INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame
Période d'activité :
1297 - 1578
Commune :
Horbourg-Wihr
Département :
Haut Rhin

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Horbourg-Wihr
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Strasbourg (1801 - 2017)
Ancien: Bâle (1297 - 1789)
Paroisse :
Actuelle: ? (1535 - 1578)
Ancienne: ? (1297 - 1535)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
184 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Axe de circulation
Cours d'eau
Compléments :

Horbourg est sur la rive droite de l'Ill, qui sépare son finage de celui de Colmar. Le village est sur une route est-ouest de Lorraine en Brisgau par le col du Bonhomme, un ou plusieurs gué(s), puis pont(s), dès le XIVe siècle, sur l'Ill entre Colmar et Horbourg, et un pont sur le Rhin à Brisach.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame (1297 - 1578)
Compléments :
En 1297, le magister Gotfridus est recteur de la chapelle Sainte-Marie à Horbourg (ALBRECHT K. (ed.), Rappoltsteinisches Urkundenbuch 759-1500, I, 1893, p.159, n°220, copie XVIe siècle).
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame
Saints patrons :
  • Notre Dame (1297 - 1578)
Compléments :
La chapelle est encore citée en 1578 : "In Horburg hinder Unser Frowen capell hinder dem schloß" (ADHR 13J 50 cite AN K 2311/2 f°15).

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Statue? Tableau?
Nature de l'objet :
Indéterminée
Matériau de l'objet :
Inconnu
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
1302
Compléments :
Un texte de 1516 évoque l'image de dévotion par les termes "Unser Lieben Frowen bildnùß" (Archives Municipales de Colmar HOP III B1) : on ne peut savoir s'il s'agit d'une statue ou d'un tableau.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
L'annaliste dominicain de Colmar écrit qu'en 1302, "la Vierge a commencé à s'illustrer par des miracles à Horbourg près de Colmar" ("beata Virgo Maria cepit in Horburhe, que est prope Columbariam, miraculis coruscare : MGH SS 17, p. 226 1. 32).
Type(s) de motivation :
    Recours :
    • Epidémie
    Jour(s) de fête :
      Type de fréquentation :
      Continu
      Compléments sur les fréquentations :
      Vers le début du XVe siècle, le Magistrat de Colmar, à cause des malheurs du temps (cherté, épidémie, intempéries), ordonne une procession générale qui sortira de la ville par le "Kerkertor" (au Sud-Ouest), passera à la chapelle Sainte-Anne (au Nord), puis à Horbourg (à l'Est), et reviendra à Saint-Martin de Colmar (en ville), avec une messe chantée et des messes basses dans chacun de ces trois lieux de culte (Archives Municipales de Colmar BB 45/1, p. 59, datable uniquement par l'écriture). En 1450, lors d'une nouvelle épidémie, il ordonne une procession identique, « telle qu'elle a eu lieu plusieurs fois dans le passé » ("ibid", p. 273). En 1468, Eberlin Hecker, de Colmar, fait une fondation pour que :
      - tous les samedis, sept pauvres aillent en pèlerinage à Notre-Dame de Horburg et prient pour son âme, celles des siens et de tous les croyants ("das uff alle sambstage frühe am morgen sùben armer menschen zu Unser Lieben Fraw gon Horburg demuteklichen und mit andechtigem gebett fùr obgemelte selen gon"), et reçoivent chacun 5 d. (ou 2 d. et un repas).
      - et que, à la Saint-Martin, 80 aunes de drap soient données à des pauvres, à charge pour eux de faire autant de pèlerinages à Horbourg qu'ils auront reçu d'aunes de drap ("darzu so sol man alle jor zu sant Martinstag achtzygk ellen wis oder gro tuch armen lùtten geben und teylen ... und als manige elle man yedem gydt, als manige fart sol das gon Horburg gon" (Archives Municipales de Colmar BB 43, p. 192-194).
      En 1516, Batt Schrotisen donne à l'hospice des pauvres passants de Colmar une rente de 12 florins aux conditions suivantes :
      -tous les samedis, cinq pauvres devront assister en l'église Saint-Martin à la messe dite de l'ossuaire, puis aller en pèlerinage ("ein fart thun") à la Vierge de Horbourg, en priant en route au moins 15 Pater et autant d'Ave. A Horbourg, ils devront prier un rosaire devant l'image de la Vierge ("vor Unser Lieben Frowen bildnùß"), puis revenir à Saint-Martin de Colmar en passant par l'église des Franciscains. Ils recevront pour cela 4 d. de l'économe de l'hospice des pauvres passants.
      -le samedi des Quatre-Temps, l'économe payera un prêtre pour dire une messe des morts ("selemeß") à Horbourg ; les cinq pauvres y assisteront, et donneront à la quête ("frymen und opffern") 1 d. que l'économe leur remboursera avec leurs 4 d. hebdomadaires – le tout pour les âmes du fondateur, de ses parents et de tous les croyants (Archives Municipales de Colmar HOP III B1).
      Pratiques individuelles :
        Pratiques en présence du clergé :
        • Offices
        • Processions
        • Messe
        Ex voto :
          Confrérie(s) :
            Indulgence(s) :
              Compléments sur le culte :
              D'après les "Vitae sororum" d'Unterlinden, un couple de Horbourg a été miraculeusement préservé lors de l'intrusion d'hommes d'armes dans sa maison. Cette source dit que le couple s'est recommandé à Dieu et qu'après avoir été exaucé, il est allé à l'église, sans autre précision (J. ANCELET-HUSTACHE, éd., Les « vitae sororum » d'Unterlinden, p. 456-458). D'après Lévy, qui cite deux auteurs du XIXe siècle, le couple se serait adressé à la Vierge de Horbourg et serait allé prier devant son image (J. LEVY, Wallfahrten der Mutter Gottes, p. 23-25). Il s'agit là d'une invention tardive. En 1450, le Magistrat de Colmar ordonne une procession contre une épidémie. Le texte précise qu'à Horbourg, on dira des messes chantées et des messes basses dans l'église et à l'extérieur comme par le passé ("Do wurt man dann in der ere Unser Lieben Frowen singende und sprechende messen haben in der kirchen und usserthalb als vormols zu anderen zyten me do gescheen ist" : AM Colmar BB 45 p. 273-274).

