INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Maur-des-Fossés

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Maur-des-Fossés
Période d'activité :
639 - 1750
Commune :
Saint-Maur-des-Fossés
Département :
Val de Marne

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saint-Maur-des-Fossés
Hameau/Lieu-dit :
Le vieux Saint-Maur
Diocèse :
Actuel: (1966 - 2017)
Ancien: Paris (639 - 1750)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Nicolas de Saint-Maur (1750 - 2017)
Ancienne: ? (639 - 1750)

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Altitude :
38 m
Compléments :
Jusqu'en 1750, l'abbaye était sa propre paroisse.
Au pied d'un ancien castrum du Bas Empire.

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Cours d'eau
Compléments :
L'abbaye était implantée au pied de la butte du vieux Saint-Maur, où le village s'est développé avec la proximité de l'abbaye et de son pèlerinage.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Maur-des-Fossés (639 - 1750)
Compléments :
Nom du pèlerinage : Saint-Pierre des Fossés puis Saint-Maur des Fossés.
Sanctus Petrus Fossatensis du IXe à 1282, Sanctus Maurus Fossatensis à partir de 1247, en français Sainct-Mor de Fossez pour la première fois en 1274.
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Maur
Saints patrons :
  • Pierre et Paul (639 - 1750)
Compléments :
L'abbaye mérovingienne est dédiée aux Saints Apôtres Pierre et Paul et à la Vierge Marie. Saint Pierre s'impose seul de l'époque carolingienne au XIIIe siècle. L'abbaye et l'église abbatiale adoptent le nom de Saint-Maur dans le cours du XIIIe siècle, sous l'influence du pèlerinage.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Maur
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Reliques placées dans une châsse dans le sanctuaire; chef enchâssé séparément avant 1258, sans doute au XIe siècle.
Datation de l'objet :
?
Compléments :
Il s'agit de reliques du corps entier, à l'exception des trois os longs du bras gauche, donnés au XIe siècle à Cluny, au Mont-Cassin et sans doute à Saint-Maur-sur-Loire. Les reliques sont au moins antérieures à la première élévation du corps à Saint-Maur-sur-Loire en 845.

Datation : Avant 845 (501-750 ?).

