INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Bon-Encontre

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Bon-Encontre
Période d'activité :
1507-1515 - 2013
Commune :
Bon-Encontre
Département :
Lot et Garonne
Intérieur de la basilique

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Bon-Encontre
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Agen (XVIe siècle - 2017)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Notre-Dame de Bon-Encontre (1802 - 2017)
Ancienne: Sainte-Radegonde (XVIe siècle - 1791)

Site

Type de site :
Altitude :
60 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Cours d'eau

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Bon-Encontre (1507-1515 - 2013)
Compléments :
La date de début correspond à la découverte de la statue par Jacques Frassinet. Auteur de l'unique relation ancienne, Vincent de Rouen ne donne pas de date précise mais indique que l'événement eut lieu sous le règne de Louis XII et qu'à l'époque, l'un des frères de Jacques Frassinet était curé de la paroisse Sainte-Radegonde (Vincent de Rouen, "L'heureux rencontre du ciel et de la terre…", p. 29-31, 38). On sait par ailleurs que ce dernier avait reçu les ordres en 1507 ("Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques…", p. 5).
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame de Bon-Encontre
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1507-1515 - 2017)
Compléments :
La chapelle est devenue église paroissiale en 1802.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame de Bon-Encontre
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Derrière le maître-autel.
Datation de l'objet :
Compléments :
Statue de Vierge à l'Enfant.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Sous le règne de Louis XII, un jeune bouvier nommé Jacques Frassinet remarqua que l'un de ses boeufs allait systématiquement paître au même endroit. Il examina le lieu et découvrit, cachée dans un buisson, une statue de la Vierge à l'Enfant. Il l'emporta chez lui mais durant la nuit la statue disparut et retourna à l'endroit où elle avait été découverte. Elle fut alors déposée dans l'église paroissiale, mais le phénomène se répéta encore à deux reprises. Comprenant que la Vierge désirait être vénérée à l'endroit précis où avait été découverte son effigie, les habitants de la paroisse Sainte-Radegonde y édifièrent une chapelle.
Miracles :
On ne possède qu'un seul récit de miracle antérieur à 1583 : un converti au protestantisme qui s'en prit à la statue perdit la vue. La série des miracles conservés débute en novembre 1583 avec la guérison d'un habitant d'Agen. Le livre des miracles (Archives départementales de Lot-et-Garonne, 12 J 14) rassemble 177 attestations pour la période 1583-1695. Il semble que plusieurs autres registres manuscrits conservés sur place ne soient pas parvenus jusqu'à nous (Cl.-M. Mayet, "Les Gloires de Notre-Dame de Bon-Encontre…", p. 175-176). Pour le XIXe siècle, un certain nombre de récits de miracles ont été publiés (Cl.-M., Mayet, "Les Gloires de Notre-Dame de Bon-Encontre…", p. 191-234 ; "Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques…"). Les guérisons représentent la quasi-totalité des faits enregistrés. À l'époque moderne, le sanctuaire n'avait aucune spécialisation thérapeutique et l'éventail des miraculés se présente de manière très équilibrée (37 % d'hommes, 34 % de femmes et 29 % d'enfants). Au XIXe siècle, en revanche, il semble s'être spécialisé dans la guérison d'enfants et d'adolescents.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Délivrance
  • Epidémie
  • Thérapie
  • Folie
Jour(s) de fête :
  • Vierge
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Jour(s) de fête :
Fêtes mariales, en particulier l'Assomption (époque moderne)
Mois de mai (XIXe siècle).

Si la fréquentation du sanctuaire fut toujours continue, on constate une différence sensible entre l'époque moderne et le XIXe siècle. Durant la première période, les mois d'août et de septembre voyaient un afflux de pèlerins (près de la moitié des miraculés venus rendre leur voeu à Bon-Encontre arrivèrent durant ces deux mois), tandis que durant la seconde, le mois de mai semble avoir été nettement privilégié.
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
  • Vêtements
  • Dons
Pratiques en présence du clergé :
  • Communions
  • Confessions
  • Messe
Ex voto :
  • Autre (1583-1620)
    L'analyse des récits consignés dans le livre des miracles pour la période 1583-1620 fait connaître un certain nombre d'ex-voto : cierges (8).
  • Autre (1583-1620)
    L'analyse des récits consignés dans le livre des miracles pour la période 1583-1620 fait connaître un certain nombre d'ex-voto : organes en cire (2).
  • Autre (1583-1620)
    L'analyse des récits consignés dans le livre des miracles pour la période 1583-1620 fait connaître un certain nombre d'ex-voto : suaires (3).
  • Béquille (1583-1620)
    L'analyse des récits consignés dans le livre des miracles pour la période 1583-1620 fait connaître un certain nombre d'ex-voto : béquilles (2).
  • Cire (1583-1620)
    L'analyse des récits consignés dans le livre des miracles pour la période 1583-1620 fait connaître un certain nombre d'ex-voto : cire brute (1).
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
    • Partielle
      Indulgence partielle concédée par le pape Urbain VIII (1623-1644) aux fidèles qui viendraient en pèlerinage à Notre-Dame de Bon-Encontre (date inconnue).
    Compléments sur le culte :