              L'ÉDIFICE

              Description :
              Disparu après 1578. L'emplacement exact de la chapelle n'est pas connu ; elle devait être en bordure ou à l'extérieur du village car en 1472, elle est proche d'un champ de l'une des soles du terroir (ADHR K 2311/2/13 [& ADHR E 83], f° 90 r : à Horbourg "im nidern velde … by Unser Frowen cappel"). En 1578, un autre champ est à la fois derrière la chapelle et derrière le château ("hinder Unser Frowen capell hinder dem schloß" : ADHR 13J 50 cite AN K 2311/2 f° 15).
              Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
                Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
                • Autel (1360)
                  Autel de Sainte-Catherine : L'autel Sainte-Catherine a été fondé (sans doute peu) après 1360 par Siferman von Nordgasse, noble colmarien ; sa collation est en 1401 à ses héritiers, les nobles de Hattstatt (BARTH, Handbuch, c. 606). Un cens lui est dû en 1380 (AM Colmar DD 50/2, cité d'ap. l'inventaire ; source probable d'A. SCHERLEN, "Topographie von Alt-Colmar", 1922, p. 286).
                • Autel (1436)
                  Autel de la Sainte-Croix: En 1436, Catharina Münch von Landskron, née Asuel, fonde une messe hebdomadaire sur l'autel de la Sainte-Croix en la chapelle de la Vierge de Horbourg (ADHR 9G t.g. 87/14, cité d'ap. l'inventaire ; regeste : Trouillat V 774). Les Münch von Landskron tenaient le patronat de Horbourg en fief du comte de Württemberg (BARTH, Handbuch, c. 606 [1346] ; AN K 2340/2/12 [1420] ; AN K 2310/4 (cartul. pap. 16e s.), f° 29r).

