appartenant alors aux Hospitaliers de Jérusalem. Elle a été détruite au XIXe siècle. Une nouvelle église a été reconstruite dans la plaine, sous le même vocable.
            Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
            • Autre (XVe siècle)
              Le curé d'Échirolles Aimon de Chalancon avait placé une grille autour de la tombe vénérée, ainsi que des planches pour la recouvrir. Lors de la visite des lieux par Laurent Allemand en 1488, cet aménagement était déjà en place.
            Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

              HISTOIRE DU SANCTUAIRE

              Origines :
              Date de première mention : XIVe siècle
              Initiative de la fondation :
                Environnement institutionnel, politique et religieux :
                Phases d'évolution :
                D'abord autorisé, le culte fut contesté après la visite en 1488 de l'évêque Laurent Ier Allemand, qui demanda l'arrêt du culte jusqu'à ce que l'autorité apostolique ait statué. Dans une démarche de rationalisation du culte des saints et afin de faire cesser le pèlerinage, l'évêque aurait fait doter d'une tête, lors d'une visite discrète au mois de mai 1488, le corps inhumé devant la chapelle (le compte rendu de cette visite n'est connu que par une copie du XVIIe siècle), et organisa une visite officielle qui se déroula le 4 juillet. La vénération se poursuivit néanmoins mais une statue de saint Jacques, que fit fabriquer en 1500 le curé d'Échirolles Aymon de Charansonnay, remplaça progressivement la vénération portée au corps présumé du saint. Alors qu'aux XIVe et XVe siècles, les consuls de Grenoble se rendaient à pied à Échirolles, ils s'y rendaient à cheval au XVIIe siècle, puis en carrosse au siècle suivant.
                Evénements marquants :
                • Visite exceptionnelle (1407)
                  En 1407, l'évêque Aymon de Chissé est présent avec les consuls lors de la procession annuelle à Échirolles.
                • Reconnaissance de reliques (1488)
                  Visite de l'évêque Laurent Ier Allemand et reconnaissance des reliques passant pour être celles de saint Jacques, le 4 juillet 1488. À la suite à cette visite et de la reconnaissance d'un corps doté d'un crâne, le culte est remis en question par l'évêque.
                • Fabrication d'une statue (1500)
                  Le curé d'Échirolles fait fabriquer une statue de saint Jacques.
                • Reconstruction (1847)
                  Reconstruction de l'église Saint-Jacques sur un autre emplacement. Le souvenir de l'emplacement de l'inhumation anciennement vénérée est aujourd'hui perdu.
                Rayonnement(s) :
                • Régional (1401 -> 1500)
                  Lors de la visite de 1488 par Laurent Ier Allemand, il est précisé que le sanctuaire était fréquenté par une grande foule, et que de nombreux malades y retrouvaient la santé.

                RÉFÉRENCES

                Source(s) :
                • Source publiée (1488)
                  Chorier, Nicolas, Histoire générale du Dauphiné…, p. 492, livre XV, 1483-1511, (compte rendu de la visite du mois de mai 1488).
                • Archives (1488)
                  Arch. dép. de l'Isère, 4 G 261, fol. 131 v.-133 : procès verbal de la visite de l'évêque Laurent Ier Allemand.
                • Site internet
                  http://www.saint-jacques.info/echirolles/texte.htm (page consultée le 7/06/13)
                • Archives
                  Arch. mun. de Grenoble, CC. 1402, compte des deniers communs, 1386-1387, mention de la procession des consuls de Grenoble chaque 25 juillet ; FF 5, règlement de police de la ville pour les torches que les consuls doivent porter à Échirolles, 1488 ; BB 12, procession des consuls de Grenoble en 1539 ; CC 755, mention de la procession de 1622 ; CC 927, mention de la procession de 1721. Arch. dép. de l'Isère, 4 G 261, visites pastorales de l'épiscopat de Laurent Ier Allemand, 1488-1495, fol. 131 v.-133, visite du 4 juillet 1488.
                Bibliographie :
                • PÉRICARD-MÉA, D., MOLLARET, L., Dictionnaire de Saint-Jacques de Compostelle, J.-P. Gisserot, 2006, p. 58-59, 170.
                • PARAVY, P., De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Évêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), 2 vol., (Collection de l'École Française de Rome, 183), Rome, 1993, p. 719-720.
                Etude(s) universitaire(s) :

                PHOTOGRAPHIES LIÉES

                Objet de dévotion :
                Edifice :
                Autre :

                À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                Enquêteur :
                • Paravy Pierrette
                Rédacteur :
                • BULLY Aurelia
                Date de l'enquête :
                1980
                Date de rédaction de la fiche :
                2013
                Etat de l'enquête :
                En cours
                Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Saint-Jacques-d'Échirolles », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/470/saint-jacques-dechirolles, version du 15/09/2014, consulté le 20/10/2017