INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Bethléem

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Bethléem
Période d'activité :
1301 - 2017
Commune :
Ferrières-en-Gâtinais
Département :
Loiret
chapelle Notre-Dame-de-Bethléem

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Ferrières-en-Gâtinais
Hameau/Lieu-dit :
La Ville
Diocèse :
Actuel: Orléans (? - 1801)
Ancien: Sens (1301 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Ferrières-en-Gâtinais (? - 2017)
Ancienne:

Site

Type de site :
Colline
Altitude :
90 m
Compléments :

Le site monastique est implanté sur un petit promontoire dominant la vallée de la Cléry.


Paysage

Type de couvert végétal :
Désert
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Abbaye

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Bethléem (1301 - 2017)
Compléments :
Cette chapelle est réputée correspondre au premier édifice chrétien construit là où une scène de Nativité serait apparue à saint Savinien et saint Potentien, apôtres du sénonais. Si un sondage archéologique réalisé au début du XXe siècle dans le sous-sol a bien révélé des niveaux d'occupation antiques, la phase de construction de l'édifice religieux n'est pas connue et ne peut être antérieure au VIIe siècle. Elle se présente comme un édifice indépendant, compris toutefois dans l'enceinte monastique, et se situe à une dizaine de mètres à l'ouest du mur-pignon de l'abbaye Saint-Pierre-et-Saint-Paul. La chapelle conserve des éléments romans quoiqu'elle ait été largement reconstruite au XVe siècle et agrandie dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Elle était précédée d'un clocher qui s'est effondré en 1839.
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-de-Bethléem
Saints patrons :
  • Notre Dame (? - 2017)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre Dame de Bethléem
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
80 cm
Emplacement :
Transept
Datation de l'objet :
Compléments :
Il s'agit d'une Vierge à l'Enfant. Elle n'est pas citée dans les inventaires anciens du site.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Le légendaire relie le site de Ferrières à l'apostolicité de la Gaule, notamment par l'intermédiaire du cycle de Savinien et Potentien en sénonais lesquels, en passant à Ferrières, auraient été témoins de l'apparition divine d'une scène de Nativité. Au lieu du miracle, ils auraient édifié une église nommée depuis Bethléem. L'origine de cette construction hagiographique est obscure : elle ne peut pas être antérieure à l'élaboration de la Vie et de la Passion de saint Savinien à l'époque carolingienne à Saint-Pierre-le-Vif dans le diocèse de Sens ; toutefois aucune des chroniques médiévales de ce diocèse ne reporte cette légende. Elle traduit le regain d'intérêt pour l'apostolicité de la Gaule, notamment dans le Sénonais où des enrichissements liturgiques ont été apportés au culte du premier évêque Savinien aux XIe et XIIe siècles. La seconde moitié du XIIe siècle correspond de plus à Ferrières à une restauration de l'abbaye qui s'est traduite non seulement par l'agrandissement de l'abbatiale consacrée en 1163 par le pape Alexandre III, qui octroya aux visiteurs un an et quarante jours d'indulgences, mais aussi par de solides prérogatives juridictionnelles au moyen d'une charte attribuée faussement à Clovis. La double protection pontificale et royale accordée à l'abbaye put aussi donner lieu à la fixation à Ferrières d'une autre légende, celle d'un combat mythique entre Pépin le Bref et le lion, légende également datée du XIIe siècle. Le premier dossier historique entérinant ces légendes a été constitué en 1362, à la requête de fr. Guillaume Dauet, prieur de Sainte-Catherine du Val des Écoliers.
Miracles :
Le premier miracle mentionné daterait de 1382, mais n'est enregistré qu'en 1439, après la destruction de la ville survenue en 1426. Le miracle rapporté concerne la noyade en 1382 de Marguerite Le Caulx ; son corps sans vie fut porté sur l'autel de Notre-Dame et, trois heures après, l'enfant recouvrit ses sens et vécut depuis. Ce n'est pas la miraculée qui témoigna en 1439 mais quatre personnes dont l'une, âgée d'une cinquantaine d'années, n'était pas née au moment des faits. D'autres miracles sont relatés : un autre cas de noyade, un enfant mort-né ressuscité et encore en vie depuis dix ans, un homme blessé de Montargis, un enfant de Fontenay-sur-Loing foudroyé revint à la vie, un enfant mort-né de Château-Landon revenu brièvement à la vie sur l'autel de Notre Dame de Bethléem, tout comme un autre de Méz-le-Maréchal (com. de Dordives). En 1411, Pierre de Cymetière, un commis de Charles VI qui était chargé de faire exécuter un arrêt et fut fait prisonnier à la Tour Neuve d'Orléans, aurait été délivré après s'être voué à Notre-Dame de Bethléem, (la Vierge montrant ainsi "son choix" dans le conflit entre Armagnacs/Bourguignons); le fait aurait été consigné en 1439 parmi les pièces réunies par l'abbé Louis de Blanchefort. En 1604, un autre enfant mort-né revint à la vie sur l'autel de Notre-Dame. La naissance du Grand Condé en 1621 aurait été miraculeusement attribuée à Notre Dame de Bethléem, l'année même où Louis XIII renouvela sa protection à la confrérie. Roger II de Saint-Lary, duc de Bellegarde, titre créé par Louis XIII, obtint la guérison de ses coliques néphrétiques à Ferrières en 1625 après s'être voué à Notre-Dame de Bethléem ; il offrit l'année suivante une lampe d'argent et 9 livres 5 sols pour la faire brûler aux fêtes de Notre-Dame.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
    Jour(s) de fête :
    • Nativité Vierge Marie
    Type de fréquentation :
    Irrégulier
    Compléments sur les fréquentations :
