INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Ermite-Renaud

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Ermite-Renaud
Période d'activité :
1114 - ?
Commune :
Baume-les-Messieurs
Département :
Jura
Ancienne abbatiale, vye axiale, nef, vue axiale.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Baume-les-Messieurs
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Saint-Claude (1742 - 2017)
Ancien: Besançon (XIIe siècle - 1742)
Paroisse :
Actuelle: Les coteaux de la Seille (? - 2017)
Ancienne: ?

Site

Type de site :
Vallée
Altitude :
315 m
Compléments :
Baume-les-Messieurs est situé dans une reculée, autrement dit une étroite vallée profondément encaissée dans le plateau. Au fond de cette vallée coulent plusieurs ruisseaux, dont la Seille et le Dard.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Type de proximités :
Abbaye
Axe de circulation
Cours d'eau
Compléments :
La reculée de Baume-les-Messieurs est l'un des sites les plus remarquables du Jura. Elle est bordée de hautes falaises. À quelques kilomètres de là, l'abbaye de moniales de Château-Chalon domina la reculée de Baume, sans doute depuis l'époque mérovingienne et jusqu'au XVIIIe siècle.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Ermite-Renaud (1114 - ?)
Compléments :
L'existence de l'ermite Renaud est rapportée par une chronique du XVIe siècle (Jean d'Oncieux, « Recueil sommaire de ce qui est remarquable en l'abbaye de Baume ») et attestée par une inscription du XIIe siècle sur un fragment de tombeau. Renaud se serait retiré à l'endroit même où vécut l'ermite Adhegrin, compagnon de saint Odon. Lors de son inhumation à l'abbaye de Baume, « des liqueurs en abondance » seraient sorties de son corps. De nombreux miracles se seraient ensuite produits, les malades guéris de la goutte ou d'autres maladies laissant en la chapelle où reposait son corps leurs « potences et bandages ». Le saint aurait été vénéré jusqu'à la Révolution.
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Pierre
Saints patrons :
  • Pierre (? - 2017)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Renaud
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Chapelle dans le collatéral sud de l'abbatiale.
Datation de l'objet :
1114
Compléments :
Seul un fragment de tombeau, encore conservé dans l'ancienne abbatiale de Baume, subsiste de la sépulture de Renaud. L'inscription du XIIe siècle, dont une partie est malheureusement buchée et quasiment illisible, précise la date de la mort de Renaud (1114) et mentionne l'abbé Bernard II.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
L'ermite Renaud aurait vécu à la fin du XIe siècle et serait mort le 16 septembre 1114, selon une inscription portée sur le fragment de son tombeau, conservé dans l'ancienne église abbatiale. Religieux probable de l'abbaye de Baume, il serait devenu ermite au lieu même où vécut au Xe siècle Adhegrin (ou Aldegrain), compagnon d'Odon, futur abbé de Cluny, sans susciter d'autres vocations. Des manifestations miraculeuses auraient eu lieu après sa mort auprès de son tombeau.
Miracles :
En 1538, un religieux de Baume fut guéri sur l'intercession de Renaud. En souvenir de ce miracle, il fit dresser une châsse sur laquelle était écrit, en latin « L'an du Seigneur 1538, du 10 septembre au 15 décembre, frère George Carel religieux de ce monastère, perclus et presque impotent de tous ses membres, fut entièrement guéri de ses graves infirmités, après avoir prié auprès du tombeau de saint Renaud pendant l'espace de 9 jours. En reconnaissance de ce bienfait, il a fait ériger et orner à ses frais ce monument commémoratif, l'an du Seigneur 1547 ». Sur l'autre face, on pouvait lire : « Sous cette tombe repose saint Renaud, célèbre anachorète, qui mourut le 15 des calendes d'octobre, l'an du Seigneur 1104, du temps de Bernard II, abbé de ce monastère ; après sa mort, des infirmes, en foule presque innombrable, recouvrèrent fréquemment la santé en priant à son tombeau ». Les erreurs concernant le jour et l'année de la mort de l'ermite sont imputables au buchage d'une partie de l'inscription, cette transcription étant vraisemblablement postérieure au vandalisme dont a été l'objet le tombeau.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Epidémie
