INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Toutes-Grâces

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Toutes-Grâces
Période d'activité :
1850 - 2017
Commune :
La Chapelle-aux-Lys
Département :
Vendée

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
La Chapelle-aux-Lys
Hameau/Lieu-dit :
Le Moulin Biebar
Diocèse :
Actuel: Luçon (1850 - 2017)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Saint-Christophe-des-Chataîgniers (1997 - 2017)
Ancienne: La Chapelle-aux-Lys (1850 - 1997)

Site

Type de site :
Rive de cours d'eau
Vallée
Altitude :
220 m
Compléments :
Fleuve (Vendée).

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Lieu isolé
Type de proximités :
Compléments :
A 600 m du bourg, dans le creux du vallon.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Toutes-Grâces (1850 - 2017)
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-de-Toutes-Grâces
Saints patrons :
  • Vierge Marie (1850 - 2017)
Compléments :
La chapelle est très petite (contenance : trois personnes).

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame-de-Toutes-Grâces
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Autre
Dimensions de l'objet :
140
Emplacement :
Sur l'autel
Datation de l'objet :
1850
Compléments :
Au-dessus de la Vierge se trouve la statue de sainte Germaine Cousin, en plâtre polychrome avec des roses rouges dans son tablier et son bâton de bergère (1579-1602), réplique de celle de Pibrac près de Toulouse (Toulouse), là où la sainte a vécu.
Statue en plâtre (style Saint Sulpice).

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
A l'origine, le nom de Vierge-de-Toutes-Grâces avait été donné par les frères de Saint-Jean-de-Jérusalem à une icône de l'île de Rhodes. Cette image décorait encore le mât de certains bateaux bretons au XIXe siècle. Par ailleurs, le père Bienvenu Noailles avait fondé en 1831 à Martillac près de Bordeaux, dans une solitude, une chapelle à Notre-Dame de Toutes Grâces dont celle-ci semble la réplique en plus petit. Germaine Cousin (1579-1601) : sainte paysanne née à Pibrac près de Toulouse, était une bergère infirme d'une main qui bénéficia du miracle des roses rouges dans son tablier comme les saintes vierges et martyres, quand sa marâtre l'accusa de voler du pain pour les pauvres. Des miracles et un pèlerinage populaire se développèrent sur ses reliques quand on découvrit son corps intact en 1644 . C'est après sa canonisation en 1867 que sa statue prit place dans la chapelle de Notre-Dame des Grâces.
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Grâce particulière
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Assomption
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Compléments sur les fréquentations :
Une messe hebdomadaire jusqu'au début du XXe siècle.
Pratiques individuelles :
  • Cire
  • Prières
  • Dons
Pratiques en présence du clergé :
  • Messe
Ex voto :
    Confrérie(s) :
      Indulgence(s) :
        Compléments sur le culte :
        Quinze ex-votos conservés mais on ne peut savoir s'ils s'adressent à la Vierge ou à Sainte Germaine.

        L'ÉDIFICE

        Description :
        Petite chapelle modeste en pierre avec chevet plat.
        Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        • Autre
          Présence d'un calvaire du XIXe siècle.
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
        • Autel (1850)
          Autel avec deux statues polychromes l'une au dessus de l'autre.

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1850
        Initiative de la fondation :
        • Laïc isolé
        Environnement institutionnel, politique et religieux :
        Renouveau catholique de la fin du XIXe siècle.
        Phases d'évolution :
        Un certain Héry, dont on ignore tout si ce n'est qu'il vouait une grande dévotion à la Vierge, recueillit des aumônes pour construire cette chapelle (construction à laquelle il aurait même participé).
        Evénements marquants :
        • Canonisation
          Installation de la statue de sainte Germaine Cousin au moment de sa canonisation le 27 juin 1867. Petite fille, originaire de Pibrac près de Toulouse, malingre et infirme, mal nourrie par sa belle-mère, qui partageait sa nourriture avec les miséreux. Plusieurs miracles lui furent attribués. Elle est morte en 1601, âgée de 22 ans, sous l'escalier. Son corps exhumé en 1644 était intact et devint source de miracles.
        • Fermeture (1884)
          Une querelle entre le fondateur Héry et le curé de la paroisse conduisit à la fermeture momentanée de la chapelle après 1884. Elle fut réouverte le 5 octobre 1900.
        Rayonnement(s) :

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Archives
            Archives du diocèse de Luçon, Inventaire analytique de la sous série 3C, chapelles et oratoires, p. 21.
          • Archives
            Archives départementales de Vendée, Fichier manuscrit de Louis Delhommeau, cédérom.
          Bibliographie :
          • GALIPEAU, Nathalie, Inventaire des lieux de pèlerinage en Vendée, Maîtrise ms Rennes 2, 1989.
          • RAFFIN, E., Les pèlerinages de la Vendée, Les Sables d'Olonne, Imprimerie l'Etoile de la Vendée, 1913, p. 183.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • NONY-VUISCHARD Claude-Josèphe
          Rédacteur :
          • VINCENT-CASSY Mireille
          Date de l'enquête :
          2008
          Date de rédaction de la fiche :
          2010
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheVINCENT-CASSY Mireille, « Notre-Dame-de-Toutes-Grâces », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/369/notre-dame-de-toutes-graces, version du 26/11/2012, consulté le 20/08/2017