    La fête de la Nativité de la Vierge est célébrée annuellement. D'autres processions depuis les villages voisins avaient lieu à Pentecôte. Enfin, des miracles ont lieu à diverses périodes de l'année.
    Pratiques individuelles :
    • Cire
    • Prières
    • Procession
    • Actions de grâce
    • Déposer sur l'autel
    Pratiques en présence du clergé :
    • Tournée de quêtes
    Ex voto :
    • Autre (1625)
      Roger II de Saint-Lary, duc de Bellegarde, obtint la guérison de ses coliques néphrétiques à Ferrières en 1625 après s'être voué à Notre-Dame de Bethléem ; il offrit l'année suivante une lampe d'argent et 9 livres 5 sols pour la faire brûler aux fêtes de Notre-Dame.
    Confrérie(s) :
    • Notre-Dame-de-Bethléem (1469)
      L'abbé Louis de Blanchefort encouragea le pèlerinage en fondant en 1469 la confrérie Notre-Dame-de-Bethléem ; il exhorta tous les archevêques à pousser leurs ouailles à s'y inscrire et obtint aussi l'autorisation de quêter avec les reliques. En 1621, Louis XIII demanda le renouvellement de la confrérie, cette fois dans un contexte politique nettement affirmé. Grégoire XV accorda de nouvelles indulgences aux confrères en 1622. La liste de confrères comptait dès 1621 Louis XIII, Anne d'Autriche, Henri II, prince de Condé, sa mère Charlotte de la Trémoille ainsi que son épouse Charlotte de Montmorency, inscrite en 1626 avec Charles III de Gonzague, duc de Nevers et Rethel. Roger II de Saint-Lary, duc de Bellegarde, est inscrit en 1625, alors qu'il est encore fidèle à Louis XIII. Une "duchesse d'Allez" y figure aussi : il pourrait s'agir de la seconde épouse de René II d'Alès, nommé gouverneur de Châteaudun par Louis XIII en 1621. En janvier 1625, la ville de Paris s'inscrit à cette confrérie ; en novembre 1625, c'est au tour de la ville de Montargis.
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      A l'époque moderne, le pèlerinage est bien ancré dans un paysage royaliste et post-tridentin. Les proches du roi, opposés au parti du duc de Guise, se font inscrire sur le registre de cette confrérie. On vénère alors non plus la Nativité du Christ, mais bien la Nativité de la Vierge, fêtée le 8 septembre.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      Il 'agit d'un édifice en croix latine. Les chapelles latérales sont des ajouts du XVIIe siècle. Le clocher "pyramidal" s'est effondré en 1839. Un cimetière réservé aux enfants mort-nés revenus à la vie le temps du baptême était implanté devant ce clocher.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Maisons de pèlerins
        Les textes mentionnent un logis des hôtes, classiquement cité en contexte monastique, ici depuis le IXe siècle au moins. Toutefois, le succès du pèlerinage dans le premier tiers du XVIIe siècle a pu motiver la construction d'un bâtiment spécifique hors du cloître des moines. Ce pourrait être le cas d'une construction découverte lors d'un diagnostic archéologique en 2012 et datée de la fin du Moyen Age puis démolie avant la fin du XVIIe siècle.
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : XIVe siècle
        Initiative de la fondation :
        • Abbé
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        Bien que le légendaire s'enracine dans l'histoire monastique du lieu, les miracles cités à partir de la fin du XIVe siècle jusque dans les années 1460 concernent plutôt le milieu laïc (les miraculés comme les témoins). Il semble que l'initiative du pèlerinage ait pu venir de la population de Ferrières, cependant que l'encadrement et l'inscription mémorielle ont été assurés par les Bénédictins.
        Phases d'évolution :
        Une première phase du pèlerinage correspond aux années 1430-1460 et concorde avec le besoin matériel de la reconstruction du site endommagé durant la guerre de Cent Ans. Le XVIe siècle est moins documenté : il s'agit peut-être d'une phase de recul du culte qui n'est pourtant pas tombé dans l'oubli car, dès 1605, l'abbé Guillaume Morin s'emploie à fournir les matériaux littéraires nécessaires à sa relance, encouragé par quelques miracles à répit. Les années 1620 marquent un réel engouement pour ce site, visité par le souverain et ses proches. Le site reste fréquenté jusque dans la première moitié du XVIIIe siècle. Une troisième phase remarquable correspond au tournant des XIXe-XXe siècles, avec l'affirmation de la croyance en l'apostolicité de l'évangélisation de la Gaule, soutenue par l'évêque d'Orléans, Stanislas Touchet. L'apparition légendaire de la Nativité connut un nouveau succès et la Vierge fut couronnée en 1898. Tout au long du XXe siècle, des ex-votos ont été offerts ; les registres de l'édifice continuent de porter des inscriptions relatives au pèlerinage.
        Evénements marquants :
        • Destruction (1426)
          Les troupes anglaises envahissent Ferrières et démolissent une partie du site.
        • Acte exceptionnel de dévotion (1624)
          Le roi Louis XIII et Anne d'Autriche se vouent à Notre Dame de Bethléem, bientôt suivis par des proches, prince de Condé, duc de Nevers et des villes : Paris et Montargis.
        • Départ des religieux (1790)
          L'abbaye fut vendue au maire de Montargis ; sa veuve démantela une grande partie des bâtiments conventuels entre 1810 et 1830.
        • Couronnement de la statue (1898)
          Cette solennité eut lieu le 6 septembre 1898 ; les couronnes d'or pour la Vierge et l'Enfant ont été bénies par Léon XIII. Les pèlerins obtinrent quarante jours d'indulgences, accordés par Mgr Touchet.
        Rayonnement(s) :
        • Local (1301 -> 1619)
          Dans cette première partie de l'histoire du pèlerinage, les témoignages concernent la région de Montargis.
        • National (1621 -> 1650)
          Le deuxième quart du XVIIe siècle correspond à la dimension politique du pèlerinage, cristallisant l'identité nationale catholique autour de la Vierge.