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • ?
Type de fréquentation :
Régulier
Compléments sur les fréquentations :
Selon un ouvrage de 1855, on portait tous les ans en procession la châsse de Renaud à la chapelle de Saint-Adhegrin, où le peuple se rendait en foule pour honorer la mémoire des deux anachorètes.
Pratiques individuelles :
  • Prières
  • Passer la tête dans le sépulcre
  • Procession
  • Actions de grâce
  • Voeux
Pratiques en présence du clergé :
  • Neuvaines
Ex voto :
  • Béquille (?)
    D'après le récit de Jean D'Oncieux, on trouvait auprès du tombeau, en souvenir des guérisons opérées par l'ermite Renaud, des béquilles et des bandages. En 1547, une châsse fut offerte par un religieux baumois en remerciement et souvenir de sa guérison par l'ermite. Cette châsse a disparu au XIXe siècle.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      D'après le témoignage de Désiré Monnier au début du XIXe siècle, se rapportant à des pratiques en usage avant la Révolution, les pèlerins avaient coutume d'introduire leur tête dans la châsse de Renaud. Ils se battaient la tête contre les jambages de la petite porte pour donner plus d'efficacité à leurs prières. Selon un mémoire manuscrit du XVIIIe siècle, le jour de Pâques « on va chercher son pardon sur les rives du torrent d'Enfer et chacun administre la discipline à son compagnon avec une baguette blanche de coudrier cueillie sur place ». Il faudrait voir dans l'origine de cette pratique la découverte, dans le bois qui poussa dans les vestiges de la cellule de Renaud, d'une discipline de cuivre parmi les racines d'un vieux coudrier, souvenir de la pénitence de l'ermite.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      L'église abbatiale fut reconstruite au XIe siècle. Une première phase correspond à la construction d'un chevet à cinq chapelles échelonnées et d'un transept dont chaque bras était surmonté d'une tour de clocher, dans la première moitié du XIe siècle. La nef fut construite quelques décennies plus tard. Le choeur fut entièrement reconstruit au XIIIe siècle (il fut modifié à nouveau fin XIVe-début XVe siècle) et le vaisseau central voûté d'ogives. Il s'agit d'une église de plan basilical à trois vaisseaux de dix travées. La tour nord a aujourd'hui disparu et la flèche de la tour sud est une reconstruction du XVIe siècle.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Autre (?)
        Près du hameau de Villeneuve, à proximité de Baume-les-Messieurs, existait encore au début du XIXe siècle une fontaine dite "de Saint-Regnaud". On lui prêtait des vertus miraculeuses et elle était réputée pour avoir la propriété de soigner la gale. Une tradition rapportait que l'eau de cette source se serait changée en vin lors des funérailles de Renaud, en faveur de ceux qui suivaient le cortège (D. Monnier, Recherches historiques sur l'abbaye royale de baume-les-Messieurs, 1836).
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
      • Chapelle (1654)
        Une chapelle du Bienheureux Regnaud est mentionnée dans une visite des bâtiments conventuels et du quartier abbatial en 1654. Elle était située dans le bas-côté sud de l'abbatiale. Celle-ci contenait le sépulcre du bienheureux « nous ayant esté dit qu'il s'y estait fait plusieurs miracles à son invocation ». Cette chapelle était placée sous le patronage des Trois Rois lors de visites du XVIIIe siècle. Une visite de l'église et des bâtiments en 1702 décrit ainsi la châsse de Renaud : « dedans lad. chapelle [chapelle des Trois Rois] est une grande chasse de la longueur d'environ 5 pieds, élevée d'environ 6 pieds, où reposent les reliques du bienheureux Regnauld, laquelle est de bois en moulure garnie de petites colonnes dorées et argentées ; au dessus sont les armes de M. l'abbé de Watteville ». (ADD, 2 H 6). La même châsse est décrite en 1766 (ADD, 2 H 6). Les armes de l'abbé de Watteville (1659-1702) permettent de dater ce reliquaire de la seconde moitié du XVIIe siècle, à moins que l'abbé n'ait procédé qu'à une réfection de la châsse offerte au XVIe siècle par le moine George Carel.

