INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Antoine

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Antoine
Période d'activité :
1284 - XVIIIe siècle
Commune :
Issenheim
Département :
Haut Rhin

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Issenheim
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Strasbourg (1801 - 2017)
Ancien: Bâle (1000 - 1789)
Paroisse :
Actuelle: Issenheim (Saint-André) (? - 2017)
Ancienne: Issenheim (Saint-André) (1284 - ?)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
240 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Compléments :

Jusqu'en 1313, la préceptorie se trouvait dans le bas du village, à côté du château des seigneurs vom Hus. Après cette date, elle est transférée dans le haut du village (ADHR 36H 11 f° 1-2; ADMM H 1788). Les deux emplacements sont situés le long de l'ancienne voie romaine de Mayence à Bâle, à environ 200 m de la Lauch, rivière qui traverse Issenheim.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Antoine (1284 - XVIIIe siècle)
Compléments :
La date de début est, en fait, celle de la première mention de la préceptorie Saint-Antoine d'Issenheim (ADHR 36H 37/3).
Type de lieu de culte :
Eglise de clercs
Nom du lieu de culte :
Saint-Antoine
Saints patrons :
  • Antoine (1284 - 2017)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Antoine
Nature de l'objet :
Indéterminée
Matériau de l'objet :
Inconnu
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
Compléments :
Les inventaires citent une relique de la tête de Saint Antoine (ADMM H1788), mais on n'a pas de précision sur l'objet du culte. A partir du début du XVIe siècle, le célèbre retable d'Issenheim se trouve dans le choeur de l'église.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Miracles :
En 1366, il est dit que saint Antoine accorde des grâces ("gnedig ist") à Issenheim.
Type(s) de motivation :
    Recours :
      Jour(s) de fête :
        Type de fréquentation :
        Compléments sur les fréquentations :
        Foire signalée vers 1420 (ADHR 36H 43b, 7).
        Pratiques individuelles :
        • Dons
        Pratiques en présence du clergé :
        • Offices
        • Processions
        • Messe
        • Tournée de quêtes
        Ex voto :
        • Anatomique
          Membres amputés accrochés comme ex-votos (CLEMENTZ, Les Antonins d'Issenheim, p.138).
        Confrérie(s) :
        • Saint-Antoine (1417)
          Avant 1417. La confrérie est citée dans une charte ( ADHR, 36H 2).
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :
          Pratiques individuelles: don (un tronc dans le choeur est mentionné en 1420 (ADHR 36H 43b, 7); "80 petits jambons d'offrande" cités au XVIIIe siècle); le saint-vinage (CLEMENTZ, Les Antonins d'Issenheim, p.75-77). Le culte n'est connu que par quelques indices. En 1366, une charte de donation mentionne les miracles que saint Antoine fait à Issenheim ("da wo sant Antonius gnädig ist", ADHR 36H 51/5). Au début du XVe siècle, le seigneur du lieu a tout mis en oeuvre pour empêcher les pèlerins en route pour Einsiedeln d'accéder à l'église Saint-Antoine d'Issenheim et fracturé le tronc (ADHR 36H 43 b/7). Puis, en 1480, Jean d'Orlier fonde une messe de l'aurore sur l'autel Sainte-Catherine de sorte que les pèlerins qui ont passé la nuit au couvent puissent y assister avant de quitter Issenheim le lendemain ( ADHR 36H 4/4).