Transférées à Saint-Germain-des-Prés en 1750, elles ont été détruites à la Révolution.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Selon la "Vita sancti Mauri" du pseudo-Faustus, sans doute élaborée vers 845 et réécrite en partie par Eudes de Glanfeuil vers 867 (BHL 5773 ; AASS Ianuarii I, 1040-1050), Maur passait pour avoir été le disciple de saint Benoît qui aurait apporté la Règle bénédictine en Gaule vers 547. Il aurait fondé l'abbaye de Glanfeuil (Saint-Maur-sur-Loire) où il serait mort vers 584.
Miracles :
Outre les nombreux miracles dont la "Vita" du pseudo-Faustus est émaillée, un Livret des Miracles a été écrit par Eudes de Glanfeuil (BHL 5775, AASS Ianuarii I, 1052-1060), couvrant la période 750-869. On ne connaît ensuite que deux autres récits de miracles, datés de 1100 et 1137 (miracle du pêcheur et miracle de la pluie : BHL 5780-5781, éd. Du Breul, 1614, 130-136), avant les recueils de miracles du XVIIe siècle (28 miracles, 1494-1638 : Arch. nationales, L 454, n° 15 et Jésus-Maria, 1640, 475-562).
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Pèlerinage judiciaire
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Pluie
  • Sécheresse
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Jean-Baptiste
  • Maur
  • Translation
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Les fêtes traditionnelles de la Saint-Maur (15 janvier) et de la translation des reliques (13 novembre), attestées dès le XIe siècle, ont été largement supplantées après le XIIIe siècle par la nuit de la Saint-Jean, qui devient l'occasion du grand concours du pèlerinage à saint Maur jusqu'en 1737.
Pratiques individuelles :
  • Circumambulation
  • Embrasser
  • Pénitence
  • Prières
  • Toucher
  • Incubation
  • Dons
Pratiques en présence du clergé :
  • Bénédictions
  • Communions
  • Offices
  • Processions
  • Messe
  • Fondation de messes et d'offices
  • Neuvaines
Ex voto :
  • Cire
    En 1407 comme en 1584, on vend des corps et des bras de cire aux pèlerins (Arch. nat., LL 54).
  • Anatomique (XVIIe siècle)
    En 1407 comme en 1584, on vend des corps et des bras de cire aux pèlerins (Arch. nat., LL 54).
  • Béquille (XVIIe siècle)
    Dès le XVe siècle (Villon, vers 1457), les miraculés laissent leur potence ou béquille dans le sanctuaire.
  • Tableau (XVIIe siècle)
    Mention de tableaux ex-voto en 1525, 1602, 1615, 1626.
Confrérie(s) :
    Indulgence(s) :
    • Partielle 40 j. (1250)
      Partielle en 1250 (40 jours) et 1282 (100 et 60 jours). 40 jours d'indulgences accordés en 1250 aux pèlerins par Innocent IV pour la Saint-Maur ou son octave.
    • Partielle 100 j. (1282)
      Ces indulgences sont portées à 100 jours en 1282 par Martin IV pour la Saint-Maur et à 60 jours pour la Dédicace.
    • Partielle (1610)
      Sept ans d'indulgences accordés par Paul V en 1610 pour la Saint-Maur et la Saint-Jean, que renouvelle Urbain VIII en 1624 et 1625.
    • Partielle (1624)
      Sept ans d'indulgences accordés par Paul V en 1610 pour la Saint-Maur et la Saint-Jean, que renouvelle Urbain VIII en 1624 et 1625.
    • Partielle (1625)
      Sept ans d'indulgences accordés par Paul V en 1610 pour la Saint-Maur et la Saint-Jean, que renouvelle Urbain VIII en 1624 et 1625.
    Compléments sur le culte :
    En 1492 (seul compte conservé), les moines ont vendu 2 616 enseignes de pèlerinage en métal et probablement plus de 12 000 en papier ; également entre 15 000 et 50 000 cierges de dévotion, dont 3 000 à 10 000 le jour de la Saint-Maur et dans son octave. Les habitants du bourg en vendent également ; d'autres loges de vente sont signalées hors des limites de la seigneurie. En 1636, plus de 2 000 pèlerins sont présents dans l'église pour la nuit de la Saint-Jean. Au XVIIe siècle, la neuvaine est recommandée mais non obligatoire. Les pèlerins logent dans les auberges du bourg. Les candidats au miracle sont installés le plus près possible de l'autel de saint Maur, dans le sanctuaire qui semble réservé aux malades et à leurs porteurs. Les miracles ont lieu à l'issue de la messe de minuit. Le miraculé fait le tour de l'autel pour montrer qu'il marche. La saison principale de pèlerinage est mai-juin. L'abbé Lebeuf et le chanoine Carpentier ont décrit l'importante foire d'une semaine et la procession des assises, ou montrée, qui précédaient la Saint-Jean d'été. À la fin du XVIIe siècle, la nuit de la Saint-Jean dans l'église est décrite comme donnant lieu à une cohue indescriptible. On faisait faire trois fois le tour de l'autel de saint Maur aux épileptiques et aux énergumènes qu'on portait allongés à bout de bras, en hurlant les invocations à saint Maur.

    L'ÉDIFICE

    Description :
    Vaste église de pèlerinage de 86 m de longueur entièrement détruite à partir de 1750, connue par des descriptions, plans et dessins : nef à trois vaisseaux du XIe siècle (dédicacée en 1030), choeur et vaste chevet rebâtis en 1275-1285 au-dessus de la crypte du XIIe siècle. Quelques vestiges ont été dégagés en 1967 (Parc de l'abbaye de Saint-Maur).
    Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
    • Autre
      Bourg des Fossés (quartier du vieux Saint-Maur actuel) : bourg de pèlerinage doté d'auberges, cabarets, marchands de chandelles et d'enseignes, joueurs de marionnettes, etc.
    • Autre (1401-1750)
      Hôtellerie des pèlerins probable, non documentée.
    • Autre (1401-1750)
      Loges à vendre les chandelles (compte de 1492) ; foire jusqu'au XVIIIe siècle.
    • Autre (1401-1750)
      Butte de pierre que font les pèlerins en entrant dans la seigneurie de Saint-Maur par le chemin de Charenton, non loin de la croix de saint Maur (XVIIe siècle).
    Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
    • Chapelle (1201-1750)
      La châsse de saint Maur se trouvait derrière le maître autel, posée sur un groupe sculpté porté par des colonnes à trois mètres de hauteur au-dessus de l'autel de saint Maur ou autel des reliques, encadrée par les châsses de saint Babolein (premier abbé du lieu, mort vers 660-670) et de saint Mein (abbé breton du VIe siècle).

