INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Semur-en-Auxois

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Semur-en-Auxois
Période d'activité :
1191 - 1800
Commune :
Semur-en-Auxois
Département :
Côte d'Or
Eglise Notre-Dame, vue intérieure depuis la nef

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Semur-en-Auxois
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Dijon (1801 - 2017)
Ancien: Autun (1065 - 1801)
Paroisse :
Actuelle: Semur (1998 - 2017)
Ancienne: Notre-Dame (1180 - 1998)

Site

Type de site :
Plateau
Altitude :
290 m
Compléments :
La ville est établie sur le bord de l'Armançon, affluent de l'Yonne.

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Bourg
Type de proximités :
Château
Compléments :
Proximité : Château de Semur-en-Auxois, baillage.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Semur-en-Auxois (1191 - 1800)
Compléments :
Le légendaire fixe l'arrivée de la relique en 1191 mais aucun document ne vient attester cette hypothèse. La première preuve authentique faisant état de ce pèlerinage date de 1290, il s'agit d'une mention reportée dans le livre des Miracles de Notre-Dame de Beaune où le sanctuaire de Notre-Dame de Semur-en-Auxois apparaît alors en déclin. En effet, un pèlerin ayant vu son voeu échouer à Semur-en-Auxois connut plus de succès à Beaune.
Un long hiatus documentaire ne permet pas de caractériser l'état du pèlerinage jusqu'en 1665, date à laquelle les habitants de Semur-en-Auxois demandèrent à l'évêque Saulnier l'autorisation de fêter les noces de la Vierge avec solennité, pour eux-mêmes et pour les nombreux pèlerins qui se rendaient à Semur.
Type de lieu de culte :
Prieuré
Nom du lieu de culte :
Notre Dame
Saints patrons :
  • Notre Dame (1065 - 1739)
Compléments :
Le prieuré est devenu une collégiale en 1739 puis une paroisse simple après la Révolution.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Marie
Nature de l'objet :
Relique indirecte
Matériau de l'objet :
Métal
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
À l'époque moderne, la bague était conservée dans une châsse en argent rangée dans l'armoire de la sacristie.
Datation de l'objet :
Compléments :
Objet : anneau nuptial de la Vierge Marie. La bague était en argent. Elle semble être perdue aujourd'hui.

LE CULTE

Statut du culte :
Combattu
Légendaire :
Gérard le Riche, originaire du château de Semur-en-Auxois, aurait rapporté des croisades l'anneau nuptial de la Vierge vers 1191.
Miracles :
Par sa volonté propre, l'anneau refusa de se rendre au prieuré augustin St-Jean l'Évangéliste et choisit de retrouver sa propriétaire dans l'église Notre-Dame, au son des cloches de la ville.
Type(s) de motivation :
    Recours :
    • Thérapie
    Jour(s) de fête :
    • Noces de Marie et Joseph
    • Fête des mystères
    • Aubin
    Type de fréquentation :
    Irrégulier
    Compléments sur les fréquentations :
    Le culte était autorisé au Moyen Âge jusqu'en 1486, lorsque Sixte IV authentifia l'anneau nuptial conservé dans la chapelle du Saint Anneau de la cathédrale de Pérouse comme le seul digne de la vénération des fidèles. Toutefois, au XVIIe siècle, des pèlerins se rendaient encore auprès de cette relique. En 1765, le culte fut de nouveau interrompu à la demande de l'évêque Nicolas de Bouillé.
    Pratiques individuelles :
    • Toucher
    Pratiques en présence du clergé :
      Ex voto :
        Confrérie(s) :
          Indulgence(s) :
            Compléments sur le culte :
            En mémoire de l'arrivée miraculeuse de la relique dans le prieuré, des repas auraient été distribués à treize pauvres de la ville chaque 1er mars. À cette date, les ossements de Gérard le Riche auraient fait l'objet d'un entretien annuel dans le cloître de Notre Dame où ils reposaient encore au début du XVIIIe siècle. À partir de 1706, le prieur Maurel mit un terme à cette tradition.

