INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-du-Chêne

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-du-Chêne
Période d'activité :
1869 - 2017
Commune :
Scey-Maisières
Département :
Doubs
Chapelle Notre-Dame du Chêne

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Scey-Maisières
Hameau/Lieu-dit :
Maisières-Notre-Dame
Diocèse :
Actuel: Besançon (1869 - 2017)
Ancien: Besançon (1869 - 2017)
Paroisse :
Actuelle: Haute vallée de la Loue (1997 - 2017)
Ancienne: Scey (1869 - 1997)

Site

Type de site :
Vallée
Altitude :
360 m
Compléments :

L'actuel village de Scey-Maisières est situé dans la vallée de la Loue, à quelques kms d'Ornans et à une vingtaine de kms de Besançon. Il résulte de la fusion des villages de Scey-en-Varais et Maisières-Notre-Dame.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Axe de circulation
Château
Cours d'eau
Compléments :

La chapelle fait face aux ruines du château de Scey.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-du-Chêne (1869 - 2017)
Compléments :
Le pèlerinage à Notre-Dame-du-Chêne, sur l'ancienne commune de Scey-en-Varais, est né de la découverte miraculeuse en 1803 d'une statue de la Vierge dans le tronc d'un chêne, déjà réputé avant cette date sous le nom de « Chêne Notre-Dame », sans doute en raison de la dissimulation dans le tronc d'une statuette de la Vierge, dont on avait perdu le souvenir.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-du-Chêne
Saints patrons :
  • Notre Dame (1869 - 2017)
Compléments :
La bénédiction de la chapelle eut lieu en 1869.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Vierge à l'enfant
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Autre
Dimensions de l'objet :
H : 19 cm
Emplacement :
Dans un édicule au sommet du tabernacle sur le maître-autel de la chapelle Notre-Dame du Chêne.
Datation de l'objet :
XVIIe siècle
Compléments :

La statuette est en terre cuite. La Vierge et l'enfant portent une grappe de raisin. Après l'abattage du chêne en 1839, la statue fut placée sur une croix puis conservée dans une famille de Maisières, avant d'être confiée aux religieuses de la Visitation d'Ornans puis déposée dans une chapelle de l'église de Scey en 1847, où se rendirent de nombreux pèlerins. La statuette fut ensuite déposée en 1869 dans la chapelle nouvellement construite, où elle se trouve toujours. L'ensemble constitué par le maître-autel (XIXe siècle) de cette chapelle n'est pas classé. Une statue de bronze de 150 cm de hauteur, réplique de la statuette de terre cuite, a été élevée à l'emplacement du vieux chêne, en contrebas de la chapelle. Sur le socle de pierre de la statue figure l'inscription suivante : ICI S'ÉLEVAIT/LE CHÊNE DE NOTRE-DAME/QUI RENFERMAIT SOUS SON ÉCORCE/LA STATUE MIRACULEUSE/SIGNALÉE/A CÉCILE MILLE/PAR LA SAINTE VIERGE/DANS SES APPARITIONS/DU 3 AVRIL 1803/ÉLEVÉE PAR SOUSCRIPTION. Au revers du socle : CE MONUMENT A ÉTÉ INAUGURE PAR S. G. MGR FULBERT PETIT/ARCHEVÊQUE DE BESANÇON/LE 12 AOÛT 1903/SUR L'EMPLACEMENT/D'UNE CROIX COM(M)EMORATIVE/DES APPARITIONS/ÉLEVÉE EN 1839 PAR LE CONSEIL MUNICIPAL DE MAIZIERES. Cette statue est l'oeuvre du Bisontin Just Becquet.


LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :

Le 3 avril 1803, une jeune fille de 13 ans, Cécile Mille, fut témoin, en se rendant à la cérémonie de sa communion à l'église de Scey en compagnie d'une camarade, d'une apparition de la Vierge en passant à proximité d'un chêne réputé sous le nom de « Chêne Notre-Dame ». Elle rapporta qu'elle vit « une belle grande dame habillée de blanc, accompagnée de quatre petites demoiselles aussi vêtues de blanc, portant chacune un cierge allumé. Cette belle dame a continué sa marche jusqu'au chêne de Notre-Dame, où elle s'est arrêtée comme pour nous attendre. Au moment de notre passage devant l'arbre, elle s'est élevée au milieu d'une vive lumière. …Jusque-là, je n'avais pas peur. Je pensais que c'était sans doute des dames d'Ornans qui faisaient une petite procession. Mais après la disparition, j'ai eu peur. …Nous nous sommes mises à courir jusqu'à la première maison de Maisières, chez M. Verny, à qui j'ai tout dit ce qui venait de se passer… ». On ne crut pas au récit de la jeune fille et sa camarade n'avait pas constaté l'apparition. Mais le matin du 15 août de la même année, le père de Cécile et ses trois filles se rendaient à la messe. Passant près du « Chêne Notre-Dame », ils virent deux belles lumières jaillir du tronc. Ils se rendirent tout de même à l'église, mais après l'office, la nouvelle de l'apparition se répandit et une procession s'organisa en direction du chêne. Après des chants et des prières, le père de Cécile et un ami creusèrent le tronc à l'endroit où avaient été vues les lumières et ils découvrirent une statuette de la Vierge. L'abbé Dupuy, curé de la paroisse, constata la découverte de la statuette et rédigea le récit de sa découverte. Elle fut dans un premier temps replacée dans le tronc et protégée d'une barrière.

Miracles :

Des guérisons ou grâces particulières sont indiquées par les ex-votos (plus de sept cents) placés à l'intérieur de la chapelle. Au cours du XIXe siècle, plusieurs apparitions de lumières sont signalées devant la croix élevée en souvenir des apparitions de 1803.

Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
  • Grâce particulière
Jour(s) de fête :
    Type de fréquentation :
    Régulier
    Pratiques individuelles :
      Pratiques en présence du clergé :
      • Office liturgique
      Ex voto :
      • Texte gravé
        De nombreuses plaques de marbre (plus de sept cents) tapissent les murs de la chapelle.
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
        • Partielle (1859)
          27 février 1859 : indulgence épiscopale de 40 jours accordée aux fidèles qui réciteront la prière à Notre-Dame du Chêne.
        • Partielle (1882)
          Indulgence épiscopale de 40 jours accordée aux fidèles du diocèse qui réciteront les litanies en l'honneur de Notre-Dame du Chêne.
        Compléments sur le culte :

        L'ÉDIFICE

        Description :

        La chapelle a été édifiée sur les plans de l'architecte lyonnais Pierre Bossan par le Bisontin Férréol-Just-Alfred Ducat (1827-1898), à l'instigation de l'abbé Gros. La première pierre de l'édifice fut posée le 12 juillet 1863 et la chapelle fut bénie le 3 août 1869. Elle est de style romano-gothique avec des éléments antiquisants. Sommant la porte principale, un bas-relief représente l'apparition de 1803. Le cardinal Mathieu fit le premier don pour la construction de la chapelle. Celle-ci est ornée d'un vitrail offert par Mgr François Léon Gauthey, archevêque de Besançon, en 1912.

        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        • Maisons de pèlerins (XIXe siècle)
          Une hôtellerie fut élevée à la fin du XIXe siècle.
        • Autre (XXe siècle)
          Un logement pour les chapelains a été construit au cours du XXe siècle.
        • Croix (1903)
          En 1903, un chemin de croix compléta l'ensemble architectural formé par le sanctuaire.
        • Autre (1925-1926)
          En 1924, le chapelain H. Daniel lança une souscription pour la construction de galeries couvertes pour permettre les cérémonies en plein air, qui forment "une chapelle de plein air", sur une terrasse de la chapelle ; elles furent réalisées de 1925 à 1926.
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1869
          Initiative de la fondation :
          • Curé
          • Evêque
          Environnement institutionnel, politique et religieux :

          L'apparition à Cécile Mille eut lieu un an après la signature du Concordat, qui rétablit notamment le culte. L'enquête canonique et la construction de la chapelle, intervenues plusieurs décennies après l'"apparition" de 1803, résultent de la dévotion suscitée par la statuette et cette "apparition" de la Vierge, qui donna lieu rapidement à une pratique de pèlerinage en direction des différents endroits de conservation de l'image de la Vierge avant la construction du sanctuaire définitif.