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
        • Légendier (1605)
          Dom Morin G., Discours des miracles faits en la chapelle de Notre-Dame de Bethléem située en l'abbaye royale de Saint Pierre et Saint Paul de Ferrières-en-Gâtinais, Paris, Verac, 71 p.
        • Légendier (1610)
          Dom Morin G., La naissance miraculeuse de la chapelle de Bethléem, Paris, Blaisot, 170 p.
        Bibliographie :
        • CARRON D., Ferrières-en-Gâtinais, « La ville », rapport de diagnostic archéologique, Pantin, Inrap, 2012.
        • BRüHL C., «Clovis chez les faussaires », in Guyotjeanin O. (dir.), Clovis chez les historiens, Bibliothèque de l'école des Chartes, 154/1, 1996, p. 219-240.
        • JAROSSAY ABBé, Histoire d'une abbaye à travers les siècles, Ferrières-en-Gâtinais ordre de Saint-Benoît (508-1790), Orléans, Herluison, 1902.
        • JAROSSAY ABBé, Couronnement de Notre Dame de Bethléem : le sanctuaire, la Vierge Miraculeuse, l'abbaye de Ferrières, histoire et description, Orléans, Herluison, 1898.
        • DOM MORIN G., Histoire générale des pays de Gastinois, Senonois et Hurepois, Paris, Veuve Chevalier, 1630.
        Etude(s) universitaire(s) :

        PHOTOGRAPHIES LIÉES

        Objet de dévotion :
        • Vierge à l'Enfant - D. CARRON - 2012
        Edifice :
        • chapelle Notre-Dame-de-Bethléem - D. CARRON - 2012
        Autre :
        • Localisation du site - GEOPORTAIL/IGN - 2005

        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

        Enquêteur :
        • CARRON Diane
        Rédacteur :
        • CARRON Diane
        Date de l'enquête :
        2012
        Date de rédaction de la fiche :
        2013
        Etat de l'enquête :
        En cours
        Pour citer cette ficheCARRON Diane, « Notre-Dame-de-Bethléem », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/433/notre-dame-de-bethleem, version du 01/02/2013, consulté le 19/08/2017