    L'ÉDIFICE

    Description :
    Bâtie en 1854-1859 dans un style néogothique, l'église actuelle ne conserve aucun vestige des édifices antérieurs. Le premier était une petite chapelle, construite juste après la découverte de la statue et agrandie dans les années 1540. Un nouvel édifice, plus imposant, fut élevé dans les années 1600-1607.
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1551
        Initiative de la fondation :
        • Laïc isolé
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        Le plus ancien récit d'invention de la statue est postérieur de plus d'un siècle à l'événement puisqu'il s'agit de l'ouvrage publié par Vincent de Rouen en 1642. L'existence de la famille Frassinet est cependant attestée par des documents contemporains (Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques…, p. 5, 42). Une visite pastorale de 1551 signale l'existence de la chapelle et du pèlerinage qui y prenait place (Arch. dép. de Lot-et-Garonne, 135 J 17, pièce n° 2). La fondation du sanctuaire est indissociable d'une famille, les Frassinet, qui en est le véritable inventeur : Jacques Frassinet découvrit la statue tandis que son frère, curé de Sainte-Radegonde, institutionnalisa le culte en faisant bâtir une chapelle pour abriter l'effigie. Qu'il s'agisse de sa naissance, laquelle intervient à une époque marquée par de nombreuses inventions de statues mariales (Notre-Dame d'Arcachon en 1519, Notre-Dame de Garaison vers 1520, Notre-Dame de l'Estang en 1531), de son essor au sortir des guerres de Religion ou de sa renaissance sous le second Empire, Notre-Dame de Bon-Encontre épouse très fidèlement les grandes tendances de l'histoire des pèlerinages français. Le sanctuaire a pu compter non seulement sur sa communauté d'origine – la paroisse Sainte-Radegonde –, mais également sur le soutien des évêques et des consuls d'Agen, sans oublier le rôle décisif des ordres et des congrégations religieuses (Tiers-Ordre franciscain aux XVIIe et XVIIIe siècles, maristes au XIXe siècle), qui ont assuré sa pérennité.
        Phases d'évolution :
        Notre-Dame de Bon-Encontre acquiert rapidement une certaine célébrité. Une visite pastorale du 27 août 1551 constate que la chapelle accueille « tous les jours une multitude de gens venans pelerins en icelle » (Arch. dép. de Lot-et-Garonne, 135 J 17, pièce n° 2). Après un probable déclin lié aux guerres de Religion, le sanctuaire connaît un nouvel essor à la toute fin du XVIe siècle : 32 paroisses y viennent en procession en 1596 et 34 l'année suivante ("Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques…", p. 71). L'installation de religieux du Tiers-Ordre franciscain (1612) assure l'avenir du sanctuaire mais son rayonnement reste d'ordre diocésain : l'analyse du livre des miracles montre que la distance moyenne parcourue par les pèlerins s'élevait à une vingtaine de kilomètres (N. Balzamo, "Miracle et société…", p. 249-250). Fermé en 1793, le sanctuaire rouvrit en 1799 avant d'être promu au statut d'église paroissiale. L'installation des maristes (1851) favorisa un nouvel essor : pour le seul mois de mai, on dénombrait 12 000 communiants en 1851 contre 2 000 dix ans plus tôt ("Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques…", p. 262-264).
        Evénements marquants :
        • Acte exceptionnel de dévotion (1584)
          Comtesse de l'Agenais et du Condomois, Marguerite de Valois vint à Bon-Encontre le 15 août 1584 et constitua une rente au profit du sanctuaire.
        • Construction (1600-1607)
          Une nouvelle église est édifiée à l'initiative d'habitants d'Agen.
        • Installation des religieux (1611-1612)
          Le 25 juin 1611, Marguerite de Valois confia le sanctuaire de Bon-Encontre aux religieux du Tiers-Ordre franciscain qui vinrent s'y installer un an plus tard.
        • Acte exceptionnel de dévotion (1629)
          À la suite d'une épidémie de peste, les consuls d'Agen vouent leur cité à Notre-Dame de Bon-Encontre.
        • Fermeture (1791-1793)
          Les moines sont expulsés en 1791 et le sanctuaire transformé en église paroissiale avant d'être fermé deux ans plus tard.
        • Réouverture (1799-1802)
          Réouverte de façon épisodique depuis 1795, l'église de Bon-Encontre l'est de façon définitive en 1799. En 1802, l'évêque confirme son statut d'église paroissiale.
        • Construction (1851-1859)
          Une nouvelle église est édifiée à l'initiative des maristes.
        • Installation des religieux (1851)
          Arrivés à Agen en 1847, les Pères maristes se voient confier la garde du sanctuaire quatre ans plus tard.
        • Acte exceptionnel de dévotion (1876)
          En 1875, l'évêque d'Agen demande à Pie IX l'autorisation de couronner la statue de Notre-Dame de Bon-Encontre. Le pape répond favorablement à la requête et la cérémonie a lieu le 9 mai 1876.
        Rayonnement(s) :
        • Diocésain (XVIe siècle -> 2017)
          Rayonnement diocésain (XVIe siècle-2013).

