INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-du-Schaefertal ou du Val-du-Pâtre

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-du-Schaefertal ou du Val-du-Pâtre
Période d'activité :
1511 - 2017
Commune :
Soultzmatt
Département :
Haut Rhin

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Soultzmatt
Hameau/Lieu-dit :
Schaefertal / Val du Pâtre
Diocèse :
Actuel: Strasbourg (1801 - 2017)
Ancien: Bâle (1511 - 1791)
Paroisse :
Actuelle: Soultzmatt (1511 - 2017)
Ancienne:

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
390 m
Compléments :

Type de site : collines sous-vosgiennes. Sur une terrasse en faible pente près de la source du Quirenbach (ruisseau qui arrose Orschwihr).


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Compléments :

Couvert végétal : clairière. À proximité immédiate d'une belle maison Renaissance, de la source du Quirenbach (le site est très humide) et de la limite des finages de Soultzmatt et d'Orschwihr. À 600 mètres au Sud de la Gauchmatt (ferme et auberge). À 2 kilomètres de Soultzmatt (gros village viticole) et 2,5 kilomètres d'Orschwihr (idem), à 1,6 kilomètres du petit château de Stettenberg, en ruine depuis 1375, à 2,3 kilomètres du pèlerinage de Saint-Gangolphe (commune de Lautenbach), attesté depuis le XVe siècle, et à 4,5 kilomètres de la collégiale de Lautenbach. Le Schaefertal appartient au finage de Soultzmatt, mais est à la limite de celui d'Orschwihr et à peu de distance de celui de Lautenbach, sur un chemin reliant Soultzmatt à Lautenbach (dont le chapitre était collateur de la paroisse de Soultzmatt) par Saint-Gangolphe. À quelques mètres au Nord de la chapelle, une maison Renaissance, en maçonnerie, à 2 niveaux, avec des chaînes d'angle et des encadrements en pierre de taille, passe pour avoir été un ermitage, mais elle est trop grande et trop riche pour cela – on songerait plutôt à une ferme seigneuriale, mais il y a bien peu de terre cultivable à proximité. Ce logis est flanqué d'une vaste grange et a servi de maison forestière au XIXe siècle. L'ermitage, dont P. P. Faust, 1982, 1411, dit sans citer de sources, qu'il date de 1723, était peut-être au-dessus de la sacristie (voir ci-dessous). La Gauchmatt était une ferme, attestée depuis 1710 (J. G. Stoffel, Topographisches Wörterbuch des Oberelsasses, 1876, 184) mais peut-être bien plus ancienne, et qui a aussi servi d'auberge, dans une clairière distincte mais proche de celle du Schaefertal. Son nom, qui signifie « pré du coucou », se retrouve ailleurs en Alsace (Stoffel, Ibid.). "Die Gauchmatt" est aussi le titre d'un ouvrage satirique de Thomas Murner (1519), mais Haaby ne prouve nullement que la Gauchmatt à laquelle se réfère Murner soit celle de Soultzmatt. Il affirme aussi, mais sans date ni source, que les pèlerins du Schaefertal fréquentaient l'auberge de la Gauchmatt.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-du-Schaefertal ou du Val-du-Pâtre (1511 - 2017)
Compléments :
Nom du pèlerinage/sanctuaire : Unsere Liebe Frau im Schaefertal / Notre-Dame du Schaefertal ou du Val du Pâtre.

Le lieu-dit Schaefertal apparaît dès 1333 (AHR, 41 H 1, éd. Theobald Walter, Urkunden und Regesten der Stadt Rufach, I, 1908, 136 n° 307 : une forêt "in dem Scheffertal" appartenait avant cette date aux Laubgasse, famille noble de Rouffach) ; c'est le sanctuaire qui apparaît en 1511. « Val du Pâtre » est une traduction abusive du nom historique de Schaefertal ("Schaefer" = berger, "Tal" = val)
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Unsere Liebe Frau / Notre-Dame
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1511 - 2017)
Compléments :
Date de début du patronage : avant 1511.

Le 25 juillet 1511, l'évêque auxiliaire de Bâle procède à la réconciliation de la chapelle ("reconciliavimus capellam Beatae Mariae Virginis in Schaeffertal") et consacre son autel, qui avait été exécré ("execratum"), en l'honneur de la Vierge, de sainte Anne, de saint Onuphre, de sainte Barbe et de tous les saints. La chapelle a par conséquent existé auparavant et probablement connu une phase d'abandon.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Unsere Liebe Frau / Notre-Dame
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
1 m
Emplacement :
L'original, restauré, est actuellement sur l'autel latéral nord de l'église paroissiale de Soultzmatt. Une copie se trouve dans le choeur de la chapelle du Schaefertal.
Datation de l'objet :
Compléments :
Datation: XVe siècle (?) ou XIXe siècle (?).


