INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Thibault-en-Auxois

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Thibault-en-Auxois
Période d'activité :
XIIIe siècle - 2018
Commune :
Saint-Thibault
Département :
Côte d'Or

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Saint-Thibault
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Dijon (1822 - 2018)
Ancien: Autun (XIIIe siècle - 1822)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Thibault (? - 2018)
Ancienne:

Site

Type de site :
Plateau
Altitude :
360 m
Compléments :

Le bourg se situe dans l'Auxois, entre Dijon et Montbard.


Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Axe de circulation
Prieuré
Compléments :

Le prieuré était une dépendance de Saint-Rigaud.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Thibault-en-Auxois (XIIIe siècle - 2018)
Type de lieu de culte :
Prieuré
Nom du lieu de culte :
Saint-Thibault-en-Auxois
Saints patrons :
  • Thibaut (1249-1300 - 2018)
Compléments :
La paroisse fut d'abord connue sous le nom de Fontaine avant de porter le nom du saint dans le courant du XIIIe siècle. Le vocable Saint-Blaise fut adjoint lors du transfert de l'autel paroissial à l'intérieur de la prieurale dans la seconde moitié du XIVe siècle.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Saint Thibaut
Nature de l'objet :
Relique (= fragment)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Derrière le maître-autel.
Datation de l'objet :
Compléments :
Les reliques sont conservées dans une châsse en bois datant du XIVe siècle, inscrite à l'Inventaire. En 1667, elles furent inventoriées : la châsse contenait deux côtes de saint Thibaut enveloppées dans du taffetas blanc et enchâssées dans un reliquaire de cuivre doré.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
L'arrivée des reliques est sans doute à rapprocher du soutien des ducs de Bourgogne, notamment la branche capétienne, qui a favorisé la construction de l'église. L'identité exacte du saint est conjecturale, il pourrait s'agir de saint Thibaut de Provins comme en témoigne l'iconographie présente sur le retable de l'église ou encore de saint Thibaut de Marly dont les reliques avaient été vénérées par la reine Marguerite avant qu'elle n'enfante Philippe III le Hardi, frère de la duchesse de Bourgogne, Agnès.
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Pèlerinage judiciaire
  • Piété
Recours :
  • Fécondité
Jour(s) de fête :
    Type de fréquentation :
    Irrégulier
    Compléments sur les fréquentations :
    Le caractère judiciaire du pèlerinage est attesté dès 1297 lorsque le sire d'Harcourt fut condamné par le Parlement de Paris à se rendre à Saint-Thibaut pour avoir tendu un guet-apens au chambellan de Tancarville.
    Les familles princières vouaient un culte à saint Thibaut dans son église de Bourgogne : la duchesse Agnès, fille de saint Louis offrit 100 livres en 1323 ; la reine Jeanne d'Auvergne laissa diverses offrandes, dont un chef de cire après s'être vouée au saint en 1351 ; Marguerite de Flandre offrit de l'argent et une mèche de cire du poids de son fils Charles en 1374 ; Charles VI envoya Jehan Le Chapelayn en pèlerinage-vicaire à Saint-Thibault en 1395.
    Pratiques individuelles :
    • Cire
    • Prières
    • Dons
    Pratiques en présence du clergé :
      Ex voto :
      • Cire (1351)
        Don d'un chef en cire par la reine Jeanne d'Auvergne.
      • Cire (1374)
        Don d'une "longueur de cire" de la valeur de vingt deniers par Marguerite de Flandre, duchesse de Bourgogne, pour la guérison de son fils Charles.
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :

          L'ÉDIFICE

          Description :
          L'église est une simple nef flanquée de deux chapelles. Le bâtiment primitif du début du XIIIe siècle est visible au niveau de la façade nord, entre le portail et la chapelle Saint-Gilles ; ces deux éléments ont été ajoutés dans le dernier tiers du XIIIe siècle. Le choeur est du début du XIVe siècle ; enfin, d'importants travaux ont été réalisés dans la moitié occidentale de la nef à partir du XVIIIe siècle, l'édifice étant alors partiellement ruiné.
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          • Statue (1279-1300)
            Représentation de saint Thibaut en habit de camaldule (saint Thibaut de Marly) sur le trumeau du portail nord entre la reine de Saba et Aaron sous les traits de Robert II de Bourgogne et son épouse Agnès.
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
          • Mobilier (XIVe siècle)
            Châsse en bois.
          • Mobilier (XIVe siècle)
            Retable en bois polychrome représentant des scènes de la vie de Thibaut de Provins.

          HISTOIRE DU SANCTUAIRE

          Origines :
          Date de première mention : 1297
          Initiative de la fondation :
          • Seigneur laïc
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Il semble que la famille ducale de Bourgogne ait favorisé, sinon initié, le culte à saint Thibaut en Bourgogne dans les années 1290-1300. Saint Thibaut était déjà largement vénéré dans la moitié nord du royaume.
          Phases d'évolution :
          Son caractère judiciaire en fit un pèlerinage assez réputé jusqu'au XIV siècle ; puis le passage des Écorcheurs en Bourgogne et le climat d'insécurité de la guerre civile en ont réduit le périmètre de vénération, limité depuis aux paroisses environnantes. Au XVIe siècle, c'est notamment vers Saint-Thibaut-des-Bois dans le diocèse d'Auxerre que les pèlerins se rendaient en masse.
          Evénements marquants :
            Rayonnement(s) :
            • National (1297 -> 1400)
              Le pèlerinage était signalé dans les actes du Parlement de Paris à la fin du XIIIe siècle, il était encore connu de Charles VI.
            • Local (1500 -> 2018)
              Le passage de pèlerins était encore signalé lors de la prise de possession du prieuré en 1556. Ce lieu semble avoir bénéficié du passage des pèlerins se rendant de Dijon à Alise-Sainte-Reine au XVIIe siècle notamment. Il était encore visité par les catholiques Blancs anti-concordataires nombreux dans le Charolais au XIXe siècle.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
            • Archives (1667)
              Archives départementales de Saône-et-Loire : G 909, f. 7, inventaire des reliques du prieuré Saint-Thibault.
            • Archives (1556-1758)
              Archives départementales de Côte d'Or : 40 H 764, prises de possession du prieuré.
            • Archives (1374)
              Archives départementales de Côte d'Or : BB 1441 f. 20v°, offrandes de Marguerite de Flandre.
            • Archives (1351)
              Archives départementales de Côte d'Or : B 11664, accusé de réception du chef de cire envoyé par la reine en 1351.
            Bibliographie :
            • Freigang C. et Kurman P., «L'église de l'ancien prieuré de Saint-Thibault-en-Auxois : sa chronologie, ses restaurations, sa place dans l'architecture gothique », in Congrès archéologique de France : Châtillonais-Auxois, Paris, Société Française d'Archéologie, 1989, p. 271-290.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            Edifice :
            Autre :

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • CARRON Diane
            Rédacteur :
            • CARRON Diane
            Date de l'enquête :
            2006
            Date de rédaction de la fiche :
            2007
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheCARRON Diane, « Saint-Thibault-en-Auxois », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/266/saint-thibault-en-auxois, version du 14/12/2012, consulté le 11/12/2018