INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Bannelle

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Bannelle
Période d'activité :
XVIIe siècle - 2017
Commune :
Escurolles
Département :
Allier
Autel

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Escurolles
Hameau/Lieu-dit :
Bannelle
Diocèse :
Actuel: Moulins (1823 - 2017)
Ancien: Clermont (? - 1823)
Paroisse :
Actuelle: Escurolles (? - 2017)
Ancienne: Bannelle (1726 - 1790)

Site

Type de site :
Altitude :
315 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Espace cultivé
Type de l'habitat :
Hameau
Type de proximités :
Château
Compléments :

Ancienne maison forte des Granges élevée au XVe siècle.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Bannelle (XVIIe siècle - 2017)
Type de lieu de culte :
Chapelle
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-de-Bannelle
Saints patrons :
  • Notre Dame (1634 - 2017)

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre-Dame
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Pierre
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Datation de l'objet :
Compléments :
Le groupe sculpté représente Notre-Dame de Pitié.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
Le bas-relief aurait été trouvé dans un ormeau. On estime qu'il y avait été caché lors des guerres de religion, au cours desquelles cette région du Bourbonnais fut ravagée par les troupes protestantes, une première fois après la bataille de Cognat en 1568, puis en 1576. L'invention de la statue aurait eu lieu dans les années 1576-1590 (J. CLÉMENT, p. 10).
Miracles :
Type(s) de motivation :
    Recours :
    • Thérapie
    Jour(s) de fête :
    • Nativité Vierge Marie
    • Pentecôte
    • Notre Dame des Douleurs
    Type de fréquentation :
    Continu
    Compléments sur les fréquentations :
    Notre-Dame des Douleurs : 15 septembre.
    Pratiques individuelles :
      Pratiques en présence du clergé :
      • Offices
      • Processions
      Ex voto :
      • Béquille (XVIIe siècle)
        Des images anciennes (autour de 1640) montrent de tels ex-voto pendus à l'orme entre les branches duquel on voit le bas-relief.
      Confrérie(s) :
        Indulgence(s) :
          Compléments sur le culte :

          L'ÉDIFICE

          Description :
          Petit édifice rectangulaire dominé par un clocheton de charpente
          Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
          • Autre (1638)
            Église et maison presbytérale construits en 1638 par le seigneur du lieu, Jean de Capony. À cause du succès de la dévotion, l'évêque de Clermont, Mgr de Veny d'Arbouze, confie la desserte du sanctuaire à des prêtres dénommés “missionnaires de la dévotion de Notre-Dame-de-Bannelle”, reconnus en 1677. En 1680, il unit Bannelle à la communauté de Notre-Dame de l'Ermitage, fondée en 1659 à Noirétable. En 1726, la communauté obtient que Bannelle soit érigée en paroisse. En 1766, la maison presbytérale, insuffisante, est reconstruite par le supérieur, Amant Couvreul. En 1792, l'église est fermée, le mobilier et les missionnaires sont dispersés, puis le sanctuaire est ravagé, le bas-relief détruit et l'orme brûlé. L'oratoire est restauré en 1895 par le curé-coadjuteur d'Escurolles, l'abbé Mandet. Le pèlerinage reprend autour d'une statue de Piéta qui est installée alors. Le sanctuaire continue à être un lieu de spiritualité. Pendant quelques années, y a été installée une communauté de Mère de miséricorde. Actuellement, c'est un diacre permanent et son épouse, M. et Mme Spencer, qui habitent le lieu et accompagnent la dévotion.
          Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

