INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Saint-Médard

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Saint-Médard
Période d'activité :
XIe siècle - XVIIIe siècle
Commune :
Dijon
Département :
Côte d'Or

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Dijon
Hameau/Lieu-dit :
Diocèse :
Actuel: Dijon (1731 - 2017)
Ancien: Dijon (XIe siècle - 1731)
Paroisse :
Actuelle: Saint-Michel (1790 - 2017)
Ancienne: Saint-Médard (XIe siècle - 1790)

Site

Type de site :
Plaine
Altitude :
245 m

Paysage

Type de couvert végétal :
Type de l'habitat :
Ville
Type de proximités :
Remparts
Compléments :
Remparts détruits. Église bâtie sur les substructions de l'ancien castrum gallo-romain : la nef et le transept étaient situés dans la ville, alors que le choeur était situé en-dehors.

LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Saint-Médard (XIe siècle - XVIIIe siècle)
Compléments :
Plusieurs phases de culte distinctes. La première, peu documentée, aux XIe et XIIe siècles. La seconde, avec miracles, dans le premier tiers du XVe siècle.
Puis, aux XVIe et XVIIe siècles, les habitants invoquent le saint de temps en temps pour obtenir la pluie.
Type de lieu de culte :
Abbatiale
Nom du lieu de culte :
Saint-Etienne
Saints patrons :
  • Etienne (1040 - 1793)
Compléments :
L'église Saint-Étienne a été construite ex nihilo à partir de 1040, à côté de l'ancienne église des clercs dédiée au protomartyr, qui a ensuite pris le vocable de Saint-Médard. Une communauté de chanoines réguliers de Saint-Augustin est instituée dans la nouvelle église entre 1113 et 1125 ; elle est sécularisée en 1613, puis l'église devient cathédrale du diocèse de Dijon lors de sa création en 1731. Saint-Étienne est désaffectée en 1793.

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
saint Médard
Nature de l'objet :
Corps saint (= en entier)
Matériau de l'objet :
Vestige corporel
Dimensions de l'objet :
Emplacement :
Dans la crypte, puis au-dessus du maître-autel.
Datation de l'objet :
Compléments :
Le corps saint a probablement été placé dans la crypte nouvellement bâtie en 1077, avant d'être transféré dans le choeur, peut-être lors de la translation effectuée en 1238. En 1392, le corps saint est disposé au-dessus du maître-autel.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
En 901, le corps du saint évêque est apporté à Dijon par le comte Ysmarus. Celui-ci l'a trouvé dans une forêt, abandonné par les Normands qui l'ont emporté de Soissons avec les ornements pris à l'abbaye Saint-Médard. Tradition douteuse, relayée uniquement par les sources de Saint-Étienne.
Miracles :
Type(s) de motivation :
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Pluie
  • Thérapie
Jour(s) de fête :
  • Médard
Type de fréquentation :
Continu
Compléments sur les fréquentations :
Fréquentation indéterminée en ce qui concerne les XIe et XIIe siècles, continue dans le premier tiers du XVe siècle, irrégulière aux XVIe et XVIIe siècles.
Pratiques individuelles :
    Pratiques en présence du clergé :
    • Prières
    • Processions
    Ex voto :
      Confrérie(s) :
      • Saint-Étienne
        Mentionnée en 1488 sous le nom de confrérie de Saint-Médard, elle n'est plus appelée que confrérie de Saint-Étienne en 1545. Sa date de fondation reste inconnue.
      Indulgence(s) :
      • Partielle 465 j. (1393)
        Indulgences d'un an et quarante jours octroyées par Clément VII à ceux qui visiteront l'église par dévotion à certaines fêtes, dont celle de saint Médard, et qui aideront à son relèvement.
      Compléments sur le culte :
      Dans son testament établi en 1404, Catherine de Sienne, duchesse dAutriche, attribue plusieurs guérisons au saint vénéré in corpore à Saint-Étienne de Dijon. Outre la grande châsse du saint, recouverte de plaques d'or et d'argent jusqu'en 1431 environ, l'abbaye conservait au XVe siècle un chef-reliquaire et une statue-reliquaire de saint Médard. Bannière de procession mentionnée en 1597 (représentait d'un côté saint Médard, de l'autre la Vierge). Processions : le 26 août 1515, la châsse est emmenée en procession extraordinaire (motif indéterminé) ; le 17 août 1645, elle est emmenée en procession pour obtenir de la pluie, et encore en 1718.

