INVENTAIRE DES SANCTUAIRES ET LIEUX DE PÈLERINAGE CHRÉTIENS EN FRANCE

Retour à la liste des sanctuaires

Notre-Dame-de-Beauregard

IDENTITÉ

Nom du pèlerinage :
Notre-Dame-de-Beauregard
Période d'activité :
XVe siècle - 2017
Commune :
Orgon
Département :
Bouches du Rhône
Monument expiatoire.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Commune :
Orgon
Hameau/Lieu-dit :
Notre-Dame-de-Beauregard
Diocèse :
Actuel: Aix-Arles (? - 2017)
Ancien:
Paroisse :
Actuelle: Assomption
Ancienne:

Site

Type de site :
Plateau
Altitude :
180 m
Compléments :

Au-dessus du village, au sommet d'une falaise qui domine la plaine de la Durance. Vue panoramique sur la chaîne du Lubéron et le Mont Ventoux.


Paysage

Type de couvert végétal :
Bois
Type de l'habitat :
Village
Type de proximités :
Abbaye
Axe de circulation
Château
Compléments :

Couvert végétal : boisement de pins d'Alep. Autre proximité : Vallée de la Durance. Les ruines du château des seigneurs de Guise et le sanctuaire Notre-Dame dominent le village.


LE SANCTUAIRE

Noms du sanctuaire / pèlerinage :
  • Notre-Dame-de-Beauregard (XVe siècle - 2017)
Type de lieu de culte :
Basilique
Nom du lieu de culte :
Notre-Dame-de-Beauregard
Saints patrons :
  • Notre Dame

L'OBJET DE DÉVOTION

Nom de l'objet :
Notre Dame
Nature de l'objet :
Statue
Matériau de l'objet :
Bois
Dimensions de l'objet :
80 cm
Emplacement :
derrière l'autel
Datation de l'objet :
?
Compléments :
Matériau : bois polychrome et doré.
Vierge portant sur son bras gauche l'Enfant Jésus tenant le globe du monde.

LE CULTE

Statut du culte :
Autorisé
Légendaire :
?
Miracles :
Guérisons miraculeuses d'habitants du village et des environs : Aix, Arles, Avignon, Apt, Tarascon et Saint-Rémy.
Type(s) de motivation :
  • Action de grâce
  • Piété
  • Voeu
Recours :
  • Epidémie
  • Paix
  • Thérapie
  • Voeu
Jour(s) de fête :
  • Assomption
Type de fréquentation :
Annuel (= juste pour une fête)
Pratiques individuelles :
    Pratiques en présence du clergé :
    • Processions
    Ex voto :
    • Tableau (XIXe siècle)
      Peintures sur bois et sur toile. - Chute d'un enfant depuis la fenêtre d'une maison, - Chute d'un enfant du haut d'un arbre, - Homme mordu par un serpent, - Bergère gardant ses moutons devant un oratoire, - Femme couchée dans son lit, - Homme (gitan) tombé sous les chevaux tirant une roulotte, - Reconnaissance Pauline Bréguier, Tableau "Fuite en Égypte".
    Confrérie(s) :
    • Pénitents Gris (?)
    Indulgence(s) :
      Compléments sur le culte :

      L'ÉDIFICE

      Description :
      Édifice du XIXe siècle avec son haut clocher tour situé au-dessus du porche d'entrée du sanctaire. Nef centrale à chevet plat, séparée des bas-côtés par de larges piliers cylindriques. Les bas-côtés se terminent pas des absides dont celle de gauche est occupée par l'autel des Saintes-Marie, Salomé et Jacob.
      Aménagement(s) extérieur(s) lié(s) au culte :
      • Autel en plein air (?)
        Monument expiatoire érigé suite à la profanation du sanctuaire et de la statue de la Madone en 1562. Adossé contre le mur d'enceinte qui borde la falaise, ce beau monument en pierres de taille s'inscrit dans un porche en plein cintre. L'autel tombeau est surmonté d'une frise sur laquelle est gravée l'inscription : L'AN 1562 ET LE 8 SEPTEMBRE DES SOLDATS APRÈS AVOIR DÉVASTÉ LA CHAPELLE DE BEAUREGARD TENTÈRENT DE BRISER LA STATUE DE LA VIERGE ET LA PRÉCIPITÈRENT D'ICI SUR LES ROCHERS DE LA DURANCE. MIRACULEUSEMENT CONSERVÉE ELLE ARRIVA PRESQUE INTACTE AU BAS DE LA FALAISE. Au-dessus, dans l'arc de cercle, beau Christ en croix sculpté dans la pierre.
      Aménagement(s) intérieur(s) lié(s) au culte :

        HISTOIRE DU SANCTUAIRE

        Origines :
        Date de première mention :
        Initiative de la fondation :
          Environnement institutionnel, politique et religieux :
          Phases d'évolution :
          24 mai 1638 : Acte par lequel la commune demande aux Pères Augustins Déchaussés d'Aix d'envoyer une communauté s'établir à Beauregard. Le couvent a été construit de juillet 1638 à avril 1660. Développement du pèlerinage. À la Révolution, les religieux furent chassés, leurs biens confisqués ou vendus et le couvent abandonné. En 1878, le chanoine Bonnard, curé d'Orgon, fait restaurer le vieux couvent, le 28 avril, la statue de la Madone est installée dans une des salles transformée en chapelle provisoire. 1935 : Les Pères Servites développent le pèlerinage. 1958 : Le monastère accueille la fraternité des Petites Soeurs de Foucault. Vers 1970 : La communauté du Lion de Juda et de l'Agneau immolé prend possession du couvent et l'entretient jusqu'en 1982. Beauregard n'ayant plus de gardien, est dévasté. 1984 : L'Association des Amis de Beauregard assure l'animation et la restauration du site avec la reprise du pèlerinage le lundi de Pâques.
          Evénements marquants :
          • Destruction (1562)
            Le baron des Adrets saccage l'église paroissiale et profane le sanctuaire.
          • Épidémie (1721)
            Épidemie de peste.
          Rayonnement(s) :
          • Diocésain (? -> 2017)
            Le pèlerinage a conservé un rayonnement régional.

          RÉFÉRENCES

          Source(s) :
            Bibliographie :
            • MARBOT, M. (abbé), Nos Madones, Aix, 1883.
            Etude(s) universitaire(s) :

            PHOTOGRAPHIES LIÉES

            Objet de dévotion :
            • J. Pignon mordu par un serpent.
            • Statue de Notre-Dame.
            Edifice :
            • Monument expiatoire.
            • Vue de l'intérieur de la Basilique.
            Autre :
            • Carte Cassini

            À PROPOS DE L'ENQUÊTE

            Enquêteur :
            • Dieudé Jean
            Rédacteur :
            • Dieudé Jean
            Date de l'enquête :
            2006
            Date de rédaction de la fiche :
            2006
            Etat de l'enquête :
            En cours
            Pour citer cette ficheDieudé Jean, « Notre-Dame-de-Beauregard », Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France
            url : http://sanctuaires.aibl.fr/fiche/160/notre-dame-de-beauregard, version du 20/11/2012, consulté le 19/08/2017