          Phases d'évolution :

          Les pères montfortains, auxquels fut confié le sanctuaire vers 1919 et jusqu'en 2006, donnèrent un nouvel élan au pèlerinage. Le pèlerinage est toujours actif (Pentecôte, Assomption…).

          Evénements marquants :
          • Enquête canonique (1844)
            Une enquête canonique sur les apparitions de 1803 fut menée en 1844 par le cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, à l'instigation du curé Gros, de Scey. Les curés Bonnet, d'Ornans, et Dartois, de Villers-sous-Montrond, furent chargés de l'enquête. Cécile Mille était morte en 1835 et ses dires n'ont donc été rapportés que par des proches.
          • Construction (1863)
            Le 12 juillet 1863 eut lieu la pose de la première pierre de la chapelle Notre-Dame du Chêne. Cinq mille personnes auraient assisté à l'événement.
          • Quête (1863)
            Le 11 décembre 1863, le cardinal évêque autorisa l'organisation d'une quête dans les paroisses des environs pour la construction de la chapelle.
          • 1869 (1869)
            Le 3 août 1869 eut lieu la bénédiction de la chapelle Notre-Dame du Chêne, où la statuette de la Vierge à l'enfant fut déposée. Six mille personnes auraient été présentes lors de cette bénédiction.
          • 2006 (2006)
            Après le départ des Montfortains, qui avaient la charge du sanctuaire depuis l'après première Guerre mondiale, la responsabilité du sanctuaire est reprise par le diocèse qui en confie la charge au doyenné, à l'unité pastorale de la Haute Vallée de la Loue et aux soeurs de l'Alliance. En 2007, les missionnaires de Notre-Dame de la Salette prennent en charge officiellement le sanctuaire de Notre-Dame du Chêne.
          Rayonnement(s) :

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Site internet
              Dossier en ligne sur la base Palissy « mobilier de la chapelle Notre-Dame-du-Chêne » (consulté le 12/02/2013) http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/IM25001165/INDEX.HTM : Dossier en ligne sur la base Mérimée « Chapelle de pèlerinage Notre-Dame du Chêne » http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/IA00014718/INDEX.HTM
            Bibliographie :
            • Laurentin, R., Sbalchiero, P., dir, Dictionnaire des apparitions de la Vierge, Bibliothèque de culture religieuse, Fayard, 2007.
            • Bouflet, J., Boutry, Ph., Un signe dans le ciel : les apparitions de la Vierge, Grasset, 1997, p. 107.
            • Daniel, H. (chapelain), Notre-Dame du Chêne, Besançon, 1924.
            • Grosjean, Théodore (abbé), Histoire de Notre-Dame du saint Coeur dite Notre-Dame du Chêne, commune de Maisières, Besançon, 1871.
            • Histoire de Notre-Dame du Chêne de Grand-Champ, près de Maizières, paroisse de Scey, dans la vallée d'Ornans (Doubs), suivie de prières à l'usage des pèlerins, Besançon, impr. Jacquin, 1859.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            • Statuette de Notre-Dame - Marie-Odile Bully - 2015
            • Statue élevée à l'emplacement du chêne - Marie-Odile Bully - 2015
            Edifice :
            • Chapelle Notre-Dame du Chêne - Marie-Odile Bully - 2015
            • Tympan du portail principal de l'édifice - Marie-Odile Bully - 2015
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • BULLY Aurelia
            Rédacteur :
            • BULLY Aurelia
            Date de l'enquête :
            2013
            Date de rédaction de la fiche :
            2013
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Notre-Dame-du-Chêne », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/435/notre-dame-du-chene, version du 31/05/2015, consulté le 23/10/2017