    HISTOIRE DU SANCTUAIRE

    Origines :
    Date de première mention : 639-640
    Initiative de la fondation :
    • Prêtre
    Environnement institutionnel, politique et religieux :
    Initiative de la fondation : diacre Blidegisile. Territoire immuniste et exempté de la juridiction épiscopale dès l'époque mérovingienne, l'abbaye reste autonome sous la Règle de saint Benoît jusqu'à sa sécularisation en 1536. Elle est ensuite, jusqu'en 1749, une collégiale de neuf chanoines séculiers dont le doyen est l'évêque de Paris.
    Phases d'évolution :
    La fréquentation des reliques commence avec leur arrivée à l'abbaye des Fossés fin 868, à la suite des invasions normandes menaçant Saint-Maur-sur-Loire. Le culte liturgique et monastique est attesté dès cette époque. On ne trouve pas de mention précise de pèlerins cependant avant 1275, mais à cette date, le pèlerinage est assez fréquenté et réputé pour amener à agrandir l'église et entraîner le changement du nom de l'abbaye de Saint-Pierre des Fossés en Saint-Maur des Fossés. On peut situer l'apogée du pèlerinage aux XIVe et XVe siècles. Celui-ci décline à partir de la fin du XVIIe siècle et disparaît quasiment après l'interdiction de la messe de minuit à la Saint-Jean d'été en 1737.
    Evénements marquants :
    • Miracle (1137)
      Miracle de la pluie.
    • Translation (1258)
      Translation du chef de saint Maur.
    • Reconstruction (1275-1282)
      Reconstruction du choeur de l'église abbatiale.
    • Construction (1358)
      Fortification de l'abbaye pour protéger le sanctuaire.
    • Pèlerinage (1378)
      Pèlerinage de l'empereur germanique Charles IV.
    • Pillage (1430)
      Pillage par les Armagnacs puis par les Anglais.
    • Procession (1433-1438)
      Processions à travers la France pour la reconstruction du sanctuaire.
    • Sécularisation (1533-1536)
      Les moines sont remplacés par des chanoines séculiers.
    • Interdiction (1737)
      Interdiction de la messe de minuit à la Saint-Jean d'été en raison des désordres.
    • Fermeture (1749-1750)
      Suppression de la collégiale et affectation des reliques de saint Maur à la Congrégation de saint Maur à Saint-Germain-des-Prés.
    Rayonnement(s) :
    • International (1301 -> 1737)
      Les mentions de pèlerins et la cartographie des découvertes d'enseignes de pèlerinage indiquent un pèlerinage fréquenté au nord de la Loire, particulièrement depuis la Picardie, l'Artois, le Brabant, les Flandres et au-delà, ainsi que l'Angleterre et certains évêchés germaniques ; également connu en Italie.
    • Régional (868 -> 1300)
      Rayonnement régional.