Il s'agit d'une Vierge à l'Enfant en bois peint et doré.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Selon la légende de fondation rapportée (avec plusieurs variantes) par Levy, (Mutter Gottes, 210), la Vierge aurait fait jaillir la source voisine pour un berger ("Schaefer") et son troupeau assoiffé.
Miracles :
Un texte de 1626 indique que les miracles étaient depuis de longues années notés sur des tableaux pour que chacun puisse les lire ... ("weil die miraclen zu Unser Lieben Frauen cappellen vor langen joren biß dato offentlich an taffeln geschriben, also daß manniglich (der dazue ein Liebe) solches leßen khan und also ganz kheines inquiriren bedörfft" : Archives de l'Ancien Évêché de Bâle A 75 f° 133r). Ces tableaux ne sont pas conservés et les miracles qu'ils relataient ne sont pas autrement connus.
Type(s) de motivation :
    Recours :
      Jour(s) de fête :
        Type de fréquentation :
        Compléments sur les fréquentations :
        Jours de fête :
        Selon Haaby, (Gauchmatt, 109), le principal jour de pèlerinage était le dimanche des Rameaux (sans date ni source). À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, la commune de Westhalten venait en procession les jours de l'Invention et de l'Exaltation de la Croix. Pour les fêtes de la Visitation, de l'Assomption et de la Nativité de la Vierge, la commune de Westhalten se rendait soit au Schaefertal, soit au pèlerinage de Schauenburg (Theobald Walter, Urkundenbuch der Pfarrei Rufach, Rouffach, 1900, 257-258). Dans les années 1920, on fêtait au Schaefertal l'Annonciation, la Nativité de la Vierge, l'Invention et l'Élévation de la Croix (Levy, Mutter Gottes, 211).
        La seule autre trace d'un culte de la Croix est le chemin de croix cité plus bas.

        Selon Haaby, (Gauchmatt...), le pèlerinage attirait les amoureux. Selon Faust, (Soultzmatt..., 1411) la chapelle, dès avant la Révolution, servait souvent pour des mariages.
        Pratiques individuelles :
          Pratiques en présence du clergé :
            Ex voto :
              Confrérie(s) :
                Indulgence(s) :
                • Partielle 40 j. (1511)
                  Accordée par le suffragant de Bâle lors de la reconsécration de la chapelle à ceux qui "causa devotionis, orationis aut ex voto alias dictam capellam visitaverint" (le mot de "peregrinatio" ne se trouve pas dans le texte).
                Compléments sur le culte :

                L'ÉDIFICE

                Description :
                Chapelle de style Renaissance entièrement plafonnée. Ce qui frappe est sa grande taille : le choeur polygonal est profond et spacieux, la nef très longue (avec un sol en pente descendant d'Ouest en Est, alors que celui du choeur est horizontal) ; même la sacristie, au Sud, est exceptionnellement grande, et on voit dans son pignon Sud une partie de l'encadrement d'une fenêtre murée, coupé par le rampant du toit, qui montre que cette sacristie était autrefois surmontée d'un étage carré (faut-il chercher là le logement de l'ermite ? (cf. Brunel, 18). Les fenêtres du choeur et de la nef, irrégulièrement disposées, sont pour la plupart à deux formes et à remplage Renaissance. Leurs embrasures sont ornées d'un décor peint de la Renaissance tardive. L'homogénéité apparente de l'édifice est trompeuse : les sondages archéologiques ont révélé qu'il était le produit de trois grandes phases de travaux (cf. infra).
                Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
                • Autre (1778-1867)
                  Intitulé : chemin de croix. Qinze stations (la 15e est l'Invention de la Croix) le long du chemin du Schaefertal à Soultzmatt.
                Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