            HISTOIRE DU SANCTUAIRE

            Origines :
            Date de première mention : 1627
            Initiative de la fondation :
            • Curé
            Environnement institutionnel, politique et religieux :
            La dévotion aurait commencé en 1627, par une ordonnance épiscopale sollicitée par le curé d'Escurolles de l'époque, Jacques Fradet et par la construction concomitante de la chapelle. Plusieurs communautés post-tridentines ont assuré la desserte de ce lieu jusqu'au XVIIIe siècle.
            Phases d'évolution :
            Un curé du Donjon écrit dans son registre : « Le lundi de la Pentecôte, 28 du mois de mai 1635, Monsieur le curé de Charolles et trois prêtres avec lui ont amené en procession plus de soixante personnes dudit Charolles pour aller en dévotion à Notre-Dame de Pitié de Banelle et ont logé au Donjon en allant et à leur retour, et nous ont affirmé qu'il se fait plusieurs miracles en la chapelle dudit Banelle… laquelle a été bâtie en considération d'une image de Notre-Dame, grande, en pierre, qui a été mise, il y a longtemps, entre deux branches d'un arbre et a été découverte et reconnue, depuis environ un an en ça que l'on a édifié ladite chapelle et fait une petite muraille tout à l'entour dudit orme. Il y arrive plusieurs processions de pèlerins et en si grand nombre que, aux fêtes de Pentecôte dernière, il y avait plus de cinq ou six mille personnes et autres temps souvent trois ou quatre cents par chacun jour et plus » (cité dans J. CLÉMENT, p. 12-14) « Chaque jour, des offices avaient lieu dans la chapelle durant la première quinzaine de septembre. L'une des cérémonies était dite "le grand office". Au cours de cet exercice, les assistants sortaient en procession, la croix en tête et se groupaient sur la place. Un missionnaire y donnait son sermon, en plein air. L'ormeau contenant la statue fut peu à peu mis à mal par les pèlerins. Chacun tenait à emporter comme talisman un fragment d'écorce ou de rameau. Il fallut en protéger les restes par un panneau. On dut même entourer le tronc de plaques de fer que des pèlerins obstinés s'efforçaient encore de soulever pour découper une parcelle de bois. De nombreuses béquilles abandonnées en ex-voto attestaient la puissance de la madone bienfaisante. Lors de la Révolution, deux chariots furent nécessaires pour transporter ces béquilles sur la place publique d'Escurolles où l'on en fit un bûcher. Notre-Dame-de-Bannelle était en outre invoquée par les époux sans progéniture et les ménages désunis. » (C. GAGNON, p. 88). Description des années 1930 : « Le pèlerinage a lieu à l'occasion de la fête de Notre-Dame-des-sept-douleurs du 15 septembre, renvoyée au dimanche suivant. Une affluence de six cents personnes environ s'y rend d'Escurolles, Monteignet, Broût-Vernet, Saint-Pont, Vendat, Espinasse-Vozelle, Saulzet, Le Mayet-d'École, Cognat-Lyonne, Biozat, Charmes et Gannat. Quelques pèlerins arrivent de paroisses plus éloignées comme Jeanzat, Saint-Germain-de-Salles, Ussel et même d'Auvergne. Le matin, à dix heures trente, est chantée une grand-messe solennelle avec sermon, procession, récitation des Salve, bénédiction des objets de piété. Le soir, les vêpres sont suivies d'une allocution et de la bénédiction du Très Saint-Sacrement. Quelques personnes invoquent encore Notre-Dame-de-Bannelle pour la guérison des maladies de la vue, mais toutes sortes d'intentions lui sont maintenant présentées. (C. GAGNON, p. 88-89) Actuellement, le pèlerinage est maintenu le dimanche qui suit le 15 septembre, il est largement annoncé et est souvent présidé par l'évêque de Moulins lui-même.
            Evénements marquants :
            • Construction (1627)
              Ordonnance épiscopale sollicitée par le curé d'Escurolles de l'époque, Jacques Fradet et par la construction concomitante de la chapelle.
            • Destruction (1793)
              En 1792, l'église est fermée, le mobilier et les missionnaires sont dispersés, puis le sanctuaire est ravagé, le bas-relief détruit, l'orme et les ex-votos brûlés. Les ex-votos laissés à la chapelle ont fait l'objet d'une destruction par le feu.
            • Reconstruction (1895)
              L'oratoire est restauré en 1895 par le curé-coadjuteur d'Escurolles, l'abbé Mandet.
            Rayonnement(s) :
            • Régional (1635 -> 2017)
              D'emblée, le pèlerinage a attiré des pèlerins des diocèses voisins, dont celui d'Autun.

            RÉFÉRENCES

            Source(s) :
              Bibliographie :
              • Gagnon, Camille, Le Folklore bourbonnais, Roanne, Horvath, reed. 1979, 1948.
              • Clement, Joseph (abbé), La Piété et l'Art en Bourbonnais, Moulins, Imprimerie Auclaire, 1909.
              Etude(s) universitaire(s) :

              PHOTOGRAPHIES LIÉES

              Objet de dévotion :
              • Notre-Dame-de-Bannelle - D. Moulinet
              Edifice :
              • Autel - carte postale
              Autre :

              À PROPOS DE L'ENQUÊTE

              Enquêteur :
              • MOULINET Daniel
              Rédacteur :
              • MOULINET Daniel
              Date de l'enquête :
              2007
              Date de rédaction de la fiche :
              2007
              Etat de l'enquête :
              Complète
              Pour citer cette ficheMOULINET Daniel, « Notre-Dame-de-Bannelle », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
              url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/219/notre-dame-de-bannelle, version du 01/02/2017, consulté le 13/12/2017