      L'ÉDIFICE

      Description :
      Vestiges de la crypte du XIe siècle, surmontée d'un choeur reconstruit à la fin du XVe siècle. Choeur et crypte communiquent avec la croisée et le bras nord du transept, qui abritent le musée François Rude. La nef et les deux collatéraux, séparés des autres éléments par un mur, ont été entièrement reconstruits entre le dernier tiers du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
        Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :
        • Crypte (1040-1050)
          Crypte consacrée le 2 juillet 1077, date à laquelle le corps de saint Médard y a probablement été transféré. Crypte centrale avec déambulatoire.

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention : 1077
        Initiative de la fondation :
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          L'essor du culte de saint Médard à Saint-Étienne est sans doute le fait du prévôt Garnier de Mailly (1038-1053) ; il sinscrit dans la forte rivalité entre cette église et l'abbaye bénédictine Saint-Bénigne, où le culte du martyr éponyme connaît un nouvel essor au début du XIe siècle (v. fiche correspondante). À partir de la première moitié du XIIe siècle, cinq des sept paroisses de Dijon dépendent de Saint-Étienne. Le renouveau du culte dans le premier tiers du XVe siècle a probablement été initié par l'abbé Robert de Baubigny, qui a transféré le corps saint au-dessus du maître-autel en 1392.
          Phases d'évolution :
          Dans le premier tiers du XVe siècle, de nombreux miracles sont mentionnés, ce qui n'est plus le cas par la suite même si les reliques du saint sont emmenées lors des processions ordinaires et extraordinaires.
          Evénements marquants :
          • Construction (1040-1050)
            Crypte.
          • Translation (1077)
            Translation probable du corps saint dans la crypte.
          • Translation (1238)
            Connue par une simple mention de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle.
          • Translation (1393)
            À l'initiative de l'abbé Robert de Baubigny.
          • Pillage (1431)
            La châsse est spoliée de ses plaques d'or et d'argent lors d'un pillage.
          • Translation (1676)
            Translation dans une nouvelle châsse, à l'initiative de l'abbé Fyot.
          Rayonnement(s) :
          • Local (1077 -> XVIIIe siècle)
            Dans son testament en 1404, Catherine de Bourgogne attribue plusieurs guérisons à saint Médard. Culte rendu seulement, semble-t-il, par les habitants de Dijon.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
          • Acta sanctorum (XIe siècle)
            Acta Sanctorum, jun., II, 1698, p. 95-96.
          • Panégyrique (1153-1170)
            Archives départementales de la Côte-dOr : cart. 21, fol. 60-66v. Chassel, J.-L., « Vie de Garnier, prévôt de Saint-Étienne de Dijon. Étude, texte et traduction », dans « Signes, mémoire et institutions ». Recherche d'histoire médiévale", thèse d'état, 1993, inédite, p. 371-551.
          • Archives (1301-1790)
            Archives départementales de la Côte-dOr : cart. 36 bis, comprenant un inventaire des reliques et des notices concernant les différentes translations du corps de saint Médard (fin XIVe siècle-début XVe siècle) , G 118, bulles pontificales (1337-1448) , G 169, inventaires de reliques (1488-1767), G 3592, registre des délibérations de la fabrique de Saint-Médard (1570-1645), G 165, registre du secrétaire greffier de l'abbaye (1422-1645).
          • Érudit local (1785-1788)
            Courtépée, « Description générale et particulière du duché de Bourgogne », troisième édition, Dijon, 1967-1968 (1re d. : Dijon, 1785-1788), II, p. 111-112.
          • Site internet
            Description architecturale et archéologique de la première cathédrale Saint-Étienne : http://care.tge-adonis.fr/care/index.php?title=DIJON,_cath%C3%A9drale_Saint-%C3%89tienne_I
          Bibliographie :
          • DURNECKER, Laurent, «Les Reliques de Saint-Étienne de Dijon du XIe au XVe s. : constitution, enrichissement et mise en valeur d'un patrimoine sacré », in PECIA, Ressources en médiévistique, n°8/11, 2005-2006, p. 439-456.
          • DENIFLE, Henri, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la Guerre de Cent Ans, t. I, Documents relatifs au XVe siècle, Paris, Alphonse Picard et fils, 1897, p. 348.
          • FYOT DE LA MARCHE, Histoire de l'église abbatiale et collégiale de Saint-Étienne de Dijon, Dijon, Jean Ressayre, 1696.
          Etude(s) universitaire(s) :

          PHOTOGRAPHIES LIÉES

          Objet de dévotion :
          Edifice :
          Autre :

          À PROPOS DE L'ENQUÊTE

          Enquêteur :
          • DURNECKER Laurent
          Rédacteur :
          • DURNECKER Laurent
          Date de l'enquête :
          2006
          Date de rédaction de la fiche :
          2006
          Etat de l'enquête :
          En cours
          Pour citer cette ficheDURNECKER Laurent, « Saint-Médard », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
          url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/168/saint-medard, version du 13/12/2013, consulté le 20/08/2017