          L'ÉDIFICE

          Description :
          L'église des Antonins à Issenheim a été construite au XIVe siècle, remaniée et agrandie au XVe siècle et au début du XVIe siècle et détruite après son incendie au XIXe siècle. D'après des plans du XVIIe siècle (AD Rhône 49H 699), le choeur de l'église était aussi long que la nef. Cette dernière était formée de trois vaisseaux de quatre travées.
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          • Autre (1622)
            Existence d'une maison d'hôtes (AD Rhône 49H 699). 1622 : "la vieille hostellerie vis-à-vis la porte du couvent" est citée dans les sources (ADHR 36H 17).
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Mobilier
            Porte au fond du choeur de l'église. Elle était attestée par les plans du XVIIe siècle. Cette porte au fond du choeur permettait aux malades et aux pèlerins d'accéder directement au choeur où était exposé le retable de Mathias Grünewald (et les reliques de Saint Antoine ?). En effet, les Antonins étaient des hospitaliers. Ils étaient spécialisés dans le traitement du feu de saint Antoine ou ergotisme. Au fil du temps, ils ont accueilli dans leurs hôpitaux tous ceux qui souffraient d'ergotisme et de gangrène. Autre aménagement : d'après un rapport de 1650 (AD Rhône 49H 697), il y avait "dix autels garnis de leurs petits retables antiques" dans l'église d'Issenheim. Le maître-autel n'est pas comptabilisé.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1284
          Initiative de la fondation :
          • Religieux
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Initiative de la fondation : ordre de Saint-Antoine (et Habsburg ?). L'abbaye bénédictine de Murbach avait à Issenheim une importante cour domaniale, dont dépendait la collation de l'église paroissiale du lieu, et qu'elle a vendue aux Antonins en 1313. Mais les vrais seigneurs du village étaient les Habsburg, avoués de Murbach et landgraves de Haute-Alsace. Il n'est pas impossible que ce soient eux qui aient appelé l'ordre de saint Antoine à Issenheim ; ils sont en tous cas devenus les avoués de la préceptorie.
          Phases d'évolution :
          Avant 1351, les Habsurg inféodent le château (dont c'est la première mention), le village et l'avouerie de la préceptorie aux Hus, famille de petite noblesse qui pressurera les Antonins. Plus tard, en 1432, les Habsburg récupèrent la seigneurie et la donnent en gage à un grand nombre de créanciers. En 1659, le cardinal Mazarin la reçut avec le comté de Ferrette.
          Evénements marquants :
          • Pillage
            Date des pillages : 1375 (ADHR 36H 43b/7)-1525; 1622 et 1633 (Clementz, "Antonins", p. 107 et 129; p. 196-197). La préceptorie a été mise à sac par les troupes d'Enguerrand de Coucy en 1375, par les paysans révoltés en 1525, et pendant la Guerre de Trente Ans par Mansfeld en 1622 et par les Impériaux en 1633 ; toutefois, les dix retables ont survécu, celui de Grünewald également (ce dernier avait été mis à l'abri à Thann). L'ordre de Saint-Antoine a été absorbé en 1777 par celui de Malte, et la préceptorie a été supprimée à la Révolution.
          • Foire (1420)
            Foire signalée vers 1420 (ADHR 36H 43b, 7).
          Rayonnement(s) :
          • International
            Certains des malades soignés à Issenheim venaient de loin (par exemple près de Würzburg). C'est peut être aussi le cas des pèlerins ; on a vu que certains s'arrêtaient à Issenheim en route pour Einsiedeln, et on peut supposer la même chose pour ceux qui se rendaient à Thann, à 15 km au sud ouest d'Issenheim.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
            Bibliographie :
            • Clementz, Elisabeth, Les précepteurs d'Issenheim, Bâle et Strasbourg, et leurs réseaux de relations, Grünewald et le retable d'Issenheim. Regards sur un chef-d'oeuvre (catalogue d'exposition), Colmar, 2007, p. 46-53.
            • Clementz, Elisabeth, «Die Inseheimer Antoniter: Kontinuität vom Spätmittelater bis in die Frühneuzeit? », in Funktions- und Strukturwandel spätmittelalterlicher Hospitäler im europäischen Vergleich (Geschichtliche Landeskunde, 56), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005.
            • Clementz, Elisabeth, «Die Antoniterkirche von Isenheim-einst die schönste des Ordens ? », in Antoniter-Forum 9, St. Ottilien, 2001, p. 34-48.
            • Clementz, Elisabeth, Les Antonins d'Issenheim. Essor et dérive d'une vocation hospitalière à la lumière du temporel, Strasbourg, Publications de la société savante d'Alsace. Collection "Recherches et documents" tome 62, 1998.
            • Wetterwald, C. et Stinzi P., «En marge de l'histoire d'Issenheim », in Annuaire de Thann-Guebwiller, 1955, p. 55-69.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • CLEMENTZ Elisabeth
            Rédacteur :
            • CLEMENTZ Elisabeth
            Date de l'enquête :
            1990-1995
            Date de rédaction de la fiche :
            2011
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheCLEMENTZ Elisabeth, « Saint-Antoine », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/416/saint-antoine, version du 03/12/2012, consulté le 12/12/2017