            L'ÉDIFICE

            Description :
            L'édifice roman a été largement repris dans le premier tiers du XIIIe siècle, à partir de l'abside. Il subsiste notamment de cette époque l'importante série de vitraux. Un porche compléta l'ensemble au XIVe siècle.
            Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
              Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
              • Chapelle (1394)
                Chapelle Notre Dame des Plottes : ce qualificatif renvoie à un tronc pour les offrandes. Compte tenu du vocable, il pourrait s'agir d'un aménagement lié à la présence de la relique.

              HISTOIRE DU SANCTUAIRE

              Origines :
              Date de première mention : 1290
              Initiative de la fondation :
              • Laïc isolé
              Environnement institutionnel, politique et religieux :
              Initiative de la fondation : Gérard le Riche et les prieurs Bénédictins de Notre-Dame. Le pèlerinage sinscrit dans un processus de concurrence entre les prieurs de Notre-Dame et de St-Jean-l'Évangéliste pour l'établissement en leur sein de la paroisse de Semur-en-Auxois. En 1180, la paroisse a été établie dans l'église de Notre-Dame. L'anneau nuptial par son déplacement miraculeux vers Notre-Dame au détriment de Saint-Jean entérina en quelque sorte le lieu de l'établissement paroissial.
              Phases d'évolution :
              Le légendaire fixe l'arrivée de la relique en 1191. Aucun document ne vient attester cette hypothèse. La première attestation du pèlerinage date de 1290. En 1290 le sanctuaire est encore actif ; toutefois il subit la concurrence du pèlerinage émergent de la collégiale Notre Dame de Beaune. Un pèlerin ayant vu son voeu échouer Semur-en-Auxois a connu plus de succès à Beaune. En 1665, les habitants de Semur demandèrent à l'évêque Saulnier l'autorisation de fêter les noces de la Vierge avec solennité, pour eux-mêmes et pour les nombreux pèlerins qui se rendaient à Semur.
              Evénements marquants :
              • Interdiction (1486)
                Sixte IV déclare que le véritable et unique anneau nuptial de la Vierge est conservé à Pérouse.
              • Interdiction (1765)
                L'évêque d'Autun promulgue un nouvel interdit en 1765.
              Rayonnement(s) :
              • Diocésain (1290 -> 1765)
                Les paroissiens de Semur étaient attachés à l'anneau nuptial, mais on mentionne aussi la venue de paroissiens du reste du diocèse. En 1290, un pèlerin a effectué une cinquantaine de kilomètres pour se rendre à Semur. Au XVIIème siècle, il est signalé la venue de pèlerins étrangers à la ville, dont l'origine n'est toutefois pas précisée.

              RÉFÉRENCES

              Source(s) :
              • Archives (XVIIIe siècle)
                Récapitulatif des affaires liées aux reliques, Archives départementales de Côte d'Or : G 3282.
              Bibliographie :
              • Vaulabelle, A. de, Histoire générale de Semur-en-Auxois, Semur-en-Auxois, L. Horry, 1905.
              • Thyard, G.-P. de, Mémoire historique sur la ville de Semur-en-Auxois, Paris, Le Livre d'histoire - Lorisse, rééd 2001, 1892.
              Etude(s) universitaire(s) :

              PHOTOGRAPHIES LIÉES

              Objet de dévotion :
              Edifice :
              • Eglise Notre-Dame, vue intérieure depuis la nef - Aurélia Bully - 2012
              • Eglise Notre-Dame, vue extérieure depuis le sud-est - Aurélia Bully - 2012
              Autre :

              À PROPOS DE L'ENQUÊTE

              Enquêteur :
              • CARRON Diane
              Rédacteur :
              • CARRON Diane
              Date de l'enquête :
              2005
              Date de rédaction de la fiche :
              2006
              Etat de l'enquête :
              En cours
              Pour citer cette ficheCARRON Diane, « Notre-Dame-de-Semur-en-Auxois », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
              url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/170/notre-dame-de-semur-en-auxois, version du 17/03/2014, consulté le 20/10/2017