INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Marcoul

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Marcoul
Période d'activité :
1701-1750 - 2017
Commune :
Gissey-sous-Flavigny
Département :
Côte d'Or

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Gissey-sous-Flavigny
Hameau/Lieu-dit :
Village
Diocèse :
Actuel: Dijon (1822 - 2017)
Ancien: Autun (? - 1822)
Paroisse :
Actuelle: Gissey-sous-Flavigny (? - 2017)
Ancienne:

Site

Type de site :
Coteau
Altitude :
279 m
Compléments :

Le village est implanté au bord de l'Oze.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Abbaye
Axe de circulation
Compléments :

Le village regarde en direction de l'abbaye bénédictine de Flavigny, distante de 2 km environ.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Marcoul (1701-1750 - 2017)
Type de lieu de culte :
Eglise paroissiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Martin
Saints patrons :
  • Martin (1201-1239 - 2017)
Compléments :
L'église est connue au moins depuis le XIIIe siècle.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
saint Marcoul
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Dans l'église.
Datation de l'objet :
?
Compléments :
Une nouvelle châsse en bois fut bénite en 1867 pour remplacer la précédente connue au XVIIe siècle.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
La provenance des reliques de l'abbé de Nanteuil vénérées dans cette église n'est pas connue. Elles pourraient avoir été données par quelque établissement des diocèses voisins de Troyes ou de Langres qui en abritaient depuis le Moyen Âge.
Miracles :
Il n'y a pas de miracle précis mais les recours étaient les mêmes que dans le sanctuaire réputé de Corbeny, à savoir la guérison des maladies de peau.
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Marcoul
Type de fréquentation :
Irrégulier
Compléments sur les fréquentations :
Au XVIIIe siècle, il semble que le pèlerinage ait profité du passage des pèlerins se rendant au sanctuaire de Sainte-Reine-en-Auxois, à quelques kilomètres de là. Mais la fréquentation exacte n'est pas connue. Aux XIXe et XXe siècle, les pèlerins faisaient des visites annuelles.
Pratiques individuelles :
  • Embrasser
Pratiques en présence du clergé :
    Ex voto :
    • Béquille
      Des béquilles étaient déposées par les pèlerins guéris à proximité des reliques.
    Confrérie(s) :
    • Saint Marcoul
      L'abbé Duplus, curé de Gissey, fut à l'initiative de la création de la confrérie.
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :
      Des indices d'un culte à saint Marcoul sont relevés dès le XVIIe siècle, où une statue figurant saint Marcoul touchant les écrouelles d'un malade était visible dans l'église. A cette époque, les reliques du saint, à savoir un os du membre supérieur, étaient conservées dans un reliquaire avec celles de sainte Marguerite et de saint Blaise. Toutefois, le passage de pèlerins faisant le voyage spécifiquement à Gissey-sous-Flavigny n'est pas attesté avant le XVIIIe siècle.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1701-1789
          Initiative de la fondation :
          • Groupe de fidèles
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Les reliques du saint thérapeute conservées dans l'église de Gissey au moins depuis le XVIIe siècle attiraient les pèlerins se rendant auprès de sainte Reine, elle-même sainte thérapeute. A cette époque, on signale des pèlerins originaires du diocèse de Chalon-sur-Saône.
          Phases d'évolution :
          Après la Révolution, le pèlerinage qui a été l'un des rares du diocèse à reprendre vigueur, fit l'objet d'un encadrement pastoral renouvelé, l'abbé Duplus rédigea une monographie sur ce saint et encouragea la création d'une confrérie. Le pèlerinage était encore actif à la fin du XXe siècle. Les habitants du village gardent à tour le rôle le reliquaire du saint.
          Evénements marquants :
          • Translation (1867)
            Nouvelle châsse pour les reliques de saint Marcoul.
          Rayonnement(s) :
          • Local (1801 -> 2017)
            Après la Révolution, le culte intéressa surtout les habitants des paroisses voisines ; le sanctuaire de Gissey est encore inscrit sur les listes de pèlerinages du diocèse de Dijon à la fin du XXe siècle.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Enquête Dupront (1960)
            Bibliothèque du CARE (EHESS Paris), carton diocèse de Dijon.
          • Archives (XIXe siècle)
            Archives de l'Archevêché de Dijon : 5 J 1 art. 723, registre d'inventaire des reliques.
          • Archives (1667)
            Archives départementales de Saône-et-Loire : G 909 fol. 165, visites pastorales (inventaire des reliques).
          Bibliographie :
          • Milbach, Sylvain, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2000, p. 330-331, 338, 357, 362, 366, 370, 379, 389, 399, 404, 407.
          • Duplus, H.-M., Histoire et pèlerinage de saint Marcoul abbé de Nanteuil, Dijon, Hémery, 1856.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • CARRON Diane
          Rédacteur :
          • CARRON Diane
          Date de l'enquête :
          2006
          Date de rédaction de la fiche :
          2007
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheCARRON Diane, « Saint-Marcoul », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/281/saint-marcoul, version du 13/12/2012, consulté le 20/10/2017