INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Sainte-Bathilde

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Sainte-Bathilde
Période d'activité :
VIe siècle - XIXe siècle
Commune :
Chelles
Département :
Seine et Marne
Chelles (Seine-et-Marne), chapelle Sainte-Croix - Saint-Georges

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Chelles
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Meaux (1801 - 2018)
Ancien: Meaux (VIe siècle - 1789)
Paroisse :
Actuelle: Saint-André de Chelles (? - 2018)
Ancienne: Saint-André de Chelles (VIe siècle - 1900)

Site

Type de site :
Altitude :
42 m
Compléments :
Type de site : urbain.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Compléments :
Habitat : oui.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Sainte-Bathilde (VIe siècle - XIXe siècle)
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Sainte-Croix-Saint-Georges
Saints patrons :
  • sainte Croix et saint Georges (VIe siècle - 1791)
Compléments :
Ces deux églises succèdent à une église construite par Clothilde au VIe siècle, à proximité du palais royal. Par la suite, elles deviennent le noyau de l'abbaye construite par Bathilde. Après la construction de nouveaux bâtiments à la fin du VIIIe siècle, l'ancien cloître est dévolu aux chanoines desservant l'abbaye. L'église Sainte-Croix devient le choeur des religieux, tandis que Saint-Georges accueille la paroisse des officiers de l'abbaye.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Bathilde
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Actuellement dans la crypte (tombeau et châsses) et au Musée de Chelles (manteau, chasuble, suaire, restes de vêtements).
Emplacement :
Datation de l'objet :
VIIe siècle
Compléments :
Nature : corps saint, tombeau, vêtements (manteau, chasuble, suaire…).

Matériau : vestiges corporels, architecturaux et vestimentaires.

Le tombeau de pierre brute se trouvait dans la crypte, mais a été détruit à la Révolution. Le manteau, la chasuble, le suaire et quelques restes de vêtements datant du VIIe siècle se trouvaient dans la châsse de Bathilde avant d'être transférés au Musée de Chelles.

Une nouvelle châsse d'argent ornée de figures de saintes et contenant la plupart des reliques est fabriquée en 1545 (selon l'hypothèse de Jean-Pierre Laporte, il s'agit aujourd'hui de la châsse de saint Florus). En 1635, une nouvelle châsse en bois (conservée) est déposée dans une châsse d'argent d'un très beau travail (disparue en 1792), elle-même protégée par un coffre de bois. En 1793 apparait une nouvelle châsse en bois de chêne doré et décorée de pilastres, remplacée par une châsse de cuivre en 1898.

À partir de 1655, le chef de Bathilde est conservé dans un nouveau buste d'argent qui sera fondu en 1792, et les reliques du crâne dispersées.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Une Vie de sainte Bathilde a été écrite dès la fin du VIIe siècle. Née vers 626, Bathilde serait la fille d'un prince d'Angleterre : réduite en esclavage après avoir été capturée, elle est achetée en 642 à York par Erchinoald, maire du palais de Neustrie. L'ayant ramenée en Neustrie, il souhaite l'épouser, mais Bathilde refuse et en informe le roi Clovis II. Celui-ci l'épouse finalement en 649 : ils auront ensemble trois fils. À la mort de son mari, en 657, Bathilde exerce la régence, mais la fronde des grands du royaume l'oblige à se retirer de la cour, puis du siècle en 664. À partir de cette date, la reine se retire au monastère de Chelles, l'une de ses fondations (avec le monastère de Corbie), où elle meurt le 30 janvier 680.
Miracles :
La "Translatio Bathildis" mentionne plusieurs miracles post-mortem, puis d'autres miracles sont mentionnés au XVIIe siècle. On sait ainsi que deux miracles ont lieu en 833, lors de la translation de la sainte (mais on n'en connait pas le teneur : cf. Folz, 1975, p. 375).
Type(s) de motivation :
    Recours :
    • Thérapie
    Jour(s) de fête :
    • Bathilde
    Type de fréquentation :
    Pratiques individuelles :
    • Embrasser
    • Aspersion ou ingestion d'eau
    Pratiques en présence du clergé :
    • Processions
    • Office liturgique
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :
          Pratiques individuelles : baiser des reliques, une eau dans laquelle avaient trempé les reliques était portée aux malades du bourg (XVIIe siècle). Pratiques en présence du clergé : offices liturgiques, litanies, processions, « donnée » de sainte Bathilde (distribution de pain aux pauvres et aux pèlerins le jour de sa fête. Attestée entre 1402 et 1790, la tradition est relancée en 1840 puis à nouveau en 1980).

          L'ÉDIFICE

          Description :
          Chapelle indépendante dans l'abbaye Notre-Dame de Chelles.
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
            Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
            • Crypte
              Il existe une petite crypte sous le choeur, accessible par un escalier coudé, et qui contenait le tombeau de la sainte, du coté gauche (au nord), éclairé par un soupirail. Deux états : XI-XIIe et XVIe siècle (Charamond, à paraitre).