      HISTOIRE DU SANCTUAIRE

      Origines :
      Date de première mention : 1114
      Initiative de la fondation :
      • Chapitre
      Environnement institutionnel, politique et religieux :
      L'ermite Renaud aurait vécu à la fin du XIe, début du XIIe siècle. Il n'est toutefois mentionné, à notre connaissance, qu'au XVIe siècle dans une source écrite. Une inscription datée du XIIe siècle évoque néanmoins le souvenir du bienheureux, mort en 1114. L'expérience de l'ermite Renaud s'inscrit parfaitement dans une période de grande popularité des expériences érémitiques (dernier quart XIe-premier quart XIIe siècle). Renaud aurait vécu au temps de l'abbé de Baume Bernard II et peu avant l'abbé Aubri ou Albéric, longtemps considéré comme le reconstructeur de l'abbatiale, en vertu d'une inscription désignant probablement une autre construction. L'abbatiat d'Aubri fut une période de prospérité et de rayonnement pour Baume-les-Messieurs. La dévotion à Renaud, sans doute promue par les religieux eux-mêmes, a-t-elle contribué en partie au rayonnement de l'abbaye au XIIe siècle ? Aucun document à notre connaissance ne permet de le dire. Il n'est pas exclu toutefois que la promotion du culte de Renaud, qui se mit en place quelques décennies après la seconde campagne de travaux de la grande abbatiale romane, puisse être en rapport avec ce nouvel édifice.
      Phases d'évolution :
      Evénements marquants :
        Rayonnement(s) :
        • Local (1114 -> 1790)
          La dévotion à l'ermite Renaud a débuté, selon le légendaire, lors de ses funérailles. Elle aurait pris fin à la fin du XVIIIe siècle, début du XIXe siècle.

        RÉFÉRENCES

        Source(s) :
        • Érudit local (1836)
          BnF, N. a. f. 1039 : D. Monnier, Recherches historiques sur l'abbaye royale de Baume-les-Messieurs.
        • Archives (1766)
          ADD, 2 H 6 : Description de la châsse de Renaud en 1766.
        • Archives (1702)
          ADD, 2 H 6 : Visite de l'église et des bâtiments avec description de la châsse de Renaud en 1702.
        • Archives (1654)
          ADJ, 1 H 56 : visite de l'église et des bâtiments conventuels en 1654.
        • Livres manuscrits (XVIe siècle)
          Bibl. mun. Besançon, ms. 49, coll° Chifflet : "Recueil sommaire de ce qui est remarquable en l'abbaye de Baume", par Jean d'Oncieux, grand prieur (dernier quart du XVIe siècle), f°11-34.
        Bibliographie :
        • Roser, S., L'art à l'abbaye de Baume-les-Messieurs dans la première moitie du XVe siècle, thèse de 3e cycle, Université de Franche-Comté, 2003, p. 16.
        • L'abbaye de Baume-les-Messieurs, Besançon, Centre Jurassien du Patrimoine, 1999.
        • Locatelli, R., Gresser, P., Fiétier, R., Moyse, G., Courtieu, J., L'abbaye de Baume-les-Messieurs, Dole, Marque-Maillard, 1978.
        • Prost, B., «Notice sur deux inscriptions du XIIe siècle de l'ancienne église abbatiale de Baume-les-Messieurs », in Mém. Soc. d'émul. Jura, 1878, p. 559-576.
        • ROUSSET, André, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, t. IV, Lons-le-Saunier, 1856, p. 180.
        • Vie des saints de Franche-Comté par les professeurs du collège Saint-François Xavier de Besançon, t. III, Besançon, 1855, p. 567.
        Etude(s) universitaire(s) :

        PHOTOGRAPHIES LIÉES

        Objet de dévotion :
        • Fragment du tombeau de l'ermite Renaud, avec inscription du XIIe siècle. - Marie-Laure Bassi - 2012
        Edifice :
        • Ancienne abbatiale, vye axiale, nef, vue axiale. - Robert Le Pennec - 2009
        Autre :

        À PROPOS DE L'ENQUÊTE

        Enquêteur :
        • BULLY Aurelia
        Rédacteur :
        • BULLY Aurelia
        Date de l'enquête :
        2013
        Date de rédaction de la fiche :
        2013
        Etat de l'enquête :
        En cours
        Pour citer cette ficheBULLY Aurelia, « Ermite-Renaud », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
        url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/431/ermite-renaud, version du 12/09/2014, consulté le 13/12/2017