    RÉFÉRENCES

    Source(s) :
    • Archives
      Arch. nationales, LL 48, f. 30-30 v : indulgences.
    • Archives
      Arch. nationales, L 455, n° 8, 22 ; L 456, n° 2b : procès relatifs à la vente de chandelles aux pèlerins.
    • Archives
      Arch. nationales, S 1271-1 : compte de 1492-1493.
    • Archives
      Arch. nationales, L 454, n° 15 : recueil d'attestations de miracles (1494-1638).
    • Archives
      Arch. nationales, LL 53 : Carpentier, Anecdotes chronologiques... (1772).
    • Archives
      Arch. nationales, LL 54 et suivants : Registres capitulaires.
    • Archives
      Arch. nationales, L 454, n° 24 : procès-verbaux de translation des reliques.
    • Livrets de dévotion (1603)
      (Anonyme) "Extraict de la Saincte vie & Miracles de Monsieur Sainct Maur, Abbé... Traduit en Françoys, pour l'intelligence du commun peuple. Nouvellement imprimé à Paris, en l'an 1603". S.l., 14 p.
    • Livrets de dévotion (1622)
      DU BOIS (Jacques), "La Vie de Monsieur St Maur". Impr. Jean Barbote, Paris, 1621 (date du titre), 1622 (date de l'explicit), 70 p., portrait de saint Maur gravé sur bois en page de titre.
    • Livrets de dévotion (1640)
      JÉSUS-MARIA (Ignace de), "La Vie et les éminentes vertus de St Maur Abbé...", Paris, 1640, XXV- 608 p.
    • Livrets de dévotion (1670)
      PUCCINELLI (Placido), "Vita di S. Mauro abate, il Taumaturgo della Francia, e l'Esculapio degli Oppressi de sciatiche, catarri, ed altri malori", Florence, 1670, [32] + 340 p. (1ère éd. Milan, 1655).
    • Livrets de dévotion (1750)
      TAILLANDIER (Charles)], "Abrégé historique de la vie de saint Maur, et des différentes translations des reliques de ce saint...", S.l., 1750, 19 p.
    • Livrets de dévotion (1839)
      (Anonyme) "La Vie de saint Maur, abbé, avec l'histoire de ses miracles tirée des Vies des saints, de Surius, et des Écrits de S. Grégoire, pape" ; imprimée par les soins des Marguilliers en charge. Chartres, 1829, 48 p., avec des cantiques. Réimpr. Garnier, Chartres, 1839, 48 p.
    • Livrets de dévotion (1868)
      (Anonyme), "Vie de S. Maur, disciple de saint Benoit et abbé de Glanfeuil en Anjou". Impr. P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau. Angers, 1868, 96 p., portrait de saint Maur en frontispice.
    • Livrets de dévotion (1868)
      (Anonyme), "Saint Maur et le sanctuaire de Glanfeuil en Anjou". Impr. P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau. Angers, 1868, 224 p., même portrait de saint Maur en frontispice (tiré d'une édition allemande, d'après Raphaël).
    • Livrets de dévotion (1876)
      (Anonyme), "Fête des reliques de saint Maur, disciple de saint Benoît, à Saint-Maur près Châteauroux, le Dimanche 9 juillet 1876", Bourges, Piollet, 1876, 23 p.
    • Images
      Sanguine de la fin du XVIIe siècle montrant les pèlerins se rendant à l'abbaye, BNF, manuscrits.
    Bibliographie :
    • WICKSTROM, J.-B., «The Life and Miracles of Saint Maurus, Disciple of Benedict, Apostle to France », in Cistercian Studies Series, n° 223, Cistercian Publications, Collegeville (Minnesota), 2008.
    • DENöEL, C., Vie et miracles de saint Maur, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2005.
    • WICKSTROM, J.-B., «Cluny, Cîteaux and Blessed Maurus of Glanfeuil », in Revue Bénédictine, t.113, juin, 2003, p. 124-134.
    • LEBEUF (ABBé JEAN), Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris (1754-1758), II, Paris, 1883, p. 418-453.
    • ANSART (DOM), Histoire de Saint Maur, abbé de Glanfeuil, Paris, Edme, 1772.
    • DU BREUL, J., Supplementum Antiquitatum urbis Parisiacae, quoad sanctorum Germani a Pratis et Mauri Fossatensis coenobia, Paris, 1614, p. 87-192.
    • GILLON, Pierre et Lucien, Saint Maur, disciple de saint Benoît, culte et pèlerinage (à paraître).
    Etude(s) universitaire(s) :

    PHOTOGRAPHIES LIÉES

    Objet de dévotion :
    Edifice :
    Autre :

    À PROPOS DE L'ENQUÊTE

    Enquêteur :
    • GILLON Pierre
    Rédacteur :
    • GILLON Pierre
    Date de l'enquête :
    2006-2012
    Date de rédaction de la fiche :
    2012
    Etat de l'enquête :
    En cours
    Pour citer cette ficheGILLON Pierre, « Saint-Maur-des-Fossés », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
    url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/428/saint-maur-des-fosses, version du 02/06/2014, consulté le 19/08/2017