            HISTOIRE DU SANCTUAIRE

            Origines :
            Date de première mention : VIe siècle
            Initiative de la fondation :
            • Seigneur laïc
            Environnement institutionnel, politique et religieux :
            L'initiative de la fondation revient à la reine Clothilde. L'église Sainte-Croix-Saint-Georges succède à une église construite par Clothilde au VIe siècle, à proximité du palais royal. Par la suite, elle devient le noyau de l'abbaye construite par Bathilde.
            Phases d'évolution :
            Evénements marquants :
            • Elevatio (833)
              En 833, élévation du corps de sainte Bathilde.
            • Procession (1226)
              Après 1226, les reliques de la sainte sont portées en procession à travers le royaume afin de reconstruire l'abbatiale incendiée.
            • Vente (1361)
              En 1361, la châsse en or massif est vendue.
            • Instauration d'une aumône (1402)
              La « donnée », ou aumône de sainte Bathilde, est instaurée en 1402.
            • Mise en place d'une nouvelle châsse (1545)
              Une nouvelle châsse d'argent est mise en place en 1545.
            • Exorcisme (1631)
              En 1631, six moniales possédées et en état de lévitations sont exorcisées en baisant trois fois les reliques de Bathilde.
            • Mise en place d'une nouvelle châsse (1635-1655)
              En 1635-1655 apparaissent les nouvelles châsses.
            • Transfert (1792)
              Finalement, les châsses sont fondues en 1792 : toutefois, les reliques sont conservées et transférées dans l'église Saint-André de Chelles.
            Rayonnement(s) :
            • Local
              Le culte de sainte Bathilde est indissociable de celui de Bertille, première abbesse de Chelles († vers 704).
            • Régional (IXe siècle -> 1792)
              Le culte de sainte Bathilde est indissociable de celui de Bertille, première abbesse de Chelles († vers 704). Le culte est relancé au XIXe siècle.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Archives
              MGH, SRM, II, p. 482-508.
            • Acta sanctorum
              "Acta Sanctorum januarii", II, p. 747-749.
            Bibliographie :
            • Bengtsson, Anders, La vie de sainte Bathilde : quatre versions en prose des XIIIe et XVe siècles / publiées avec introduction, notes et glossaire, Lund, Lund University Press, 1996.
            • Laporte, Jean-Pierre, «La reine Bathilde ou l'ascension sociale d'une esclave », in La femme au Moyen Age, Michel Rouche et Jean Heuclin éd., Maubeuge, Ville de Maubeuge, 1992, p. 147-169.
            • Laporte, Jean-Pierre, Le trésor des saints de Chelles, Chelles, 1986.
            • Laporte, Jean-Pierre, «La chasuble de Chelles », in Bulletin du Groupement Archéologique de Seine et Marne, t. 23, 1982, p. 1-37.
            • Dubois, J. (Dom), «Sainte Bathilde vers 625-680. Reine de France 641-645. Fondatrice de l'abbaye de Chelles », in Paris et Ile-de-France. Mémoires, t. 32, 1981 : le haut Moyen Age en Ile-de-France, Paris, 1982, p. 13-30.
            • Folz, Robert, «Tradition hagiographique et culte de sainte Bathilde », in Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, Volume 119, n°3, 1975, p. 369-384.
            • Couturier, Mathieu, Sainte Bathilde, reine des Francs, Paris, Pierre Tequi, 1909.
            • Charamond, Christian, «La crypte Sainte-Bathilde de Chelles », in Cryptes médiévales et culte des saints en Ile-de-France et Picardie (A paraître).
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            • Chelles (Seine-et-Marne), chapelle Sainte-Croix - Saint-Georges - P. Gillon - 2018
            • Crypte de sainte Bathilde : emplacement du tombeau de Bathilde - Cl. C. Charamond - 2000
            • Crypte de sainte Bathilde : relevés de P. Gillon - P. Gillon - 1972
            Autre :
            • Chasuble de Bathilde, 2e moitié du VIIe siècle, musée de Chelles  - Cl. P. Pierain
            • Manteau de Bathilde, 2e moitié du VIIe siècle, musée de Chelles  - Doc. J.-P. Laporte
            • Chelles, sachets de reliques découverts dans les châsses en 1983  - Cl. J.-P. Laporte

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • GILLON Pierre
            Rédacteur :
            • GILLON Pierre
            Date de l'enquête :
            2009
            Date de rédaction de la fiche :
            2013
            Etat de l'enquête :
            Complète
            Pour citer cette ficheGILLON Pierre, « Sainte-Bathilde », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/439/sainte-bathilde, version du 16/07/2018, consulté le 20/11/2018