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
        • Archives (1613-1695)
          Archives départementales de Lot-et-Garonne, 12 J 14 : Livre des miracles, registre original, ouvert en 1613 et tenu jusqu'en 1695 (110 feuillets).
        • Source publiée
          Vincent de Rouen,"L'heureux rencontre du ciel et de la terre, en l'invention miraculeuse de l'Image de la Mere de Dieu honorée sous le titre de Nostre Dame de Bon-Encontre, en l'Eglise des Religieux du Tiers Ordre de Sainct François", Toulouse, Arnaud Colomiès, 1642, 882 p. (exemplaire unique à la Bibl. de l'Arsenal, 8° H 22122) : contient le récit de l'invention de l'image (p. 29-46), une histoire des premiers temps du sanctuaire (p. 317-352) et la liste des miracles accomplis depuis 1583 (p. 682-803).
        • Source publiée
          G. Duzil, "Notre-Dame de Bon-Encontre", Agen, impr. P. Noubel, 1842, 168 p. : contient une importante série de pièces justificatives (p. 147-168).
        • Archives
          Archives départementales de Lot-et-Garonne, 135 J 12 à 135 J 22 : fonds de Notre-Dame de Bon-Encontre - comptes, correspondance, donations, etc., XVIIe-XXe siècles (les documents relatifs à l'époque moderne sont regroupés dans les liasses 135 J 17 et 135 J 20).
        Bibliographie :
        • Balzamo, N, Miracle et société en France (vers 1500-vers 1620), Thèse de doctorat, École pratique des Hautes Études, 2011, p. 247-256.
        • Hanlon, G., L'univers des gens de bien. Culture et comportement des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1989, p. 195-197.
        • Hanlon, G., «Piété populaire et intervention des moines dans les miracles et les sanctuaires miraculeux en Agenais-Condomois au XVIIe siècle », in Annales du Midi, vol. XCVII, 1985, p. 115-127.
        • Angély, J., Notre-Dame de Bon-Encontre, Bon-Encontre, Ed. du Sanctuaire de Bon-Encontre, 1949.
        • Histoire de Notre-Dame de Bon-Encontre d'après les documents authentiques. Depuis l'origine du pèlerinage jusqu'à nos jours, par un prêtre mariste, Avignon, Seguin frères, 1883.
        • Mayet, Cl.-M., Les Gloires de Notre-Dame de Bon-Encontre, histoire, miracles et bienfaits de Notre-Dame de Bon-Encontre, Agen, A. Chairou, 1857.
        Etude(s) universitaire(s) :

        PHOTOGRAPHIES LIÉES

        Objet de dévotion :
        • Statue de Notre-Dame de Bon-Encontre
        Edifice :
        • Intérieur de la basilique
        Autre :

        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

        Enquêteur :
        • Balzamo Nicolas
        Rédacteur :
        • Balzamo Nicolas
        Date de l'enquête :
        2011-2013
        Date de rédaction de la fiche :
        2013
        Etat de l'enquête :
        En cours
        Pour citer cette ficheBalzamo Nicolas, « Notre-Dame-de-Bon-Encontre », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/462/notre-dame-de-bon-encontre, version du 17/10/2013, consulté le 18/10/2017