                HISTOIRE DU SANCTUAIRE

                Origines :
                Date de première mention : ?
                Initiative de la fondation :
                  Environnement institutionnel, politique et religieux :
                  Date de la première mention: 1302 ou 1297? A l'époque romaine, Horbourg est une importante fortification romaine du nom d'"Argentovaria" (E.A. HERRENSCHNEIDER, Römercastell und Grafenschloss Horburg, 1894 ; trad. fr. 1993) et peut-être aussi un centre précoce du christianisme, où l'on a supposé un chorévêque (BARTH, Handbuch, c. 604-06). Au XIIe siècle, Horbourg est l'église-mère dont dépend Colmar (ce qui peut expliquer la tradition de processions des Colmariens vers Horbourg). Mais dans la première moitié du XIIIe siècle, Colmar devient une ville, à la croissance spectaculaire, tandis que Horbourg reste un village, avec un château attesté dès le XIIe siècle, siège des barons de Horbourg. Ceux-ci fondent la ville de Riquewihr en 1291, mais vendent toute leur seigneurie en 1324 au comte de Württemberg: leurs descendants la conserveront jusqu'à la Révolution. Leur bailli réside à Riquewihr et non à Horbourg. Ce village a donc perdu toute centralité. Les ducs de Württemberg reconstruisent le château en Horbourg en 1543, sur l'emplacement d'une partie du castellum romain. Mais il n'est pas sûr que le château médiéval ait été au même emplacement, car une motte castrale est attestée à Horbourg par des sources écrites, qui ne permettent pas de la localiser précisément, de sorte qu'on ne sait rien de son rapport éventuel avec la chapelle Notre-Dame. Plusieurs sources – je remercie Bernhard Metz de me les avoir communiquées – prouvent que l'église paroissiale de Horbourg était dédiée à saint Etienne : "sant Steffans kirch" en 1472 (AHR K 2311/2/13 [& ADHR E 83], f° 92r) ; Hermann von Eptingen, "kilcherre sant Steffan zu Horburg" depuis 1472 (ADHR 18J 546) ; ADHR E 2920 (1507) ; "Sant Steffans gut zu Horburg oder kirchgut" en 1578 (AHR 13J 50 cite AN K 2311/2 f° 16). Barth (Handbuch, c. 606), ne les connaissant pas, a cru que Notre-Dame était la paroissiale, bien qu'il cite trois sources qui la qualifient de chapelle. En 1293, un Colmarien aurait « détruit à main armée le reclusoir de Horbourg » (Annales de Colmar, MGH SS 17, 220 l. 6), qui n'est pas autrement connu. On ignore donc s'il était lié à l'église paroissiale ou à la chapelle Notre-Dame.
                  Phases d'évolution :
                  Evénements marquants :
                  • Réforme (1535)
                    Introduction de la Réforme par le duc de Württemberg ; elle a probablement mis fin au pèlerinage et provoqué à terme la disparition de la chapelle.
                  Rayonnement(s) :
                  • Local
                    Les éléments à notre disposition en ce qui concerne le pèlerinage semblent indiquer un rayonnement local.

                  RÉFÉRENCES

                  Source(s) :
                  • Archives (1516)
                    Charte Archives Municipales de Colmar HOP III B1
                  • Archives (XVe siècle)
                    Registre Archives Municipales de Colmar BB 45/1.
                  • Archives (XIVe siècle)
                    Annales des Dominicains de Colmar MGH SS 17, p. 226 l.32
                  Bibliographie :
                  • BARTH MEDARD, Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter, Strasbourg, Société d'histoire de l'Eglise d'Alsace, 1960-1963.
                  • ANCELET-HUSTACHE JEANNE, «Les Vitae d'Unterlinden. Édition critique du manuscrit 508 de la bibliothèque de Colmar », in Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 5, Paris, 1930.
                  • LEVY JOSEPH, Die Wallfarten der Mutter Gottes im Elsass, Colmar, Alsatia, 1929, p. 23-28.
                  • TROUILLAT JULES, Monuments de l'Histoire de l'ancien évêché de Bâle, 5, Porrentruy, 1867.
                  Etude(s) universitaire(s) :

                  PHOTOGRAPHIES LIÉES

                  Objet de dévotion :
                  Edifice :
                  Autre :

                  À PROPOS DE L'ENQUÊTE

                  Enquêteur :
                  • CLEMENTZ Elisabeth
                  Rédacteur :
                  • CLEMENTZ Elisabeth
                  Date de l'enquête :
                  2009
                  Date de rédaction de la fiche :
                  2011
                  Etat de l'enquête :
                  En cours
                  Pour citer cette ficheCLEMENTZ Elisabeth, « Notre-Dame », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
                  url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/422/notre-dame, version du 03/12/2012, consulté le 20/08/2017