                  HISTOIRE DU SANCTUAIRE

                  Origines :
                  Date de première mention :
                  Initiative de la fondation :
                    Environnement institutionnel, politique et religieux :
                    le Schaefertal fait partie de la commune et de la paroisse de Soultzmatt, dont le seigneur temporel, du Haut Moyen Âge à la Révolution, est l'évêché de Strasbourg. Mais plusieurs établissements ecclésiastiques et plusieurs familles de petite noblesse ont à Soultzmatt une cour domaniale (le Grand Chapitre de Strasbourg, Lautenbach) et/ou un château. Le collateur de la paroisse, depuis ses origines, est le chapitre de Lautenbach. Soultzmatt est une communauté de vallée ("Talgemeinde"), c'est-à-dire un habitat polynucléaire ; les noyaux de peuplement les plus proches du Schaefertal sont la partie haute de Soultzmatt (avec une source minérale, une chapelle Saint-Nicolas et les châteaux des Burggraf, dès le XIIIe siècle, et des Rathsamhausen, au XVe siècle) et le hameau de Thannwiller (à 2 km au Nord Ouest de Schaefertal), attesté depuis 1313 (Theobald Walter, Urkunden und Regesten der Stadt Rufach I, Rufach, 1908, 93 n° 198).
                    Phases d'évolution :
                    Evénements marquants :
                    • Reconstruction (1511)
                      Reconstruction de la chapelle. La consécration de 1511 date probablement le choeur actuel, qui était alors la chapelle tout entière ; celle-ci succède à un édifice reconnu en fouille, mais dont la date et la fonction n'ont pu être précisées (P. Brunel).
                    • Agrandissement (1594)
                      Agrandissement de la chapelle : La moitié Est de la nef actuelle peut être datée par le millésime d'une de ses fenêtres Nord. Le mur Ouest de la chapelle de 1511 a alors été percé d'un large arc triomphal en tiers-point. La construction de la sacristie semble attribuable à cette phase, bien que Faust (Soultzmatt), y voyant la chapelle primitive, la fasse remonter aux XIVe ou XVe siècles.
                    • Agrandissement (XVIIIe siècle)
                      Agrandissement de la nef : La longueur de la nef est doublée, son mur Ouest abattu, son portail Ouest rebâti à l'emplacement actuel ; des pierres provenant du prieuré des Augustines de Schwartzenthann, abandonné depuis 1525, sont remployées lors de ces travaux.
                    Rayonnement(s) :

                      RÉFÉRENCES

                      Source(s) :
                        Bibliographie :
                        • BRUNEL PIERRE, «Schaefertal, les données archéologiques », in Notre-Dame du Schaefertal, 1988, p. 14-23.
                        • FAUST PIERRE-PAUL, «La chapelle Notre-Dame du Schaefertal », in Notre-Dame du Schaefertal, 1988, p. 8-13.
                        • BRUNEL PIERRE, «Schaefertal [rapport de fouille sommaire] », in Archéologie Médiévale 17, 1987, p. 270.
                        • FAUST PIERRE-PAUL, «Schaefertal [à l'intérieur de l'entrée Soultzmatt] », in Le Haut-Rhin, Dictionnaire des communes, III, Raymond OBERLE & Lucien SITTLER, éd., 1982, p. 1411.
                        • HAABY CHARLES, «Rund um die Gauchmatt, », in Archives de l'Eglise d'Alsace 39, 1976, p. 103-115.
                        • BARTH MéDARD, Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter, Strasbourg, 1960-1963, p. 1213-1214.
                        • STINZI, Paul, «Unserer Lieben Frauen Gotteshaus im Schäfertal », in Archives de l'Eglise d'Alsace 23, 1956, p. 251-260.
                        • LEVY, Joseph, Die Wallfahrten der Mutter Gottes im Elsaß, Colmar, 209-213, 1929.
                        • WALTER, Theobald, Urkunden und Regesten der Stadt Rufach (662-1350), Rouffach, 1908, p. 93, 136.
                        • WALTER, Theboald, Urkundenbuch der Pfarrei Rufach. Nebst einem Anhange : kurze Pfarrchronik von Westhalten, Rouffach, 1900, p. 257-258.
                        Etude(s) universitaire(s) :

                        PHOTOGRAPHIES LIÉES

                        Objet de dévotion :
                        Edifice :
                        Autre :

                        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                        Enquêteur :
                        • CLEMENTZ Elisabeth
                        Rédacteur :
                        • CLEMENTZ Elisabeth
                        Date de l'enquête :
                        2009-2012
                        Date de rédaction de la fiche :
                        2012
                        Etat de l'enquête :
                        En cours
                        Pour citer cette ficheCLEMENTZ Elisabeth, « Notre-Dame-du-Schaefertal ou du Val-du-Pâtre », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/434/notre-dame-du-schaefertal-ou-du-val-du-patre, version du 17/10/2013, consulté le 17/08/2017